Longévité, tissus musculaires et irisine

irisineLes muscles libèrent une protéine nommée irisine [formule développée ci-contre] dans la circulation sanguine, et ce montant est augmenté par l’exercice physique. L’irisine inhibe les cellules cancéreuses, nous vous en avions parlé récemment. Des chercheurs espagnols pensent aussi que cette même irisine pourrait aider les gens à vivre plus longtemps, c’est ce qu’ils écrivent dans l’American Journal of Medicine.

Une vie plus longue avec plus de muscles

L’exercice physique est sain et la masse musculaire l’est aussi. C’est clair comme le jour, ceux qui  font beaucoup d’exercices vivent plus longtemps que les gens qui en font peu alors qu’il existe un nombre croissant de preuves que vous vivrez à un âge avancé, au plus de masse musculaire vous avez. Dans ces conditions, vous pouvez vous attendre à ce que la musculation puisse être considérée comme le sport le plus sain jamais inventé; la musculation naturelle, cela s’entend.

En effet, un grand nombre de bodybuilders utilisent tout ce que la nature a interdit dans une tentative de construire plus de muscles et de masse, mais il n’existe encore aucune indication convaincante que les bodybuilders pharmacologiquement aidés meurent plus tôt que la moyenne des gens.

Il est probable que les culturistes soient protégées par la partie nonpharmacologique de leur mode de vie. Il est peut-être également probable que les bodybuilders qui n’utilisent ni stéroïdes anabolisants, ni hormone de croissance, ni insuline, ni IGF-1 ni d’autres substances puissent vivre beaucoup plus longtemps que la normale. Beaucoup de bodybuilders bien connus, des haltérophiles et des hommes des sports de force de l’époque pré-stéroïdes ne vivent pas seulement jusqu’à des âges exceptionnels mais ils ont également gardés une condition physique exceptionnelle jusque dans leur vieillesse. Georg Hackenschmidt [1877-1968], par exemple a vécu 90 ans. Il s’est entraîné presque tous les jours jusqu’à ses 80 ans et plus, tout en courant sur des distances de 11 km plusieurs fois par semaine. Et ce n’est qu’un exemple.

L’irisine

 Il y a de cela quelques mois, des chercheurs espagnols ont décrit dans l’American Journal of Medicine qu’ils pourraient avoir découvert comment les muscles et l’exercice physique prolonge l’espérance de vie. Les chercheurs ont étudié un groupe de 79 hommes et femmes en bonne santé, âgés entre 100 et 104 ans {Healthy centenarians} et les a comparés avec un groupe de personnes en bonne santé âgé de 27 et 39 ans {Young, healthy} ainsi qu’avec un groupe de personnes du même âge qui venait d’avoir une crise cardiaque [Young, acute myocardial].Les sujets âgés avaient plus d’irisine dans leur sang que les jeunes adultes en bonne santé et encore plus d’irisine que les jeunes adultes qui ont eu une attaque cardiaque.

Taux d'irisine en fonction de différents groupes de personnes

Conclusion

« Notre étude démontre que les centenaires en bonne santé sont caractérisés par une augmentation d’irisine sanguin alors que des niveaux  significativement plus faibles de cette molécule ont été retrouvés chez de jeunes patients ayant subi un infarctus du myocarde » écrivent les chercheurs espagnols. « Au total, nos données indiquent que les niveaux de circulation de l’irisine peuvent être associées de manière significative avec un vieillissement sain et pourrait servir de marqueur potentiel de risque vasculaire. »

« Cependant, d’autres études seront nécessaires pour déterminer si l’irisine pourrait agir comme un facteur de protection pour le développement des maladies cardiovasculaires et des troubles liés à l’âge. Nous pensons que des niveaux d’irisine élevés observés chez nos centenaires peuvent refléter un vieillissement réussi parce cet échantillon de personnes ne présentait pas de maladie.« 

Source de l’article: Life extension, muscle tissue and irisin

Source Ergo-log: Am J Med. 2014 Sep;127(9):888-90.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme
Eric Mallet
En savoir plus »
Aucun commentaire

Le stress réduirait l’espérance de vie au niveau moléculaire

De graves inquiétudes et du stress, endurés à long terme, réduisent votre espérance de vie. Des psychiatres américains et des scientifiques qui travaillent au niveau moléculaire l’ont découverts quand ils ont étudié des femmes qui prennent soin de leurs enfants. L’ADN de ceux qui s’occupaient d’un enfant chroniquement malade prenaient de l’âge plus rapidement au niveau cellulaire.

Les chercheurs ont prélevé des échantillons de sang provenant de 20 mères ayant un enfant en bonne santé le groupe de contrôle et de 40 mères ayant un enfant gravement malade le groupe expérimental. Ils ont ensuite extrait les globules blancs à partir des échantillons. Dans l’ADN des globules blancs, les chercheurs ont déterminé la longueur des télomères. Au plus ils sont longs, au plus la personne est jeune en termes biologiques. Si les télomères sont plus longs, ils pourront plus se diviser que des télomères courts. Au plus vos cellules comportent de longs télomères, au plus la durée de vie de votre corps sera élevée.

Le stress pourrait avoir une influence sur la longueur des télomères

Lorsque les chercheurs ont interrogé les femmes sur le nombre de périodes stressantes qu’elles avaient dues subir au cours de leur vie, ils ont découvert qu’une quantité plus élevée de stress signifiait aussi des télomères plus courts. La figure ci-dessous le montre. Il semble que le stress réduise l’espérance de vie vie. En rouge = les femmes du groupe expérimental; en bleu = les femmes du groupe de contrôle.

longueur des télomères

La durée du stress est également un facteur signifiant, les chercheurs l’ont découvert. Au plus longtemps les femmes du groupe expérimental avaient pris soin d’un enfant gravement malade, au plus leurs télomères étaient courts même lorsque les chercheurs ont pris en compte l’âge des femmes.

Stress et longueur des télomères

L’enzyme télomérase essaie de maintenir la longueur des télomères dans les cellules. Le stress réduit la concentration de cette enzyme comme les chercheurs l’ont observé lorsqu’ils ont comparé les femmes qui avaient subi un stress important par rapport aux femmes qui avaient été moins stressées.

les conséquences du stress

Le stress est avant tout un phénomène mental; tout se passe dans le cerveau. Les chercheurs ne sont pas certains de savoir comment ce processus mental peut influencer la structure de votre ADN. Ils spéculent que le cortisol, l’hormone du stress, puisse avoir quelque chose à voir avec elle. « Les glucocorticoïdes augmentent le stress oxydatif qui endommage les neurones, en partie à cause de la diminution des enzymes antioxydantes». C’est une des raisons avancées dans d’autres études, écrivent-ils. « Chez les femmes, le stress intense dont elles affirment la présence s’est retrouvé lié à de plus grands dommages oxydatifs sur l’ADN. Le stress oxydatif raccourcit les télomères dans des cellules cultivées in vitro.« 

Une vie modérée en stress augmenterait la longévité

Il semblerait qu’un mode de vie qui comporte peu de périodes stressants chroniques allonge l’espérance de vie. Les chercheurs ont également retrouvé des télomères plus longs chez les buveurs de thé, ceux qui prennent des multivitamines, les personnes ayant des niveaux élevés de vitamine D dans le sang et les personnes qui font beaucoup d’exercice.

Source de l’article: Stress reduces life expectancy at molecular level

Source Ergo-log:  Proc Natl Acad Sci U S A. 2004 Dec 7; 101(49):17312-5.

@ bientôt pour d’autres articles,

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

L’exercice physique retarderait l’âge « moléculaire » de 10 ans

Si vous êtes très actif physiquement, les chances que votre matériel génétique soit de 10 ans plus jeune par rapport à ce qu’il serait si vous aviez passé votre vie comme une loque dans un canapé sont grandes. C’est du moins ce qu’affirment des chercheurs du King’s College de Londres, dans les Archives of Internal Medicine. Les chercheurs britanniques ont mesuré la longueur des télomères de 2400 jumeaux pour lesquels ils avaient déterminé la fréquence de l’activité et de l’exercice physique qu’ils avaient eu l’année précédente.

La longueur des télomères est un des marqueurs de l’espérance de vie

Au plus vos télomères sont longs, au plus votre matériel génétique aura encore de temps devant lui. Un certain nombre d’études ont été publiées récemment, affirmant que les télomères sont plus longs chez les personnes qui consomment plus de vitamine D, font du sport de résistance où se retrouvent à une position plus élevée dans l’échelle sociale.

Les chercheurs ont mesuré la longueur des télomères dans l’ADN des globules blancs des jumeaux pré-cités. Les chercheurs ont divisé les jumeaux en quatre groupes en fonction de la quantité d’activité physique qu’ils pratiquaient: inactifs [16 minutes d’activité physique par jour], activité légère [36 minutes d’exercice physique par jour], activité modérée [102 minutes d’exercice physique par jour] et une forte activité [199 minutes d’exercice physique par jour]. Les chercheurs n’ont pas pris pas en compte l’activité physique sur les lieux de travail. Ils ont seulement pris en compte la quantité d’activité physique que les jumeaux pratiquaient pendant leur temps libre.

Le schéma ci-dessous met en évidence la relation entre la quantité d’activité physique et la longueur des télomères.

exercice physique et longueur des télomères

Comme vous pouvez le voir, les chercheurs ont corrigé les données en fonction du poids, du tabagisme et de l’environnement social [SES = score socio-économique]. Les chercheurs l’ont fait parce que il existe des études qui indiquent que le tabagisme et le surpoids accélèrent l’érosion des télomères [Lancet. 20 au 26 août 2005; 366 (9486): 662-4], de même que le stress chronique [Proc Natl Acad Sci US A. 2004 le 7 décembre; 101 (49):.. 17312-5].

L’exercice physique retarderait le vieillissement génétique d’une décennie !

La longueur des télomères dans les cellules sanguines est également déterminée génétiquement. Certaines études suggèrent que l’hérédité en détermine la longueur pour presque 80%. Si vous observez l’effet de l’activité physique sur la longueur des télomères dans cette optique, il semblerait que l’exercice physique ne soit pas un facteur important. Mais cela n’est pas le cas, selon les chercheurs: ils affirment que l’exercice physique réduit le vieillissement génétique de dix ans.

Source de l’article: Physical exercise delays molecular aging by 10 years

Source Ergo-log: Arch Intern Med. 2008 Jan 28;168(2):154-8.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

En savoir plus »
2 Commentaires