Les bodybuilders au régime gardent leur masse musculaire avec des aliments riches en protéines

Si vous réduisez votre consommation d’énergie quotidienne à 60% de ce que vous brûlez, vous ne devriez pas nécessairement perdre de la masse musculaire. Si vous augmentez votre consommation de protéines, vos muscles resteront tels qu’ils étaient. Du moins, c’est ce qu’écrivent des scientifiques du sport de l’Université de Birmingham en Angleterre dans un article paru dans Medicine & Science in Sports & Exercise.

Jusque là, il n’y avait pas d’études sur le régime alimentaire des athlètes en restriction calorique avec protéines

Milkshake de protéineSi nous ignorons un instant l’expérience de dizaines de milliers d’athlètes et que nous examinons simplement la littérature scientifique, nous admettrons facilement que nous ne savons pas grand chose sur la perte de poids des athlètes de force qui adoptent un régime à teneur élevée en protéines. La plupart des études menées sur le sujet impliquait des personnes en surpoids. Non seulement ces derniers perdaient plus de poids avec un régime riche en protéines mais ils retenaient aussi plus de masse musculaire. Les athlètes de force réagissent-ils également à un régime de perte de poids riche en protéines ? C’était la question à laquelle les chercheurs voulaient trouver une réponse.

Les chercheurs britanniques ont contraints 20 bodybuilders âgés de 18 à 40 ans à suivre un régime alimentaire strict de deux semaines. Les athlètes ont consommé 40% d’énergie de moins que ce qu’ils brûlent chaque jour. Avant de se retrouver en régime restreint, le régime alimentaire des athlètes contenait 15% de protéines. Par kilogramme de poids corporel, ils auront consommé environ 1,6 gramme de protéines par jour.

Seules les protéines ont augmenté en quantité mais le total des calories a baissé

Un groupe de bodybuilders a simplement réduit la quantité d’aliments consommés. En conséquence, leur apport protéique est tombé à 1 g de protéines/kg/jour. L’autre groupe a non seulement mangé moins mais il a aussi remplacé les graisses et les glucides par des protéines. Leur alimentation était donc constituée de 35% de protéines et leur apport quotidien en protéines est passé à 2,3 g/kg. Les sujets de test ont pris leur protéine supplémentaire à partir de milkshakes.

Le tableau ci-dessous montre que l’apport protéique élevé a presque complètement bloqué la dégradation de la masse musculaire. Le groupe à forte teneur en protéines a également perdu de la graisse corporelle.

Réduction des calories et augmentation des protéines

Le régime hyperprotéiné n’a pas eu d’effets sur la 1RM (répétition unique à charge maximale) des bodybuilders au développé couché. Les sujets de l’expérience en régime hyperprotéiné ont réalisé quelques répétitions supplémentaires à 60% de leur charge maximale.

Régime hyperprotéiné et exercice de musculation

Les chercheurs pensent que les acides aminés des protéines ont eu un effet anabolique direct sur les muscles et qu’il s’agit de la principale façon dont un régime riche en protéines facilite le maintien des tissus musculaires. En outre, un régime riche en protéines permet également de maintenir les niveaux d’hormones anabolisantes. Pour les culturistes qui avaient simplement réduit leur consommation alimentaire, le taux de testostérone libre a diminué de 26%. Concernant les bodybuilders qui ont perdu du poids avec un régime riche en protéines, la testostérone n’avait diminué que de 7%.

« L’implication pratique de ces résultats nous permet d’affirmer que la teneur en protéines d’un régime hypoénergétique peut jouer un rôle crucial », concluent les Britanniques. « Les athlètes visant à réduire leur poids corporel tout en conservant leur masse corporelle maigre pourraient être bien avisés s’ils maintiennent un apport élevé en protéines ».

Source de l’article: Dieting bodybuilders retain muscle with high protein foods

Source Ergo-Log: Med Sci Sports Exerc. 2009 Nov 13. [Epub ahead of print].

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Les BCAA stimuleraient la croissance musculaire post-exercice mais avec l’aide des AAE

À l’heure actuelle, sur la Blogopshère, il est de rigueur de descendre les BCAA en leur collant la réputation de « suppléments de sport de force inefficaces » mais à vrai dire, ce n’est peut-être pas tout à fait juste. Selon une étude humaine, que des scientifiques anglais dirigés par Kevin Tipton ont publiés dans Frontiers in Physiology, prendre quelques grammes de BCAA après un entraînement, stimulerait la synthèse des protéines musculaires. Mais les athlètes de force qui utilisent uniquement les BCAA autour de leurs séances d’entraînement et ne les associent pas avec des protéines complètes ou des acides aminés essentiels n’en retireront pas grand chose.

L’étude scientifique humaine sur les BCAA

Les chercheurs ont demandé à 11 étudiants masculins, tous étant pratiquants de sports de force expérimentés, de s’entraîner à deux reprises trois heures après le petit-déjeuner. L’entraînement consistait à réaliser quatre séries sur une presse à cuisses et quatre séries sur une machine d’extension de jambes.

Une fois, les participants ont reçu 5,6 grammes de BCAA après l’entraînement – une quantité retrouvée dans 20 grammes de lactosérum. À une autre occasion, les participants ont reçu un supplément placebo contenant 5,6 grammes de glucides.

Résultats de l’étude

Comme on pouvait s’y attendre, les concentrations de L-Leucine, de L-Isoleucine et de L-Valine dans le sang des athlètes ont augmenté après avoir pris des BCAA. La concentration de phénylalanine a diminué davantage après la prise de BCAA qu’après avoir pris le placebo. Cela suppose que les cellules musculaires ont été stimulées par les BCAA à absorber les acides aminés du sang.

BCAA après l'entraînementBCAA post-workout

Sur la même période de temps, des échantillons de cellules musculaires des jambes ont été retirés par biopsie par les chercheurs sur les participants. Une augmentation supplémentaire de l’activité des molécules de signal anabolique comme l’AKT et les S6K ont été constatés suite à la prise de BCAA.

Une augmentation plus importante de la synthèse des protéines des muscles contractiles dans les cellules musculaires a également été retrouvée après que les participants aient reçus des BCAA qu’après avoir reçu un placebo.

BCAA après l'entraînement

Conclusion

« La présente étude a démontré que l’ingestion des trois BCAA seuls, sans ingestion simultanée d’autres acides aminés essentiels, de protéines ou de macronutriments, a stimulé une réponse 22% supérieure de la synthèse des protéines myofibrillaires musculaires après un exercice de résistance par rapport à un placebo », ont écrit les chercheurs. « Le rapport de cette réponse accrue de la synthèse des protéines myofibrillaires musculaires était plus ou moins 50% inférieure à la réponse de synthèse des protéines myofibrillaires musculaires précédemment rapportée à une dose de protéines de lactosérum contenant des quantités similaires de BCAA ».

« Ensemble, ces résultats démontrent que les BCAA présentent la capacité de stimuler la synthèse des protéines myofibrillaires musculaires mais un complément complet d’acides aminés essentiels pourrait être nécessaire pour stimuler une réponse maximale de la synthèse des protéines myofibrillaires musculaires suite à un exercice de résistance ».

« Cette information présente d’importantes implications potentielles lorsqu’il s’agit de choisir un supplément en acides aminés afin de faciliter l’hypertrophie du muscle squelettique en réponse aux exercices de résistance et du maintien de la masse musculaire avec l’âge ou la maladie. »

« Il est maintenant bien établi que l’ingestion des BCAA stimule l’activation de la voix mTORC1qui régule l’activité translationnelle de la synthèse des protéines musculaires [Am J Physiol Endocrinol Metab. 2004 Jul;287(1):E1-7.][Acta Physiol (Oxf). 2010 Nov;200(3):237-48.][Am J Physiol Cell Physiol. 2016 Jun 1;310(11):C874-84.] En outre, des résultats d’études scientifiques récents démontrent que la présence de Valine et d’Isoleucine améliorent la réponse à la protéine signal mTORC1 de la Leucine« .

« Cependant, les résultats de la présente étude suggèrent que l’ingestion de BCAA seuls, sans autres EAA, fournira un substrat limité pour la synthèse des protéines dans les muscles exercés. De fait, la réponse globale de la synthèse des protéines musculaires n’est pas optimisée ».

« Ainsi, alors que nos données montrent clairement que l’ingestion de BCAA active les voies de signalisation cellulaire qui entraînent une synthèse accrue de protéines musculaires myofibrillaires, l’ingestion de BCAA seuls pourrait ne pas être le schéma nutritionnel optimal pour stimuler une réponse maximale de synthèse de protéines musculaires à l’entraînement de résistance ».

Source de l’article: BCAA stimulate post-workout muscle gain but need help

Source Ergo-log: Front Physiol. 2017 Jun 7;8:390.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

Note: Pensez à vous inscrire à la newsletter du blog ou au groupe Facebook afin de vous tenir au courant de la sortie des nouveaux articles.

En savoir plus »
1 Commentaire

Bilan et synthèse du FIBO 2017, déceptions et critiques du salon de Cologne

FIBO 2017

Avec Philippe Klein (grand sac vert) et Pouley (petit sac bleu) de Fitness Nations

Cette année, le FIBO version 2017 semble à nouveau avoir rempli sa mission. Toujours premier salon en Europe des sports de force, de musculation, de bodybuilding et du fitness, on pourrait quand même se demander si tout est si rose qu’on voudrait nous le faire croire ou si le FIBO ne finit pas sans doute par se répéter et ne plus rien apporter de nouveau aux athlètes et visiteurs européens.

En effet, ceux-ci sont de plus en plus nombreux à se déplacer à Cologne mais on commence sérieusement à sa demander pourquoi. On y croise des jeunes qui arrivent en masse (à défaut de masse qu’ils n’ont pas encore) mais sans vraiment savoir ce qu’ils viennent y faire. Du moins, c’est un peu une mauvaise impression qui persiste depuis l’année dernière, le FIBO se transforme peu à peu en fête à Neu-neu. Bref, c’est plus ce que c’était il y a 10 ans de cela…

8 FIBO dont 7 FIBO successifs qui commencent à lasser sérieusement

A vrai dire, j’en suis déjà mon huitième FIBO et l’ennui commence sérieusement à s’installer pour diverses raisons. Si la lassitude n’est pas forcément la seule en cause, on finit surtout par se rendre compte que derrière ce soit-disant succès européen, quelques fausses notes se répètent et finissent par se voir de manière très ostensibles. Disons que l’enthousiasme allemand où tout est toujours parfait ne fait plus vraiment illusion, il finira par lasser du monde.

Ajoutons simplement qu’en fonction des chiffres, ce FIBO 2017 connait un succès grandissant mais c’est à se demander pour qui. En effet, la béatitude idiote ou l’optimisme forcé des organisateurs qui, d’années en années, persistent à se réjouir d’un marché qui semble toujours progresser se heurte pourtant de plein fouets à une réalité qui n’a rien de forcément très réjouissante. Essayons tout d’abord de consulter les statistiques du FIBO avant d’aller plus loin…

Statistiques du FIBO 2017 et comparaison de marchés

FIBO 2017

Markus aurait-il un nouveau fan ?

Le salon du FIBO à Cologne est arrivé cette année à égalité avec l’IFA de Berlin, salon du marché de l’électronique grand public du genre nouveaux PC, tablettes, smartphones et autres grille-pains programmés pour vous donner l’heure, faire fonction de réveil-matin et de pronostic de la Ligue 1.

Ces deux salons dépassent les 150000 personnes sur leur durée d’exposition, ce qui est assez exceptionnel en soi. Le salon des expositions de Berlin arrive juste derrière celui de Cologne, connu pour être le plus grand en Allemagne. A l’origine, le FIBO se tenait à Essen mais le salon avait pris trop d’ampleur pour y rester. Depuis 2013, le FIBO se tient désormais à Cologne, sans pour autant y occuper toute la place disponible (pour l’instant).

Naskorsports, fournisseur des sites Web de compléments alimentaires

Personnellement, je ne me déplace pas à l’IFA car l’électronique grand public ne m’intéresse pas, j’ai déjà du mal à m’intéresser à un téléphone autrement que pour téléphoner. Non, plus sérieusement, ce qui me passionne vraiment concerne la haute fidélité, une passion qui m’a pris en même temps que mon intérêt presque maladif pour la musculation, la chimie organique et la nutrition sportive il y a déjà 26 ans de cela.

Disons que ces deux domaines ont en commun d’être parfois un peu spéciaux ou border line avec leur quota de cinglés légers. On y rencontre dans les deux mondes quelques forums Internet où se rencontrent un certain nombre de névrosés incurables ou d’hypocrites dont quelques objectivistes forcenés, suffisants et soliloques (qui parlent seuls) qui s’auto-congratulent parfois de connaître tellement bien leur sujet sans même se rendre compte qu’en réalité, ils perdent leur temps à ne parler qu’à eux-mêmes. Dans le petit monde de la haute fidélité, ils s’efforcent de défendre une certaine rigueur scientifique ou purement objective quand cela les arrange mais cela n’a plus rien de très objectif justement. Dans le monde tout aussi petit de la nutrition sportive, on assiste plutôt à l’apparition de mythes des protéines ou de la créatine (qui n’ont d’ailleurs rien de très mythiques) et autres fariboles obstinément colportés par quelques nutritionnistes ou naturopathes tout aussi vaniteux que leurs comparses méconnus de l’électronique des plus fortunés. Laissons ces névropathes dans leur univers idyllique, les doux-dingues n’ont jamais tué personne (enfin, je l’espère…).

Synthèse et bilan du FIBO 2017, les statistiques sont encourageantes…

Weider Nutrition, une des rares marques qui fait plus ou moins évoluer son stand sur le salon

Pour en revenir au FIBO 2017, disons que les chiffres sont bons, cela rassure déjà les maniaques de la statistique qui confondent souvent mathématiques de groupes avec réalité. Selon l’article de Reedexpo (site de Reed Exhibitions, l’organisateur) qui a fait l’analyse du salon, le FIBO 2017 a pu accueillir plus de 150 000 visiteurs avec un total de 1019 exposants – contre 960 l’année dernière – en provenance de 49 pays différents.

Parmi les visiteurs du FIBO, 117 nations étaient représentés, autrement dit, il n’y manquerait plus que la planète Mars à peu de choses près. La progression est telle qu’en 5 ans, l’ensemble des chiffres et statistiques ont quasiment doublés. Le marché du fitness et des sports de force européen semblerait donc idyllique avec un marché qui pèse plus de 26,3 milliards d’euros. 56 millions d’européens seraient membres d’une salle de sport, une augmentation de 4,4% par rapport à 2016.

Les ventes atteignent donc cette année le chiffre assez colossal de 26,3 milliards d’euros pour l’ensemble du marché, une augmentation de 3,1% par rapport à l’année dernière. Le continent européen se place dès lors second derrière le marché américain. L’Allemagne représente le premier marché en Europe. 10,08 millions d’allemands seraient membres d’une salle de sport parmi les 8800 salles répertoriés chez nos cousins germains, ce qui représente un allemand sur huit. Le marché allemand représenterait 5,05 milliards d’euros à lui seul (!). Dans l’ensemble, 69% des exposants commerciaux présents au FIBO 2017 estiment que le marché est en phase de se développer fortement ou au moins de manière significative. 75% d’entre eux estiment également que le marché devrait se développer de manière encore plus dynamique. (Données statistiques recueillies par la DSSV – Association Allemande des Sports de Salles)

Un bilan du FIBO 2017 encore plus énorme que les bodybuilders du salon eux-mêmes

Sur le site du FIBO, l’article dithyrambique de ReedExpo faisant le bilan de ce FIBO 2017 donne à nouveau la parole aux exposants et grands groupes présents sur le salon. En y regardant de plus près, et avec les années de présence, on pourra pourtant remarquer que cette belle mécanique du marché du fitness et dérivés commence à souffrir d’un symptôme qui finira sans doute par aboutir sur la maladie du n’importe quoi et n’importe comment dans un avenir plus ou moins proche.

Espérons cependant que la nullité sordide du Body Fitness parisien ne sera jamais atteinte. En effet, comment voulez-vous faire croire que tout est si parfait dans un monde aussi beau quand il vous suffit de parcourir le site du FIBO lui-même pour vous rendre compte qu’il y a déjà quelques grains de sables dans les rouages de cette belle machine allemande. Spécialiste et rédacteur SEO depuis plus de 10 ans et traducteur de métier, certains détails passent assez mal lorsque l’organisateur du salon nous vantent les mérites d’un marché « aussi » international qu’il voudrait bien nous le faire croire. Est-il compréhensible qu’un site soit-disant européen soit uniquement lisible en allemand et en anglais (pour les pages principales seulement) alors que même la commande de la langue de Shakespeare est orthographiée « Englisch ». Ça passe mal et déjà, ça fait tâche…

Un salon « international » beaucoup plus national qu’il le laisse entendre…

N’espérez pas lire une traduction du site (ne serait-ce que les pages qui concernent directement le salon) en français, en espagnol, en italien ou en portugais, encore moins pour les langues slaves, nordiques, le russe ou même le mandarin, car elles n’existent pas. Pour un site qui accueillerait 117 nations, c’est pour le moins risible et petit budget. Pourtant, vous vous apercevrez que certaines pages légales sont effectivement traduites en français ou dans d’autres langues mais avec Google Traduction. Ici, ce n’est même plus risible car on tombe dans un ridicule consternant. Je ne vous parle même pas des codes et autres manœuvres compliquées qu’ils vous envoient par mail afin que vous puissiez acheter vos billets d’entrées en ligne. Quel contraste par rapport à l’Arnold Classic de Barcelone, c’est assez édifiant !

Que dire ensuite du merdier dégueulasse qui s’accumule dans les halls du FIBO Power ? C’est à croire qu’ils essaient de concurrencer la braderie de Lille ou de transformer les hangars en porcherie du jeudi au dimanche. Pour ceux qui s’illusionnent encore de la propreté allemande, ils se rendront compte qu’elle dépend beaucoup plus des circonstances ou de l’image que les allemands cherchent plutôt à propager faussement un peu partout dans le monde. Aujourd’hui, c’est une image d’Épinal bien terne qui se présente sous nos yeux, ou un jeu d’hypocrites, c’est selon…

Grattons la surface pour y trouver une réalité plus conforme à que l’on y voit sur place

A force de se rendre outre-Rhin, on finit par comprendre que les allemands ne sont pas forcément moins pessimistes que les français mais qu’ils ont plutôt tendance à pousser la poussière sous le tapis plus que de raison, en espérant peut-être que cela ne se verra pas trop fort. Hélas… Il suffit pourtant de gratter un peu la surface pour retomber sur terre de manière un peu brutale. Tout n’est pas forcément idéal au pays de Goethe – même si l’idéal c’est Lidl, du moins, paraît-il… Difficile de parler d’idéal lorsque les chômeurs allemands, arrivés en fin de droit, sont contraints de travailler 40 heures par semaine à 1 euro de l’heure; imaginez ce genre de situation en France ! Mais passons, c’est encore un autre sujet…

La France, parlons-en justement. Pays fondateurs de l’Europe avec l’Allemagne, on assiste surtout à une paupérisation grandissante des français depuis de nombreuses années. Jeunes sans culture, sans orthographe et sans argent dans un pays sans éducation digne de ce nom de la primaire à l’université, le contexte actuel fait surtout le bonheur des salles de musculation low cost, sans parler des marques de protéines à grandes échelles et de très basse qualité, plutôt synonymes de dysenterie à répétition que de pratiques sportives enrichissantes et formatives. Tout n’est donc pas si rose sur le vieux continent..

Le marché du sport en salle donne plutôt l’impression qu’à force de grandir sans cesse, il représenterait plutôt un arbre qui cache toute une forêt de commerces boiteux qui, tôt ou tard, atteindront leurs limites. Comme dans tous les marchés, certains font figure d’exception car ils s’attachent à la qualité des produits qu’ils proposent mais ce ne sont jamais eux qui réalisent le plus gros chiffres d’affaires et qui font les plus belles réussites. C’est dommage mais en France surtout, on retient toujours le nom des plus médiocres ou de ceux qui se cherchent toujours les plus belles excuses. Elles sont faites, paraît-il, pour s’en servir…

Le FIBO sera toujours l’occasion de se retrouver entre amis et de passer un bon séjour en Allemagne

Laissant les récriminations de côté, ce FIBO 2017 nous a quand même fait passer un bon moment entre copains, c’était bien le but de la manœuvre au départ. Locations Air Bnb très réussies avec Philippe Klein, JP Vau et Robert Stepa, les œufs brouillés du matin avec bananes et huile de coco étaient particulièrement réussis, un vrai délice ! Ensuite, je suis resté à l’appartement alors que Philippe Klein, JP Vau et Robert Stepa s’en retournaient déjà pour leur seconde journée de FIBO.

Pour ma part, je devais les accompagner le lendemain. Après avoir rédigé quelques fiches produit que vous avez peut-être déjà croisés sur le Web, je passais un après-midi de détente dans le centre de Köln. Vers 17 heures, je posais mon sac et prenais un café au Starbucks de la gare centrale en attendant nos trois gaillards. Un légionnaire fatigué, JP Vau et Robert Stepa finissaient par pointer le bout de leur nez et leur museaux pour me narrer leur journée de visite. A les écouter, ils avaient déjà eu l’occasion de filmer quelques bonnes vidéos avec de nombreux athlètes. Ils avaient également passé un bon moment avec notre Frédéric Delavier national.

Le lendemain, direction le FIBO pour une journée qui s’annonçait bien remplie. Armé de mon fidèle Canon et de ses objectifs, je décidais cependant de faire cavalier seul en laissant nos trois gaillards à leur planning bien chargé d’interviews et autres rencontres avec les meilleures marques et athlètes du milieu. De mon côté, je m’en allais gaillardement à la découverte de ce FIBO 2017. Les années se suivent et se ressemblent, la présentation du FIBO Power était identique à celle de l’année dernière, tout comme celle de l’année d’avant… L’entrée du FIBO Power se fait devant le stand tout en longueur de la marque allemande All Stars qui présente a priori des compléments alimentaires corrects mais rien de transcendant non plus.

Depuis quelques années, il devient d’ailleurs difficile de vraiment trouver quelque chose de nouveau dans le milieu de la nutrition sportive. Formules copiées les unes sur les autres, marques de qualité douteuses et autres marques qui se distinguent justement par leur qualité nutritionnelle appréciable, il est d’ailleurs assez comique de voir que la taille des stands n’est pas toujours proportionnelle à la qualité des produits présentés. Il vous suffira par exemple de comparer le stand de Reflex Nutrition ou de Protech avec celui de Scitec ou de Biotech USA et vous aurez compris où l’investissement marketing est le plus présent, au détriment de la qualité des produits. A ce niveau, rien n’a changé depuis 20 ans…

En soirée, nous avions rendez-vous avec Ramsès Rams, Eva Naz, Christina Silva et Alexis HC dans une salle Fitness First pour le tournage d’un entraînement. J’ai également pu m’entraîner en soirée. Super ambiance où je pouvais à la fois jeter un œil sur le tournage, m’entraîner sérieusement dans une super salle équipée en Hammer Strength et de sympathiser avec les athlètes. La vidéo complète sera bientôt disponible sur la chaine Youtube de Fitness Nations.

Machines de musculation, peu de nouveautés non plus mais c’était sans compter sur Frédéric Delavier avec Multi-Form

Niveau matériel et appareils de musculation, les nouveautés sont également peu présentes, contrairement à ce que la plupart des grandes marques voudraient vous faire croire. Quelques exceptions essaient cependant d’offrir des machines de musculation innovantes, c’est toujours le cas pour Technogym par exemple, c’est beaucoup moins vrai pour d’autres marques, grandes ou petites.

Notons à ce sujet que la marque française Multi-form travaille désormais avec Frédéric Delavier. En démonstration au FIBO, je n’ai pas eu l’occasion de croiser Frédéric sur son stand mais nous avons eu le plaisir de partager notre soirée au restaurant avec lui. Discussions animées, Frédéric a toujours a cœur de nous faire part de sa philosophie personnelle, reposant avec évidence sur ses connaissances très poussées de l’anthropologie, des comportements humains, hominidés et primates. Étant plutôt passionné par les mécanismes complexes de la psychanalyse et de l’inconscient, loin de l’anthropologie, je ne suis pas toujours d’accord avec lui. Pourtant, je l’ai écouté avec attention. Nous avons également eu le plaisir de diner avec l’équipe de Protech ainsi que Sabrina Bras et Carole Schneider, rencontrés dans l’après-midi sur le hasard d’un café. Impressionné par le sourire communicatif des deux jeunes filles, j’ai rarement rencontré deux si belles personnes aussi positives.

Personnellement, le bilan de ce FIBO 2017 reste assez positif mais pas forcément grâce au salon lui-même

Dans l’ensemble, ce FIBO 2017 est pour moi une réussite, de même pour JP Vau, Robert Stepa et Philippe Klein. Avec de nombreuses vidéos en boite, c’est un carton plein pour Fitness Nations. De mon côté, j’ai encore constaté une certaine frilosité des entreprises venues de l’étranger. Les asiatiques n’ont toujours pas compris qu’il ne suffit pas de s’exprimer en mandarin et en anglais pour prendre une part sur le marché européen alors que les allemands ne comprennent pas non plus qu’il est grand temps de descendre de leur piédestal un peu trop bancal pour faire encore illusion et de considérer leurs voisins européens comme des partenaires commerciaux crédibles s’ils veulent garder leur place de leader, devenue de plus en plus fragile. Dans un avenir proche, les organisateurs du FIBO auront certainement bien plus de mal à nous faire avaler des couleuvres et de nous faire prendre des vessies pour des lanternes, deux expressions bien françaises que les allemands devraient facilement comprendre.

En effet, il faut savoir que Reed Exhibitions organise également Equitana, le salon de l’équitation allemand. On se demandera donc finalement s’ils ne prennent pas les gens pour des braves bêtes dans les deux cas. Quant à moi, la lassitude commence sérieusement à s’imposer. L’année prochaine, je risque fort de ne ne faire que les jeudi et vendredi des professionnels pour me concentrer uniquement sur les besoins de mon entreprise. Inutile de perdre plus de temps avec de l’esbroufe et des belles paroles qui n’aboutissent à rien. Je reprendrais la route dès le vendredi soir, un investissement de mon temps bien plus que suffisant…

Eric Mallet

Note: Les photos du FIBO 2017 sont disponibles sur mon compte Flickr. Elles seront ajoutées progressivement.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Les athlètes de force expérimentés perdent de la graisse avec le jeûne intermittent sans perdre de masse musculaire ni de force

Les athlètes de force ne feraient pas de meilleures ou de moins bonnes performances s’ils ont une alimentation restreinte dans le temps, comme nous l’avions écrit dans un précédent article, sur la base d’une étude américaine où les participants avaient réalisés un entraînement de force pour la première fois de leur vie. En 2016, des scientifiques italiens du sport ont publié les résultats d’une étude similaire dans le Journal of Translational Medicine. Cette fois, les Italiens ont fait participer des bodybuilders qui avaient au moins cinq ans d’expérience en musculation. Et ces bodybuilders ont réagi un peu différemment à la combinaison du jeûne intermittent et de l’entraînement de force par rapport à des personnes non entrainées…

L’étude sur le jeûne intermittent d’athlètes de force expérimentés

Les chercheurs ont recruté 34 culturistes masculins dans les salles de musculation locales, tous ayant exercé un sport de force depuis au moins 5 ans. Ils ont divisé les 34 bodybuilders en deux groupes. Un groupe a pris ses repas tout au long de la journée [régime normal; ND]; L’autre groupe mangeait sur une période de 8 heures par jour [alimentation à restriction d’horaire; TRF]. Le groupe du jeûne intermittent mangeait entre 1 heure de l’après-midi et 8 heures du soir.

Les chercheurs ont demandé à tous les participants de réaliser un entraînement identique sur une période de huit semaines.

Résultats de l’expérience

Les deux groupes avaient pris approximativement la même quantité de calories, d’hydrates de carbone, de graisses et de protéines.

jeûne intermittent et croissance musculaire

Tout au long de l’expérience, les deux groupes ont construit pratiquement la même masse musculaire et ont gagné pratiquement la même force musculaire. Il existe quelques différences dans le tableau ci-dessous,mais celles-ci ne sont pas statistiquement significatives.

La différence d’effets du jeûne intermittent sur les graisses corporelles était statistiquement significative: le groupe du jeûne intermittent avait perdu de la graisse corporelle.

jeûne intermittent et perte de graisses corporelles

Le jeûne intermittent a fait baisser les taux de testostérone et d’IGF-1. Il a augmenté la concentration d’adiponectine. La concentration d’interleukine-1-bêta et de triglycérides dans le sang ont également diminué. Tous ces effets étaient statistiquement significatifs.

jeune intermittent, impact sur les triglycérides et cytokines

Conclusion de l’étude sur le jeûne intermittent en relation aux sports de force

« Nos résultats suggèrent que le jeûne intermittent modifié et utilisé dans cette étude, c’est à dire avec alimentation à horaire restreint dont 16 heures de jeûne et 8 heures d’alimentation pourrait être bénéfique aux athlètes des sports de résistance, notamment à des fins d’améliorer les biomarqueurs liés à la santé, de diminuer la masse grasse et au moins, dans le but de maintenir la masse musculaire« , ont conclu les chercheurs.

« Ce type de régime pourrait être adopté par les athlètes en phases de maintenance de l’entraînement lorsque l’objectif est de maintenir la masse musculaire tout en réduisant la masse des graisses corporelles ».

« Des études supplémentaires seront nécessaires afin de confirmer nos résultats et de mener une investigation sur le long terme quant aux effets du jeûne intermittent et des périodes de cessation du jeûne. »

Source de l’article: Experienced strength athletes lose fat by intermittent fasting, not muscle mass or strength

Source Ergo-log: J Transl Med. 2016 Oct 13;14(1):290.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire