Le nicotinamide riboside étendrait la longévité et la qualité musculaire

niacine et nicotinamide ribosideIntroduction: J’aborde ici un sujet que je considère déjà comme passionnant, celui du nicotinamide riboside. Simple dérivé de la vitamine B3, le nicotinamide riboside (NR) fait parler de lui aux USA comme aucune autre molécule du marché des compléments alimentaires; un « buzz » vraiment énorme. La raison de cet engouement est simple à expliquer. Selon les études scientifiques réalisées depuis 2004, le NR permettrait d’augmenter la quantité du coenzyme NADH au niveau cellulaire. A considérer comme un coenzyme « majeur », le NAD+/H est présent dans des centaines de métabolismes différents, dont l’élaboration de l’énergie depuis le glucose jusqu’à l’ATP. Ce coenzyme est tellement important que sans lui, pas de cycle de Krebs, pas d’énergie et pas de vie possible. Seulement, la quantité de NADH a tendance à baisser avec l’âge et à ce jour, le nicotinamide riboside est la première molécule a augmenter la présence de ce coenzyme indispensable à la vie de nos cellules et de ses mitochondries.

Distribué depuis longtemps par smart.com et Life extension, le NR n’a réellement fait l’objet d’études scientifiques approfondies que depuis quelques années seulement. Le nicotinamide riboside est désormais une molécule sous brevet nommée Niagen®, distribué par l’entreprise Chromadex., la même entreprise à l’origine de pTeroPure®, une molécule de ptérostilbène brevetée.

Le nicotinamide riboside est un peu plus qu’un dérivé de la vitamine B3…

Neuroprotection, endurance musculaire, augmentation de la perte des graisses, molécule anti-âge unique, les superlatifs ne cessent de se présenter les uns derrière les autres au point que l’on pourrait se mettre rapidement sur la défensive et crier au charlatanisme sauf que cette fois, c’est vraiment de la science… Disons que le NR ouvre une voix de recherche passionnante qui laisse présager de nouvelles avancées rapides quant à la compréhension des mécanismes cellulaires qui interagissent de près ou de loin sur le maintien de la santé, du bien-être et de la longévité de notre organisme. Comme le laisse penser la recherche scientifique, et cet article en particulier, le NR serait une clé qui permettrait d’ouvrir les portes d’interactions géniques particulièrement efficaces dans le cadre de la réparation cellulaire.

Plusieurs études répertoriées sur pubmed.org font déjà état des avancées de la recherche sur ce précurseur du NAD+

Chi Y., Sauve AA. Nicotinamide riboside, a trace nutrient in foods, is a vitamin B3 with effects on energy metabolism and neuroprotection, Curr Opin Clin Nutr Metab Care. 2013 Nov;16(6):657-61.

nicotinamide ribosideCette étude met en lumière les deux voies métaboliques permettant une élévation du NAD, la première passe par la dégradation et la production de nicotinamide comme on pourrait s’en douter alors qu’une seconde voie implique des kinases nommées nicotinamide riboside kinases (Nrk1 et Nrk2). L’élévation du taux de NAD cellulaire implique alors des effets significatifs d’élévation de la sensibilité à l’insuline, de la biogenèse des mitochondries et du fonctionnement des sirtuines (SIRT), ce dernier argument étant largement repris dans la plupart des argumentaires de vulgarisation scientifiques sur les effets les plus probants – et évidents – du nicotinamide riboside. Les sirtuines étant, pour résumer, un type d’enzymes responsables de la régulation cellulaire. Elles affectent certains gènes responsables de la régulation du métabolisme cellulaire. Pour l’instant la recherche a isolé 7 formes de sirtuines SIRT1 à 7 pouvant donner lieu à de nombreuses applications (diabète de type II et longévité cellulaire).

Notez que le resveratrol permet également une élévation du métabolisme des SIRT1. Ce n’est donc sans doute pas un hasard si Chromadex a fait breveter le ptérostilbène (pTeroPure®) mais a priori, on ne va pas s’en plaindre non plus…

A lire également:

Bieganowski P, Brenner C, Discoveries of nicotinamide riboside as a nutrient and conserved NRK genes establish a Preiss-Handler independent route to NAD+ in fungi and humans, Cell. 2004 May 14;117(4):495-502.

Tempel W1, Rabeh WM, Bogan KL, Belenky P, Wojcik M, Seidle HF, Nedyalkova L, Yang T, Sauve AA, Park HW, Brenner C. Nicotinamide riboside kinase structures reveal new pathways to NAD+, PLoS Biol. 2007 Oct 2;5(10):e263.

Bogan KL1, Brenner C. Nicotinic acid, nicotinamide, and nicotinamide riboside: a molecular evaluation of NAD+ precursor vitamins in human nutrition, Annu Rev Nutr. 2008;28:115-30

Après cette introduction un peu longue mais indispensable, je vous laisse avec l’article d’Ergo-log…


Sur les forums américains, vous aurez l’occasion de lire des messages de bodybuilders et autres fanatiques du fitness qui testent parfois des doses quotidiennes de 500 mg de nicotinamide riboside. C’est en tous cas chez les plus de 40 ans que les résultats s’avèrent les plus spectaculaires: leur récupération post-entraînement serait plus rapide. Il semblerait que la supplémentation en nicotinamide riboside « rajeunisse » leurs muscles, comme ils l’écrivent. A ce jour, une étude sur l’animal, publiée par des chercheurs suisses dans le magazine Science, suggère que cela pourrait effectivement se produire.

Le Nicotinamide Riboside

Le nicotinamide riboside est un analogue de la vitamine B3. Il participe au travail des enzymes essentielles au fonctionnement des cellules. C’est également un précurseur de l’enzyme NAD+. Il faut savoir que a) la concentration en NAD+ diminue dans les cellules lorsque nous vieillissons et b) que les enzymes qui ont besoin de NAD+ sont impliquées dans les processus de réparation de la mitochondrie. Le nicotinamide riboside serait de fait, une substance anti-âge intéressante.

David Sinclair fait partie des chercheurs qui avait fait des recherches d’avant-garde sur les propriétés anti-vieillissement du nicotinamide riboside. Il nous explique pourquoi le nicotinamide riboside est aussi prometteur dans la vidéo ci-dessous.

L’étude scientifique

Les chercheurs ont donné à des souris jeunes et âgées une dose de 400 mg de nicotinamide riboside par kg de poids corporel [NR]. L’équivalent humain de cette dose serait d’environ 3 à 4 g de nicotinamide riboside par jour. C’est assez élevé, peut-être trop élevé {NdT: En réalité, c’est une dose vraiment massive}. Encore une fois cependant, sur le web des utilisateurs ont fait état de bons résultats en utilisant des doses de plusieurs centaines de milligrammes par jour. Les souris des groupes témoins n’ont pas reçu de nicotinamide riboside [CD].

Les résultats de l’étude clinique

Les graphiques ci-dessous montrent que les animaux de laboratoire qui ont reçu une supplémentation ont vécu plus longtemps.

La complémentation a non seulement augmenté la concentration de nicotinamide riboside dans leurs muscles mais elle a également élevé le nombre de cellules souches. Lorsque les souris ont atteint un âge avancé, celles qui avaient reçu le nicotinamide riboside étaient physiquement plus fortes.

nicotinamide riboside longévité espérance de vie

nicotinamide riboside NAD+ cellules souches force musculaire

clpp structure moléculaireLe tableau ci-dessous explique comment le nicotinamide riboside prolongerait l’espérance de vie et rajeunirait les muscles. Au niveau cellulaire, la supplémentation augmente l’activité du gène qui code, entre autres choses, pour la sous-unité Clp-protéase protéolytique ATP-dépendante [CLPP] [formule spatiale indiquée à droite].

Les CLPP réparent les protéines brisées dans les mitochondries. Soit dit en passant, le CLPP a besoin de magnésium et de l’ATP pour fonctionner. Il serait donc peut-être possible que le nicotinamide riboside pris en supplément fonctionne encore mieux lorsqu’il est combiné avec du magnésium et de la créatine; du moins, c’est ce que nous soupçonnons.

Les chercheurs notent que l’effet produit sur les gènes qui codent pour les prohibitines [PHB et PHB2] est tout aussi intéressant. Les prohibitines sont des enzymes que les cellules utilisent pour solliciter les mitochondries à effectuer des réparations.

nicotinamide riboside expression géniques relatives

Conclusion

«Nos résultats démontrent que la dépression de signalisation des prohibitines, conduisant à un dysfonctionnement mitochondrial, peut être inversée au cours du vieillissement en utilisant une intervention nutritionnelle pour stimuler les concentrations en NAD + dans les cellules souches, et suggèrent que la réplétion du NAD + peut constituer une stratégie intéressante pour améliorer la durée de vie des mammifères » selon les conclusions des chercheurs.

Source de l’article: Nicotinamide riboside extends life expectancy and rejuvenates muscles

Source Ergo-log: Science. 2016 Jun 17;352(6292):1436-43.

Traduction Eric Mallet pour Espace Corps Esprit Forme

En savoir plus »
Aucun commentaire

Le coenzyme Q10 améliore la longévité, selon une étude sur l’animal

Le coenzyme Q10, un nutriment similaire aux vitamines et disponible en tant que complément alimentaire dans n’importe quelle boutique, aurait pour effet de prolonger la vie. En 2004, des chercheurs de l’Université de Tokai, au Japon ont fait état de leur découverte dans Mechanisms of Aging and Development, affirmant que des vers ronds microscopiques vivaient plus longtemps si du coenzyme Q10 était mélangé à leur nourriture. La substance empêche des molécules agressives d’être libérées au cours des processus métaboliques qui ont lieu au niveau cellulaire.

L’ubiquinone ou Coenzyme Q10 est présent partout dans l’organisme

ubiquinone - coenzyme Q10Le coenzyme Q10 [structure chimique représentée ci-contre] est produit par les cellules de l’organisme mais également à partir de la consommation d’aliments d’origine animale. Une molécule de coenzyme Q10 ressemble à une punaise. La cellule le pousse dans les membranes de la mitochondrie, les blocs d’alimentation cellulaires qui convertissent la nourriture en énergie. La pointe du coenzyme Q10 recueille les charges électriques qui sont libérés pendant le processus de combustion et les transmet. De cette façon, le coenzyme Q10 empêche les charges électriques sous la forme de radicaux libres d’endommager la cellule et s’assure également que les mitochondries produisent de l’énergie.

Lorsque les cellules prennent de l’âge, elles produisent moins de coenzyme Q10. Elles montrent aussi que les jeunes organismes produisent moins de Q10 lorsqu’ils sont en condition de stress.

Les chercheurs ont ajouté du coenzyme Q10 à la nourriture des vers ronds Caenorhabditis elegans, un des animaux de laboratoire favoris parmi les chercheurs fondamentaux. Les japonais on utilisé ces vers ronds ordinaires [N2] et un variant pour lequel le gène qui code un système antioxydant endogène ne fonctionnait pas correctement [mev-1]. Le gène défectueux empêche les charges électriques d’être transférées correctement aux pointes du Q10. En conséquence, le MeV1 ascaris vieillit prématurément.

Taux de survie de vers en fonction d'une supplémentation en coenzyme Q10

Si vous ajoutez 150 mcg de coenzyme Q10 à 1 ml de leur nutriments, les vers {mev1} vivent aussi longtemps que les vers non défectueux. En fait, les vers ordinaires vivent aussi plus longtemps.

Le processus de production d’énergie dans les mitochondries demande 4 étapes, chacune d’entre elles implique un complexe d’enzymes. Pour les vers  {mev-1}, le problème se produit à l’étape 2, ou plus exactement, dans le complexe 2. Lorsque les chercheurs ont stimulé le complexe 1, ils ont observé que la supplémentation en coenzyme Q10 n’avait eu aucun effet. Quand ils ont répété la procédure avec le complexe 2 [B], l’effet s’est produit.

Expérience de supplémentation en Coenzyme Q10 avec des vers

Le tableau montre la production d’anions superoxydes. Elle augmente pour les vers {mev1} qui n’ont pas eu de coenzyme Q10. La supplémentation en vitamine E ne fait rien pour changer cela, mais le Q10 le fait. Cependant, les chercheurs ne connaissent pas le mécanisme par lequel le coenzyme Q10 permet au vers ordinaires de vivre plus longtemps.

« Une supplémentation en coenzyme Q10 peut prolonger de manière significative la durée de vie de Caenorhabditis elegans » en concluent les Japonais. « La réduction des niveaux de l’anion superoxyde avec la supplémentation suggère que l’extension de durée de vie est la conséquence de la réduction du stress oxydatif dans les mitochondries.« 

En outre, des chercheurs canadiens ont fait des expériences avec un mélange de nutriments qui prolongent la vie. Ils ont prolongé la durée de vie de souris de 11%, c’est beaucoup. Pourtant, il est plus difficile de prolonger la durée de vie d’un mammifère en ajoutant des substances à son régime alimentaire, que cela ne l’est avec les ascaris ou les mouches à fruits. Le complexe des canadiens contient du Ginkgo biloba, du ginseng, des acides gras Omega 3, de la mélatonine et du coenzyme Q10.

Source de l’article: Q10 extends life, animal study suggests

Source Ergo-log: Mech Ageing Dev. 2004 Jan; 125(1): 41-6.

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Une étude montre les effets de 6 mois de testostérone énanthate et d’hormone de croissance

En 2002, les résultats d’une étude ont été publiés dans le JAMA (Journal of American Medical Association), ce qui a mis fin aux rêves des médecins de maintenir la vitalité des personnes âgées à partir d’une thérapie basée sur la testostérone et l‘hormone de croissance. «Les hormones de croissance ne sont pas encore prêtes pour une utilisation de masse», en a conclu le premier auteur, Marc Blackman, membre des Instituts nationaux de la Santé Publique de l’époque. Profitant d’un samedi après-midi ensoleillé, nous avons décidé de relire l’étude de Blackman. De fait, vous pourrez décider par vous-même si vous êtes d’accord avec lui.

Une étude sur les effets produits par la prise de testostérone et de Hgh pendant 6 mois est réalisée

Blackman a donc donné des hormones à 130 hommes américains en bonne santé et à des femmes âgées entre 65 et 88 ans. Dans cet article, nous nous concentrerons sur les hommes et laisserons les femmes de côté. Le sujet intéresse sans doute plus les hommes car il s’agit de substances généralement détournées par les athlètes et les culturistes à l’opposé des hormones données aux femmes, qui intéresseront un public sans doute moindre.

Les hommes du groupe placebo n’ont rien pris. Un deuxième groupe d’hommes a obtenu une injection de 100 mg de testostérone 2 fois par semaine. Les chercheurs ont utilisé Delatestryl, produit par Bio-Technology General. Un troisième groupe d’hommes s’est injecté de l’hormone de croissance préparée par Genentech Nutropin, 3 fois par semaine. La dose initiale était de 30 mcg/kg de poids corporel. Le poids moyen des hommes était de 72 kg, donc ils ont pris 7,4 IU/jour.

Généralement, les amateurs de thérapies « anti-âge » utilisent jusqu’à 4 IU par jour. Certaines rumeurs provenant du monde des athlètes sous substances dopantes parlent de 24 IU de Hgh par jour, mais les protocoles les plus usuels parlent de 8 IU par jour. Les chercheurs ont réduit la dose à mi-chemin de l’expérience à 20 mcg/kg/injection parce que trop de sujets de test souffraient d’effets secondaires. Les hommes n’ont pratiqué aucun entraînement sportif.

Commençons par les petites améliorations rapportées par les chercheurs. La composition du corps des sujets s’est améliorée. Le groupe qui avait utilisé l’hormone de croissance et la testostérone a montré le plus d’améliorations. Ce groupe a perdu 4 kg de graisse et a gagné 4 kg de masse musculaire.

Résultat d'une prise de testostérone et d'hormone de croissance

Les chercheurs ont évalué la force musculaire des hommes en mesurant leur puissance maximale sur six exercices: développé couché, rowing, biceps curl Larry Scott, extension des triceps, presse à cuisses et leg curl. Le tableau ci-dessous montre l’effet sur la force du corps en kg. L’effet est décevant si vous regardez les changements de composition corporelle. Cela n’est pas si étrange: dans de nombreux essais où les sujets avaient pris des stéroïdes, mais qui ne s’entraînent pas, la performance s’améliore à peine.

Modification de la force musculaire en fonction d'une prise de testostérone et d'hormone de croissance

Même chose pour la prise maximale d’oxygène. Le VO2 Max s’est amélioré du fait des hormones, en particulier pour l’association testostérone/Hgh, mais les effets sont décevants.

Modification du VO2 Max en fonction d'une prise de testostérone et d'hormone de croissance

Nous en arrivons aux effets secondaires. Le groupe de l’hormone de croissance, testostérone et Hgh + testostérone signalent des oedèmes, de la gynécomastie et des douleurs articulaires. Un problème plus important s’est posé, celui du syndrome du canal carpien [perte de force dans les mains causée par restriction des voies nerveuses]. Un tiers des utilisateurs de testostérone et d’hormone de croissance souffrait de cette pathologie.

Effets secondaires liés à la prise de testostérone et d'hormone de croissance

Les effets secondaires qui inquiétaient le plus les chercheurs sont indiqués sur le tableau ci-dessous. La résistance à l’insuline a augmenté du fait de l’utilisation de l’hormone de croissance. Certains hommes sont mêmes devenus diabétiques durant l’expérience.

Effets secondaires (diabète et résistance à l'insuline) liés à la prise de testostérone et d'hormone de croissance

« Nos découvertes suggèrent qu’une supplémentation en hormone de croissance et de stéroïdes pourrait produire des effets positifs potentiels sur la composition corporelle et de manière probable, une amélioration de la force musculaire et de l’endurance cardiovasculaire chez l’homme » en concluent les chercheurs. « Les effets bénéfiques de l’hormone de croissance semblent être augmentés par la co-administration de testostérone. »

Quoi qu’il en soit, les chercheurs mettent en garde les personnes âgées qui prendraient de l’Hgh. « Cependant, à ce stade, les thérapies à base d’hormone de croissance chez les individus les plus âgés devraient être confinées à des études scientifiques contrôlées. »

Source de l’article: Study shows effect of 6 months on testosterone enanthate and growth hormone

Source de l’article: JAMA. 2002 Nov 13; 288(18): 2282-92.

Traduction Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

En savoir plus »
2 Commentaires

L’hormone de croissance endogène préserve la jeunesse des athlètes

Si vous êtes dans la quarantaine et que vous faites de l’exercice tous les jours, alors il est probable que vous libériez autant d’hormone de croissance  qu’à l’âge de 30 ans. Faire de l’exercice de cette manière ralentit le processus du vieillissement, selon les chercheurs de l’université de Parme.

L’hormone de croissance joue un rôle majeur dans le métabolisme de l’être humain

L’hormone de croissance stimule la récupération des tissus de notre organisme comme les fibres musculaires, des os, de la peau et des articulations. Qui plus est, la somatropine stimule aussi la combustion des graisses. Plus vous vieillissez, au moins l’hormone de croissance sera secrétée par la glande pituitaire dans votre cerveau. Les chercheurs pensent que ce ralentissement déclenche toute une série de processus liés au vieillissement comme l’ostéoporose, l’affaiblissement progressif des articulations et des muscles. D’autre part, les hormones synthétiques sont toujours un moyen très populaire de ralentir le processus du vieillissement mais des études scientifiques ont montré qu’elles présentent des inconvénients. C’est pourquoi les Italiens sont à la recherche d’un moyen naturel de maintien de la production du corps de l’hormone de croissance de manière plus tardive dans l’existence.

Les athlètes produisent plus d’hormone de croissance après un effort physique. Vous faites aussi plus d‘hormone de croissance pendant que vous dormez, mais chez les adultes ce pic est loin d’être aussi élevé que le pic de l’hormone de croissance se produisant après l’exercice. Donc, les athlètes âgés, en raison de la pratique régulière d’exercices, peuvent-ils maintenir un niveau de production de l’hormone de croissance similaire à celui de leur jeunesse ? Voilà la question à laquelle les Italiens ont tenté de répondre.

Les chercheurs ont demandé à 40 femmes de faire du vélo pendant 20 minutes. Les chercheurs ont progressivement augmenté la résistance du vélo alors que les femmes devaient continuer jusqu’à ce qu’elles ne soient plus en mesure de tourner les pédales. Les chercheurs ont mesuré le niveau d‘hormone de croissance dans le sang des femmes pendant l’expérience.

10 des femmes étaient âgées entre 26 et 30 ans et ne faisaient pas de sport régulièrement [dans la figure ci-dessous: les carrés noirs]. 10 autres femmes également âgées entre 26 et 30 ans couraient environ 25 km par semaine [carrés blancs]. 10 femmes étaient âgées entre 42 et 46 ans ne faisaient pas d’exercice [cercles noirs]. Et les 10 dernières étaient âgées entre 42 et 46 ans, elles courraient environ 25 km par semaine au cours des 8 dernières années [cercles blancs].

libération de l'hormone de croissance en fonction de l'exercice

Si vous êtes plus jeune que 30 ans, l’entraînement n’aura pas d’influence sur votre production d’hormone de croissance, en concluent les chercheurs. Après une session d’entraînement, le niveau de Hgh (ou somatropine) des sujets avait augmenté d’un facteur de 7,5 – qu’ils fassent régulièrement de l’exercice ou non.

Les sédentaires libèrent beaucoup moins de Hgh que les athlètes

Quinze ans plus tard, cependant, c’est une autre histoire. A cet âge, une différence s’est marquée entre les athlètes et les non-athlètes. Pour les sujets dans la quarantaine avec un mode de vie sédentaire, le niveau de l’hormone de croissance après l’entraînement monte au maximum d’un facteur 4,4 mais le niveau d‘hormone de croissance des sujets dans la quarantaine qui font régulièrement de l’exercice réagit de la même manière que les sujets qui ont une vingtaine d’années.

Les chercheurs pensent que lorsque nous vieillissons, nous produisons plus d’hormones comme la somatostatine qui inhibent l’hormone de croissance. L’entraînement physique régulier pourrait inhiber la production de ces hormones, selon eux. De cette façon, vous pourriez arrêter les processus de vieillissement liés au métabolisme de l’hormone de croissance.

Source de l’article: Endognous growth hormone keeps older athletes young

Source Ergo-log: Maturitas. 2010 Apr; 65 (4): 392-395.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire