La L-Carnitine a besoin de glucides pour agir

L-Carnitine

L-Carnitine

En fonction de ce qui est écrit dans les manuels de physiologie, vous pourriez penser que l’acide aminé L-Carnitine [structure ci-contre] doit être un complément vraiment fantastique. La L-Carnitine est responsable de la combustion des graisses dans les muscles. Donnez aux gens de la L-Carnitine en supplément, ils perdront du poids et gagneront plus d’endurance. C’est ce que l’on pourrait penser aux premiers abords. Le problème est, cependant, que dans de nombreuses études, la carnitine n’a pas d’effet du tout. Des chercheurs britanniques ont découvert pourquoi il en est ainsi et quand La L-Carnitine fonctionne.

La découverte de la L-Carnitine remonte à plus d’un siècle

Les physiologistes ont découvert la présence de l‘acide aminé L-Carnitine dans le tissu musculaire en 1905. À peu près la totalité de la L-Carnitine du corps se trouve dans les muscles et dans les années 1950, les chercheurs ont découvert que cet acide aminé joue un rôle clé dans le transport de acides gras à travers les membranes des mitochondries de nos cellules musculaires. Selon certaines études [dont un certain nombre d’entre elles est étrangement élevé et payé par l’industrie des suppléments], prendre de la carnitine produit un effet quantifiable. Les centenaires par exemple, ont plus de tissu musculaire et moins de graisse s’ils prennent des suppléments de L-Carnitine. La vie sexuelle des hommes de plus de 60 ans est censé s’améliorer bien mieux avec un supplément de carnitine que de la testostérone par voie orale. [Urologie. 2004 avril; 63 (4): 641-6].

Voici de belles histoires mais selon de nombreuses autres études, la L-Carnitine n’a pas d’effet du tout. Si vous en donnez en supplément à des femmes en surpoids qui font du fitness et veulent perdre du poids, ils ne perdent pas un gramme supplémentaire. [Int J Nutr Sport exerc Metab. 2000 juin; 10 (2): 199-207] La raison qui expliquerait cela, des scientifiques du sport en conviennent, s’explique parce que les suppléments de L-Carnitine n’élèvent pas la concentration de L-Carnitine dans les muscles des humains adultes sains.. Par contre, l‘exercice physique produit cette élévation, selon des études animales.

La L-Carnitine aurait besoin du glucose pour agir

Des chercheurs de l’Université de Nottingham ont découvert selon quelles conditions, des suppléments de L-Carnitine pourraient avoir un effet. Ils ont donné à des jeunes hommes en bonne santé de la L-Carnitine [par voie intraveineuse] et en même temps de l’insuline et du glucose [également par voie intraveineuse]. Les chercheurs ont fourni juste assez de glucose pour maintenir constant le taux de sucre de leurs sujets. Le traitement a duré 5 heures.

Les barres blanches du tableau ci-dessous montrent ce qui est arrivé à la quantité de L-Carnitine lorsque les hommes ont pris une petite quantité d’insuline et de glucose. Les barres noires représentent ce qui s’est passé lorsque les sujets ont reçu des montants beaucoup plus élevés d’insuline: [J Physiol. 2007 Juin 1; 581 (Pt 2): 431-44].

La L-Carnitine aurait besoin de glucose pour fonctionner

Lorsqu’elle est prise comme supplément, la quantité de L-Carnitine dans les muscles augmente si l’insuline présente dans le corps augmente aussi. Cette expérience suggère que la L-Carnitine fonctionne probablement mieux si vous la prenez avec un repas équilibré qui provoque un taux de sucre et d’insuline à la hausse.

L’étude britannique récente est surtout intéressante pour les athlètes d’endurance et présente moins d’intérêt pour les athlètes de force et ceux qui surveillent leur poids. Nous en tirons cette conclusion à partir du graphique ci-dessous.

La L-Carnitine améliore le stockage du glycogène musculaire

Ce graphique montre la concentration de glycogène dans les muscles. La courbe avec les cercles transparents représente les hommes qui ont reçu une solution salée, de l’insuline et du glucose. La courbe avec les ronds noirs représente les hommes qui ont pris de la carnitine, de l’insuline et du glucose.

La L-Carnitine pourrait améliorer le stockage du glycogène

Les muscles de ceux qui ont pris de la carnitine ont stockés 30% de glycogène en plus. En effet, les cellules musculaires ont brûlé plus de sucres et plus de graisses. La quantité d’acide lactique dans les muscles un marqueur pour la combustion des hydrates de carbone a diminué de 40%.

Si les athlètes d’endurance prennent des glucides avant une course, un supplément de L-Carnitine pourraient les aider, comme vous pourriez en conclure. Peut-être que cela sera tout aussi valable pour les bodybuilders qui veulent donner un effet de booster en glycogène à leurs muscles  avant une compétition.

Mais ici, nous devons nous montrer un peu prudent. Non seulement parce que l’administration d’un supplément par voie intraveineuse est très différente d’un apport à des aliments mais aussi parce que le chef de projet de cette recherche est financé par Lonza, un fabricant de L-Carnitine.

Prudence est mère de sureté

Source de l’article: Fat Burner needs carbohydrates

Source Ergo-log: J Physiol. 2007 Jun 1;581(Pt 2):431-44.

———————————

Toujours est-il que d’ici le prochain article, je ne peux que vous recommander de vous inscrire à la news afin de suivre l’arrivée des nouveaux articles.

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

La L-Carnitine rend le jeûne plus simple et plus efficace

Le jeûne pendant quelques jours est souvent considéré comme sain, mais beaucoup de personnes trouvent cela vraiment difficile. Ils se sentent affamés et fatigués. Les médecins de l’hôpital de l’Université Sun YatSen en Chine ont découvert que la supplémentation en L-Carnitine peut faciliter l’expérience. Qui plus est, la L-Carnitine augmente la quantité de graisse corporelle que vous pourriez perdre avec le jeûne.

L’étude chinoise sur la L-Carnitine

Les chinois ont réalisé une expérience à partir de 2 groupes de 15 adultes obèses. Un groupe a reçu des injections 2 fois par jour, contenant 2 grammes de L-Carnitine pendant 7 jours. L‘autre groupe a reçu des injections ne contenant aucun ingrédient actif. Les Chinois ont choisi les injections parce que le corps n’absorbe pas facilement la L-Carnitine administrée par voie orale. Pour être correctement assimilée, la L-Carnitine doit être prise avec des glucides, comme une autre expérience l’avait démontré.

Tous les sujets du test scientifique ont commencé à jeûner le 3ème jour de l’expérience. Ils ont consommé 200 kilocalories par jour, par exemple soupe de légumes pour le petit déjeuner et le déjeuner. Au cours de la période de jeûne les sujets ont également marché pendant quelques heures chaque jour.

Les résultats de l’expérience sur le jeûne et la L-Carnitine

Les injections de L-Carnitine ont accéléré la perte de poids. Le groupe placebo a perdu 3,2 kg alors que le groupe L-Carnitine en a perdu 4,6 kg.

L-Carnitine et perte de poids pendant un jeûne

Les sujets du groupe L-Carnitine ont perdu plus de centimètres en tour de taille par rapport au groupe placébo.

L-Carnitine et modification du tour de taille en période de jeûne

Le groupe placebo a fait preuve d’une augmentation des impressions de faim pendant l’expérience. Dans le groupe de la L-Carnitine, les sensations de faim ont diminué.

L-Carnitine et sensations de faim

Dans le groupe placebo, la sensation de fatigue physique a augmenté durant l’expérience et la fatigue mentale est restée la même. Dans le groupe L-Carnitine, la fatigue physique et mentale ont diminué.

L-Carnitine, fatigue mentale et physique

Conclusion

«Fait intéressant, avec l’amélioration de la fatigue, la perte de poids et l’absence de faim ont été significativement augmentés avec l’administration intraveineuse de L-Carnitine pendant la thérapie de jeûne modifié de notre étude», écrivent les chercheurs. « En outre, une réduction du tour de taille a également été observée dans le groupe L-Carnitine. Sur la base de ces résultats, on peut en déduire que la L-Carnitine est capable de favoriser la lipolyse et de contribuer à la préservation de la masse maigre du corps pendant le jeûne.« 

Source de l’article: L-Carnitine makes fasting easier and more effective

Source Ergo-log: Nutr J. 2014 Nov 26;13:110.

Traduction Eric Mallet pour Espace Corps Esprit Forme

En savoir plus »
Aucun commentaire

Article SuppVersity: La L-Carnitine, ça marche ! Du moins de manière plus subtile que l’on pensait: 1,2 – 5g de L-Carnitine augmente l’expression des gènes impliqués dans l’oxydation des acides gras

Métabolisme de la L-Carnitine

Image 1: C’est vous… enfin, pas exactement. Il s’agit plutôt d’un modèle d’animal du métabolisme de la L-Carnitine

Comme un étudiant fidèle de la SuppVersity, une question se distingue si vous avez lu mon chef-d’œuvre (hum…) sur le « prétendu rôle ergogène » des acides aminés dans la série « Amino Acids for Super humans« (NdT: articles à traduire). Vous devriez vous être  familiarisé avec l’incohérence des résultats, décevants pour la plupart, des essais randomisés et contrôlés contre placebo. Que ce soit pour la perte des graisse, pour une augmentation de la performance physique ou quels que soient les distributeurs de suppléments respectifs, les promesses devraient s’accomplir lorsque vous achetez et prenez leurs  suppléments, souvent profondément sous dosés, de même qu’une carence en L-Carnitine, en l’absence de pathologie ou de restriction  alimentaire sévère, quant aux effets observés, s’ils y en avaient, étaient considérés comme négligeables.

La L-Carnitine et ses effets ont fait l’objet d’une étude scientifique sérieuse

Un document qui sera bientôt publié par Janin Keller et d’autres chercheurs de l’Institut de la nutrition animale et de la psychologie de la nutrition à l’université Justus-Liebig de Gießen, l’Institut des sciences agricoles et de la nutrition à la-Luther-Université Martin, à Halle-Wittenberg, et l’institut Hans-Knöll, le Groupe des systèmes de recherche en Biologie/Bio-informatique de Iéna (tous en Allemagne, d’ailleurs), jettent maintenant un peu de lumière sur les effets épigénétiques plus subtils  de la L-Carnitine (Keller. 2011) .

Remarque: Bien que mon calcul (voir ci-dessous) indique que la dose équivalente de l’enrichissement alimentaire utilisé dans l’étude devrait être ~ 4-5g, Keller et al. utilisent une méthode différente pour calculer les équivalents de dose basés sur les ~ 500 g d’aliments consommés par des porcs par jour. Selon leur calcul, la dose quotidienne de L-Carnitine sur une base de kilos de poids corporel pour les porcelets (poids corporel final: 17 kg) était de 15mg/kg de poids corporel de L-Carnitine. Si nous jetons maintenant un coup d’œil à notre table de conversion (cf. tableau 1), où cette échelle de grandeur n’est évidemment pas dans la liste, nous avons probablement à diviser par 1,1 pour obtenir la dose équivalente humaine – mais puisque c’est pour des « mini porcs », nous en resterons à 15mg/kg, ce qui nous ferait donc une dose de seulement 1,2 g pour un être humain 80 kg.

Keller et al. ont nourri un groupe de 16 porcs croisés mâles (le poids corporel à l’étude commence à plus ou moins 10 kg) avec un régime normalisé contenant une quantité normale et < 5mg/kg de carnitine. La moitié des porcs ont reçu 500mg/kg supplémentaire de L-Carnitine dans leur alimentation. Compte tenu du fait que cette quantité effectivement centuplée (x100) de la teneur en L-Carnitine dans l’alimentation, et compte tenu du fait que la consommation moyenne de carnitine alimentaire humaine varie de ~ 47 mg chez les hommes et de ~ 30 mg chez les femmes (Lennon. 1986), cela se traduirait par une dose supplémentaire de l’ordre de 4 à 5 g de l-carnitine supplémentaire par jour pour l’homme. Si vous achetez votre carnitine en quantité (actuellement ~ 4 € pour 100g) en imitant le régime de supplémentation utilisé dans l’étude, cela vous coûterait environ 18 cents par jour… mais je suppose que, avant de le faire, vous voudriez connaître à juste titre les avantages potentiels de ce supplément…

Taux hépatique de L-Carnitine libre

Figure 1: Niveau  hépatique de L-Carnitine libre et total (en nmol/g) chez des porcelets en pleine croissance après 21 jours de régime alimentaire normal ou de supplément en L-Carnitine (données adaptées de Keller. 2011)

Comme vous pouvez le voir sur la figure 1, le foie des animaux a littéralement éjecté la L-Carnitine (ce qui pourrait aussi expliquer pourquoi la plupart des études citées précédemment ne constataient que des augmentations transitoires des taux sériques de L-Carnitine et presque aucune augmentation musculaire de stocks de L-Carnitine). Une augmentation de 915% en carnitine libre et 937% de la teneur totale en L-Carnitine dans le foie est plus que significative et n’a pas été sans conséquences… des conséquences auxquelles les scientifiques n’auraient probablement pas même pensé, il y a environ 10 ou même 20 ans – à propos des changements épigénétiques sur lesquels Keller et al. écrivent:

« Nous avons observé que 563 gènes ont été exprimés de façon différentielle par la L-Carnitine. Ceci présente les influences d’un supplément en L-Carnitine sur l’expression génique dans le foie des porcelets et indique qu’au moins certains des effets biologiques de la L-Carnitine sont produits par modification de la transcription des gènes. [ … ] L’analyse de l’enrichissement des gènes à long terme a révélé que les processus biologiques les plus fréquents associés à la L-Carnitine ont été mis en relation avec les processus métaboliques. Cela n’est pas surprenant, étant donné que la fonction principale de la L-Carnitine consiste à stimuler le métabolisme de l’ énergie en agissant comme molécule navette pour les acides gras à longue chaîne, ce qui améliore également le flux métabolique du glucose à travers la chaîne glycolytique.

Ces faits ont été confirmés par l’analyse des regroupements montrant que 6 des 10 groupes de haut niveau étaient en relation à des processus métaboliques. Les gènes représentatifs de l’un de ces groupes traitant des processus métaboliques (processus métabolique de l’acide carboxylique, de l’oxoacide, de l’acide organique) des protéines ou enzymes impliquées dans l’absorption cellulaires des acides gras (SLC27A6, famille de support en soluté 27/transporteur d’acides gras, membre 6), de l’activation des acides gras (ACSL3, acide gras à longues chaînes-CoA ligase 3) et des acides gras de β-oxydation (ACADSB, acétyl-Coenzyme A déshydrogénase, chaîne courte/ramifiée spécifique) ainsi que la plupart de ces gènes, y compris les SLC27A6 , ACSL3 et ACADSB ont été retrouvés significativement régulées à la hausse par la L-Carnitine. »

Selon les résultats de l’étude, la L-Carnitine produit bien les effets escomptés sur le métabolisme

En outre, les chercheurs ont constaté que toute une série de gènes (par exemple GLUT8, GCK et GPD1 étaient plus de 4 fois plus élevés) liée au métabolisme du glucose (de transport du glucose, de la conversion du glucose en glucose-6-phosphate et de la glycolyse, des processus de biosynthèse des hexoses comme la néoglucogenèse) et des processus métaboliques et biosynthétiques des triglycérides ont été élevés, également. Dans l’ensemble, cela conduit les scientifiques à conclure que les changements épigénétiques qui ont été induits par les 21 jours de (relativement) haute dose  de L-Carnitine alimentaire suggèrent que l’acide aminé L-Carnitine « conditionnellement essentiel »…

1. … exerce son « effet stimulateur bien connu […] de la β-oxydation des acides gras » au moins en partie par la stimulation de la transcription de gènes impliqués dans « l’absorption des acides gras au niveau cellulaire, l’activation d’acides gras et de la  β-oxydation »
2. … a des effets bénéfiques profonds sur le métabolisme et l’utilisation du glucose, qui sont médiés « non seulement par une stimulation [génétiquement déclenchée] de la glycolyse, mais aussi par la suppression de la néoglucogenèse dans le foie » et
3. … déclenche des modifications génétiques qui conduisent à une « inhibition de la biosynthèse des glycérolipides, de la stimulation de la sécrétion des lipoprotéines et du catabolisme des acides gras » qui contribuent à ses effets bénéfiques globaux sur le métabolisme lipidique.

Maintenant que vous avez les faits, je vais vous laisser décider si ces modifications génétiques « cachées » valent 0,18 € (ou 0,05 € si vous utilisez la dose de 1,2 g par jour) et que vous souhaitez payer pour votre L-Carnitine supplémentaire… et de la même manière: ne me demandez pas si toute autre forme de carnitine fera tout aussi bien, mieux ou pire. C’est une question qui repose sur une étude distincte pour que je puisse vous en donner la réponse !

Article SuppVersity: L-Carnitine Works! Yet, Maybe More Subtly Than Thought: 1.2-5g L-Carnitine Increase Expression of Genes Implicated in Fatty Acid Oxidation, Glucose & Lipid Metabolism.

Traduction Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

L’effet anti-catabolique de quelques grammes de L-Carnitine

Se supplémenter avec quelques grammes de L-Carnitine par jour pourrait inhiber les processus de démolition moléculaire qui catabolisent les muscles. C’est ce que suggère une étude animale publiée par des scientifiques de l’Université Justus-Liebig, à Giessen, en Allemagne dans le magazine scientifique Nutrition & Metabolism.

Le catabolisme musculaire intervient dans des conditions extrêmes ou hors-limites

Dans des conditions de faim extrême, une maladie grave et d’autres formes de stress physique, le corps commence à sacrifier le tissu musculaire. Le système ubiquitine-protéasome est activé dans ces cellules et cela dégrade les protéines musculaires. Les protéines cataboliques qui jouent un rôle important dans ce processus de démolition sont appelées MuRF1 et atrogin-1.

Les scientifiques allemands ont réalisé des recherches sur les effets de l’ajout de petites quantités de L-Carnitine à l’alimentation des porcelets, dans l’espoir que cet acide aminé aurait un effet favorisant la croissance. En 2011 et 2012, ils publièrent des études qui montrent que la supplémentation en L-Carnitine réduit le fonctionnement du système catabolique ubiquitine-protéasome dans les cellules musculaires des porcelets.

Une étude pour élucider les effets anti-cataboliques de la L-Carnitine

En 2013, les mêmes chercheurs ont publié les résultats d’une étude dans laquelle ils ont donné de la L-Carnitine à des rats dans une tentative pour élucider plus précisément comment l’effet anti-catabolique de la L-Carnitine travaillait. Le groupe expérimental de l’étude se composait de rats âgés de quatre semaines et qui reçurent 1250 mg de L-Carnitine par kg de poids corporel. L’équivalent humain de cette dose serait de l’ordre de 1 à 3 grammes de L-Carnitine par jour. Le groupe témoin a reçu de la nourriture standard.

Pendant les quatre semaines de l’expérience, les rats ont construit un peu plus de protéines musculaires et la quantité de graisse dans leur tissu musculaire a diminué.

L'effet anti-catabolique de la L-Carnitine

Taux d'IGF 1 et L-Carnitine

 

Une partie de l’effet de renforcement musculaire est expliqué dans la figure ci-dessus. La supplémentation en L-Carnitine a stimulé la concentration d’IGF-1 dans le sang des rats [en haut à droite]. Le gène de l’IGF-1 a commencé à travailler plus fort dans le foie des rats [en haut à gauche]. [Hum … Cela signifierait-il que les utilisateurs de l’hormone de croissance se développeraient plus rapidement s’ils prenaient de la L-Carnitine ?]

La L-Carnitine a réduit la production et la concentration des protéines cataboliques MuRF1 et atrogine 1 dans les cellules musculaires. En outre, les chercheurs ont observé que moins de protéines auront été décomposées par le système ubiquitine-protéasome [extrême droite dans la figure ci-dessous].

Métabolisme de la L-Carnitine

Dans les cellules musculaires, la L-Carnitine booste l’activité des molécules signal de l’anabolisme comme les Akt et mTOR. Le nombre d’Akt et de mTOR phosphorylées a augmenté.

L-Carnitine, mTOR

L-Carnitine, Akt, Fox01

L’activation des molécules signal de l’anabolisme ont probablement aussi provoquée une augmentation du nombre de molécules FoxO1 phosphorylées. Le FoxO1 est une molécule signal du catabolisme. Quand il n’est pas phosphorylé, il demande au noyau de la cellule – et donc aussi des protéines musculaires – de convertir des molécules en glycogène. FoxO1 est également responsable de la production des MuRF1 cataboliques. Mais quand il n’est pas phosphorylé, FoxO1 se décompose plus rapidement.

« Il est probable que la suppression du système ubiquitine-protéasome par la L-Carnitine par rapport à la dégradation des protéines musculaires pourrait être plus prononcé et plus pertinente dans des conditions d’équilibre nutritionnel négatif, de maladies chroniques et de dénervation ou dans des conditions de déchargement des molécules« , écrivent les chercheurs. « Dans ces conditions, le système ubiquitine-protéasome est fortement régulé à la hausse, conduisant à une atrophie musculaire et une réduction de la masse des muscles squelettiques. »

Source Ergo-log: The anti-catabolic effect of a couple of grams of L-Carnitine

Source de l’article: Nutr Metab (Lond). 2013 Mar 15;10(1):28.

Eric Mallet

En savoir plus »
2 Commentaires