Eurycoma longifolia ou « Long Jack », revue scientifique, potentiel et effets sur la fertilité, le muscle, les os…

Les effets du Tongkat Ali/Long Jack ou Eurycoma longifolia sont-ils suffisants pour induire un effet anabolisant réel chez l'homme ?

Comme son nom occidental l’indique, le « Long Jack » a longtemps été utilisé comme un « booster » de la libido. L’extrait végétal d’Eurycoma Longifolia est également un composant des « boosters de testostérone », à dessein ou à pertes ?

En dépit du fait que vous serez probablement d’accord pour dire que les risques de thérapies hormonales classiques de remplacement de la testostérone sont largement exagérées dans le débat sans fin sur l’effet négatif présumé de « The Big T », cela serait encore mieux s’il existait des alternatives naturelles et facilement accessibles, non ? Une alternative comme celle que George A. & R. Henkel, deux scientifiques de la Malaisie et l’Afrique du Sud pensent l’avoir trouvé avec l’Eurycoma longifolia aka « Long Jack » ou « Tongkat Ali » (George. 2014).

Dans leur dernier article publié dans la revue scientifique Andrologia, George & Henkel affirment que des preuves récentes suggère que le « Tongkat Ali » (TA) pourrait être considéré comme une « alternative sûre à la TRT » (George. 2014). NdT: Testosterone Remplacement Therapy mis pour TRT.

L’Eurycoma longifolia est connu de manière populaire sous le nom de Tongkat Ali (TA) en Malaisie, Pasak Bumi en Indonésie et Cay Ba Bihn au Vietnam (Goreja, 2004). En Europe et aux USA, les extraits végétaux sont souvent vendus sous le nom de « Long Jack. » Ils contiennent un extrait des racines d’un arbre élancé de taille moyenne de la famille des Simaraubaceae, lequel est largement retrouvé sous la forme d’un arbuste de taille moyenne et de très fine épaisseur dans les forêts de plaine dans la péninsule de Malaisie et d’autres régions de l’Asie du Sud-Est (Samy. 2005).

« La racine de la plante est traditionnellement cuite et consommée comme un tonique pour ses effets aphrodisiaques et énergétiques chez l’homme. L’Eurycoma longifolia (El) a la réputation d’être un remède à de nombreuses conditions de santé, y compris le paludisme, l’hypertension artérielle, la fatigue, la migraine, la fièvre, l’arthrite, l’amélioration de la production de testostérone, les symptômes de l’impuissance, la perte de désir/libido, pour améliorer la performance physique et mentale, l’énergie, l’endurance, l’amélioration de la peau, le tonus musculaire et l’amélioration du système immunitaire « . (George. 2014)

Le Tongkat Ali bénéficie d’une forte réputation en Asie

Compte tenu de la pléthore de bienfaits allégués sur la santé, il n’est pas étonnant que l’on trouve plus de 202 produits contenant du Tongkat Ali, déposées et enregistrées au Bureau national de contrôle des produits pharmaceutiques de la Malaisie (NPCB, 2013). La gamme de produits confectionnés s’énumère depuis les poudres brutes de la racine, des capsules et des comprimés avec un ou plusieurs ingrédients à «aliments fonctionnels» jusqu’au café renforcé en Tongkat Ali.

Des études antérieures ont identifié 65 composés potentiellement bioactifs différents dans le TA (Kuo. 2003). Parmi eux, les alcaloïdes et quassinoïdes eurycomaoside, eurycolactone, eurycomalactone, eurycomanone et pasakbumine-B sont considérés comme les ingrédients actifs du végétal. En cela, l’eurycomanone – un composé quassinoïde – est utilisé comme un marqueur pour les extraits normalisés en vertu des normes SIRIM (Standards malaisien, 2011). On lui a reconnu la faculté d’augmenter les niveaux de testostérone et d’augmenter la production de sperme chez des modèles d’animaux (Low. 2013b). L’extrait a été décrit comme un adaptogène (Tambi., 2006) et un remède traditionnel anti-vieillissement, en particulier pour les hommes vieillissants afin d’améliorer leur niveau d’énergie, l’humeur, la baisse de la fonction sexuelle liée à l’âge et la libido (Adimoelja, 2000; Cyranoski, 2005).

Comment le Tongkat Ali fonctionne

Selon ce que nous en savons, plusieurs mécanismes d’action sont impliqués dans l’augmentation des taux de testostérone produite par le Tongkat Ali:

  1. Métabolisme augmenté de la prégnénolone et de la 17-OH-prégnénolone à cause  de l’augmentation de la production de l’activité des CYP17 augmentation de production de la DHEA (Ali. 1993)
  2. Amélioration de la production de testostérone par les cellules de Leydig via l’inhibition de la phosphodiestérase et de l’aromatase par l’eurycomanone, un important composant de la famille des quassinoïdes présent dans les extraits de racine d’Eurycoma longifolia (Low. 2013a)
  3. Niveaux réduits d’oestrogènes diminution de la rétroaction négative par l’hypothalamus augmentation des taux de LH et de FSH (Prakash 2007, Low. 2013b)
  4. Réduction de la liaison de la SHGB (n’augmente pas le taux de testostérone totale), ce qui augmente ainsi la quantité de testostérone non liée (Chiang 1994. Henkel 2013. Talbott 2013)

Comme vous pouvez le voir sur le tableau 1, ces effets bénéfiques sont particulièrement dépendants de la dose. Bien que la dose de 25 mg/kg de poids corporel des fractions de TA riches en quassinoïdes a augmenté la production de testostérone des cellules de Leydig chez les rongeurs, une dose plus élevée de 50 mg/kg a entraîné une production significativement plus faible de testostérone des cellules de Leydig (Low. De 2013b).

Concentration de la testostérone et des oestrogènes après la prise de Tongkat ali ou Eurycoma longifolia

Tableau 1: Concentration de testostérone dans le plasma sanguin et les testicules (à gauche) et concentration plasmatique des œstrogènes (à droite) de rats mâles après qu’ils aient consommé 25 mg/kg ou 50 mg/kg de poids de corps d’extrait de TA (Low. 2013b).

En outre, malgré le fait que cette faible concentration  (25 mg/kg) de l’extrait a stimulé plus fortement la sécrétion de LH (hormone lutéinisante) que la dose élevée (50 mg/kg), les niveaux d’œstrogènes du sérum sanguin ont montré une évolution inverse.

Les doses équivalentes pour l’être humain entre la dose efficace et inefficace (et overdose) sont de 4 mg/kg et de 8 mg/kg. Si nous supposons que les résultats sont applicables à l’homme, cela reviendrait à une dose journalière de 320 mg d’extrait de racines de Tongkat Ali qui augmenterait votre testostérone et en ferait baisser les œstrogènes alors qu’un dosage de 640 mg ne le ferait pas.

Dès lors, bénéficier de niveaux normaux de testostérone, c’est plutôt pas mal. En soi cependant, avoir une valeur normale de niveau de laboratoire est assez inutile. Il est donc important de vérifier si les augmentations de niveaux de testostérone se traduiront également par des avantages mesurables sur la santé, tels que

  • La fertilité: Tambi & Imran (2010) signalent une amélioration significative pour les valeurs spermatiques (augmentation du volume de sperme, concentration du sperme et nombre de spermatozoïdes de morphologie normale et la motilité) en réponse à l’ingestion de 200 mg d’un extrait aqueux normalisé de TA appelé Physta. Une amélioration des volumes de liquide séminal et de la motilité des spermatozoïdes a également été démontrées pour une sous-population avec de faibles valeurs de base dans une autre étude (Ismail. 2012).
  • La santé sexuelle: En dépit du fait que les hommes asiatiques ne jurent que par le Tongkat Ali (Low. 2002), il n’y a qu’une seule expérience de 12 semaines effectuée par Ismail et al. (2012), qui a fait état d’une augmentation de la libido pour les sujets qui avaient pris le TA  précédemment mentionnées (Physta, extrait sous brevet)
Eurycoma longifolia et santé sexuelle (nombre, et fréquence des relations)

Tableau 2: Modifications (%) de paramètres sélectionnés de la santé sexuelle de jeunes hommes en bonne santé en réponse à 12 semaines de supplémentation en extraits de TA Physta (Ismail. 2012)

La même expérience mentionne également des améliorations significatives pour la satisfaction sexuelle après 12 semaines de traitement (p = 0,001). Plus précisément, Ismail et al. signalent une hausse de 14,4% d’intérêt pour le sexe, une augmentation de 17,1% pour la fréquence des rapports sexuels et une amélioration du fonctionnement érectile chez les hommes en bonne santé qui avaient été randomisés pour l’étude du Longifolia E.

Pour une autre étude, le même extrait aqueux normalisée de TA (Physta) a été administré à des hommes souffrant de dysfonction érectile légère au cours d’une expérience randomisée, contrôlée contre placebo qui a impliqué 26 sujets (Udani. 2011). Après 12 semaines, les chercheurs ont enregistré des améliorations significatives pour plusieurs paramètres de la santé sexuelle, y compris sur l’échelle de dureté de l’érection (P = 0,012), plusieurs autres indicateurs de la santé sexuelle chez les hommes (P = 0,03) ainsi que les symptômes du vieillissement chez l’homme (P = 0,047).

  • La santé des os: Souvent mal « étiquetée » et considérée comme un «problème féminin», les hommes ont tendance à perdre de la masse osseuse tout comme les femmes, quand ils atteignent l’«andropause» ou souffrent de niveaux de testostérone réduit en raison de (divers) problèmes de santé (Kaufman. 2000). Après tout, la formation osseuse est le résultat de la testostérone convertie en dihydrotestostérone (DHT), un puissant activateur des récepteurs des androgènes qui stimulent la prolifération et la différenciation des ostéoblastes (Vanderschueren 2004) alors que la testostérone inhibe directement l’effet inverse, à savoir la formation des ostéoclastes de la résorption osseuse (Michael. 2005), la perte de testostérone entraînera une perte osseuse aussi rapide chez les hommes que la perte ménopausique d’oestrogènes chez les femmes.
Tableau 3: L'ostéoporose, n'est pas un problème spécifiquement féminin. Les hommes perdent de la masse osseuse également.

Tableau 3: L’ostéoporose, n’est pas un problème spécifiquement féminin. Les hommes perdent de la masse osseuse également.

Dans ce contexte, il serait intéressant de savoir si nous avons des preuves convaincantes que le Tongkat Ali pourrait contrer la perte de la masse osseuse induite par un faible niveau de testostérone. Un aperçu de la littérature sur le sujet révèle pour l’instant des résultats non concluants à partir des preuves obtenues de rongeurs atteints d’hypogonadisme liée à l’âge (Shuid 2012) et des résultats plutôt décevants en provenance des études effectuées avec des rongeurs eunuques (Tajul Ariff. 2012).

  • La performance athlétique: En Asie, le Tongkat Ali est probablement utilisé comme un supplément pour la santé. Chez nous, à l’Ouest, les culturistes et les amateurs de fitness sont probablement le principal public cible du Tongkat Ali qui est principalement, mais pas exclusivement, considéré comme un stimulant de la testostérone. Quand on a tout dit, ce qui intéresse vraiment les gens n’est pas vraiment une élévation de la testostérone comme le disent les rapports de laboratoire, mais plutôt l’augmentation de la force et des gains musculaires comme ils l’associent (à tort) à la testostérone.

Plusieurs études ont étudié l’utilisation du Tongkat Ali/Eurycoma Longifolia en rapport à son potentiel ergogène. Hamzah & Yusof (2003) ont testé 14 adultes sains de sexe masculin qui ont reçu au hasard soit 100 mg d’un extrait aqueux de TA ou un placebo. Durant l‘étude, les participants ont effectué un programme d’entraînement de la force intensif pendant 8 semaines.

Gain en muscle et perte de graisses après 8 semaines de prise de Tongkat ali

Tableau 4: Gain de masse maigre, pertes de graisse et gains de force résultant d’une étude sur un entraînement de résistance de 8 semaines avec du Tongkat ali contre placebo. Il s’agit de ne pas surestimer les résultats, l’étude est quelque peu douteuse et de faible qualité alors que des conflits d’intérêts potentiels ne sont pas déclarés (Hamzah. 2014)

À la fin de l’étude, les sujets du groupe qui avaient pris du Tongkat Ali avaient augmenté leur force par 6,78%, tandis que ceux du groupe de contrôle n’avaient gagné que 2,77%. Une image similaire, quoique statistiquement moins significative se dégage en ce qui concerne les augmentations de la masse maigre du corps et les réductions de la graisse corporelle.

Le titre de l’étude, «Les effets ergogéniques de l’Eurycoma Longifolia: Une étude pilote » signifie cependant que nous ne pouvons pas encore dire qu’il y a plus de preuves initiales provenant des «études pilotes» et que les suppléments oraux ont des effets bénéfiques mesurables, sinon reconnaissables par l’augmentation de la force et les changements dans la composition corporelle. Des études telles que celle qui fut effectuée par Henkel et al. (2013) ont observé des augmentations significatives de la force musculaire et de la testostérone chez l’homme et la femme âgés physiquement actifs (57-72 ans) qui ont participé à leur étude en 2013 sur les effets de 400 mg/jour de l’extrait aqueux normalisé de Tongkat Ali (Physta).

Le Tongkat ali/Eurycoma longifolia induit des modifications dans les paramètres biochimiques (testostérone libre, rétention d'azote...)

Tableau 5: Chez les seniors, un extrait breveté de TA a eu des effets significatifs (en vert), sur plusieurs paramètres biochimiques chez l’homme et la femme (Henkel 2013).

Le résultat apparait en contraste avec les conclusions de Muhamadet et al. présentées dans une des études antérieures, réalisée avec de jeunes hommes dont les performance de course n’avaient pas bénéficié de 150 mg d’extrait de Tongkat Ali/Eurycoma Longifolia par jour.

Dans l’ensemble, il semblerait que les deux durées de l’étude (7 jours contre plusieurs semaines), la dose et le type de supplément (400 mg d’extrait standardisé brevetée contre 150mg d’extrait de TA) et l’âge des sujets auraient pu déterminer le résultat de l’étude. En cela, votre meilleure chance de voir des résultats serait probablement atteint avec 400 mg de Physta, pris pendant 8-12 semaines, lorsque vous serez âgé de 60 ans et plus.

  • La gestion du taux de glucose sanguin: Les données sur les effets anti-diabétiques bénéfiques du TA est réservée aux études sur les rongeurs. Husen et al. (2004) ont rapporté un effet antidiabétique important du TA avec un modèle de rat où le diabète avait été induit par la streptozotocine. Dans cette étude, quatre extraits de plantes de Malaisie ont été administrés aux animaux à différentes concentrations. Parmi ces quatre extraits, seuls les extraits de E. longifolia et Andrographis paniculata ont révélé un effet antidiabétique significatif. Les études humaines existantes, d’autre part, ne soutiennent pas l’hypothèse que le Tongkat Ali pourrait être utilisé comme un agent andidiabétique efficace. En fait, les sujets non diabétiques de l’étude de 2010 effectuée par Talbott et al. n’a pas relevé d’effets sur les niveaux de glucose sanguin. Pour le consommateur moyen d’un complément contenant du TA, les effets potentiels anti-diabésité n’ont pas d’intérêt.

Maintenant que nous savons que les plus de 60 ans sont les plus susceptibles de bénéficier d’un extrait standardisé Tongkat Ali/Eurycoma Longifolia, s’ils peuvent en acheter assez pour prendre des doses de 100-400mg par jour pendant 3 mois ou plus, il semble assez prudent de jeter un dernier regard sur ce supplément à base de plantes en ce qui concerne sa sécurité d’utilisation.

Tongkat Ali/Eurycoma longifolia /Long Jack est-il sûr d’utilisation ?

Au cours des études sur l’animal, aucun effet négatif sur la progéniture n’a pu être trouvé, ni en termes de malformations, ni sur un quelconque effet sur le poids corporel ou le nombre de la progéniture (Solomon et al., 2013). Pour autant, les tests de toxicité subaiguë chez le rat de l’Eurycoma Longifolia ont révélé une DL50 pour un extrait éthanolique et aqueux de TA de 2000 et 3000 mg/kg de poids corporel, respectivement (Satyavivad, 1998; Kuo, 2003).

A partir de quelle dose c’est trop ? Basé sur les études de rongeurs, nous pouvons supposer que des doses allant jusqu’à 48 mg/kg ou 3891 mg pour un homme dont le poids corporel est de 80 kg sont sans danger pour ce supplément. Pour l’extrait breveté Physta mentionné précédemment, les données de sécurité pour les rongeurs suggèrent jusqu’à 25 g par jour. En raison du fait que vous avez probablement besoin d’un maximum de 400 mg / jour pour voir des résultats, il serait vraiment stupide de consommer plus de 500 mg / jour sur une base continue.

Comme les auteurs d’une récente étude le souligne, Satyavivad & Kuo ont en outre montré que des doses de 200 mg/kg de poids corporel de l’extrait éthanolique et 300 mg/kg de l’extrait aqueux par jour d’Eurycoma longifolia n’étaient pas toxiques. Seulement, à des doses supérieures à 1200 mg/kg de poids corporel, des effets hépatotoxiques significatifs ont été observés chez le rat (Shuid. 2011a).

L’Eurycoma Longifolia a été scientifiquement testé sur sa sureté d’utilisation

Récemment, Choudhary et al. (2012) ont étudié la toxicité aiguë, subaiguë et la toxicité subchronique d’un extrait aqueux standardisé d’Eurycoma Longifolia (Physta) sur un modèle de rat [note: il s’agissait d’une étude sponsorisée]: les rats Wistar mâles et femelles ont été traités pendant 90 jours avec du Tongkat Ali à des concentrations allant de 250 mg/kg de poids corporel à 2000 mg/kg de poids corporel. Les résultats montrent clairement qu’il n’y a pas de changements significatifs dans la chimie du sang ni pour les paramètres hématologiques. Il n’ont pas trouvé non plus de changements histopathologiques, même pour les tests de toxicité aiguës, ni de changements pour la mortalité ou dans le comportement des animaux pouvant être constatés.

Pour résumer: Je ne vois pas le Tongkat Ali (a fortiori tout autre T-booster naturel) comme une alternative légale à la vraie testostérone de replacement dans le cadre thérapeutique. D’autre part, je dois admettre que le Long Jack, ou Tongkat Ali/Eurycoma longifolia est souvent considéré en Occident comme l’un des agents les plus prometteurs pour ce groupe de suppléments.

Finalement, l’Eurycoma Longifolia n’est pas assez prometteur pour en faire un supplément régulier, mais probablement suffisamment prometteur pour être le choix n°1 de ceux d’entre vous dont les niveaux de testostérone sont sur le déclin depuis 25 ans ou plus (pratiquement tout le monde au-delà de l’âge de 25 ans) et qui insistent à essayer l’un des innombrables boosters de testostérone du marché. Sur la base de ce que nous avons constaté, vous serez probablement d’accord pour dire que les chances qu’un produit standardisé basé sur l’Eurycoma Longifolia est doté d’un potentiel peu élevé mais au moins supérieur à ce qu’il en est pour 99% des autres végétaux prétendument stimulateur de testostérone présent sur le marché 

Note du traducteur (NdT): La bibliographie est disponible sur l’article original. Elle n’est pas reproduite ici pour éviter les problèmes de duplicate: Eurycoma longifolia aka « Long Jack » (…)

————————-

NdT: En effet, si les effets du Tongkat ali ou Eurycoma longifolia ne sont sans doute pas comparable à des substances dopantes, illégales et potentiellement dangereuses pour votre santé, il s’agit sans doute, du moins à mon avis, de la base végétale la plus sérieuse à l’élaboration d’un T-Booster doté d’un bon potentiel. A ceci, associez-y simplement d’autres végétaux dont l’intérêt a été validé par la recherche scientifique. A ce jour, ils ne sont pas nombreux. Comme nous l’avons vu dans les articles précédents, la racine d’ortie, les extraits d’avoine (Avena sativa) ou la variété Alatus du Tribulus ont montré qu’il agissaient réellement sur ce critère. Le Bulbine natalensis est également doté de ce potentiel mais ses effets ne se font sentir qu’à des niveaux particulièrement néfastes pour les testicules, ce qui en fait une substance végétale à éviter si vous tenez à votre santé.

Mais d’ici là, pensez à vous inscrire à la news pour vous tenir au courant de la sortie des nouveaux articles. Vous pouvez également laisser des commentaires sur le blog ou sur Facebook, ça sera bien apprécié.

Et surtout, n’oubliez pas de développez votre culture physique !

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire