L’oleuropéine booste le taux de testostérone, réduit la sécrétion de cortisol et stimule l’anabolisme

Aucun commentaire

L’oleuropéine est un nutriment naturellement retrouvé dans l’huile d’olive et qui aide le corps à utiliser les protéines de façon plus économique. Dans une étude japonaise, publiée dans le Journal of Nutritional Biochemistry, des rats qui avaient une alimentation riche en protéines ont retenu pas moins de 46% de protéines en plus lorsque de grandes quantités d’oleuropéine avaient été ajoutées à leur nourriture. En outre, ils ont produit plus de testostérone et moins de cortisol. Cette molécule se retrouve dans les olives, l’huile d’olive et les feuilles de l’olivier. Des suppléments contenant des extraits de feuilles d’olive sont sur le marché depuis des années, et si vous regardez attentivement, vous trouverez des extraits bon marché contenant 25% d’oleuropéine.

Oleuropéine

La formule développée de la substance est présentée ci-dessus. Avec une petite modification chimique, vous pouvez supprimer le groupe glucose à partir de la molécule d’oleuropéine, vous laissant avec une version réduite que les chimistes appellent aglycone de l’oleuropéine. Cependant, les Japonais ont réalisé leurs expériences avec la version naturelle de la substance.

L’huile d’olive a un effet stimulant sur le métabolisme mais on ne savait pas pourquoi

Il y a sept ans, les japonais affirmaient que l’huile d’olive vierge stimulait le métabolisme des rats. L’oleuropéine phénol était responsable de cet effet, comme ils l’ont découvert plus tard. [J Nutr Sci Vitaminol (Tokyo). 2008 Oct;. 54 (5) :363-70] L’oleuropéine stimule la sécrétion d’adrénaline et de noradrénaline chez le rat, en permettant que les cellules de graisse brune brûlent plus d’acides gras.

La découverte de l’effet adrénergique de l’oleuropéine a incité certains fabricants à en ajouter dans leurs suppléments énergétiques dédiés à la musculation. Le booster énergétique de pré-entraînement de Cobra Labs « The Curse » contient une quantité non précisée d’oleuropéine par exemple. Combiné avec de la caféine cette association pourrait donner aux utilisateurs une «concentration mentale extrême», si l’on en croit ce qu’avance Cobra Labs.

The Curse, Cobra Labs

The Curse, Cobra Labs

Il y a quinze ans, ces mêmes chercheurs avaient découverts que l’ail avait à peu près le même effet. Et quand les japonais ont ajouté de l’ail à un régime riche en protéines, ils ont observé que l’ail stimulait l’anabolisme: les animaux de laboratoire conservaient plus d’azote, produisait plus de testostérone et relâchaient moins de cortisol. C’est pourquoi, les Japonais étaient curieux de savoir si l’oleuropéine avait également eu un effet anabolisant similaire.

L’oleuropéine présente des propriétés anabolisantes avec un bilan azoté positif

Les chercheurs ont donné à trois groupes de rats des aliments contenant 10, 25 ou 40% de protéines [caséine] pendant 28 jours. La moitié des rats de chaque groupe ont reçu des aliments contenant de l’oleuropéine à raison d’1 gramme par kg. Les chercheurs ont ensuite compté le nombre de molécules d’azote dans l’urine et les excréments des rats, ce qui leur a permis de calculer la quantité d’azote que les rats avaient conservés. Au plus l’azote est conservé par l’organisme, au plus une grande quantité de protéines s’est accumulée dans votre corps. L’azote est un élément essentiel des protéines.

La figure ci-dessous montre que les rats ont maintenus relativement plus d’azote, au plus ils consommaient d’oleuropéine. Dans le groupe qui avait consommé des aliments contenant le plus de protéines, la supplémentation en oleuropéine avait stimulé la quantité d’azote retenue par 46%.

Oleuropéine et balance azotée

Chez les rats qui mangeaient de grandes quantités de protéines, l’oleuropéine a triplé la concentration de testostérone dans les testicules, tandis que la concentration de cortisol dans le sang avait diminué de plus de la moitié.

Oleuropéine et caséine

Oleuropéine et protéine

Les tableaux ci-dessus montrent une partie du mécanisme par lequel l’oleuropéine stimule la production de testostérone. La concentration de LH (hormone lutéinisante) a augmenté lorsque les chercheurs ont introduit des concentrations plus élevées de l’aglycone de base de l’oleuropéine dans le système circulatoire des rats. Cette augmentation de la sécrétion de LH peut être une conséquence des niveaux d’adrénaline et de noradrénaline plus élevés causés par l’oleuropéine, comme le pensent les Japonais. Les chercheurs croient que ces effets hormonaux sont la clé qui expliquent l’effet anabolisant de l’oleuropéine.

« La supplémentation en oleuropéine  améliore l’anabolisme des protéines et supprime le catabolisme grâce à la régulation hormonale par la stimulation des hormones stéroïdes via la noradrénaline, conduisant à un niveau de testostérone testiculaire supérieur et un niveau inférieur de corticostérone plasmatique chez les rats nourris avec un régime riche en protéines« , concluent les chercheurs.

L’extrait de feuilles d’olivier a permis une fonte des graisses chez les rats

Fait intéressant, les rats à qui de l’extrait de feuilles d’olivier a été donné n’ont pas pris de poids. Aussi loin que les chercheurs ont pu aller, ils n’ont pourtant pas étudié l’effet sur la composition corporelle car les rats sont devenus largement plus minces. Leurs dépôts de graisse ont véritablement fondu.

Faisons un calcul rapide: un rat mange environ 50 g d’aliments par kg de poids corporel et par jour. Cela correspond à 50 mg d’oleuropéine. Converti en proportions humaines, cela fait 8 mg par kg de poids corporel de cette molécule par jour. Donc, si vous pesez 80 kg, vous aurez besoin de 640 mg par jour de cette substance naturelle. Si vous pouvez obtenir cette quantité à partir d’un extrait de feuilles d’olivier qui se compose de 25% d’oleuropéine, vous aurez besoin d’environ 2,6 grammes d’extrait chaque jour.

A priori, c’est gérable…

Source de l’article: Oleuropein booste testosterone level, lowers cortisol secretion, stimulates anabolism

Source Ergo-log: J Nutr Biochem. 2013 May;24(5):887-93.

Eric Mallet

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant depuis plus de 20 ans, j'ai toujours porté un regard curieux sur le développement de la science des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je passe actuellement ma thèse en psychologie sur la question de la sublimation par la culture physique et la musculation. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider le pratiquant tout en lui donnant des informations scientifiques utiles à sa pratique des sports de force.

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *