Si la Leucine ne stimule pas la croissance musculaire, essayez de l’associer à la Glycine

GlycineLes bodybuilders et fans de fitness connaissent la Leucine. De nombreuses études ont montré qu’elle stimule les processus anabolisants des cellules musculaires mais d’autres études scientifiques pourraient suggérer que la Leucine n’est pas toujours efficace. Le vieillissement, les longues périodes d’inactivité et d’autres conditions au cours desquelles le corps produit de grandes quantités de facteurs inflammatoires et d’oxydants pourraient éliminer l’effet anabolisant de la Leucine. Dans ces circonstances, l’ajout de Glycine comme complément pourrait offrir une solution. C’est ce que des physiologistes australiens ont découvert.

Leucine et Glycine

La Leucine stimule l’anabolisme cellulaire mais elle n’est pas miraculeuse pour autant. La Leucine ne travaille qu’avec les autres acides aminés et probablement pas durant les périodes de restriction calorique.

La Glycine est un acide aminé non essentiel généralement peu considéré par les scientifiques mais, selon des études scientifiques récentes, elle pourrait présenter des caractéristiques intéressantes. Certaines de ces études suggèrent que la Glycine pourrait régénérer de vieilles cellules et protéger les tissus musculaires de la dégradation causée par le cancer, probablement parce que la Glycine bloque certains facteurs inflammatoires.

L’étude sur la Leucine et la Glycine

Dans leur article publié dans l’American Journal of Physiology, Endocrinology and Metabolism, les chercheurs ont fait part de leur expérience au cours de laquelle ils ont injecté des lipopolysaccharides [LPS] à des souris. Cette substance va créer une cascade de processus inflammatoires qui empêchera les tissus musculaires de croitre et de le rendre insensible à toute forme de stimulation anabolisante.

Certains des rongeurs avaient reçu de l’Alanine quelques heures avant qu’ont leur injecte des lipopolysaccharides. L’Alanine présentait un effet anti-inflammatoire. Un autre groupe a reçu de la Glycine. Quelques heures après l’administration, les chercheurs ont donné de la Leucine aux rongeurs et ils ont observé les effets produits sur les tissus musculaires des animaux.

Résultats de l’expérience

L’administration des lipopolysaccharides a bloqué la croissance musculaire et la synthèse des protéines. La combinaison de Leucine et de Glycine a neutralisé cet effet dans de larges proportions.

Leucine et Glycine

CON: Rongeurs n’ayant pas reçu de lipopolysaccharides

Glycine et LeucineLes lipopolysaccharides ont inhibé la molécule signal anabolisante mTOR mais l’association Leucine et Glycine a neutralisé cette inhibition.

Glycine et Leucine

Conclusion

« Nos données montrent que la Glycine peut restaurer la réponse anabolique à la Leucine au cours d’une inflammation aiguë du muscle squelettique » écrivent les chercheurs. « Ces observations confirment que la tentative de stimuler la synthèse des protéines en augmentant la disponibilité de la Leucine seule constitue une stratégie inefficace pour contrer la résistance anabolique dans des conditions de catabolisme musculaire ».

« Des études supplémentaires seront nécessaires pour élucider les voies de signalisation responsables de l’effet bénéfique de la Glycine ».

« L’identification de la Glycine en tant que nouvelle intervention nutritionnelle pour restaurer la sensibilité anabolique du muscle squelettique à la Leucine présente des implications thérapeutiques potentielles contre de nombreux troubles musculaires ».

Source de l’article: If Leucine isn’t stimulating muscle growth, try combining it with Glycine

Source Ergo-log: Am J Physiol Endocrinol Metab. 2016 Jun 1;310(11):E970-81.

 

Note: Bien qu’intéressante, vous devez gardez à l’esprit qu’il est fort peu probable de présenter une baisse significative de l’efficacité de la Leucine avant d’avoir largement dépassé au moins la cinquantaine, sinon plus encore si vous êtes un athlète confirmé. Alors, avant de vous ruer sur des suppléments de Glycine en poudre dont l’utilisation risquera fort d’être totalement inutile, considérez simplement le fait qu’au plus vous augmentez la présence d’un acide aminé dans une protéine, au plus vous allez réduire l’assimilation des autres acides aminés de cette protéine et de produire, in fine, un effet défavorable sur l’assimilation de cette même protéine.

Eric Mallet

Articles à lire:

Balage M, Sornet C, Denis P, Tesseraud S, Dupont J, Dardevet D. Chronic leucine supplementation in adult rats did not induce insulin resistance on glucose metabolism, Proc Nutr Soc. 2008 May;67(OCE):E200

> Article de l’INRA sur l’effet d’un supplément de Leucine chez les personnes âgées

En savoir plus »
2 Commentaires

Après consommation de gélatine, l’hydroxyprolylglycine aurait un effet anabolisant

Le dipeptide hydroxyprolylglycine, qui apparaîtra dans votre sang après avoir mangé de la gélatine ou du collagène, aurait probablement un effet anabolisant. Il stimulerait la formation des fibres musculaires – ainsi que leur volume et leur force. Les chercheurs de l’Université de la préfecture d’Osaka on fait paraître un article à ce sujet à ce sujet dans Biochemical and Biophysical Research Communications.

L’hydroxyprolylglycine

L’hydroxyprolylglycine [structure montrée ci-dessous] est un dipeptide constituée d’une partie hydroxyproline et d’une partie Glycine. Il s’agit du métabolite le plus important à apparaître dans le sang après consommation de gélatine ou d’un peptide de collagène hydrolysé. [J Agric Food Chem. 2005 Aug 10;53(16):6531-6.]

hydroxyprolylglycineLes chercheurs japonais pensaient que les effets positifs du collagène et d’un supplément de gélatine sur la santé des os [Biochem Biophys Res Commun. 2014 Oct 24;453(3):498-501] des articulations [Osteoarthritis Cartilage. 2009 Dec;17(12):1620-7.] et de la peau [Biochem Biophys Res Commun. 2014 Oct 24;453(3):498-501.] seraient dans une large mesure dus à l’hydroxyprolylglycine.

L’étude scientifique en laboratoire sur l’hydroxyprolylglycine

En 2015, des chercheurs allemands ont signalé que la supplémentation en collagène renforçait les effets de l’entraînement de résistance sur la masse musculaire et la force. Les chercheurs japonais se sont alors demandé si cet effet avait aussi quelque chose à voir avec l’hydroxyprolylglycine. Ils ont exposé de jeunes cellules musculaires à des concentrations croissantes de ce peptide dans un tube à essai. Ils ont ensuite observé ce qui allait se passer.

Les chercheurs étaient sponsorisés par Nitta Gelatin, un fabricant de peptides de collagène [nitta-gelatin.com]

Les résultats de l’étude

En raison de la présence d’hydroxyprolylglycine, les cellules musculaires se sont jointes plus rapidement pour fabriquer des fibres musculaires. Scientifiquement parlant, l’indice de fusion a augmenté, comme le montre la figure ci-dessous. Le dipeptide a également rendu les fibres musculaires plus massives [voir ci-dessous]. La combinaison des acides aminés séparés glycine et hydroxyproline n’a eu aucun effet.

 

hydroxyprolylglycine et taux de fusion des protéines

En plus, les chercheurs japonais ont trouvé plus de protéines de contraction myosine à chaîne lourde [MyHC] dans les cellules musculaires qui avaient été exposées à l’hydroxyprolylglycine. A nouveau, la combinaison des acides aminés séparés glycine et hydroxyproline n’a eu aucun effet. Ils ont aussi remarqué que l’hydroxyprolylglycine avait activé les molécules de signal anaboliques Akt, mTOR et p70S6K.

hydroxyprolylglycine akt mTOR p70S6K

L’effet anabolique de l’hydroxyprolylglycine a diminué légèrement lorsque les chercheurs ont ajouté de l’histidine aux tubes à essai. Ils soupçonnent que l’histidine et l’hydroxyprolylglycine entrent dans les cellules musculaires de la même manière – via le peptide Histidine Transporter 1 [PHT1].

Conclusion sur l’hydroxyprolylglycine

Les chercheurs japonais estiment que leurs résultats de recherche pourraient être intéressants pour les bodybuilders, powerlifters et les fabricants de suppléments des sports de force. « Les résultats actuels démontrent que l’hydroxyprolylglycine favorise l’hypertrophie lors de la différenciation myogénique », ont-ils écrit. « Nous savons depuis peu que des suppléments de collagène avec entraînements de résistance augmenterait la force musculaire des hommes âgés atteints de sarcopénie ».

« Les études futures devraient déterminer si l’administration d’hydroxyprolylglycine peut avoir un impact positif sur la croissance musculaire lorsqu’elle est associée à un exercice de résistance ».

« Dans l’ensemble, lorsqu’on les considère conjointement avec ces études, nos données suggèrent que l’hydroxyprolylglycine pourrait être un complément alimentaire prometteur. Ceci afin de soutenir la réparation du muscle squelettique endommagé ou augmenter la masse musculaire par hypertrophie ».

Source de l’article: After consuming gelatine hydroxyprolylglycine makes your muscles bigger and stronger

Source Ergo-log: Biochem Biophys Res Commun. 2016 Sep 23;478(3):1292-7.

Note: Premier article soulignant l’intérêt – relatif – du collagène pour la croissance musculaire, médié par un dipeptide sur la myosine et les protéines signalisant l’hypertrophie, nous aurons l’occasion de revenir sur cette protéine dont l’aminogramme ne fait pas vraiment rêver mais qui présenterait donc un intérêt tout particulier grâce à ses acides aminés liés en dipeptides. Mais d’ici là, je ne pourrais que vous encourager à développer votre culture physique…

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

La Glycine AKG, un supplément longévité ?

Nous avons récemment écrit sur une étude japonaise in vitro un acide aminé, la glycine, rajeunissait les cellules plus âgées. Donc, apparemment, la glycine pourrait avoir sa place dans un supplément anti-vieillissement. En 2014, les biochimistes de l’Université de Californie à Los Angeles ont publié une étude dans la revue Nature qui pourrait nous conduire à spéculer que la glycine AKG pourrait fonctionner encore mieux.

AKG

L’AKG est une abréviation de l’alpha kétoglutarate. Les cellules produisent cette substance quand elles convertissent les acides aminés en énergie. L’industrie des suppléments commercialise des acides aminés attachés à une molécule d’AKG en pensant que ceux-ci fonctionneraient mieux que les acides aminés eux-mêmes.

L’étude scientifique sur la glycine

Dans leur étude publiée dans Nature, les chercheurs ont exposé des nématodes Caenorhabditis elegans, à de l’AKG. En conséquence, ils ont observé qu’ils vivaient plus longtemps. Chaque ligne du graphique représente un individu, mais l’expérience est identique.

Glycine AKG a longevity supplement?

Glycine AKG a longevity supplement?

La concentration optimale était de 4 à 10 milimoles comme le tableau ci-dessus le montre.

Le mécanisme

L’AKG réduit la concentration d’ATP chez les nématodes.

Glycine AKG a longevity supplement?

Glycine AKG a longevity supplement?

Lorsque les chercheurs ont modifié les nématodes génétiquement afin que leurs cellules produisent moins d’ATP [ATP2 ARNi], ils ont remarqué que les nématodes avaient vécu plus longtemps et que le supplément d’AKG n’avait plus cet effet de longévité augmentée.

L’AKG est libéré lors de la restriction calorique, écrivent les chercheurs; la supplémentation imite probablement les effets de la restriction calorique.

Conclusion

« Des molécules de longévité qui retardent le vieillissement et étendent la durée de vie ont des implications profondes et ont longtemps été un rêve pour l’humanité« , ont écrit les chercheurs. « Des métabolites endogènes tels que l’AKG qui peuvent altérer la durée de vie de  Caenorhabditis elegans suggèrent qu‘un mécanisme interne peut exister, en étant accessible à une multitude de régulations et d’interventions. »

Une spéculation un peu sauvage de notre part {Ergo-log}

Il se pourrait que l’AKG et la glycine renforcent leurs effets l’un l’autre. Ils sont tous deux liés à des processus de l’énergie dans la cellule, mais pas de la même façon. En outre, l’AKG inhibe la dégradation de la glycine dans le foie, ainsi l’AKG augmente la biodisponibilité de la glycine. [Arch Biochem Biophys. 1986 Sep;249(2):263-72.]

Source de l’article: Glycine AKG, a longevity supplement ?

Source Ergo-log: Nature. 2014 Jun 19;510(7505):397-401.

 

En savoir plus »
Aucun commentaire

La Glycine rajeunirait les vieilles cellules

La simple glycine, un acide aminé qui ne coûte pas cher, pourrait être considérée comme une substance anti-vieillissement. Nous en tirons cette conclusion « audacieuse » – même si chez Ergo-log, nous ne sommes jamais que des ignorants diffuseurs de cette newsletter gratuite – d’une étude in vitro publiée dans les rapports scientifiques de chercheurs de l’Université de Tsukuba au Japon. En tout cas, il semble que la Glycine inverse le processus du vieillissement de cellules du tissu conjonctif et qui sait, peut-être dans d’autres types de cellules également.

Le vieillissement des mitochondries

Les Japonais ont étudié le vieillissement mitochondrial. Les mitochondries sont en réalité un autre type de cellule qui a commencé à coexister avec le type de cellules dont nous sommes constitués il y a de cela quelques millions d’années. Ils ont leur propre ADN et sont spécialisés dans la conversion des nutriments en énergie. Ce sont les centrales énergétiques de nos cellules.

Les chercheurs qui étudient le vieillissement pensent que les mitochondries jouent un rôle dans le processus du vieillissement. Une théorie populaire considère les mitochondries des cellules plus âgées comme des réacteurs nucléaires qui ont vieilli et qui vont polluer leur environnement de plus en plus et, par conséquent, faire vieillir les cellules. Vous pourriez ensuite mesurer ceci en comptant le nombre d’erreurs génétiques présentes dans l’ADN des mitochondries.

Mais les Japonais, qui ont comparé les fibroblastes de jeunes et de personnes plus âgés n’ont pas observé cette augmentation des erreurs génétiques. Ce qu’ils ont constaté, c’est que les mitochondries plus âgées travaillaient moins dur. Les fibroblastes âgés utilisent moins d’oxygène, ce qui indiquerait que leurs mitochondries produisent moins d’énergie.

Variation du nombre de mitochondries et libération d'énergie

ralentissement de la production d'énergie par les mitochondries

Ainsi, le vieillissement des fibroblastes n’est apparemment pas tant une conséquence de la pollution des centrales polluantes, mais plutôt d’une crise de l’énergie.

Le rajeunissement

Les Japonais ont ensuite effectué un certain nombre d’opérations de génie génétique sur les fibroblastes âgés et ont réussi à les transformer en cellules souches. Ces astuces ne fonctionnent pas pour les organismes vivants mais vous pouvez les utiliser pour rajeunir les cellules dans des tubes à essai. Après cela, les chercheurs ont observé que les mitochondries avaient de nouveau généré plus d’énergie à la suite de leur rajeunissement.

Légende du tableau ci-dessous : TIG3S et TIG121: Fibroblastes jeunes. R3S et R121: Versions rajeunies de TIG3S et TIG121 respectivement. TIG107 et TIG102: Très vieux fibroblastes. R107 et R102: Versions rajeunies de TIG107 et TIG102 respectivement.

Glycine et efficacité des mitochondries à produire de l'énergie

L’activité génétique

Les chercheurs ont ensuite mesuré l’activité des gènes mitochondriaux dans les fibroblastes jeunes, vieux et rajeunis. Ils ont découvert que le gène GCAT était principalement responsable du  fonctionnement cellulaire lié à la dépense d’énergie des cellules. Le GCAT était très actif dans les jeunes fibroblastes mais moins actifs dans les vieux, mais encore une fois, très actifs dans les fibroblastes rajeunis. [Tableau ci-dessous]

Activité des fibroblastes et marqueurs génétiquesLes Japonais ont mené une expérience avec laquelle ils ont utilisé la technologie moléculaire pour désactiver le gène GCAT chez les jeunes fibroblastes [shGCAT]. Leurs dépenses d’énergie a diminué. Ils ont ensuite utilisé ce même génie génétique pour activer le gène de GCAT dans de très vieux fibroblastes [tgGCAT]. La dépense d’énergie a augmenté.

Energie libérée par les mitochondries en fonction d'un apport en glycine

La Glycine

Selon des études scientifiques récentes, le gène GCAT est impliqué dans la production de la Glycine par les cellules. Et tant qu’ils y étaient, les japonais ont réalisé une autre expérience au cours de laquelle ils ont exposé des fibroblastes âgées {TIG102} à de la Glycine. En résultat, leur dépense d’énergie a augmenté, pas au niveau des jeunes fibroblastes {TIG3S} mais elle a augmenté quand même.

Glycine et fibroblastes

Conclusion

Il est probable que nous ayons maintenant un supplément qui retarde le vieillissement à un niveau fondamental. Et si tel est le cas, ce n’est pas nécessairement une bonne nouvelle pour l’industrie des suppléments. La Glycine est un acide aminé facilement disponible et qui ne coûte pas très cher.

Source de l’article: Glycine rejuvenates old cells

Source Ergo-log: Sci Rep. 2015 May 22;5:10434.

Traduction par Eric Mallet pour Espace Corps Esprit Forme

En savoir plus »
Aucun commentaire