Les suppléments aideraient les survivants du cancer à condition qu’ils suivent un régime alimentaire sain

2 Commentaires

Les suppléments pourraient avoir un faible effet positif sur les chances de survie des femmes qui ont subi un traitement contre le cancer. Ils augmenteraient le risque de mortalité des survivants du cancer qui suivent un régime alimentaire malsain et diminueraient légèrement le risque chez les femmes qui consomment une alimentation saine, selon un article publié par les épidémiologistes de l’Université du Minnesota dans Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention.

L’étude scientifique sur le cancer et les suppléments

Les chercheurs ont utilisé les données recueillies pour l’étude sur la Santé des Femmes de l’Iowa (Iowa Women Health Study). Ils ont surveillé 2118 femmes qui avaient été diagnostiquées positives au cancer sur la période de 1986 à 2002. Ils ont suivi les femmes jusqu’en 2004, alors qu’elles étaient âgés de 73 à 88 ans. Les chercheurs ont voulu savoir comment l’utilisation de suppléments après leur diagnostic pouvait affecter les chances de survie de ces femmes.

Les résultats

Pour le groupe dans son ensemble, l’effet s’est avéré nul comme les chiffres ci-dessous le montre [voir tous les régimes/All diets]. Mais quand les chercheurs ont divisé les femmes en deux groupes en fonction de la qualité de leur alimentation, ils ont vu que les suppléments pouvaient augmenter un peu leurs chances de survie, si les femmes s’alimentaient à partir d’un régime alimentaire sain.

Les chercheurs ont utilisé les critères du World Cancer Research Fund pour évaluer la qualité de l’alimentation des femmes étudiées. Au plus de boissons gazeuses, d‘alcool et de viandes rouges ou transformées étaient consommées, et au moins de fruits, de légumes et de fibres étaient également consommés, au plus la qualité de leur alimentation s’aggravait.

Mortalité, cancer et compléments alimentaires

Mortalité, cancer et multivitamines

Les données montrent aussi que les femmes qui mangent sainement ne peuvent abuser en termes de nombre de suppléments consommés. Le tableau ci-dessous montre que les suppléments de fer ne sont pas nécessairement une bonne idée pour ce groupe de population.

Supplément (vitamines, minéraux) et risque de mortalité par substance

La supplémentation en fer n’est pas non plus une bonne idée pour les femmes qui consomment un régime alimentaire déséquilibré mais le vrai problème pour ce groupe concerne la supplémentation en acide folique. Les survivantes du cancer qui prennent un supplément d’acide folique doublent leur risque de mortalité.

L'acide folique est préjudiciable en tant que suppléments à celles qui ont subi un cancer.

Conclusion

« L’utilisation de la plupart des compléments alimentaires après le diagnostic de cancer n’a pas été associé avec le risque de décès dans cette étude chez les survivantes âgés« , ont écrit les chercheurs. « Cependant, l’acide folique, des multivitamines ou un plus grand nombre de suppléments alimentaires semblent être associés à un risque plus élevé de décès parmi les survivantes consommant des régimes alimentaires de qualité inférieure.« 

Source de l’article: Supplements only likely to help cancer survivors on a healthy diet

Source Ergo-log: Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2014 May;23(5):865-75.

——————————–

NdT: Cet article, comme pour tous articles présentant des conclusions à partir de statistiques, est à prendre avec du recul. On notera que certaines substances riches en antioxydants et dont l’activité antioxydante élevée est reconnue (quercétine, hespéridine, sulforaphane, EGCG…) n’ont pas fait l’objet de cette étude, ce qui aurait pu être bien plus intéressant. Trop généralisant et peu discriminant, j’accorderais assez peu de crédits à ce genre de travail scientifique. Cependant, il s’agit à nouveau d’un élément qui indique l’importance d’une alimentation saine, à l’opposé des saloperies industrielles qui nous sont proposées de plus en plus souvent dans les supermarchés.

Mais d’ici le prochain article, n’oubliez pas de développer votre culture physique !

Et pour ceux qui ne l’ont pas encore fait, de s’inscrire à la news pour être tenu au courant des prochains articles.

Eric Mallet

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant depuis plus de 20 ans, j'ai toujours porté un regard curieux sur le développement de la science des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je passe actuellement ma thèse en psychologie sur la question de la sublimation par la culture physique et la musculation. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider le pratiquant tout en lui donnant des informations scientifiques utiles à sa pratique des sports de force.

2 Commentaires

  1. Eli Gauthier -  11 novembre 2015 - 5 h 45 min

    Bonjour Eric,

    Cette étude considère la viande rouge comme de la nourriture malsaine (sur un pied d’égalité avec la viande transformée!) alors qu’elle est une source inestimable de protéines et d’aminos pour les athlètes. Plusieurs écoles de pensé s’entrechoquent sur le sujet.(Par exemple, je mange du cheval qui contient des omega-3 comme en témoigne un article publié sur votre blog)

    Quel est votre point de vu? Est-ce valable uniquement si on parle d’un organisme attaqué par un cancer?

    • Eric -  11 novembre 2015 - 12 h 36 min

      Bonjour Gauthier,

      Je ne comprends pas bien la nature de votre message puisqu’il n’a pas de rapport direct avec le sujet de l’article. Cependant, concernant la viande rouge, je pense surtout que cette étude est surtout partisane, non contextualisée et mal orientée. D’autres études certainement mieux documentées ont prouvé qu’un repas contenant suffisamment de légumes avec la viande rouge était tout aussi sain qu’autre chose. Dans tous les cas, il s’agit de statistiques et donc, de généralités qui n’ont pas beaucoup de sens pour les malades en réalité. Je trouve cela stupide de généraliser des études avec un sujet aussi grave que le cancer. C’est une maladie qui touche des individus et donc, que des solutions thérapeutiques doivent être trouvées et adaptées aux individus. C’est vraiment ce qui importe. Ensuite, de parler de risques, de circonstances ou de probabilités n’a pas tellement de sens en réalité.

      Merci pour votre message,
      Eric

      http://www.espacecorps-espritforme.fr/

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *