Le Shilajit booste la concentration de testostérone, testostérone libre et DHEA

Les hommes synthétiseraient plus de testostérone s’ils prenaient 500 mg de Shilajit par jour. Des chercheurs du J. B. Roy State Ayurvedic Medical College and Hospital en Inde l’ont découvert après avoir réalisé des expériences sur des hommes âgés de 45 à 55 ans. Leur étude sera publiée prochainement dans Andrologia.

Le Shilajit

Substances actives du Shilajit: dibenzoalphapyronesLe Shilajit est une espèce d’argile, formé il y a des millions d’années à partir des restes d’organismes invertébrés. Les guérisseurs indiens de la science ayurvédique utilisent le Shilajit comme un remède de rajeunissement ce qu’il appelle un rasayana. Des extraits de Shilajit sont également présents dans certains suppléments destinés à augmenter les niveaux de testostérone chez l’homme. Ces suppléments seraient efficaces, du moins selon ce que les chercheurs indiens ont conclu en 2012 au cours d’une étude sponsorisée. Dans les brevets, les substances actives du Shilajit sont répertoriés sous le nom de  dibenzoalphapyrones [formule structurelle représentée ci-contre]. [US patent 20050245434]

Concernant l’étude de 2012, les chercheurs ont convié des hommes de 30 à 45 ans à se prêter à l’expérience. Dans l’étude qui sera bientôt publiée, les chercheurs ont donné du Shilajit à des hommes un peu plus âgés.

L’étude scientifique

Les chercheurs ont réalisé leur expérience avec 75 hommes, âgés entre 45 et 55 ans. Les sujets étaient en bonne santé mais présentaient des symptômes en rapport à une concentration faible de testostérone. Les chercheurs l’ont déterminé leur faisant remplir le questionnaire ci-dessous.

Etude scientifique sur le Shilajit et la testostérone

Les chercheurs ont donné 2 capsules par jour à la moitié des sujets, chaque capsule contenait 250 mg d’extrait de Shilajit. L’autre moitié recevait un placebo.

Augmentation du taux de testosterone avec un supplément de Shilajit contre placebo

Augmentation du taux de testosterone libre avec supplément de Shilajit contre placebo

Mesure du taux de DHEA après la prise de Shilajit contre placebo

Toujours est-il que l’augmentation de la synthèse de DHEA et de testostérone n’a eu aucun effet sur la production des hormones messagers LH et FSH puisque leur taux n’a pas diminué. Les chercheurs ne savent pas expliquer ce phénomène.

Le sponsor

Cette étude a été financé par Natreon. Natreon est le fabricant de PimaVie, un extrait breveté de Shilajit utilisé par les chercheurs.

Source de l’article: Shilajit boosts concentration of testosterone, free testosterone and DHEA

Source Ergo-log: Andrologia. 2015 Sep 22. doi: 10.1111/and.12482. [Epub ahead of print].

——————————-

NdT: Le Shilajit n’a pas seulement prouvé son utilité sur la libération de testostérone mais il s’agit surtout du reminéralisant le plus efficace que la nature nous a donné (à part peut-être pour l’ortie). Cependant, la prise de Shilajit doit être faite avec une grande précaution car il est très riche en fer. En effet, les effets secondaires liés à une surdose de fer sont particulièrement néfastes pour la santé.

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Une alimentation riche en BCAA préserve votre fine silhouette

Des hommes et des femmes âgés entre 40 et 60 ans seraient plus minces en fonction de la quantité de BCAA contenus dans leur régime alimentaire. Des chercheurs de l’Université de Caroline du Nord à Chapel Hill l’ont découvert après avoir étudié des données recueillies sur 4429 japonais, chinois, britanniques et américains.

Une étude scientifique intéressante sur les BCAA

Leucine

La Leucine

L’étude, qui a été publiée dans le Journal of Nutrition est basée sur des données recueillies pour une étude internationale sur les macro et micronutriments et la pression artérielle. Des nutritionnistes ont passé au crible un ensemble de données afin de rechercher les substances qui empêcheraient une pression artérielle saine. Ce faisant, ces chercheurs se sont interrogés sur un lien entre la composition en acides aminés des protéines dans l’alimentation et le poids corporel: au plus il y avait de BCAA dans le régime alimentaire des 4000 hommes et femmes interrogés, au moins ils étaient souvent en surpoids.

De là, leurs chercheurs ont divisé les sujets en quartiles, en fonction de leur consommation en BCAA. Le premier quartile correspond au 25% présentant la prise de BCAA la plus basse et le quatrième quartile de 25% correspond au plus grand apport.

Les résultats de l’étude sur les BCAA

Lorsqu’ils ont établi un pourcentage de risque de 1 pour le surpoids du premier quartile, ils ont remarqué que les risques du quatrième quartile étaient de 0,8. Autrement dit, les chances de surpoids sont de 20% moins élevées pour les personnes su quatrième quartile que pour ceux du premier.

Etude sur les BCAA et le poids corporel

Rapport entre les BCAA et le risque de surpoids

Les risques de surpoids extrême – d’obésité – sont réduit par à peu près le même montant pour le quatrième quartile, comme le montre le tableau ci-dessus.

Le mécanisme d’action des BCAA

Les chercheurs ont ensuite procédé à une étude de la littérature scientifique sur le sujet. Ils en ont conclu que des 3 BCAA L-Valine, L-Isoleucine et L-Leucine – la leucine présentait l‘effet « minceur » le plus prononcé. Une étude sur l’homme qui valide cet effet a eu lieu avec trois groupes de lutteurs soumis à un régime surveillé pendant 19 jours. Le groupe de lutteurs qui, malgré l’apport calorique réduit, avait pris une quantité élevée de BCAA avait perdu le plus de poids au cours de l’étude. Les lutteurs avaient perdu 4 kg et leur pourcentage de graisse avait diminué de 17%. [Int J Sports Med. 1997 Jan; 18(1): 47-55.]

Un des processus biochimiques possibles qui expliqueraient ce phénomène est lié au fait que les repas contenant une quantité élevée de L-Leucine causent une augmentation de la libération de leptine. [Am J Physiol Endocrinol Metab. 2006 Sep; 291(3): E621-30.] C’est une hormone qui signale que le corps a consommé assez de calories, qui augmente la combustion d’énergie et qui supprime l’appétit.

Conclusion

La plupart des personnes prennent environ 6 grammes de leucine par jour. Cette quantité pourrait être augmenté sans problème particulier jusqu’à 20 grammes en augmentant la part des protéines ou en prenant des suppléments. Les chercheurs pensent avec optimisme qu’une tactique de ce genre pourrait aider à réduire l’épidémie mondiale d’obésité.

Source de l’article: Diet that’s high in BCAAs will keep you slim

Source Ergo-log: J Nutr. 2011 Feb;141(2):249-254.

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Les flavonoïdes alimentaires augmentent votre espérance de vie

Vous voudriez vivre plus longtemps ? Alors, commencer par éliminer les aliments qui ne fournissent que des calories vides de votre alimentation et remplacer-les par des aliments riches en flavonoïdes, flavones et autres antioxydants comme les légumes, les fruits, le cacao et le thé. A ce sujet, des chercheurs de l’University of Western Australia ont réalisé une petite étude épidémiologique et ont découvert qu’un régime alimentaire riche en flavonoïdes réduisait considérablement le risque de mortalité.

L’étude scientifique sur les flavonoïdes

Les chercheurs ont suivi 1063 femmes pendant 5 ans, toutes avaient dépassées l’âge de 75 ans. Les sujets de l’expérience ont ensuite complété des questionnaires sur leur régime alimentaire et les chercheurs les ont utilisés pour calculer la quantité de flavonoïdes que ces femmes âgées avaient consommées.

Isoflavones

Les isoflavones sont présents dans les légumes et le soja en particulier.

Anthocyanidines

Les anthocyanidines sont présents dans les baies et les groseilles à maquereau.

Flavanones

Les flavanones sont présents dans les citrons, le raisin, les oranges et citrons verts.

Flavones

Les flavones sont retrouvés dans les pommes, les oignons, le céleri et le thé.

Flavanols et Proanthocyanidines

Les flavanols et proanthocyanidines sont présents dans le cacao et les baies.

Au cours de leur expérience, les chercheurs ont divisé les sujets en 3 groupes égaux sur la base de leur consommation en flavonoïdes. Le groupe « Low » avait pris moins de 547 mg de ces antioxydants par jour, le groupe « Moderate » avait consommé entre 547 et 813 mg de flavonoïdes par jour et le groupe « High » en avait pris plus de 813 mg au quotidien.

Ce que révéla l’étude scientifique

Durant la période au cours de laquelle les chercheurs avaient suivi les groupes de dames, 17 d’entre elles sont décédées dans le groupe « Low« , 13 dans le groupe « Moderate » et 5 dans le groupe « High« . On estime qu’une prise élevée de flavonoïdes protègerait à la fois contre les maladies cardiovasculaires et les formes les plus fatales du cancer.

Flavonoïdes, mortalité et espérance de vie

Statistiques sur la mortalité liées au cancer et aux maladies cardiovasculaires en fonction d'apports réguliers en flavonoïdes

Taux de mortalité en fonction d'apports réguliers en flavonoïdes

Le taux de survie global des femmes âgées du groupe « High » était également plus élevé que celui des femmes des autres groupes durant les 5 ans de supervision des sujets par les chercheurs.

Conclusion sur l’apport en flavonoïdes

Lorsque les chercheurs ont divisé leurs données en fonction du type de flavonoïdes, ils ont constaté que les flavanols et les flavonols en particulier, protégeaient contre la mortalité. Cela ne signifie pas cependant que les autres types de flavonoïdes sont sans effet. Flavanols et flavonols sont les types les plus courants de flavonoïdes antioxydants dans notre alimentation. Nous consommons de plus grandes quantités de ces derniers.

Source de l’article: Flavonoids in food extend your life expectancy

Source Ergo-log: Am J Clin Nutr. 2015 May;101(5):1012-20.

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Les effets de la musculation sont visibles après seulement 3 semaines chez les femmes

La musculation chez les femmesLa musculation peut faire plus pour la silhouette d’une femme que la chirurgie plastique, mais un grand nombre d’entre elles ne veulent même pas l’envisager. La plupart des gens pensent que l’entraînement de force nécessite de manipuler uniquement des lourdes charges mais qu’il faut aussi des mois avant que les effets deviennent visibles. C’est faux, comme le disent les scientifiques du sport de l’Université Texas Technology dans un article paru dans Human Movement Science. Selon leur étude, les muscles des femmes deviennent plus « massifs » après seulement deux ou trois semaines d’entraînement de la force.

L’étude scientifique sur la musculation pour les femmes

Les chercheurs ont réalisé des expériences avec 3 groupes de 15-16 étudiantes pendant une période de quatre semaines. Le premier groupe n’a rien fait du tout au cours de l’étude et a servi de groupe de contrôle. Deux groupes expérimentaux se sont entrainés deux fois par semaine dans une salle de musculation. Ils ont fait des squats et du soulevé de terre pour travailler la partie inférieure du corps.

Un groupe expérimental a fait 2 séries de squats et 2 séries de soulevé de terre par séance d’entraînement. Il s’agissait du groupe d’entraînement à faible volume. L’autre groupe expérimental a fait 4 séries de squats et 4 séries de soulevé de terre par séance d’entraînement: ils ont donc constitué un groupe d’entraînement à volume modéré.

Les résultats des effets de la musculation chez les femmes

Chaque semaine, les chercheurs ont fait des analyses pour mesurer la circonférence des muscles des jambes, des hanches et des fessiers des femmes. Cela leur a permis de voir que dans le groupe d’entraînement à faible volume, la circonférence musculaire des femmes avait augmenté de façon significative après seulement deux semaines d’entraînement. Cela fut également le cas au bout de trois semaines pour les femmes dans le groupe d’entraînement à volume modéré.

* = Différence statistiquement significative.

Effets de l'entraînement de musculation chez les femmes

Conclusion de l’étude

Les conclusions des chercheurs sont non seulement encourageantes pour les femmes qui ne sont pas certaines de vouloir commencer à faire de l’entraînement en force mais les données sont également intéressantes sur le plan scientifique. La plupart des manuels d’entraînement disent que les gens qui prennent de la force en gagne d’abord parce que les messages nerveux arrivés aux muscles vont s’améliorer et que la croissance musculaire ne se déclenche que plus tard. Cette étude suggère que la croissance musculaire commence plus tôt que les scientifiques du sport le pensaient.

Source de l’article: Effect of strength training on women visible after just 3 weeks

Source Ergo-log: Human Movement Science 45 (2016) 7–22.

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire