Les bodybuilders au régime gardent leur masse musculaire avec des aliments riches en protéines

Aucun commentaire

Si vous réduisez votre consommation d’énergie quotidienne à 60% de ce que vous brûlez, vous ne devriez pas nécessairement perdre de la masse musculaire. Si vous augmentez votre consommation de protéines, vos muscles resteront tels qu’ils étaient. Du moins, c’est ce qu’écrivent des scientifiques du sport de l’Université de Birmingham en Angleterre dans un article paru dans Medicine & Science in Sports & Exercise.

Jusque là, il n’y avait pas d’études sur le régime alimentaire des athlètes en restriction calorique avec protéines

Milkshake de protéineSi nous ignorons un instant l’expérience de dizaines de milliers d’athlètes et que nous examinons simplement la littérature scientifique, nous admettrons facilement que nous ne savons pas grand chose sur la perte de poids des athlètes de force qui adoptent un régime à teneur élevée en protéines. La plupart des études menées sur le sujet impliquait des personnes en surpoids. Non seulement ces derniers perdaient plus de poids avec un régime riche en protéines mais ils retenaient aussi plus de masse musculaire. Les athlètes de force réagissent-ils également à un régime de perte de poids riche en protéines ? C’était la question à laquelle les chercheurs voulaient trouver une réponse.

Les chercheurs britanniques ont contraints 20 bodybuilders âgés de 18 à 40 ans à suivre un régime alimentaire strict de deux semaines. Les athlètes ont consommé 40% d’énergie de moins que ce qu’ils brûlent chaque jour. Avant de se retrouver en régime restreint, le régime alimentaire des athlètes contenait 15% de protéines. Par kilogramme de poids corporel, ils auront consommé environ 1,6 gramme de protéines par jour.

Seules les protéines ont augmenté en quantité mais le total des calories a baissé

Un groupe de bodybuilders a simplement réduit la quantité d’aliments consommés. En conséquence, leur apport protéique est tombé à 1 g de protéines/kg/jour. L’autre groupe a non seulement mangé moins mais il a aussi remplacé les graisses et les glucides par des protéines. Leur alimentation était donc constituée de 35% de protéines et leur apport quotidien en protéines est passé à 2,3 g/kg. Les sujets de test ont pris leur protéine supplémentaire à partir de milkshakes.

Le tableau ci-dessous montre que l’apport protéique élevé a presque complètement bloqué la dégradation de la masse musculaire. Le groupe à forte teneur en protéines a également perdu de la graisse corporelle.

Réduction des calories et augmentation des protéines

Le régime hyperprotéiné n’a pas eu d’effets sur la 1RM (répétition unique à charge maximale) des bodybuilders au développé couché. Les sujets de l’expérience en régime hyperprotéiné ont réalisé quelques répétitions supplémentaires à 60% de leur charge maximale.

Régime hyperprotéiné et exercice de musculation

Les chercheurs pensent que les acides aminés des protéines ont eu un effet anabolique direct sur les muscles et qu’il s’agit de la principale façon dont un régime riche en protéines facilite le maintien des tissus musculaires. En outre, un régime riche en protéines permet également de maintenir les niveaux d’hormones anabolisantes. Pour les culturistes qui avaient simplement réduit leur consommation alimentaire, le taux de testostérone libre a diminué de 26%. Concernant les bodybuilders qui ont perdu du poids avec un régime riche en protéines, la testostérone n’avait diminué que de 7%.

« L’implication pratique de ces résultats nous permet d’affirmer que la teneur en protéines d’un régime hypoénergétique peut jouer un rôle crucial », concluent les Britanniques. « Les athlètes visant à réduire leur poids corporel tout en conservant leur masse corporelle maigre pourraient être bien avisés s’ils maintiennent un apport élevé en protéines ».

Source de l’article: Dieting bodybuilders retain muscle with high protein foods

Source Ergo-Log: Med Sci Sports Exerc. 2009 Nov 13. [Epub ahead of print].

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant depuis plus de 20 ans, j'ai toujours porté un regard curieux sur le développement de la science des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je passe actuellement ma thèse en psychologie sur la question de la sublimation par la culture physique et la musculation. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider le pratiquant tout en lui donnant des informations scientifiques utiles à sa pratique des sports de force.

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *