Article Ergo-log: Les effets associés de la musculation et d’un supplément de gingembre

Une supplémentation avec du gingembre combiné avec un entraînement en force réduirait les dommages causés par les radicaux libres chez les personnes en surpoids, mais la combinaison des deux ne fonctionne pas mieux s’il s’agit de supplémentation ou d’entraînement seul. Des scientifiques sportifs iraniens en parlent dans le Journal of Exercise Science & Fitness. Les résultats de leur étude suggèrent également qu’une supplémentation en gingembre augmente la quantité de masse musculaire que vous construisez avec l’entraînement en force, et le nombre de kilos de graisse que vous perdez subséquemment.

L’entraînement de force et le gingembre

Le surpoids est considéré comme malsain pour un certain nombre de raisons, et l’une d’entre elles s’explique en affirmant que les kilos en trop de graisse multiplient l’activité des molécules agressives - les radicaux libres - au cœur de l’organisme. L’exercice physique - tout comme l’entraînement de force - réduit leur présence alors que de prendre du gingembre le fait aussi. Mais qu’est-ce que la combinaison des deux donne comme résultats ? C’est à cette question que les chercheurs ont chercher à donner une réponse avec leur expérience.

Mise en place de l’expérience

Les chercheurs ont divisé 32 hommes en surpoids d’une vingtaine d’années en moyenne en quatre groupes.
PL: a pris un placebo chaque jour. GI: a pris 1 g d’extrait de gingembre par jour. RTPL: se sont entraîné trois fois par semaine en utilisant des poids et des machines de résistance et ont pris un placebo chaque jour. RTGI: se sont entraînés trois fois par semaine en utilisant des poids et des machines de résistance et ont pris 1 gramme de gingembre par jour.

Des effets protecteurs

L’expérience a duré 10 semaines. Durant cette période, la concentration de malondialdéhyde [MDA] dans le sang des hommes des groupes faisant l’expérience a diminué. Au plus de MDA se retrouve dans votre sang, au plus les radicaux libres sont en train de causer des ravages dans vos tissus.

Tant la supplémentation en gingembre et les entraînements de force ont réduit la concentration de MDA mais la combinaison des deux n’a pas donné de meilleurs résultats que la supplémentation ou les exercices de force pris seuls.

The joint effect of strength training and ginger supplementation

La même chose s’est produite avec une concentration élevée d’antioxydants dans le sang {TAC}, les antioxydants étant des composés qui neutralisent les radicaux libres.

Les effets sur la masse musculaire et la graisse

Les chercheurs ont également examiné l’effet de la supplémentation et de la musculation sur la composition corporelle des sujets, découvrant que l’entraînement en force avec ou sans gingembre a conduit à une augmentation de la masse maigre du corps. Le groupe de combinaison (gingembre + musculation) semblait faire mieux que le groupe de musculation.

The joint effect of strength training and ginger supplementation

Lorsque les chercheurs ont voulu constater le taux de graisse corporelle perdu par les sujets de l’expérience, le même schéma s’est alors produit. A nouveau, le groupe de musculation et le groupe combiné avaient perdu plus de poids que les autres groupes de manière significative et à nouveau, le groupe combiné (musculation + gingembre) semblait avoir fait un peu mieux que le groupe de musculation.

The joint effect of strength training and ginger supplementation

Conclusion

Les données montrent le groupe de combinaison exercices de force + gingembre et le groupe de musculation ont fait aussi bien mais il ne s’agissait que d’une petite étude. Il est probable que les chercheurs, s’ils avaient eu un groupe de sujets plus important, en auraient conclu que, pour les personnes en surpoids au moins, la supplémentation en gingembre pourraient augmenter les effets de l’entraînement de force.

Source de l’article: The joint effect of Strength training and ginger supplementation

Source Ergo-log: Journal of Exercise Science & Fitness 12 (2014) 26-30.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Article Ergo-log: Les diabétiques vivent plus longtemps en faisant de l’exercice

L’exercice réduit les risques de développer un diabète de type 2 mais si vous avez déjà le diabète, l’exercice est bon pour vous. Il le sera certainement plus si vous vous entraînez plus longtemps qu’une demi-heure tous les jours, comme ce qui est conseillé. Une étude épidémiologique américaine publiée dans Medicine & Science in Sports & Exercise l’a confirmé.

Au Laboratoire national Lawrence Berkeley, le biostatisticien Paul Williams a examiné les données recueillies par le National walkers’ and Runners’ Health Studies. Au cours de ce projet, des chercheurs ont suivi plusieurs centaines de milliers de coureurs et de marcheurs depuis le XXe siècle - et parmi eux, 2160 hommes et femmes qui prennent des médicaments pour le diabète.

Williams connaissait le rythme de marche et de course des participants, il les divisa en trois groupes sur la base de la quantité de calories qu’ils brûlaient. Le premier groupe avait fait l’équivalent de 1,07 heures d’exercice (MET) par jour. 1 heure MET est l’équivalent d’environ 1 km course ou 1,5 km de marche à un rythme soutenu.

Le deuxième groupe a fait entre 1,07 et 1,8 heures d’exercice par jour. Si vous vous assurez 1,8 heure par jour, vous faites exactement la quantité d’exercice que les experts santé conseillent. Cela correspond à de la marche rapide pendant une bonne demi-heure chaque jour.

Le troisième groupe constitué par Williams correspondait à ceux qui avaient fait plus que 1,8 heure d’exercice par jour, et donc, avaient effectué plus d’exercice que conseillé.

Lorsque Williams a ensuite examiné quels sont les diabétiques qui avaient trouvé la mort, il vit que le risque de mortalité était plus faible, plus leur nombre d’heures d’exercice était élevé. Sur la figure ci-dessous, le risque de mortalité de la catégorie des diabétiques ayant effectué le moins d’exercice est défini comme 1.

Diabetics live longer with physical exercise

Les diabétiques sont plus susceptibles de mourir, et cela est principalement causé par les dommages engendrés par les maladies du cœur et des vaisseaux sanguins. Williams a découvert que la marche et la course réduisaient le risque de mourir d’une maladie cardiovasculaire. En outre, l’exercice a également réduit le risque de mourir d’une maladie infectieuse ou d’une maladie rénale.

«La plupart des personnes à risque pour le diabète ne sont pas suffisamment actifs tel que défini par les recommandations pour la population générale, et un peu moins que les recommandations d’exercice pour les patients diabétiques« , conclut Williams. « Ces résultats mettent en évidence d’importants avantages supplémentaires pour les patients diabétiques à dépasser les recommandations d’activité actuelles générales et physiques pour adultes. »

Article Ergo-log: Diabetics live longer with physical exercise

Source Ergo-log: Medicine & Science in Sports & Exercise 2014 May;46(5):933�9.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Article Ergo-log: La curcumine bloque la conversion des acides aminés en glucose

La néoglucogenèse est un processus utile mais si le renforcement musculaire est votre passe-temps, vous préféreriez probablement qu’elle ne fonctionne pas si bien. La gluconéogenèse est le processus par lequel les acides aminés sont transformés en glucose. Mais heureusement, il y a le curcuma, et grâce à des nutritionnistes de l’Université d’Auburn, nous savons que le curcuma inhibe la néoglucogenèse.

curcuminoidsLa substance active du curcuma est la curcumine. Prendre 4 à 8 grammes de cette substance et environ 0,5 à 1,7 micromoles de celui-ci atteindra votre sang. Ça ne représente n’est pas grand chose. Tout simplement parce que les enzymes transforment facilement la curcumine [formule structurelle tout en haut du schéma] en dihydrocurcumine [deuxième formule développée], en tétrahydrocurcumine [formule 3], en hexahydrocurcumine [formule 4] et en hexahydrocurcuminol [formule 5]. De plus, d’autres enzymes fixent des sulfates et des groupes de sucre aux analogues de la curcumine, de sorte que le corps se débarrasse d’eux rapidement.

Au cours de leur étude [qui soit dit en passant n'a pas été financée par l'industrie des suppléments], les chercheurs ont étudié les effets de la curcumine [Cur], son métabolite le tétrahydrocurcumine [THC] et le complexe C3 créé parSabinsa [C3] sur les cellules hépatiques. Les préparations à base de curcumine ont été testés sur des diabétiques car la curcumine améliore l’absorption du glucose dans des cellules musculaires. Ces chercheurs ont voulu savoir si la curcumine a également des effets sur le foie, ce qui peut être utile pour les diabétiques.

Pour ce faire, les chercheurs ont étudié la néoglucogenèse, une réaction par laquelle des molécules comme le pyruvate, le lactate, le glycérol et les acides aminés Alanine et Glutamine sont convertis en glucose dans le foie. Les acides aminés proviennent des muscles, la plupart du temps sous la forme d’une transformation à partir d’autres acides aminés.

L’hormone impliquée dans la conversion du glucose en acides aminés est le cortisol. C’est pour cela que les athlètes des sports de force considèrent le cortisol comme un ennemi de la croissance musculaire. Et c’est la raison pour laquelle les chercheurs ont exposé des cellules du foie à une hormone synthétique basée sur le cortisol, la dexaméthasone.

Les données ci-dessous montrent que la dexaméthasone augmente l’activité des enzymes phosphoénolpyruvate carboxy kinase [PEPCK] et glucose6-phosphatase [G6Pase] des cellules du foie. Ce sont des enzymes clés dans le processus de la néoglucogenèse. Mais lorsque les chercheurs ont ajouté le Cur, le THC et le C3 dans les cellules du foie, l’activité a diminué.

Le métabolite THC [plutôt que le Cur ou le C3] a réduit l’activité des G6Pase à des concentrations applicables dans un supplément. Cela signifie que l’ensemble du processus de gluconéogenèse se passe plus lentement. Si les autres métabolites de la curcumine ont le même effet que le THC, alors vous pouvez vous attendre à ce qu’une supplémentation en curcumine puisse inhiber la conversion des acides aminés en glucose.

Source de l’article: Turmeric inhibits conversion of amino acids into glucose

Source Ergo-log: Biochem Biophys Res Commun. 2009 Oct 16; 388(2): 377-82.

En savoir plus »
Aucun commentaire