Omega 7, l’acide gras dont on ne vous parle pas…

Aucun commentaire

Baies d'argousier, source d'Omega 7Fort heureusement, la question de l’utilité des acides gras Oméga 3, notamment des EPA et DHA, ne fait plus débat aujourd’hui dans le monde des sports de force. Des études scientifiques nombreuses et sérieuses sont venues étayer les arguments qui affirment que les Oméga 3 contribuent non seulement à la santé mais que leurs propriétés d’ergogène serait tout à fait étonnante, sinon inattendue.

Classés comme vous pourriez le croire en Oméga 3, 6 et 9, il s’agit cependant de na pas oublier les acides gras Oméga 7 dont on compte trois principaux représentants, l’acide palmitoléique (ou acide 9-Hexadécénoïque, mono insaturé), l’acide trans-vaccénique (ou acide 11-octadécénoïque) et l’acide paullinique (ou acide 13-éicosénoïque, également de la famille des acides gras mono insaturés). Ce dernier est assez rare, on le retrouve notamment dans certains végétaux tels que le Guarana, d’où lui vient son nom (Paullinia cupana en latin). L’acide trans-vaccénique fait partie de la famille des acides gras insaturés, c’est l’acide gras trans principal retrouvé dans le lait humain. Même sans le savoir vraiment, nous savons donc ce qu’est cet Oméga 7 puisque nous l’avons tous consommé.

L’acide palmitoléique Oméga 7 présente des propriétés intéressantes pour la santé des athlètes

Par contre, ce qui m’intéresse plus particulièrement ici concerne l’acide palmitoléique, notamment pour ses propriétés. Ce dernier est retrouvé dans l’huile de Macadamia, l’argousier et l’huile d’anchois. C’est également un acide gras très commun chez l’être humain, constituant des glycérides de nos tissus adipeux. Bénéfique à notre santé pour les raisons que j’évoquerai dans cet article, l’acide gras Oméga 7 acide palmitoléique est synthétisé dans le foie à partir de l’acide palmitique avec l’aide d’une enzyme appelée delta-9 désaturase. Cependant, les résultats d’études obtenus vont en faveur d’un intérêt à supplémenter cet Oméga 7.

Même si a priori on ne peut pas classer cet acide gras dans la catégorie des ergogènes, j’ai quand même voulu vous en faire part, ne serait-ce que pour une question de culture et d’information santé puisque l’acide palmitoléique est depuis peu connu pour réduire la résistance à l’insuline et l’accumulation des graisses ce qui indirectement, pourrait être bénéfique aux performances athlétiques, du moins pour les athlètes amateurs et réguliers qui constituent la majorité des sportifs mais les athlètes de haut niveau feraient bien d’en connaître les propriétés également. Pourtant, l’intérêt de cet Oméga 7 ne s’arrête pas là comme nous allons le voir ensemble.

L’acide palmitoléique et le syndrome métabolique

Argousier, source d'Omega 7 acide plamitoléiqueSi cet Oméga 7 peut être intéressant pour les sportifs, il pourrait, selon les recherches scientifiques effectuées récemment, contribuer à réduire ce que l’on nomme le syndrome métabolique, c’est à dire des problèmes de santé liés à un métabolisme organique déficient. Ces syndromes regroupent de nombreuses maladies telles le diabète de type 2 bien évidemment mais aussi les troubles cardiovasculaires ou les AVC (Accident Vasculaire Cérébral). Certains vont y ajouter les cancers liés au métabolisme comme par exemple le cancer du colon et d’autres maladies encore.

C’est en avril 2014 que le magazine américain Life Extension a publié un article intitulé Omega 7 protects Against Metabolic Syndrome. L’article en question traite de la capacité de l’acide palmitoléique à traiter les différents facteurs impliqués dans le syndrome métabolique comme la résistance à l’insuline, un déséquilibre du cholestérol avec un taux de triglycérides élevé contre un faible taux de cholestérol HDL, une pression artérielle élevée, l’inflammation chronique et l’obésité. Selon les chercheurs, l’avantage de cet Oméga 7 est indéniable dans le sens où il agirait avec une efficacité prouvée par l’expérience clinique mais sans les effets secondaires indésirables que pourraient présenter les multiples médicaments élaborés pour traiter ces symptômes. Mais le plus étonnant réside certainement dans le mode d’action de l’acide palmitoléique lui-même.

Selon la recherche, cet Oméga 7 agirait comme une molécule signal qui faciliterait la communication entre les tissus adipeux et les muscles de notre corps1 Cette fonction particulière fait de l’Omega 7 en question la première lipokine identifiée, c’est à dire un acide gras agissant comme une hormone entre des tissus distants pour assurer une utilisation optimale de l’énergie et son utilisation (ibid.).

Selon l’article de Life Extension pré-cité, les chercheurs ont découvert que l’acide palmitoléique agirait de 5 manières distinctes pour réduire les effets dangereux du syndrome métabolique telles que:

  • Une réduction de la résistance à l’insuline et une baisse du taux de glucose sanguin2
  • Une réduction de la production des graisses et de son accumulation3
  • Une normalisation des profils lipidiques anormaux avec une élévation du taux de cholestérol HDL4
  • Une action positive contre l’obésité5
  • Une suppression puissante de l’inflammation qui mène au syndrome métabolique6

Ce dernier facteur est peut-être un des plus intéressants car, comme vous le savez, il existe une relation étroite entre les tissus adipeux et l’inflammation chronique généralement associée au syndrome métabolique7,8 Cette connexion est liée à une enzyme connue sous le nom de stearoyl-CoA desaturase 1 ou SCD1. Lorsque les scientifiques avaient réduits l’activité des SCD1 de leurs animaux de laboratoires, le taux d’inflammation de leurs tissus adipeux avait chuté alors que leur sensibilité à l’insuline remontait progressivement. En laboratoire, l’administration d’Oméga 7 produisit les mêmes effets, avec une réduction significative des cytokines en relation à l’inflammation des tissus adipeux9

L’Omega 7 acide palmitoléique présente un effet anti-inflammatoire statistiquement significatif

Noix de macadamia source d'Omega 7Comme le souligne les chercheurs, la plupart des effets anti-inflammatoires bénéfiques proviendrait de la capacité des Oméga 7 à désactiver la protéine NF-KappaB (Nuclear Factor Kappa B), la principale protéine régissant les réactions au stress cellulaire10. De même, une étude pilote réalisée sur des adultes présentant un taux élevé de protéine C réactive (marqueur sanguin de l’inflammation) supplémentés avec 210 mg d’Oméga 7, ont bénéficié d’une réduction importante de 73% de ce marqueur.

Ces résultats ont ensuite été élargis par le biais d’un essai clinique randomisé à plus grande échelle, dans lequel tous les patients avaient des niveaux anormalement élevés de protéine C réactive (abrégée en CRP) (supérieure à 3 mg/dL de plasma sanguin). Dans cette étude, 30 jours de supplémentation avec 210 mg/jour d’acide palmitoléique a entraîné une baisse significative des CRP de 1,9 mg/dL – une réduction de 43% de ce marqueur du risque cardiovasculaire.11

L’acide palmitoléique réduit le taux de glucose sanguin et la résistance à l’insuline

En outre, et non des moindres, cet Oméga 7 présenterait de nombreux effets bénéfiques sur la glycémie et l’insuline. Les chercheurs ont découvert que lorsque les souris diabétiques de type II avaient été supplémentées en acides gras Oméga 7, elles présentaient des niveaux sanguins de glucose et de triglycérides plus bas. En même temps, la résistance à l’insuline et les dépôts de graisse au niveau hépatique avaient été considérablement réduits. En effet, un taux élevé de graisses hépatiques est considéré comme un facteur clé du syndrome métabolique, c’est aussi une des principales causes de  maladie du foie non liée à l’alcool ou NASH. Ces animaux ont également connu une diminution du gain de poids liée au diabète, avec des niveaux réduits de cytokines inflammatoires.12

Conclusion sur les Omega 7

Sans vouloir entrer dans le jeu de Life Extension et de promouvoir leur marque, même si leurs compléments sont excellents, il faut bien avouer qu’il serait préférable à la santé de nombre d’entre nous d’entendre plus souvent parler de cet Oméga 7, serait-ce en parallèle aux acides gras Oméga 3. En effet, la recherche a établi que l’acide palmitoléique présente des effets bénéfiques sur la majorité des facteurs liés au syndrome métabolique, ce qui est déjà exceptionnel en soi. A ce sujet, je vous renvoie au tableau comparatif réalisé par Life Extension pour leur article, comparant plusieurs substances pharmaceutiques, dont les statines, à l’acide palmitoléique. Pour ma part, je ne peux vous le reproduire traduit car je n’ai pas les droits de traduction pour ce magazine.

Toujours est-il qu’il est plutôt rare que la recherche établisse des liens de cause à effets entre un acide gras et la sensibilité à l’insuline, une baisse du cholestérol LDL, une augmentation du HDL, une aide à la gestion du poids corporel mais encore et surtout, une réduction significative des facteurs pro-inflammatoires et de l’inflammation qui mène à des problèmes graves de santé, comme nous les avons évoqué. Pour ma part, je suis preneur puisque je m’intéresse d’abord et surtout aux ergogènes naturels, ne serait-ce que pour des raisons évidentes de santé. Alors si vous songez à prendre un supplément de qualité en Oméga 3 EPA/DHA pensez également aux Oméga 7, il est maintenant assez évident de dire que leur importance ne doit pas être sous-estimée.

Eric Mallet

Note: Pour plus d’informations sur l’acide palmitoléique, reportez-vous à l’article de Life Extension paru en mai 2016: Omega-7 An Overlooked Fatty Acid.

Pensez également à vous inscrire à la newsletter du blog pour vous tenir au courant de la mise en ligne des nouveaux articles.

  1. Cao H, Gerhold K, Mayers JR, Wiest MM, Watkins SM, Hotamisligil GS. Identification of a lipokine, a lipid hormone linking adipose tissue to systemic metabolism. Cell. 2008 Sep 19;134(6):933-44. []
  2. Yang ZH, Miyahara H, Hatanaka A (2011). « Chronic administration of palmitoleic acid reduces insulin resistance and hepatic lipid accumulation in KK-Ay Mice with genetic type 2 diabetes ». Lipids in Health and Disease. 10: 120. doi:10.1186/1476-511X-10-120. PMC 3155149free to read. PMID 21774832. []
  3. Burns TA, Duckett SK, Pratt SL, Jenkins TC. Supplemental palmitoleic (C16:1 cis-9) acid reduces lipogenesis and desaturation in bovine adipocyte cultures. J Anim Sci. 2012 Oct;90(10):3433-41. []
  4. Yang ZH, Miyahara H, Hatanaka A. Chronic administration of palmitoleic acid reduces insulin resistance and hepatic lipid accumulation in KK-Ay Mice with genetic type 2 diabetes. Lipids Health Dis. 2011;10:120. []
  5. Yang ZH, Takeo J, Katayama M. Oral administration of omega-7 palmitoleic acid induces satiety and the release of appetite-related hormones in male rats. Appetite. 2013 Jun;65:1-7. []
  6. Martinez L. Provinal (R) in the reduction of CRP: A double blinded, randomized, placebo controlled study. Provinal purified omega 7. Vol: Tersus Pharmaceuticals; 2013. []
  7. Scott M. Grundy, H. Bryan Brewer, James I. Cleeman, Sidney C. Smith, Claude Lenfant, Definition of Metabolic Syndrome, http://circ.ahajournals.org/content/109/3/433.full, January 27, 2004 []
  8. Shah A, Mehta N, Reilly MP. Adipose inflammation, insulin resistance, and cardiovascular disease. JPEN J Parenter Enteral Nutr. 2008 Nov-Dec;32(6):638-44. []
  9. Yang ZH, Miyahara H, Hatanaka A. Chronic administration of palmitoleic acid reduces insulin resistance and hepatic lipid accumulation in KK-Ay Mice with genetic type 2 diabetes. Lipids Health Dis. 2011;10:120. []
  10. Guo X, Li H, Xu H, et al. Palmitoleate induces hepatic steatosis but suppresses liver inflammatory response in mice. PLoS One. 2012;7(6):e39286. []
  11. Martinez L. Provinal (R) in the reduction of CRP: A double blinded, randomized, placebo controlled study. Provinal purified omega 7. Vol: Tersus Pharmaceuticals; 2013. []
  12. Yang ZH, Miyahara H, Hatanaka A. Chronic administration of palmitoleic acid reduces insulin resistance and hepatic lipid accumulation in KK-Ay Mice with genetic type 2 diabetes. Lipids Health Dis. 2011;10:120 []

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant depuis plus de 20 ans, j'ai toujours porté un regard curieux sur le développement de la science des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je passe actuellement ma thèse en psychologie sur la question de la sublimation par la culture physique et la musculation. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider le pratiquant tout en lui donnant des informations scientifiques utiles à sa pratique des sports de force.

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *