Article Ergo-log: La décorine – l’inhibiteur de la myostatine et booster de la follistatine – est le facteur clé de la croissance musculaire

Il y a quelques mois, une équipe de recherche de norvégiens et d’allemands a publié une étude dans le Biochemical and Biophysical Research Communications à propos de quoi, dans un quart de siècle, nous pourrons dire: ce fut le début d’une nouvelle ère dans l’histoire du culturisme. L’étude suggère que la protéine du nom de décorine joue un rôle clé dans la croissance musculaire. En réalité, il est fort probable que la décorine joue un rôle encore plus fondamental dans la croissance musculaire que la myostatine et la follistatine.

Decorin – myostatin inhibitor and follistatin booster - is key factor in muscle growth

La décorine

La formule développée de la décorine est indiquée ci-dessus. Il s’agit d’une glycoprotéine relativement petite qui contient également un nombre relativement important d’unités de Leucine. Il s’agit d’un dimère plongé dans un fluideles deux parties de la molécule se fixent les uns aux autres.

La décorine est une Myokine, une protéine produite par les cellules musculaires. En outre, les chercheurs savent depuis pratiquement 15 ans que la décorine joue un rôle important dans la croissance musculaire. [J Biol Chem. 2 février 2001; 276 (5):. 3589-96]. Si vous modifiez génétiquement des souris afin qu’ils produisent plus de décorine, leurs muscles vont récupérer plus rapidement de blessures et de dommages cellulaires. [Mol Ther. Sep 2007; 15 (9):. 1616-1622] Ce mécanisme est en partie causé par la décorine qui sabote la myostatine, et par conséquent permet à des cellules souches de se transformer en cellules musculaires matures plus rapidement. [J Cell Physiol. 2008 juin; 215 (3): 856-67].

La myostatine est une protéine que les cellules musculaires synthétisent et avec laquelle ils inhibent leur croissance. La Décorine rend probablement les molécules de myostatine inoffensives avant qu’elles s’attachent à leur récepteur. Une théorie veut que la décorine stimule les cellules musculaire pour faire de la follistatine, une protéine qui « gobe » la myostatine, pour ainsi dire - empêchant ainsi la myostatine de faire son travail.

Première étude scientifique

Jusqu’à présent, la recherche réalisée sur la décorine n’avait été faite que sur des cellules musculaires  d’animaux de laboratoire et in vitro, mais les Norvégiens et les Allemands ont également inclus les humains dans leur étude. Ils ont sollicité 10 étudiants qui avait déjà fait de la musculation et de procéder à un entraînement complet du corps, effectuant 8 exercices de base: de la presse à cuisses, des flexions de jambes (leg curls), du développé couché, des triceps pulldown, de la presse militaire, du cross over, et du rowing à la poulie basse. Pour chaque exercice, ils ont réalisés 3 séries de 8 reps. Le schéma ci-dessous montre que la séance d’entraînement a augmenté la concentration de décorine dans le sang.

 

Decorin – myostatin inhibitor and follistatin booster - is key factor in muscle growth

Decorin – myostatin inhibitor and follistatin booster - is key factor in muscle growth

Au plus les poids utilisés par les étudiants étaient lourds, au plus l’augmentation de la concentration en décorine dans leur sang était grande. La figure ci-dessus montre la relation entre la concentration de la décorine et le nombre de kilogrammes que les étudiants pouvaient déplacer sur la presse à cuisses.

Deuxième étude scientifique

Au cours d’une deuxième expérience, les chercheurs ont demandé à 26 hommes au style de vie sédentaire, âgés entre 40 et 65 ans, de faire de la musculation pendant 12 semaines. Avant et après la période d’entraînement, les chercheurs ont prélevé des échantillons de tissu musculaire de la jambe des hommes et ont mesuré leur concentration en décorine.

A la fin des 12 semaines, les hommes ont gagné en force et étaient capables de déplacer plusieurs dizaines de kilogrammes sur la presse à jambes. A ce moment, les muscles de leurs jambes ont commencé à produire plus de décorine. Et voilà ! Au plus l’augmentation de la synthèse de la décorine dans leurs muscles était forte, au plus la force de leurs muscles avait augmenté.

Decorin – myostatin inhibitor and follistatin booster - is key factor in muscle growth

Troisième étude scientifique

Les chercheurs ont également réalisé une étude sur l’animal au cours de laquelle ils ont inséré des gènes artificiels de décorine avec des impulsions électriques dans les muscles des jambes des souris. Ce stratagème a stimulé l’activité du gène de Mighty, un gène qui neutralise les effets de la myostatine. En outre, les nouveaux gènes de décorine ont stimulé l’activité du gène de la follistatine et réduit les effets des gènes de l’atrophie musculaire atrogin-1 et MuRF1.

Conclusion

Les chercheurs affirment: « Nous faisons l’hypothèse que la décorine est secrétée depuis les cellules musculaires squelettiques en réponse à l’exercice impliqué dans la restructuration des muscles au cours de l’hypertrophie« .

Article Ergo-log: Decorin – myostatin inhibitot and follistatin booster – is key factor in muscle growth

Source de l’article: Biochem Biophys Res Commun. 2014 Jul 25;450(2):1089-94.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

Et n’oubliez pas de vous abonner à la news pour vous tenir au courant de la sortie des nouveaux articles !!

En savoir plus »
Aucun commentaire

Article Ergo-log: La créatine étend la durée de vie de souris

La créatine allonge la durée de vie de souris saines de 10%, selon les chercheurs du German National Research Center for Environment and Health in Neurology of Aging.

Les chercheurs ont nourri des souris de 1 an avec un régime alimentaire qui contenait 1% de créatine. Un groupe témoin a reçu une nourriture normale. Les chercheurs ont ensuite noté l’âge atteint par les souris. Normalement, les souris vivent  environ deux ans.

Ci-dessous, vous pouvez voir l’effet de la créatine sur la durée de vie des animaux.

Creatine extends lifespan of mice

Les chercheurs ont utilisé des souris femelles pour réaliser leur expérience. L’organisme des souris femelles vieillit moins vite que celui des mâles. Les chercheurs s’attendaient à ce qu’ils obtiennent des effets plus importants que ce qu’ils auraient obtenus avec des souris mâles. La durée de vie en bonne santé a augmenté de 9% chez ceux qui ont reçu un supplément de créatine. Les souris du groupe témoin totalisaient une moyenne de 563 jours de vie sains, tandis que les souris du groupe de la créatine arrivaient à 613 jours.

Les chercheurs ont eu l’idée de réaliser cette expérience après que des études prometteuses sur l’animal furent réalisées et pour lesquelles la durée de vie des souris atteintes de Parkinson et de la maladie de Huntington avait été prolongée à la suite de la prise de créatine. Ils se demandaient si la créatine pourrait également protéger le cerveau des souris en bonne santé contre le vieillissement.

Quand le cerveau - et pas seulement le cerveau - prend de l’âge, la quantité de lipofuscine (un pigment du vieillissement) augmente dans le tissu cérébral. La lipofuscine est donc un marqueur du vieillissement. Les Allemands ont alors découvert que l’hippocampe des souris du groupe créatine contenait moins de lipofuscine.

Creatine extends lifespan of mice

L’hippocampe est constitué d’un tissu fragile, qui joue un rôle important pour l’enregistrement de nouvelles informations. L’effet peut expliquer pourquoi les souris du groupe de créatine avait une meilleure mémoire lorsqu’elles étaient âgées que les souris du groupe témoin. Les souris âgées qui avaient bénéficié de la créatine étaient également plus actives physiquement et se sont familiarisés avec leur environnement plus rapidement lorsque les chercheurs les ont placés dans une nouvelle cage.

Les chercheurs sont plutôt enthousiastes au sujet de leur recherche. « Alors qu’aucun problème réel de sécurité sanitaire se pose, la créatine pourrait présenter un certain potentiel à contribuer à un vieillissement humain en bonne santé.« , concluent-ils.

Source de l’article: Creatine extends lifespan of mice

Source Ergo-log: Neurobiol Aging. 2008 Sep;29(9):1404-11.

Traduction Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Article Ergo-log: L’exercice physique retarde l’âge « moléculaire » de 10 ans

Si vous êtes très actif physiquement, les chances que votre matériel génétique soit de 10 ans plus jeune par rapport à ce qu’il serait si vous aviez passé votre vie comme une loque dans un canapé sont grandes. C’est du moins ce qu’affirment des chercheurs du King’s College de Londres, dans les Archives of Internal Medicine. Les chercheurs britanniques ont mesuré la longueur des télomères de 2400 jumeaux pour lesquels ils avaient déterminé la fréquence de l’activité physique qu’ils avaient eu l’année précédente.

Au plus vos télomères sont longs, au plus votre matériel génétique aura encore de temps devant lui. Un certain nombre d’études ont été publiées récemment, affirmant que les télomères sont plus longs chez les personnes qui consomment plus de vitamine D, font du sport de résistance où se retrouvent à une position plus élevée dans l’échelle sociale.

Les chercheurs ont mesuré la longueur des télomères dans l’ADN des globules blancs des jumeaux pré-cités. Les chercheurs ont divisé les jumeaux en quatre groupes en fonction de la quantité d’activité physique qu’ils pratiquaient: inactifs [16 minutes d’activité physique par jour], activité légère [36 minutes d’activité physique par jour], activité modérée [102 minutes d’activité physique par jour] et une forte activité [199 minutes d’activité physique par jour]. Les chercheurs n’ont pas pris pas en compte l’activité physique sur les lieux de travail. Ils ont seulement pris en compte la quantité d’activité physique que les jumeaux pratiquaient pendant leur temps libre.

Le schéma ci-dessous met en évidence la relation entre la quantité d’activité physique et la longueur des télomères.

Physical exercise delays molecular aging by ten years

Comme vous pouvez le voir, les chercheurs ont corrigé les données en fonction du poids, du tabagisme et de l’environnement social [SES = score socio-économique]. Les chercheurs l’ont fait parce que il existe des études qui indiquent que le tabagisme et le surpoids accélèrent l’érosion des télomères [Lancet. 20 au 26 août 2005; 366 (9486): 662-4], de même que le stress chronique [Proc Natl Acad Sci US A. 2004 le 7 décembre; 101 (49):.. 17312-5].

La longueur des télomères dans les cellules sanguines est également déterminée génétiquement. Certaines études suggèrent que l’hérédité en détermine la longueur pour presque 80%. Si vous observez l’effet de l’activité physique sur la longueur des télomères dans cette optique, il semblerait que l’activité physique ne soit pas un facteur important. Mais cela n’est pas le cas, selon les chercheurs: ils affirment que l’activité physique réduit le vieillissement génétique de dix ans.

Source de l’article: Physical exercise delays molecular aging by 10 years

Source Ergo-log: Arch Intern Med. 2008 Jan 28;168(2):154-8.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire