Article Ergo-log: Un super cocktail phytochimique pour circonscrire des cellules du cancer

breastcancercellUn «super-cocktail phytochimique» contenant six antioxydants naturels neutralise les cellules cancéreuses dans des expériences de tubes à essai. Un mélange de curcumine, de resvératrol, de génistéine, d’Indole-3-carbinol, de phycocyanine C et de quercétine arrête la croissance des cellules de cancer du sein, les amène à se suicider et les prive de la capacité de se propager à travers le corps… C’est ce que relatent des chercheurs de l’Université Sultan Qaboos d’Oman dans le Journal of Cancer.

Sur Ergo-log, nous avions déjà reporté ce genre d’informations écrites par des chercheurs dans l’article: The cancer inhibiting effect of Spurulina plaatensis. Les chercheurs affirmaient qu’un extrait de cette cyanobactérie verte protégeait les animaux contre le cancer du sein. Dans l’étude mentionnée ici, les chercheurs ont testé l’effet conjoint de six composés naturels qui ont tous fait preuve d’un effet d’inhibition du cancer dans des études cellulaires et sur des animaux. Le premier auteur,  Allal Ouhtit, a nommé cette combinaison le « super-cocktail phytochimique ». La composition du cocktail est présentée ci-dessous, ainsi que les concentrations utilisées. Tous ces éléments peuvent se retrouver présents dans le corps humain par le biais de l’alimentation ou de compléments alimentaires.

La Curcumine

Retrouvé dans le Curcuma. Concentration pour cette expérience: 2.25 microgrammes par ml. [CU]

Le Resveratrol

Retrouvé dans le raisin. Concentration pour cette expérience: 0.5 microgramme par ml. [RE]

La Génistéine

Retrouvé dans la protéine de soja. Concentration pour cette expérience: 3 microgramme par ml. [GA]

L’Indole-3-Carbinol

Retrouvé dans les légumes de la famille des brassica (ou crucifères). Concentration pour cette expérience: 4 microgramme par ml. [I3C]

La Phycocyanine C

Retrouvé dans la Spiruline. Concentration pour cette expérience: 50 microgrammes par ml. [PC]

La Quercétine

Retrouvé dans les oignons, les pommes et le raisin. Concentration pour cette expérience: 1.5 microgramme par ml. [Querc]

Les chercheurs ont étudié les effets des composants individuels du mélange, ainsi que leurs effets combinés, sur les lignées cellulaires de cancer du sein humain MCF7 et MDA-MB-231. Ce dernier est le plus nocif puisque ce type de cellule n’est pas sensible aux hormones. Des cellules de cancer hormono-sensibles peuvent être traitées à l’aide de la thérapie hormonale; ces dernières ne peuvent donc pas être traitées de cette façon.

La figure ci-dessous montre que les composants séparément – à l’exception de l’indole-3-carbinol – n’ont pas eu beaucoup d’effet sur la croissance des cellules cancéreuses. Mais le « super-cocktail » réduit la croissance des deux types de cellules après seulement quelques jours d’exposition. La figure ci-dessous montre les résultats pour les cellules MCF7. Les cellules MDA-MB-231 ont réagi presque à l’identique.

A 'phytochemical super-cocktail' containing six natural compounds neutralises cancer cells in test tube experiments. A mixture of curcumin, resveratrol, genistein, indole-3-carbinol, C-phycocyanin and quercetin halts the growth of breast cancer cells, causes them to commit suicide and robs them of the ability to spread through the body, write researchers from Sultan Qaboos University in Oman in the Journal of Cancer.

A 'phytochemical super-cocktail' containing six natural compounds neutralises cancer cells in test tube experiments. A mixture of curcumin, resveratrol, genistein, indole-3-carbinol, C-phycocyanin and quercetin halts the growth of breast cancer cells, causes them to commit suicide and robs them of the ability to spread through the body, write researchers from Sultan Qaboos University in Oman in the Journal of Cancer.

Au plus l’exposition au cocktail était longue, au plus le nombre de cellules cancéreuses mourraient (apoptosis %). Les cellules MCF7 sensibles aux hormones se révélaient particulièrement vulnérables. La combinaison de ces substances extraites de plantes a réduit la capacité des cellules cancéreuses à se répandre vers les cellules saines de 80%.

A 'phytochemical super-cocktail' containing six natural compounds neutralises cancer cells in test tube experiments. A mixture of curcumin, resveratrol, genistein, indole-3-carbinol, C-phycocyanin and quercetin halts the growth of breast cancer cells, causes them to commit suicide and robs them of the ability to spread through the body, write researchers from Sultan Qaboos University in Oman in the Journal of Cancer.

Lorsque les chercheurs ont examiné les cellules cancéreuses au niveau moléculaire, ils ont découvert comment la combinaison de substances végétales avait neutralisé les cellules cancéreuses. Un des moyens découvert sur cette combinaison végétale a été de réduire la synthèse de la protéine CD44. Les cellules cancéreuses utilisent cette protéine quand ils se répandent dans les tissus sains.
Pourtant, les cellules MCF7 sont encore capables de produire la protéine  p53 inhibiteur de tumeur. Lorsque les cellules saines sont sous pression, ils produisent plus de p53. En conséquence, les cellules cessent de se développer et donnent la priorité aux processus de réparation. Si l’ADN a été endommagé, la protéine p53 aidera une cellule à se réparer. Si cela ne fonctionne pas, p53 provoque le suicide de la cellule. Le «super-cocktail» a stimulé la production de protéines p53 dans les cellules MCF7 par un facteur de X 29 [ci-dessous à gauche].

A 'phytochemical super-cocktail' containing six natural compounds neutralises cancer cells in test tube experiments. A mixture of curcumin, resveratrol, genistein, indole-3-carbinol, C-phycocyanin and quercetin halts the growth of breast cancer cells, causes them to commit suicide and robs them of the ability to spread through the body, write researchers from Sultan Qaboos University in Oman in the Journal of Cancer.Dans les cellules cancéreuses MDA-MB-231, le gène p53 est endommagé. En conséquence, ces cellules cancéreuses produisent une protéine perverse: ce gène renforce les cellules cancéreuses plutôt que de les obliger à se suicider. La combinaison de substances végétales réduit la synthèse de cette protéine dans les cellules MDA-MB-231 [ci-dessus à droite].

Donc, nous pourrions nous attendre à ce que des suppléments contenant des composants du cocktail inhibant du cancer puissent offrir une protection à l’homme contre le cancer. Cependant, les chercheurs veulent réaliser des expériences pour savoir si c’est bien le cas sur des animaux de laboratoire.

Source de l’article: Phytochemical « super-cocktail » tames cancer cells

Source Ergo-log: J Cancer. 2013 Nov 14;4(9):703-15.

Traduction Eric Mallet, avril 2014

En savoir plus »
Aucun commentaire

Article Ergo-log: Voici pourquoi les études sponsorisées ne devraient pas toujours être prises au sérieux

pharmasponsoringstudiesChaque fois que possible, à ErgoLog, nous divulguons la source du financement des études dont nous discutons. Nous ne faisons pas cela pour faire  de la publicité gratuite aux sponsors mais parce que nous devons vous faire prendre conscience qu’il est parfois utile de prendre les résultats d’une étude particulière avec un brun de circonspection.

Une étude publiée en 2003 dans le BMJ, aujourd’hui considérée comme un classique, avait affirmée que des études parrainées étaient 4 fois plus positives lorsqu’elle concernait le produit d’un commanditaire que lorsque les études n’étaient pas financées par un producteur. L’étude portait sur des médicaments.

Les auteurs ont recueilli 30 analyses déjà publiées dans lesquelles les chercheurs ont tenté de quantifier l’influence des sponsors sur les résultats des études. Les auteurs de l’étude de 2003 ont tiré leurs résultats des analyses prises ensembles, ils ont ensuite calculé à quel niveau s’élevait la probabilité d’une conclusion positive (du point de vue du promoteur) dans la recherche subventionnée.

La nature des études varie depuis des sujets pharmaco-économiques jusqu’à des essais de laboratoire et des méta-analyses. Les médicaments étaient destinés à des maladies comme l’arthrose, le myélome multiple, les troubles psychiatriques, la maladie d’Alzheimer et l’embolie. Les médicaments concernait la tacrine, la clozapine, de nouvelles pilules contraceptives, l’OEB et les antidépresseurs. Comme la figure ci-dessous le montre, la probabilité de trouver des résultats positifs était 4 fois plus élevé pour une étude parrainée que pour une étude financée par un tiers n’ayant aucun intérêt commercial.

Whenever possible, we at ErgoLog divulge where the funding comes from for the studies that we discuss. We don't do this to give the sponsors free publicity, but because we feel we should make you aware that it's sometimes worth taking the results of a particular study with a grain of salt.

Un certain nombre d’analyses publiées précédemment ont également examiné les méthodes employées dans la recherche subventionnée. Elles se sont révélées légèrement meilleures que pour les méthodes utilisées dans la recherche non subventionnée.
Mais pour quelle raisons les résultats des études subventionnées étaient-elle si souvent positives ? Eh bien. Ce qui arrive souvent, c’est que la façon dont la recherche subventionnée est mise en place n’est pas complètement honnête. Des quantités incorrectes du médicament d’un concurrent étaient souvent utilisées, de sorte que les résultats montrent que cela ne fonctionne pas bien ou qu’une quantités élevée d’effets secondaires apparaissent.

Une autre cause possible repose sur le fait que les promoteurs vont s’assurer que tous les résultats de l’étude qu’ils ont financé soient publiés dans des revues scientifiques. Des études avec des résultats moins encourageants disparaissent souvent en silence dans le fond d’un classeur. Les scientifiques ont confirmé ce soupçon sournois dans les études publiées ou à paraître: [Trials. 2011 12 jan;. 12:09]

Les auteurs de l’analyse BMJ ont publié un certain nombre d’articles en rapport à cet aspect depuis l’étude de 2003. Ils ont rencontré à plusieurs reprises le même phénomène: les études commanditées sont plus souvent positives sur les effets secondaires, sur les effets désirables et l’efficacité des médicaments que les études non-commanditées.

Certes, l’étude BMJ concerne ​​des médicaments et non pas la nutrition ou des suppléments. Mais l’influence des commanditaires est également présente dans ces domaines, et peut-être dans une plus grande mesure que dans le monde pharmaceutique. {NdT: Non ! Vous croyez ?}

Une étude sur l’influence des sponsors dans les études sur les effets sanitaires des boissons gazeuses, jus de fruits, lait et autres aliments liquides a été publiée en 2007 dans PloS Medicine. [PLoS Med. 2007 Jan; 4 (1):. E5] La conclusion révélait qu’une étude financée par l’industrie alimentaire a de 4 à 8 fois plus de chances d’aboutir à des résultats positifs qu’une étude non parrainée par l’industrie.

Article Ergo-log: Why sponsored studies should not always be taken too seriously

Source Ergo-Log: BMJ. 2003 May 31;326(7400):1167-70.

Traduction Eric Mallet, avril 2014

———————————————–

Ndt: Etonnant, non ?

Mais tout ceci ne devrait pas vous donner une excuse pour ne pas développer votre culture physique ! Pensez également à vous abonner (sur la droite) pour vous tenir au courant de la parution des nouveaux articles.

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Article Ergo-log: 12 semaines d’entraînement avec HMB libre: 7 kg de masse sèche et 5 kilos de perte de graisse

NdT: Même si on se place un peu dans le pur délire, il est presque impossible de concevoir que le HMB FA (libre) puisse donner un tel résultat. J’ai vraiment beaucoup de mal à y croire. Voici cependant le compte-rendu du site Ergo-log sur les résultats de cette expérience. Eux non plus n’y croient pas; ça me rassure un peu.

———————————-

Perdre 5 kg de graisse, gagner 7 kg la masse maigre et ajouter 13 kg à votre développé couché: c’est ce à quoi les culturistes peuvent s’attendre s’ils s’entraînent dur pendant 12 semaines et qu’ils prennent 3 g de HMB libre par jour. Si l’on en croit l’article que les scientifiques sportifs américains sont sur ​​le point de publier dans l’European Journal of Applied Physiology, le HMB libre (sans calcium) fonctionnerait mieux que n’importe quel stéroïde anabolisant. (!)

Des chercheurs de l’Université de Tampa en Floride, ont testé le HMB libre – différent du HMB de calcium retrouvé dans les suppléments, mais une variété indépendante qui sera bientôt disponible sur le marché – sur 24 étudiants de sexe masculin, entraînés aux exercices de résistance. L’étude avait été présentée à l’affiche de la neuvième Conférence et Exposition Internationale de la Society of Sports Nutrition (ISSN) en 2012.

Il a fallu un an aux chercheurs pour présenter leur étude à l’European Journal of Applied Physiology, en Novembre 2013. C’est inhabituel. Rien ne cloche avec l’European Journal of Applied Physiology, mais vous vous attendez quand même à ce qu’une étude avec des résultats aussi impressionnants soit publiée dans un journal au moins aussi prestigieux que l’American Journal of Clinical Nutrition, lequel aurait un facteur d’impact supérieur à l’European Journal of Applied Physiology. Il est également étrange que la personne qui a présenté l’article en 2012 n’ait pas été répertoriée comme un auteur de la publication dans le Journal Européen de Physiologie Appliquée. Pas même en tant que co-auteur; ce qui est aussi un peu inhabituel.

L’étude a été financée par Metabolic Technologies, l’entreprise qui se trouve derrière le HMB et le HMB libre (ou FA pour Free Acid). Un certain nombre d’employés de Metabolic Technologies a également pris part à l’étude.

Les chercheurs ont réalisé une expérience avec 24 étudiants, avec une moyenne  d’âge de 21 ans. Les étudiants ont tous suivi le même programme d’entraînement pendant 12 semaines:. Durant les huit premières semaines, ils se sont entraînés trois fois par semaine, au cours des semaines 9 et 10, ils se sont entraînés cinq fois par semaine, et durant les semaines 11 et 12, ils ont levé le pied afin de récupérer plus facilement. Chaque jour, la moitié des étudiants ont pris 1 g de HMB libre à trois reprises. L’autre moitié a pris un placebo.

La supplémentation a accéléré la vitesse à laquelle la force a augmenté. La figure ci-dessous montre que les sujets qui ont pris du HMB  libre pendant les 12 semaines de l’expérience sont devenus plus forts tout au long de cette période, mais que ceux qui avaient pris un placebo ont perdu de la force entre les semaines 8 et 12. La première figure ci-dessous montre la force maximale lors de l’exécution des squats ; la deuxième montre la force maximale lors de l’exécution du développé couché.

Lose 5 kg fat, gain 7 kg lean body mass and add 13 kg to your top bench-press weight: this is what bodybuilders can expect if they train hard for 12 weeks and add a daily 3 g HMB Free Acid. If we can believe the article that American sports scientists are about to publish in the European Journal of Applied Physiology, HMB Free Acid works better than any anabolic steroid you care to think of.

Lose 5 kg fat, gain 7 kg lean body mass and add 13 kg to your top bench-press weight: this is what bodybuilders can expect if they train hard for 12 weeks and add a daily 3 g HMB Free Acid. If we can believe the article that American sports scientists are about to publish in the European Journal of Applied Physiology, HMB Free Acid works better than any anabolic steroid you care to think of.Les scans DXA ont montré que la supplémentation en HMB libre a permis aux sujets de l’expérience d’acquérir 7,4 kg de masse maigre (!). Les sujets du groupe placebo ont gagné 2,1 kg de masse maigre.

Lose 5 kg fat, gain 7 kg lean body mass and add 13 kg to your top bench-press weight: this is what bodybuilders can expect if they train hard for 12 weeks and add a daily 3 g HMB Free Acid. If we can believe the article that American sports scientists are about to publish in the European Journal of Applied Physiology, HMB Free Acid works better than any anabolic steroid you care to think of.

Les sujets qui ont pris du HMB libre ont également perdu 5,4 kg durant l’expérience. Ceux qui avaient pris un placebo ont perdus 1,7 kg de graisse.

Lose 5 kg fat, gain 7 kg lean body mass and add 13 kg to your top bench-press weight: this is what bodybuilders can expect if they train hard for 12 weeks and add a daily 3 g HMB Free Acid. If we can believe the article that American sports scientists are about to publish in the European Journal of Applied Physiology, HMB Free Acid works better than any anabolic steroid you care to think of.

Nous allons être honnête: nous ne pouvons pas croire ces résultats. Les athlètes des sports de force expérimentés ne peuvent tout simplement pas gagner 7 kg de muscle maigre en trois mois d’entraînement tout en prenant un supplément. Et avec ceci, perdre 5 kg de graisse en même temps ?? Ce n’est même pas possible si vous prenez des stéroïdes. Alors, comment un supplément pourrait-il produire un tel miracle ?

Source de l’article: 12 weeks’ training with HMB Free Acid: 7 kg lean body mass gain, 5 kg fat loss

Source Ergo-log: Eur J Appl Physiol. 2014 Mar 6. [Epub ahead of print].

————————————–

NdT: Comme je vous le disais en début d’article, et pour être tout aussi honnête que les rapporteurs d’Ergo-log, je n’arrive même pas à comprendre ce que j’écris. Les résultats donnés par cette étude sont impossibles en regard du métabolisme normal d’un être humain; c’est proprement incompréhensible. C’est douteux car l’article a été financé par l’entreprise qui a étudié et mis le HMB sur le marché. Mais de faire publier des résultats qui doivent très certainement être biaisés quelque part (sans forcément y chercher une malhonnêteté non plus), relève sans doute d’un excès de légèreté ou d’une mauvaise fois évidente. Chacun en pensera ce qu’il veut. Tout ceci ne m’empêche pas non plus de penser que le HMB est un bon supplément pour la récupération mais que son intérêt ne dépasse pas celui de la leucine prise sur du long terme.

In fine, tout ceci m’amènera à traduire un article Ergo-log que je n’avais pas encore eu le temps de traduire: Why sponsored studies should not always be taken too seriously

Mais d’ici-là, n’oubliez pas de développer votre culture physique…

Eric Mallet

En savoir plus »

Aucun commentaire