L’effet de recomposition corporelle du Picéatannol

picéatannolPrendre un supplément qui contient du picéatannol [formule structurelle à droite], un métabolite du resvératrol, pourrait réduire la masse grasse et augmenter la masse maigre du corps. Nous fondons cette hypothèse sur des études in vitro réalisées en Asie. Elles ont montré que le picéatannol inhiberait l’absorption du glucose par les cellules adipeuses mais qu’il stimulerait son absorption par les cellules musculaires. NdT: {Le picéatannol fait partie de la grande famille des stilbénoides qui regroupe elle-même les composants de la famille des stilbènes (comme le ptérostilbène), des phénanthrènes et des bibenzyls}.

Naturellement, vous pouvez vous attendre à ce que les cellules musculaires grandissent mieux si elles peuvent absorber plus de nutriments à partir du sang. Des chercheurs de l’Université d’Agriculture et de Technologie de Tokyo au Japon avaient d’ailleurs annoncé en 2012 que le picéatannol pouvait avoir cet effet sur les cellules musculaires. [Biochem Biophys Res Commun. 2012 Jun 8;422(3):469-75.]

Les chercheurs japonais ont exposé des cellules musculaires au glucose et au picéatannol dans des tubes à essai. Ils ont observé que l’antioxydant stimulait l’absorption des cellules musculaires par le glucose. Le Picéatannol activerait la protéine kinase AMPK et les GLUT4, un transporteur de glucose activé par l’exercice intensif. Le GLUT4 aide les cellules musculaires à absorber le glucose sans avoir à recourir à l’insuline.

Picéatannol et captation cellulaire du glucoseConcentration GLUT4 et picéatannolPicéatannol et insuline

Les études au niveau cellulaire se sont révélés intéressantes mais les études sur les animaux le sont plus encore. Ainsi, les Japonais ont donné 50 mg de picéatannol par kilo de poids corporel tous les jours à des souris obèses et insulino-résistantes. L’équivalent humain de cette dose serait de l’ordre de 200 à 350 mg par jour. Le taux de glucose des souris qui avaient reçu ce stilbène et cousin du resvératrol descendait plus rapidement que celui des souris qui n’en avaient pas reçu. Les souris qui avaient reçu l’antioxydant avaient également gagné un peu de poids.

Les chercheurs japonais n’ont pas essayé de connaitre les effets de la supplémentation sur la composition corporelle mais les résultats d’une étude coréenne et américaine in-vitro réalisée en 2012 indique qu’un effet est probable à ce niveau.  [J Biol Chem. 2012 Mar 30;287(14):11566-78.]

Durant cette étude, les chercheurs ont exposé des cellules adipeuses à des mélanges de picéatannol et d’insuline. Ils ont observé qu’au plus la concentration de picéatannol était élevée, au moins les cellules stockaient de graisses. Le deuxième tableau ci-dessous montre comment cela se produit: à mesure que le niveau de picéatannol augmente dans une cellule adipeuse, le fonctionnement du récepteur de l’insuline diminue.

Picéatannol et accumulation des graissespicéatannol et ATPpicéatannol insuline

Les chercheurs ont pu montrer que la molécule de picéatannol s’attache au récepteur de l’insuline et qu’elle bloque partiellement la transmission des signaux à la cellule. Le tableau ci-dessus montre comment les chercheurs pensent que cela se produit.

Les chercheurs concluent: «Notre conclusion quant à une liaison directe entre le picéatannol et le récepteur de l’insuline ainsi que le rôle inhibiteur du picéatannol dans l’activité tyrosine kinase du récepteur de l’insuline avec sa cascade de phosphorylation subséquente sur la voie de signalisation révèle un nouveau mécanisme par lequel un stilbène polyphénolique naturel module l’adipogenèse».

Le constat se résume donc à ceci: moins d’absorption de glucose dans les cellules graisseuses, plus d’absorption de glucose dans les cellules musculaires via les GLUT4. Dès lors, le picéatannol serait un candidat intéressant à tester dans les boissons pour sportifs ou les suppléments post-entraînement. NdT: {Comme certains autres d’ailleurs, par des mécanismes similaires ou par d’autres voies :-}.

L’idée que les métabolites antioxydants des plantes – et ce stilbène en l’occurrence –  puissent réduire l’absorption des nutriments du sang par les cellules adipeuses et l’augmenter dans les cellules musculaires n’est pas nouvelle. Le supplément Indigo-3G de Biotest reposerait sur ce principe. Il contient de l’anthocyanine cyanidine-3-glucoside en tant qu’ingrédient actif. Des études sur l’animal ont également montré que les anthocyanines pouvaient améliorer la composition corporelle.

Source de l’article: Piceatannol’s body recomposition effect

Source Ergo-log: Biochem Biophys Res Commun. 2012 Jun 8;422(3):469-75.

————————–

Note: J’avais déjà eu l’occasion de discuter de ce « fameux » Indigo-3G de Biotest cité par Ergo-log en 2015. Il s’agit d’un complément plus ou moins connu par certains athlètes à la recherche de solutions alternatives plus ou moins underground. Il y a deux ans, j’en avais conclu qu’une seule molécule ne serait peut-être pas suffisante à créer une véritable différence, sans parler du prix exorbitant de leur Indigo machin. C’est un peu là le nœud du problème. Cependant, et maintenant que nous commençons à connaitre de nombreux agents de recomposition corporelle, il est probable que d’associer plusieurs molécules puisse donner un résultat vraiment significatif.

J’ai mon idée là-dessus, vous devez vous en douter 🙂 Certains d’entre eux font partie des stilbènes, d’autres des bioflavonoïdes ou des stérols végétaux, d’autres encore travaillent en favorisant l’épissage de l’IGF1, le cousin de l’insuline qui fait l’objet de cet article. Vous le connaissez déjà, il s’agit de l’acide ursolique et j’aurais l’occasion d’en reparler prochainement. Mais d’ici là, je ne peux que vous encourager à développer votre culture physique…

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire