La créatine améliore la récupération musculaire des athlètes d’endurance

Aucun commentaire

CréatineLes athlètes d’endurance qui utilisent la créatine récupèrent plus rapidement après l’entraînement. Des scientifiques du sport de l’Institut universitaire de sciences de la nutrition et de l’éducation de Taiwan l’ont constaté. La supplémentation en créatine permettrait de réduire les dommages causés par l’effort d’endurance sur les fibres musculaires, écrivent les taïwanais dans un article publié dans l’European Journal of Nutrition.

Ce n’est pas la première fois que ce magazine Web souligne que la créatine [formule développée ci-dessus] pourrait bien être un complément intéressant pour les athlètes d’endurance. Lorsque la créatine est combinée avec du glycérol, les niveaux d’hydratation s’améliorent, elle peut aider les athlètes d’endurance qui doivent s’entraîner à des températures élevées. Lorsqu’elle est combinée avec de la bêta-alanine,  la capacité d’endurance s’améliore. La créatine permet aux cellules musculaires d’absorber plus de glucose. Pour ne citer que quelques idées.

Un des problèmes soulevés est celui de la prise de poids des athlètes en raison de la prise de créatine mais le fait d’en rester à de faibles doses permet de réduire cet effet.

La créatine et ses effets sur l’endurance des athlètes sont assez peu connus

Néanmoins, nous n’avons pas énormément de connaissances concernant les effets de la créatine sur le métabolisme des athlètes d’endurance. C’est ainsi que les taïwanais ont réalisé une expérience avec 12 étudiants de sexe masculin bien entraînés. Les étudiants ont pris 12 grammes de créatine par jour pendant 15 jours et ont couru avant et juste après la période de supplémentation pendant 60 minutes à 65-70% de leur fréquence cardiaque maximale. Les chercheurs ont ensuite répété la procédure à une autre occasion, mais ils ont donné un placebo aux étudiants.

Avant, pendant et après la séance, les chercheurs ont analysé l’urine et le sang des étudiants. C’est ainsi que les Taiwanais ont découvert que la supplémentation avait permis de garder la concentration de 3-méthylhistidine [3MH] et de l’azote d’urée [UUN] à un niveau faible. Le 3-méthylhistidine et l’urée sont des indicateurs de la dégradation musculaire.

 

Créatine et exercices d'enduranceCréatine et endurance

 

Si le corps brûle des protéines, la concentration en ammoniac dans le sang augmente. Le corps neutralise ce processus par une réaction dans laquelle le glutamate est converti en glutamine. Les chercheurs ont effectivement constaté un rapport moindre de glutamine chez les athlètes. Ils pensent donc que la supplémentation en créatine aide les muscles des athlètes d’endurance à brûler moins de protéines au cours de l’exercice.

« En termes de métabolisme, la supplémentation en créatine possède les avantages d’une diminution de la consommation du glycogène musculaire et de la dégradation des protéines, surtout après un exercice d’endurance, même si elle ne pourrait pas induire de progrès en termes de performances en endurance », concluent les chercheurs. »

L’étude n’a pas été financée par ses fabricants de suppléments, mais par la National Taiwan Normal University.

Source Ergo Log: Creatine speeds up muscle recovery in endurance athletes

Source de l’article: Eur J Nutr. 2013 Feb 8. [Epub ahead of print].——————————————————————

Note du traducteur: Nous en savons un peu plus sur le rapport entre la créatine et les exercices en aérobie. Si elle ne permet pas une élévation des performances, elle agirait surtout comme un anti-catabolique, ce qui est déjà considérable.

Eric Mallet

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant depuis plus de 20 ans, j'ai toujours porté un regard curieux sur le développement de la science des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je passe actuellement ma thèse en psychologie sur la question de la sublimation par la culture physique et la musculation. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider le pratiquant tout en lui donnant des informations scientifiques utiles à sa pratique des sports de force.

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *