Une étude à large échelle sur les effets secondaires des stéroïdes apporte de mauvaises nouvelles aux utilisateurs

Un petit nombre d’études scientifiques sur l’homme, un grand nombre d’études de cas ainsi qu’un grand nombre d’études chez les animaux ont déjà montré que les stéroïdes anabolisants ne sont pas bons pour le cœur et les vaisseaux sanguins. A ce jour, les cardiologues américains ont publié la plus large étude humaine sur l’effet des stéroïdes sur le système cardiovasculaire. Et encore une fois, les résultats ne sont pas rassurants.

L’étude scientifique

Les chercheurs ont examiné le cœur et les vaisseaux sanguins de 86 utilisateurs masculins de stéroïdes qui avaient pris des substances hormonales illégales pendant une moyenne de sept ans. Chacun de ces hommes étaient des bodybuilders expérimentés. Les chercheurs ont comparé ce groupe d’utilisateurs à un groupe de 54 non-utilisateurs, également passionnés de bodybuilding. Ils s’entraînaient aussi souvent et intensément que les utilisateurs de stéroïdes anabolisants.

Les résultats de l’étude sur les stéroïdes

Les substances anabolisantes telles que les stéroïdes et l’hormone de croissance peuvent provoquer une croissance anormale du muscle cardiaque avec une pression artérielle élevée. De là, les parois du muscle cardiaque peuvent devenir trop épaisses et rigides. En conséquence, le cœur ne pourrait pas pomper autant de sang dans l’organisme.

L’une des mesures que les cardiologues utilisent pour exprimer la capacité du cœur à pomper du sang riche en oxygène autour du corps est la fraction d’éjection systolique du ventricule gauche.

Le tableau ci-dessous montre que pour presque tous les non-utilisateurs, la fraction d’éjection systolique du ventricule gauche était normale. Cependant, ce n’était pas le cas pour un certain nombre d’utilisateurs d’anabolisants, en particulier ceux qui utilisaient des stéroïdes pendant l’étude. La condition physique des utilisateurs hors cycle était moins alarmante, ce qui suggère que pendant la période où les bodybuilders ne prenaient pas d’anabolisants stéroïdiens, le cœur se rétablissait dans une certaine mesure.

Stéroïdes anabolisants et tension artérielle

Le tableau ci-dessous est plus alarmant. Il montre la quantité de plaque présente dans les vaisseaux sanguins qui reçoivent le sang oxygéné du cœur. Au plus il y a de plaque, au plus les vaisseaux sanguins sont bouchés et au plus les risques de crise cardiaque sont élevés. Les utilisateurs d’anabolisants stéroïdiens présentaient un pourcentage de plaque nettement plus élevé que les non-utilisateurs.

Stéroïdes anabolisants et formation de plaque des vaisseaux sanguinsStéroïdes anabolisants et formation de plaques des vaisseaux sanguins

La quantité de plaque accumulée dans les vaisseaux sanguins des utilisateurs de stéroïdes anabolisants a augmenté, relativement à la durée de la prise des anabolisants. Peu de changements étaient visibles au cours des 6 à 7 premières années, mais ensuite, les risques de dépôt de plaque ont augmenté chaque année suivant l’usage des substances.

Conclusion

« Nos résultats suggèrent que l’utilisation de stéroïdes anabolisants et d’androgènes est associée à une dysfonction ventriculaire gauche ainsi qu’à une maladie coronarienne prématurée » concluent les chercheurs. « Ces résultats peuvent tenir lieu d’informations auprès des organismes de santé publique afin de freiner l’exposition aux médicaments et de fournir des données scientifiques aux cliniciens, ce qui se traduirait par une amélioration des soins prodigués aux patients ».

Source de l’article: Biggest study on cardiovascular side effects of steroids brings bad news for users

Source Ergo-log: Circulation. 2017 May 23;135(21):1991-2002.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Une dose optimale d’huile de poisson dépendrait du poids corporel

Omega 3Si, pour une raison quelconque, vous preniez de l’huile de poisson et que vous découvrez que cela ne fonctionne pas après quelques semaines, il se pourrait que votre poids corporel soit trop élevé. Au plus vous êtes lourd, au plus la concentration en acides gras Oméga 3 augmentera lentement dans votre organisme. Les psychiatres américains de l’Ohio State University ont découvert cela lorsqu’ils ont donné des capsules d’huile de poisson à leurs sujets d’expérience.

L’étude scientifique sur l’huile de poisson en rapport avec le poids corporel

Les chercheurs ont donné à 28 jeunes âgés de 7 à 14 ans, tous souffrant de troubles de l’humeur, quatre capsules d’huile de poisson par jour pendant 12 semaines. Ils ont pris un produit fabriqué par American OmegaBrite. Chaque capsule contenait 350 mg d’EPA, 50 mg de DHA 100 mg d’autres acides gras Oméga 3. De cette manière, les sujets ont pris 2 grammes d’acides gras Oméga 3 par jour.

Les résultats de l’expérience

Au plus le poids corporel des participants était élevé, au moins l’augmentation de la concentration en EPA et DHA sanguin était constatée.

Assimilation des Omega 3 suivant le poids corporelAssimilation des Omega 3 suivant le poids corporel

Conclusion

« L’étude réalisée à cette fin démontre des relations linéaires claires entre le poids corporel de l’individu et son IMC avec l’accumulation du taux plasmatique d’acides gras polyinsaturés Oméga 3 chez les enfants et les adolescents », ont conclu les chercheurs. « Ces données n’ont pas montré que le surpoids ou l’obésité clinique étaient particulièrement prédictifs, mais un effet dose-réponse a été observé dans le spectre de l’IMC ».

« Les principales lignes directrices quant à des recommandations sur l’apport optimal en acides gras polyinsaturés Oméga 3 chez les jeunes viseraient à tenir compte du poids corporel plutôt que des déterminations basées sur l’âge ».

« Les études qui examinent les effets cliniques potentiels des AGPI Oméga 3 chez les jeunes et les adultes devraient intégrer les effets du poids corporel dans les modèles statistiques car les différences de poids liées aux effets pourraient contribuer de manière significative à la constatation d’incohérences dans la littérature scientifique actuelle ».

Source de l’article: Optimal fish oil dose depends on body weight

Source Ergo-log: PLoS One. 2017 Apr 5;12(4):e0173087.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

 

En savoir plus »
Aucun commentaire

L’acide carnosique, l’aide minceur potentiel du romarin

L’acide carnosique est utilisé dans les dentifrices, la viande transformée, les pizzas et les sauces. Il est surtout naturellement retrouvé dans les herbes et épices ordinaires et fonctionnerait plutôt bien comme agent conservateur biologique. L’acide carnosique pourrait également être considéré comme une aide minceur intéressante, comme l’a écrit un diététicien nutritionniste coréen* dans le Journal of Cancer Prevention.

L’acide carnosique

acide carnosiqueL’acide carnosique est un diterpène retrouvé dans certains végétaux tels que le romarin par exemple. Sa formule structurelle est présentée ci-contre.

Oui, l’étude scientifique dont nous allons vous parler aujourd’hui a été réalisée in vitro. En effet, un grand nombre de substances qui présentent des effets intéressants sur les cellules dans les laboratoires en Asie n’ont pas nécessairement le même effet sur les humains.

La raison pour laquelle nous pensons que cette étude vaut la peine d’être considérée, c’est qu’il est facile pour les fabricants de suppléments d’utiliser de l’acide carnosique. Il existe depuis des années comme agent de conservation biologique. La toxicité de l’acide carnosique a été étudiée en détail et dans l’UE, la molécule est considérée comme sûre. [The EFSA Journal (2008) 721, 1-29.]

Donc, nous y voilà. D’un coup, l’étude coréenne est devenue beaucoup intéressante.

L’étude de laboratoire sur l’acide carnosique

Les chercheurs ont exposé de jeunes cellules adipeuses flottant dans un liquide composé de diverses concentrations d’acide carnosique. La molécule a inhibé la croissance et le développement des cellules adipeuses. Au plus la concentration d’acide carnosique était élevée, au moins les cellules étaient riches en graisse.

acide carnosiqueL’acide carnosique a inhibé la fabrication de la protéine PPAR-gamma que les cellules adipeuses utilisent pour «reconnaitre» les acides gras. Il a également fait de même avec la SCD1, une enzyme qui synthétise l’acide oléique dans les adipocytes. Des indices ont démontré que lorsque l’obésité est impliquée – ou certaines formes malignes de cancer – l’activité de l’enzyme SCD1 (acide gras désaturase) devient trop élevée.

acide carnosiquemétabolisme de l'acide carnosique

Conclusion

Le potentiel anti-cancéreux de l’acide carnosique s’est révélé probable. Peut-être s’agit-il d’une aide minceur ou peut-être des deux. Par la suite, nous vous donnerons plus d’informations. Nous n’allons peut-être pas trouver d’expérience clinique réalisée sur l’être humain mais il serait déjà intéressant de pouvoir discuter d’une étude réalisée sur l’animal.

Source de l’article: Carnosic acid: potentiel slimming aid from Rosemary

Source Ergo-Log: J Cancer Prev. 2015 Mar;20(1):41-9.

* Il s’agit ici d’un diététicien nutritionniste clinicien, titulaire d’un doctorat.

————————-

Note: Sur Espace Corps Esprit Forme, nous connaissons déjà bien le romarin mais pour des considérations scientifiques en relation à l’acide ursolique dont l’effet sur l’hypertrophie musculaire et le potentiel anti-cancérigène sont attestés. Nous aurons d’ailleurs l’occasion de revenir sur l’acide carnosique en traitant d’une autre épice, le thym. Le thym renferme également de l’acide ursolique et carnosique mais nous en apprendrons plus sur son action au niveau cellulaire, hormis l’influence de ce dernier sur les protéines PPAR gamma.

Après tout ceci, je possèderais assez d’éléments pour rédiger un article sur l’épissage cellulaire, comme prévu depuis fort longtemps maintenant. Cet article reviendra sur l’acide ursolique, expliquant comment il agit et pourquoi il s’avère particulièrement intéressant pour le bodybuilding et la croissance musculaire. Pour ceux qui sont de ma génération, nous aurons l’occasion de parler du personnage qui popularisa cette molécule et qui s’était fait connaitre pour bien autre chose que l’acide ursolique. Toujours est-il que l’on peut considérer le romarin comme un condiment à ranger dans la catégorie de la recomposition corporelle. Ces derniers sont particulièrement rares, plus efficaces et sans le potentiel probablement néfaste du CLA à forte dose.

Donc, si l’on vous dit qu’ils ont la santé les fruits et les légumes frais, pensez que c’est également le cas pour certains condiments et épices, peut-être encore bien plus que pour les fruits et légumes.

Mais d’ici là, je ne peux que vous inviter à développer votre culture physique !

Eric Mallet

En savoir plus »
3 Commentaires

Faire du muscle, gagner en endurance et perdre de la graisse avec le jeûne intermittent

Le jeune intermittent fait partie des options alimentaires les plus populaires et partagées du moment. Si cette pratique paraît souvent dépendre du bon sens (et parfois des impératifs en période de famine), il est toujours préférable de s’en référer à la recherche. Cette étude scientifique commentée par les rédacteurs d’Ergo-log en est un bon exemple.

Eric Mallet

———————————-

Nous ne le savons pas mais nos habitudes alimentaires sont assez peu naturelles. Nous mangeons dès le moment où nous nous réveillons jusqu’à ce que nous dormions à nouveau. Si nous pouvions rompre ce modèle et commencer à faire du jeûne intermittent, nous pourrions apporter des changements dramatiques à notre corps. Nous pourrions perdre de la graisse, améliorer notre masse corporelle et développer de la masse musculaire supplémentaire comme le pensent les chercheurs de l’Institut Salk pour les études biologiques aux États-Unis. Ils ont étudié les effets du jeûne intermittent dans une série d’études sur les animaux.

L’étude scientifique

Les chercheurs ont donné une  alimentation standard  à des souris afin qu’elles puissent vivre sainement jusqu’à un âge mûr [N], une nourriture qui contenait 60% de graisse [F], ou des aliments qui contenaient 30% de matières grasses et 25% de sucre [FS] . Si vous donnez des aliments qui contiennent de la graisse ou du sucre ajouté à des souris, ils en mangent plus, ils prennent du poids et détériorent leur santé.

Au cours d’une période de plusieurs mois, les souris ont été autorisées à manger chaque fois qu’elles le voulaient [A]. A une autre occasion, elles n’avaient accès qu’à des aliments pendant 8 à 9 heures par période de 24 heures. Fait intéressant à observer, pendant cette période plus courte, les animaux mangeaient presque autant qu’ils le faisaient lorsqu’ils recevaient un accès illimité à la nourriture.

Le jeûne intermittent pourrait vous aider à perdre du poids

Les tableaux ci-dessous montrent la composition corporelle et le pourcentage de graisse de différents groupes de souris. Que les souris soient en régime alimentaire sain ou riche en graisses, lorsqu’elles étaient en jeûne intermittent, elles perdaient du poids.

FAA = 6 mois en accès illimité à des aliments riches en graisse

FTT = 6 mois en accès restreint à des aliments riches en graisse pendant 8 à 9 heures par jour

FTA = 3 premiers mois en accès limité à des aliments riches en graisse puis 3 mois en accès illimité à des aliments riches en graisse

FAT = 3 premiers mois en accès illimité à des aliments riches en graisse puis 3 mois en accès limité à des aliments riches en graisse durant 8 à 9 heures par jour

NAA = 6 mois en accès illimité à des aliments riches en graisse

NTT = 6 mois en accès limité à des aliments sains pendant 8 à 9 heures par jour

NTA = 3 premiers mois en accès à des aliments sains pendant 8 à 9 heures par jour, puis 3 mois d’accès illimité à des aliments sains

NAT = 3 premiers mois en accès illimité à des aliments sains puis 3 mois d’accès à des aliments sains pendant 8 à 9 heures par jour.

jeûne intermittentLe jeûne intermittent construit de la masse musculaire

Pour les souris qui avaient pris une alimentation saine, le jeûne intermittent avait eu un effet positif sur leur masse musculaire maigre.

Le jeûne intermittent pour garder un poids de corps sainLe jeûne intermittent vous aide à garder un poids de corps sain

Les chercheurs ont fait courir les souris sur un tapis roulant jusqu’au point d’épuisement. Cela a été fait après que les souris soient exposées à différents régimes alimentaires pendant une période de 12 semaines.

NA = Accès illimité aux aliments standards
FA = Accès illimité aux aliments riches en matières grasses
9hFT = Accès aux aliments riches en matières grasses pendant 9 heures par jour
12hFT = Accès aux aliments riches en matières grasses pendant 12 heures par jour
5T2A = Accès aux aliments riches en matières grasses pendant 9 heures en semaine, accès illimité aux aliments riches en matières grasses le week-end
FSA = Accès illimité aux aliments riches en matières grasses (40%) et riches en sucre (25%)
FST = Accès aux aliments riches en matières grasses (40%) et à sucre élevé (25%) pendant 9 heures par jour

Le jeûne intermittent pour conserver un poids corporel sain

Comme vous pouvez le voir, le jeûne intermittent pendant 16 heures par jour a amélioré la capacité d’endurance des souris. Le jeûne intermittent pendant 12 heures a eu peu d’effet. Les souris à jeun intermittent qui suivaient un régime malsain présentaient même un poids corporel plus favorable que les souris ayant un accès illimité à une alimentation saine. (Les chercheurs n’ont pas examiné l’effet du jeûne intermittent chez les souris qui prenaient un régime standard).

L’influence  du jeûne intermittent sur le métabolisme des souris

Le jeûne intermittent a rendu les animaux plus sensibles à l’insuline. Il a réduit la synthèse des protéines inflammatoires tels que les TNF alpha et l’interleukine 1 bêta. Il a également augmenté l’activité des enzymes impliquées dans l’oxydation des graisses au niveau cellulaire.

Conclusion

«Nos résultats mettent en évidence le potentiel important d’une alimentation restreinte dans le temps pour contrer l’obésité humaine et ses troubles métaboliques associés», ont écrit les chercheurs. « Les travaux de recherche futurs devraient explorer le rôle des régulateurs métaboliques et circadiens connus sur la restauration énergétique de l’organisme à la normale dans le cadre de l’alimentation temporaire ».

« En outre, il serait utile de vérifier si les observations physiologiques retrouvées chez la souris s’appliquent aux humains. Un essai de contrôle randomisé à grande échelle qui étudie le rôle de l’alimentation restreinte dans le temps montrerait si cela s’applique également aux humains ».

Source de l’article: Build muscle mass, increase endurance capacity and lose fat trhrough intermittent fasting

Source Ergo-log: Cell Metab. 2014 Dec 2;20(6):991-1005.

A part ceci, nous reviendrons prochainement sur les articles de la SuppVersity et les processus inflammatoires en relation à la croissance musculaire mais d’ici là, je ne peux que vous recommander de développer votre culture physique !

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire