Article Ergo-log: Voici pourquoi les études sponsorisées ne devraient pas toujours être prises au sérieux

pharmasponsoringstudiesChaque fois que possible, à ErgoLog, nous divulguons la source du financement des études dont nous discutons. Nous ne faisons pas cela pour faire  de la publicité gratuite aux sponsors mais parce que nous devons vous faire prendre conscience qu’il est parfois utile de prendre les résultats d’une étude particulière avec un brun de circonspection.

Une étude publiée en 2003 dans le BMJ, aujourd’hui considérée comme un classique, avait affirmée que des études parrainées étaient 4 fois plus positives lorsqu’elle concernait le produit d’un commanditaire que lorsque les études n’étaient pas financées par un producteur. L’étude portait sur des médicaments.

Les auteurs ont recueilli 30 analyses déjà publiées dans lesquelles les chercheurs ont tenté de quantifier l’influence des sponsors sur les résultats des études. Les auteurs de l’étude de 2003 ont tiré leurs résultats des analyses prises ensembles, ils ont ensuite calculé à quel niveau s’élevait la probabilité d’une conclusion positive (du point de vue du promoteur) dans la recherche subventionnée.

La nature des études varie depuis des sujets pharmaco-économiques jusqu’à des essais de laboratoire et des méta-analyses. Les médicaments étaient destinés à des maladies comme l’arthrose, le myélome multiple, les troubles psychiatriques, la maladie d’Alzheimer et l’embolie. Les médicaments concernait la tacrine, la clozapine, de nouvelles pilules contraceptives, l’OEB et les antidépresseurs. Comme la figure ci-dessous le montre, la probabilité de trouver des résultats positifs était 4 fois plus élevé pour une étude parrainée que pour une étude financée par un tiers n’ayant aucun intérêt commercial.

Whenever possible, we at ErgoLog divulge where the funding comes from for the studies that we discuss. We don't do this to give the sponsors free publicity, but because we feel we should make you aware that it's sometimes worth taking the results of a particular study with a grain of salt.

Un certain nombre d’analyses publiées précédemment ont également examiné les méthodes employées dans la recherche subventionnée. Elles se sont révélées légèrement meilleures que pour les méthodes utilisées dans la recherche non subventionnée.
Mais pour quelle raisons les résultats des études subventionnées étaient-elle si souvent positives ? Eh bien. Ce qui arrive souvent, c’est que la façon dont la recherche subventionnée est mise en place n’est pas complètement honnête. Des quantités incorrectes du médicament d’un concurrent étaient souvent utilisées, de sorte que les résultats montrent que cela ne fonctionne pas bien ou qu’une quantités élevée d’effets secondaires apparaissent.

Une autre cause possible repose sur le fait que les promoteurs vont s’assurer que tous les résultats de l’étude qu’ils ont financé soient publiés dans des revues scientifiques. Des études avec des résultats moins encourageants disparaissent souvent en silence dans le fond d’un classeur. Les scientifiques ont confirmé ce soupçon sournois dans les études publiées ou à paraître: [Trials. 2011 12 jan;. 12:09]

Les auteurs de l’analyse BMJ ont publié un certain nombre d’articles en rapport à cet aspect depuis l’étude de 2003. Ils ont rencontré à plusieurs reprises le même phénomène: les études commanditées sont plus souvent positives sur les effets secondaires, sur les effets désirables et l’efficacité des médicaments que les études non-commanditées.

Certes, l’étude BMJ concerne ​​des médicaments et non pas la nutrition ou des suppléments. Mais l’influence des commanditaires est également présente dans ces domaines, et peut-être dans une plus grande mesure que dans le monde pharmaceutique. {NdT: Non ! Vous croyez ?}

Une étude sur l’influence des sponsors dans les études sur les effets sanitaires des boissons gazeuses, jus de fruits, lait et autres aliments liquides a été publiée en 2007 dans PloS Medicine. [PLoS Med. 2007 Jan; 4 (1):. E5] La conclusion révélait qu’une étude financée par l’industrie alimentaire a de 4 à 8 fois plus de chances d’aboutir à des résultats positifs qu’une étude non parrainée par l’industrie.

Article Ergo-log: Why sponsored studies should not always be taken too seriously

Source Ergo-Log: BMJ. 2003 May 31;326(7400):1167-70.

Traduction Eric Mallet, avril 2014

———————————————–

Ndt: Etonnant, non ?

Mais tout ceci ne devrait pas vous donner une excuse pour ne pas développer votre culture physique ! Pensez également à vous abonner (sur la droite) pour vous tenir au courant de la parution des nouveaux articles.

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Article Ergo-log: 12 semaines d’entraînement avec HMB libre: 7 kg de masse sèche et 5 kilos de perte de graisse

NdT: Même si on se place un peu dans le pur délire, il est presque impossible de concevoir que le HMB FA (libre) puisse donner un tel résultat. J’ai vraiment beaucoup de mal à y croire. Voici cependant le compte-rendu du site Ergo-log sur les résultats de cette expérience. Eux non plus n’y croient pas; ça me rassure un peu.

———————————-

Perdre 5 kg de graisse, gagner 7 kg la masse maigre et ajouter 13 kg à votre développé couché: c’est ce à quoi les culturistes peuvent s’attendre s’ils s’entraînent dur pendant 12 semaines et qu’ils prennent 3 g de HMB libre par jour. Si l’on en croit l’article que les scientifiques sportifs américains sont sur ​​le point de publier dans l’European Journal of Applied Physiology, le HMB libre (sans calcium) fonctionnerait mieux que n’importe quel stéroïde anabolisant. (!)

Des chercheurs de l’Université de Tampa en Floride, ont testé le HMB libre – différent du HMB de calcium retrouvé dans les suppléments, mais une variété indépendante qui sera bientôt disponible sur le marché – sur 24 étudiants de sexe masculin, entraînés aux exercices de résistance. L’étude avait été présentée à l’affiche de la neuvième Conférence et Exposition Internationale de la Society of Sports Nutrition (ISSN) en 2012.

Il a fallu un an aux chercheurs pour présenter leur étude à l’European Journal of Applied Physiology, en Novembre 2013. C’est inhabituel. Rien ne cloche avec l’European Journal of Applied Physiology, mais vous vous attendez quand même à ce qu’une étude avec des résultats aussi impressionnants soit publiée dans un journal au moins aussi prestigieux que l’American Journal of Clinical Nutrition, lequel aurait un facteur d’impact supérieur à l’European Journal of Applied Physiology. Il est également étrange que la personne qui a présenté l’article en 2012 n’ait pas été répertoriée comme un auteur de la publication dans le Journal Européen de Physiologie Appliquée. Pas même en tant que co-auteur; ce qui est aussi un peu inhabituel.

L’étude a été financée par Metabolic Technologies, l’entreprise qui se trouve derrière le HMB et le HMB libre (ou FA pour Free Acid). Un certain nombre d’employés de Metabolic Technologies a également pris part à l’étude.

Les chercheurs ont réalisé une expérience avec 24 étudiants, avec une moyenne  d’âge de 21 ans. Les étudiants ont tous suivi le même programme d’entraînement pendant 12 semaines:. Durant les huit premières semaines, ils se sont entraînés trois fois par semaine, au cours des semaines 9 et 10, ils se sont entraînés cinq fois par semaine, et durant les semaines 11 et 12, ils ont levé le pied afin de récupérer plus facilement. Chaque jour, la moitié des étudiants ont pris 1 g de HMB libre à trois reprises. L’autre moitié a pris un placebo.

La supplémentation a accéléré la vitesse à laquelle la force a augmenté. La figure ci-dessous montre que les sujets qui ont pris du HMB  libre pendant les 12 semaines de l’expérience sont devenus plus forts tout au long de cette période, mais que ceux qui avaient pris un placebo ont perdu de la force entre les semaines 8 et 12. La première figure ci-dessous montre la force maximale lors de l’exécution des squats ; la deuxième montre la force maximale lors de l’exécution du développé couché.

Lose 5 kg fat, gain 7 kg lean body mass and add 13 kg to your top bench-press weight: this is what bodybuilders can expect if they train hard for 12 weeks and add a daily 3 g HMB Free Acid. If we can believe the article that American sports scientists are about to publish in the European Journal of Applied Physiology, HMB Free Acid works better than any anabolic steroid you care to think of.

Lose 5 kg fat, gain 7 kg lean body mass and add 13 kg to your top bench-press weight: this is what bodybuilders can expect if they train hard for 12 weeks and add a daily 3 g HMB Free Acid. If we can believe the article that American sports scientists are about to publish in the European Journal of Applied Physiology, HMB Free Acid works better than any anabolic steroid you care to think of.Les scans DXA ont montré que la supplémentation en HMB libre a permis aux sujets de l’expérience d’acquérir 7,4 kg de masse maigre (!). Les sujets du groupe placebo ont gagné 2,1 kg de masse maigre.

Lose 5 kg fat, gain 7 kg lean body mass and add 13 kg to your top bench-press weight: this is what bodybuilders can expect if they train hard for 12 weeks and add a daily 3 g HMB Free Acid. If we can believe the article that American sports scientists are about to publish in the European Journal of Applied Physiology, HMB Free Acid works better than any anabolic steroid you care to think of.

Les sujets qui ont pris du HMB libre ont également perdu 5,4 kg durant l’expérience. Ceux qui avaient pris un placebo ont perdus 1,7 kg de graisse.

Lose 5 kg fat, gain 7 kg lean body mass and add 13 kg to your top bench-press weight: this is what bodybuilders can expect if they train hard for 12 weeks and add a daily 3 g HMB Free Acid. If we can believe the article that American sports scientists are about to publish in the European Journal of Applied Physiology, HMB Free Acid works better than any anabolic steroid you care to think of.

Nous allons être honnête: nous ne pouvons pas croire ces résultats. Les athlètes des sports de force expérimentés ne peuvent tout simplement pas gagner 7 kg de muscle maigre en trois mois d’entraînement tout en prenant un supplément. Et avec ceci, perdre 5 kg de graisse en même temps ?? Ce n’est même pas possible si vous prenez des stéroïdes. Alors, comment un supplément pourrait-il produire un tel miracle ?

Source de l’article: 12 weeks’ training with HMB Free Acid: 7 kg lean body mass gain, 5 kg fat loss

Source Ergo-log: Eur J Appl Physiol. 2014 Mar 6. [Epub ahead of print].

————————————–

NdT: Comme je vous le disais en début d’article, et pour être tout aussi honnête que les rapporteurs d’Ergo-log, je n’arrive même pas à comprendre ce que j’écris. Les résultats donnés par cette étude sont impossibles en regard du métabolisme normal d’un être humain; c’est proprement incompréhensible. C’est douteux car l’article a été financé par l’entreprise qui a étudié et mis le HMB sur le marché. Mais de faire publier des résultats qui doivent très certainement être biaisés quelque part (sans forcément y chercher une malhonnêteté non plus), relève sans doute d’un excès de légèreté ou d’une mauvaise fois évidente. Chacun en pensera ce qu’il veut. Tout ceci ne m’empêche pas non plus de penser que le HMB est un bon supplément pour la récupération mais que son intérêt ne dépasse pas celui de la leucine prise sur du long terme.

In fine, tout ceci m’amènera à traduire un article Ergo-log que je n’avais pas encore eu le temps de traduire: Why sponsored studies should not always be taken too seriously

Mais d’ici-là, n’oubliez pas de développer votre culture physique…

Eric Mallet

En savoir plus »

Aucun commentaire

Article Ergo-log: le N-Carbamyl glutamate accélère la synthèse des tissus musculaires

NdT: Traduction habituelle du site Ergo-log, j’ai aussi pour habitude de ne jamais donner d’adresse de revendeurs Web puisque mon blog n’est pas une source publicitaire pour tel ou tel revendeur français ou étranger. Cependant, Ergo-log donne ses sources; donc, je donnerais l’information à titre exceptionnel. A vrai dire, je suis arrivé sur cet article en faisant mes petites recherches habituelles sur le marché américain et je suis tombé par hasard sur un complément de la marque CTD Labs nommé NCG, lequel contient la molécule en question. Ne connaissant pas cette molécule, je poursuis mes recherches et je suis retombé sur cet article d’Ergo-log. Pour le reste, rien ne change. Je ne donnerai aucune adresse Internet ni url concernant un complément alimentaire.

Voici la traduction.

———————————–

L’acide aminé N-carbamyl glutamate augmente la synthèse des tissus musculaires. Les chercheurs du ministère américain de l’agriculture l’ont découvert quand ils ont réalisé des tests sur des porcelets âgés de quelques jours seulement.

ncarbamylglutamateLe N-Carbamyl glutamate est déjà présent sur le marché du complément alimentaire. Des quantités inconnues sont retrouvés dans des produits associant plusieurs  composants comme Noxipro, un supplément de pré-entraînement élaboré par CTD Labs. La contribution à l’efficacité du N-carbamyl glutamate de Noxipro n’est pas clairement établie. Le N-Carbamyl glutamate active les carbamyl synthase-1 phosphate, une enzyme nécessaire à la production de l’arginine. Chez les porcelets nouveau-nés, la production de l’arginine est encore très élevée mais elle diminue rapidement après quelques jours. Le déclin est si brutal que les chercheurs pensaient que les porcelets pouvaient croître moins rapidement en raison de ce défaut métabolique. C’est pour cette raison que les chercheurs ont donné  une dose quotidienne de 100 mg de N-carbamyl glutamate par kg de poids corporel à leurs animaux de laboratoire pendant une semaine. Ils ont ensuite examiné si les porcelets avaient grossi plus rapidement par la suite. C’était le cas. Par rapport aux animaux témoins qui n’avaient pas reçu de N-carbamyl glutamate, ces porcelets ont grossi plus rapidement de 28%. L’acide aminé a stimulé la synthèse du tissu musculaire de manière relative [FSR] et absolue [ASR].

La moitié des animaux de laboratoire ont reçu des rations alimentaires normales jusqu’à ce que des mesures soient prises [Fed] et l’autre moitié n’a reçu aucune nourriture pendant 12 heures avant que les mesures [alimentation restreinte] soient prises.

Après une semaine de supplémentation les chercheurs ont analysé le sang des porcelets. Ils ont découvert que le glutamate de N-carbamyl avait effectivement augmenté la concentration en arginine dans le sang, et, probablement à la suite de cela, la concentration de l’hormone de croissance a également augmenté. Le sang des porcelets  contenait également moins d’ammoniac, un déchets provenant du métabolisme des protéines. En outre, l’arginine accélère le processus de libération de l’ammoniac hors du sang.

Les résultats sont prometteurs, tout en sachant que ce qui fonctionne pour les porcelets pourrait ne pas fonctionner pour les humains. D’un autre côté, les cochons ne sont pas des rats ni des souris. En effet, les porcs présentent une très forte ressemblance génétique avec l’être humain. Ce qui fonctionne pour des cochons pourrait donc fonctionner pour nous également.

Article Ergo-log: N-Carbamyl Glutamate boosts muscle tissue synthesis

Source Ergo-log: J Nutr. 2007 Feb; 137(2): 315-9.

————————————–

NdT: Article simple et très intéressant de surcroît. J’aurais pourtant pu passer à côté si je n’avais pas été curieux. Rappelons qu’une concentration élevée en arginine pourra influencer la croissance, tout autant que la libération d’oxyde nitrique et de la somatropine. De même, nous savons que l’hypertrophie repose principalement sur deux principes, la congestion musculaire et le développement de la force. Biologiquement parlant, une concentration plus élevée d’arginine a de fortes chances de favoriser de meilleures congestions et incidemment, de renforcer la force sur le long terme. Ensuite, à chacun de voir si cette molécule de glutamate pourrait lui servir à quelque chose.

Mais d’ici là, n’oubliez pas de développer votre culture physique,

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire