Le stress réduirait l’espérance de vie au niveau moléculaire

De graves inquiétudes et du stress, endurés à long terme, réduisent votre espérance de vie. Des psychiatres américains et des scientifiques qui travaillent au niveau moléculaire l’ont découverts quand ils ont étudié des femmes qui prennent soin de leurs enfants. L’ADN de ceux qui s’occupaient d’un enfant chroniquement malade prenaient de l’âge plus rapidement au niveau cellulaire.

Les chercheurs ont prélevé des échantillons de sang provenant de 20 mères ayant un enfant en bonne santé le groupe de contrôle et de 40 mères ayant un enfant gravement malade le groupe expérimental. Ils ont ensuite extrait les globules blancs à partir des échantillons. Dans l’ADN des globules blancs, les chercheurs ont déterminé la longueur des télomères. Au plus ils sont longs, au plus la personne est jeune en termes biologiques. Si les télomères sont plus longs, ils pourront plus se diviser que des télomères courts. Au plus vos cellules comportent de longs télomères, au plus la durée de vie de votre corps sera élevée.

Le stress pourrait avoir une influence sur la longueur des télomères

Lorsque les chercheurs ont interrogé les femmes sur le nombre de périodes stressantes qu’elles avaient dues subir au cours de leur vie, ils ont découvert qu’une quantité plus élevée de stress signifiait aussi des télomères plus courts. La figure ci-dessous le montre. Il semble que le stress réduise l’espérance de vie vie. En rouge = les femmes du groupe expérimental; en bleu = les femmes du groupe de contrôle.

longueur des télomères

La durée du stress est également un facteur signifiant, les chercheurs l’ont découvert. Au plus longtemps les femmes du groupe expérimental avaient pris soin d’un enfant gravement malade, au plus leurs télomères étaient courts même lorsque les chercheurs ont pris en compte l’âge des femmes.

Stress et longueur des télomères

L’enzyme télomérase essaie de maintenir la longueur des télomères dans les cellules. Le stress réduit la concentration de cette enzyme comme les chercheurs l’ont observé lorsqu’ils ont comparé les femmes qui avaient subi un stress important par rapport aux femmes qui avaient été moins stressées.

les conséquences du stress

Le stress est avant tout un phénomène mental; tout se passe dans le cerveau. Les chercheurs ne sont pas certains de savoir comment ce processus mental peut influencer la structure de votre ADN. Ils spéculent que le cortisol, l’hormone du stress, puisse avoir quelque chose à voir avec elle. « Les glucocorticoïdes augmentent le stress oxydatif qui endommage les neurones, en partie à cause de la diminution des enzymes antioxydantes». C’est une des raisons avancées dans d’autres études, écrivent-ils. « Chez les femmes, le stress intense dont elles affirment la présence s’est retrouvé lié à de plus grands dommages oxydatifs sur l’ADN. Le stress oxydatif raccourcit les télomères dans des cellules cultivées in vitro.« 

Une vie modérée en stress augmenterait la longévité

Il semblerait qu’un mode de vie qui comporte peu de périodes stressants chroniques allonge l’espérance de vie. Les chercheurs ont également retrouvé des télomères plus longs chez les buveurs de thé, ceux qui prennent des multivitamines, les personnes ayant des niveaux élevés de vitamine D dans le sang et les personnes qui font beaucoup d’exercice.

Source de l’article: Stress reduces life expectancy at molecular level

Source Ergo-log:  Proc Natl Acad Sci U S A. 2004 Dec 7; 101(49):17312-5.

@ bientôt pour d’autres articles,

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire