Stratégie pour la longévité: Gardez un taux de DHEA, testostérone et IGF 1 élevé

Les plus de 65 ans cherchant à optimiser leurs chances de survie devraient maintenir des concentrations de DHEA, de testostérone et d’IGF-1 élevé dans leur organisme. Ceci est d’ailleurs suggéré par une étude épidémiologique que les chercheurs italiens de l’Université de Parme ont publié en 2007 dans les Archives of Internal Medicine.

L’étude scientifique sur les taux d’hormones endogènes

Les chercheurs ont suivi 410 hommes âgé de 65 à 92 ans pendant 6 ans. Juste avant le début de l’étude scientifique, ils ont mesuré la concentration de DHEA-S, de la testostérone biodisponible et de l’IGF 1 présent dans le sang des sujets de l’expérience.

Les résultats de l’étude sur les facteurs hormonaux

Les concentrations associées des hormones anabolisantes DHEA, testostérone et IGF 1, après que les chercheurs aient filtré les données en rapport à l’âge, le niveau d’éducation, le taux de graisse corporelle et d’autres facteurs, représentaient des prédicateurs solides des chances de survie des hommes de l’expérience.

Le tableau ci-dessous montre que, avec une concentration élevée ou moyennement élevée de ces hormones, environ 90% des sujets étaient encore en vie 6 ans après. Parmi les hommes dont la concentration de ces trois hormones dans le sang était basse, seul un quart d’entre eux était encore en vie après 6 ans.

 

Hormones anabolisantes, DHEA, testostérone, IGF 1

« Il est concevable que la DHEA-S, la testostérone et l’IGF-1 aient des effets synergiques », ont spéculé les Italiens. « Par exemple, la DHEA-S peut être convertie en testostérone dans les tissus périphériques alors que certaines des actions périphériques de la DHEA-S et de la testostérone peuvent être médiées par l’IGF-1 généré par les tissus. Quant au vieillissement de la population, à la fois la DHEA-S et la testostérone ont eu un effet protecteur conjoint sur les taux de mortalité à 30 ans. « 

Conclusion

« Les résultats de cette étude présentent d’importantes implications cliniques et conceptuelles », ont écrit les chercheurs. « Comme les études épidémiologiques antérieures chez les patients âgés ne se sont concentrées que sur un seul déclin hormonal plutôt que sur une déficience anabolique multiple, nous suggérons que l’évaluation de ces 3 hormones anabolisantes soit toujours envisagée chez les hommes plus âgés ».

« Les futures études devraient également clarifier le lien entre la déficience de ces trois axes hormonaux différents et la mortalité par causes spécifiques chez les hommes plus âgés. Les résultats de cette étude soulèvent la possibilité qu’un dérèglement multiple plutôt qu’une dérégulation unique des hormones anaboliques soit un puissant marqueur d’un mauvais état de santé et peut-être, qu’il accélère le vieillissement chez les hommes plus âgés. »

« Une fois que nos résultats auront été confirmés dans d’autres populations, des possibilités thérapeutiques s’ouvriront sur des essais cliniques de remplacement hormonal multiple chez les hommes âgés. »

Quelques suppositions…

A juste titre, nous pourrions supposer que l’idée d’un remplacement hormonal serait peut-être trop simple car Il se peut que les hormones anabolisantes endogènes ne contribuent pas à maintenir le corps en bonne santé, mais plutôt qu’un corps sain produise des quantités relativement importantes d’hormones anabolisantes.

Si tel est le cas, cela peut ouvrir plus de possibilités. Cela signifierait qu’au moins certains programmes d’entraînement physique, d’interventions diététiques et de changements de mode de vie pouvant stimuler la production d’hormones anabolisantes pourraient engendrer d’autres effets intéressants sur la santé.

Source de l’article: Longevity strategy: keep up your DHEA, testosterone and IGF 1 levels

Source Ergo-log: Arch Intern Med. 2007 Nov 12;167(20):2249-54.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Les acides gras Oméga 3 réduisent le déclin des performances physiques lié à l’âge

Oméga 3Le vieillissement pourrait être inévitable mais il serait aussi accompagné de troubles potentiels moindres si vous aviez plus d’acides gras Oméga 3 dans votre sang. Les gérontologues de la deuxième université de Naples en sont arrivés à cette conclusion après avoir étudié 1300 Italiens âgés. Les acides gras Oméga 3 inhiberaient les processus du vieillissement au niveau des mécanismes moteur du corps.

L’étude scientifique sur les Oméga 3 en relation au vieillissement

Les chercheurs sont toujours à l’affût de nouvelles interventions nutritionnelles afin d’aider à maintenir la population vieillissante des pays occidentaux en meilleure santé et indépendante. Ils se sont alors demandés si les acides gras Oméga 3 pourraient  avoir un effet sur la longévité. Pour le savoir, ils ont mesuré la concentration d’une série d’acides gras présents dans le sang de leur groupe d’Italiens âgés. L’âge moyen du groupe était de 69 ans alors que le sujet le plus âgé avait 104 ans.

Les gériatres ont également mesuré la forme relative de leurs sujets de test.

Résultats de l’expérience

Durant la première série de mesures, les chercheurs ont noté que les sujets qui étaient en meilleure condition physique (>9) présentaient plus d’acides gras Oméga 3 dans leur sang que ceux dont la condition physique était moins bonne (<9). Le tableau ci-dessous fait montre des résultats.

Oméga 3 et vieillissement

Les chercheurs ont surveillé leurs sujets âgés pendant trois ans, notant l’apparition de tout déclin physique. Après avoir effectué un travail statistique intensif, ils ont produit les données observables dans le tableau ci-dessous. Plus le ratio odds était faible, plus l’effet de l’acide gras particulier sur le fonctionnement physique était bénéfique. Plus la valeur p est faible, plus l’effet était significatif.

Oméga 3 et statistique sur le vieillisement

Au plus les chercheurs ont trouvés d’acides gras Oméga 3 dans le sang de leurs sujets âgés, au moins ils faisaient montre de déclin physique. Ils ont également constaté que les acides gras Oméga 6 à base d’aliments végétaux n’avaient pas d’effets négatifs tant que des quantités suffisantes d’acides gras Oméga 3 circulaient dans les corps âgés.

Toujours est-il que la consommation de poisson est assez faible dans la région où les Italiens ont recruté leurs sujets de recherche. Les acides gras Oméga 3 que les chercheurs ont mesuré ne proviennent donc probablement pas de poissons mais de sources végétales d’acides gras Oméga 3 comme les graines de lin et les noix. Ceux-ci contiennent des acide gras Oméga 3 ALA. Les enzymes du corps transforment l’ALA en «vrais» acides gras Oméga 3 EPA et le DHA.

Questions suite aux résultats de l’expérience

De quelle manière les acides gras Oméga 3 retardent le processus du vieillissement de l’organisme, les chercheurs ne le savent pas encore. Ils supposent que les Oméga 3 réduisent le catabolisme induit par les réactions inflammatoires qui s’intensifient avec l’âge.

Source de l’article: N-3 fatty acids reduce age related physical performance decline

Source Ergo-log: Rejuvenation Res. 2009 Feb;12(1):25-32.

Note: Avec le temps et les années d’entraînement, j’ai moi-même fini par me rendre compte que mes progrès en termes de croissance musculaire et de force n’étaient jamais aussi bon que lorsque mes apports en Oméga 3 étaient optimum. Ensuite, comme le souligne le dernier paragraphe de l’article, il manque encore des éléments à la recherche scientifique pour pouvoir expliquer en détails l’influence de ces acides gras bienfaisants. N’oublions pas que les Oméga 3 participent à la fabrication des membranes cellulaires et à leur solidité; un élément qui contribuerait à expliquer leur influence sur le vieillissement.

Je vous donne rendez-vous sur Espace Corps Esprit Forme dès dimanche pour le prochain article mais également sur Fitness Nations très rapidement pour un autre article sur l’entraînement du dos. Mais d’ici là, prenez soin de développer votre culture physique !

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Si la Leucine ne stimule pas la croissance musculaire, essayez de l’associer à la Glycine

GlycineLes bodybuilders et fans de fitness connaissent la Leucine. De nombreuses études ont montré qu’elle stimule les processus anabolisants des cellules musculaires mais d’autres études scientifiques pourraient suggérer que la Leucine n’est pas toujours efficace. Le vieillissement, les longues périodes d’inactivité et d’autres conditions au cours desquelles le corps produit de grandes quantités de facteurs inflammatoires et d’oxydants pourraient éliminer l’effet anabolisant de la Leucine. Dans ces circonstances, l’ajout de Glycine comme complément pourrait offrir une solution. C’est ce que des physiologistes australiens ont découvert.

Leucine et Glycine

La Leucine stimule l’anabolisme cellulaire mais elle n’est pas miraculeuse pour autant. La Leucine ne travaille qu’avec les autres acides aminés et probablement pas durant les périodes de restriction calorique.

La Glycine est un acide aminé non essentiel généralement peu considéré par les scientifiques mais, selon des études scientifiques récentes, elle pourrait présenter des caractéristiques intéressantes. Certaines de ces études suggèrent que la Glycine pourrait régénérer de vieilles cellules et protéger les tissus musculaires de la dégradation causée par le cancer, probablement parce que la Glycine bloque certains facteurs inflammatoires.

L’étude sur la Leucine et la Glycine

Dans leur article publié dans l’American Journal of Physiology, Endocrinology and Metabolism, les chercheurs ont fait part de leur expérience au cours de laquelle ils ont injecté des lipopolysaccharides [LPS] à des souris. Cette substance va créer une cascade de processus inflammatoires qui empêchera les tissus musculaires de croitre et de le rendre insensible à toute forme de stimulation anabolisante.

Certains des rongeurs avaient reçu de l’Alanine quelques heures avant qu’ont leur injecte des lipopolysaccharides. L’Alanine présentait un effet anti-inflammatoire. Un autre groupe a reçu de la Glycine. Quelques heures après l’administration, les chercheurs ont donné de la Leucine aux rongeurs et ils ont observé les effets produits sur les tissus musculaires des animaux.

Résultats de l’expérience

L’administration des lipopolysaccharides a bloqué la croissance musculaire et la synthèse des protéines. La combinaison de Leucine et de Glycine a neutralisé cet effet dans de larges proportions.

Leucine et Glycine

CON: Rongeurs n’ayant pas reçu de lipopolysaccharides

Glycine et LeucineLes lipopolysaccharides ont inhibé la molécule signal anabolisante mTOR mais l’association Leucine et Glycine a neutralisé cette inhibition.

Glycine et Leucine

Conclusion

« Nos données montrent que la Glycine peut restaurer la réponse anabolique à la Leucine au cours d’une inflammation aiguë du muscle squelettique » écrivent les chercheurs. « Ces observations confirment que la tentative de stimuler la synthèse des protéines en augmentant la disponibilité de la Leucine seule constitue une stratégie inefficace pour contrer la résistance anabolique dans des conditions de catabolisme musculaire ».

« Des études supplémentaires seront nécessaires pour élucider les voies de signalisation responsables de l’effet bénéfique de la Glycine ».

« L’identification de la Glycine en tant que nouvelle intervention nutritionnelle pour restaurer la sensibilité anabolique du muscle squelettique à la Leucine présente des implications thérapeutiques potentielles contre de nombreux troubles musculaires ».

Source de l’article: If Leucine isn’t stimulating muscle growth, try combining it with Glycine

Source Ergo-log: Am J Physiol Endocrinol Metab. 2016 Jun 1;310(11):E970-81.

 

Note: Bien qu’intéressante, vous devez gardez à l’esprit qu’il est fort peu probable de présenter une baisse significative de l’efficacité de la Leucine avant d’avoir largement dépassé au moins la cinquantaine, sinon plus encore si vous êtes un athlète confirmé. Alors, avant de vous ruer sur des suppléments de Glycine en poudre dont l’utilisation risquera fort d’être totalement inutile, considérez simplement le fait qu’au plus vous augmentez la présence d’un acide aminé dans une protéine, au plus vous allez réduire l’assimilation des autres acides aminés de cette protéine et de produire, in fine, un effet défavorable sur l’assimilation de cette même protéine.

Eric Mallet

Articles à lire:

Balage M, Sornet C, Denis P, Tesseraud S, Dupont J, Dardevet D. Chronic leucine supplementation in adult rats did not induce insulin resistance on glucose metabolism, Proc Nutr Soc. 2008 May;67(OCE):E200

> Article de l’INRA sur l’effet d’un supplément de Leucine chez les personnes âgées

En savoir plus »
2 Commentaires

L’arginine avec des extraits de raisin améliore l’endurance des athlètes

Nous savons que l’arginine isolée a pour effet de potentialiser le métabolisme de l’oxyde nitrique dans l’organisme. Cependant, ce potentiel reste assez limité à cause de l’enzyme qui la dégrade. Associé à des métabolites du cycle de Krebs comme l’AKG ou indirectement à partir de la citrulline ou de l’ornithine, l’arginine peut voir augmenter sa présence dans le sang et ses effets, toutefois sans garantie absolue quant à son efficacité sur la congestion musculaire – ou hyperémie. En outre, cet article prouve une fois de plus que certains antioxydants présentent d’autres particularités que de réduire les dommages causés par les radicaux libres, c’est précisément ce dont traite cet article avec les extraits de raisin. Le monde des micronutriments s’avère complexe et prouve à nouveau qu’ils ne sont pas forcément faits pour travailler seuls.

Eric Mallet

————————–

Un supplément contenant l’acide aminé L-Arginine et un extrait de peau de raisin augmenterait l’intensité de votre entraînement sans que vous vous sentiez subitement épuisé au point que vous ne sachiez plus poursuivre sur le plan physique. Les scientifiques du sport de l’Université de Nebraska-Lincoln ont publié ces résultats dans le Journal of Strength and Conditioning Research.

Les extraits de pépins de raisin ou de peaux de raisin contiennent des phénols qui inhibent la dégradation du monoxyde d’azote dans l’organisme, le NO (ou oxyde nitrique) étant considéré comme un « bon » radical libre. Parce qu’une quantité plus élevée de NO maintient la souplesse des vaisseaux sanguins, les extraits de pépins de raisins protègent les vaisseaux sanguins et augmentent la facilité avec laquelle le cœur peut pomper de l’oxygène et des nutriments pour les muscles.

Les extraits de raisin et l’arginine travaillent en synergie pour augmenter l’endurance des sujets

L-Arginine

La L-Arginine

La L-Arginine est un précurseur du NO. Que d’associer la L-Arginine et les extraits de raisin améliore cet état n’est pas une idée si étrange. L’effort physique engendre une plus grande quantité d’ammoniac dans le sang, ce qui crée de la fatigue. La L-Arginine accélère le métabolisme de l’organisme qui élimine ensuite l’ammoniac.

Les études sur la réduction de la fatigue par la L-Arginine ne sont généralement pas concluantes et c’est la première fois qu’une association d’extraits de raisin et de L-Arginine a été étudiée. C’est pour cela que le fabricant de suppléments, General Nutrition Corporation a financé cette étude au cours de laquelle 1500 mg de L-Arginine ont été combinés à 150 mg d’extraits de peau de raisin.

50 sujets de test masculins [âge moyen: 23 ans] ont pris ce supplément pendant 4 semaines. Une partie du groupe a reçu un placebo, une partie des autres a pris 1500 mg de L-arginine et 150 mg d’extraits de raisin de manière quotidienne, et une autre partie du groupe a pris le double de cette dose. Les sujets n’ont pas pratiqués d’exercices de manière régulière.

Avant et après la période de 4 semaines, les chercheurs ont déterminé la capacité de travail physique au seuil de fatigue [PWCFT] de leurs sujets lorsqu’ils ont changé de cycle. Le graphique ci-dessous montre ce dont il s’agit. La figure présente les données pour une personne.

Arginine et extraits de raisin améliorent l'endurance

L’intensité maximale à laquelle la fatigue du sujet n’augmente pas significativement est de 140 Watts. Lorsque l’intensité atteint 170 Watts, l’épuisement augmente soudainement. Le calcul du PWCFT se détermine en prenant la moyenne de ces chiffres. En d’autres termes, le niveau d’intensité auquel vous pouvez réaliser l’exercice pendant une longue période de temps sans être épuisé, dans ce cas, est de 155 Watts.

Le PWCFT a augmenté chez les sujets qui avaient pris des suppléments. Vous n’avez même pas besoin d’une forte dose de L-arginine pour atteindre cet objectif – le dosage léger fonctionne aussi bien que la forte dose.

Arginine et polyphénols du raisin améliorent l'endurance

« Ces résultats soutiennent l’utilisation de suppléments à base d’arginine aux dosages retenus dans la présente enquête, en tant qu’aide ergogène pour les personnes non entraînées » en concluent les chercheurs.

Source de l’article: Arginine with grape extract enhances stamina

Source Ergo-log: J Strength Cond Res. 2010 May; 24(5): 1306-12.

En savoir plus »
Aucun commentaire