L’acide carnosique, l’aide minceur potentiel du romarin

L’acide carnosique est utilisé dans les dentifrices, la viande transformée, les pizzas et les sauces. Il est surtout naturellement retrouvé dans les herbes et épices ordinaires et fonctionnerait plutôt bien comme agent conservateur biologique. L’acide carnosique pourrait également être considéré comme une aide minceur intéressante, comme l’a écrit un diététicien nutritionniste coréen* dans le Journal of Cancer Prevention.

L’acide carnosique

acide carnosiqueL’acide carnosique est un diterpène retrouvé dans certains végétaux tels que le romarin par exemple. Sa formule structurelle est présentée ci-contre.

Oui, l’étude scientifique dont nous allons vous parler aujourd’hui a été réalisée in vitro. En effet, un grand nombre de substances qui présentent des effets intéressants sur les cellules dans les laboratoires en Asie n’ont pas nécessairement le même effet sur les humains.

La raison pour laquelle nous pensons que cette étude vaut la peine d’être considérée, c’est qu’il est facile pour les fabricants de suppléments d’utiliser de l’acide carnosique. Il existe depuis des années comme agent de conservation biologique. La toxicité de l’acide carnosique a été étudiée en détail et dans l’UE, la molécule est considérée comme sûre. [The EFSA Journal (2008) 721, 1-29.]

Donc, nous y voilà. D’un coup, l’étude coréenne est devenue beaucoup intéressante.

L’étude de laboratoire sur l’acide carnosique

Les chercheurs ont exposé de jeunes cellules adipeuses flottant dans un liquide composé de diverses concentrations d’acide carnosique. La molécule a inhibé la croissance et le développement des cellules adipeuses. Au plus la concentration d’acide carnosique était élevée, au moins les cellules étaient riches en graisse.

acide carnosiqueL’acide carnosique a inhibé la fabrication de la protéine PPAR-gamma que les cellules adipeuses utilisent pour «reconnaitre» les acides gras. Il a également fait de même avec la SCD1, une enzyme qui synthétise l’acide oléique dans les adipocytes. Des indices ont démontré que lorsque l’obésité est impliquée – ou certaines formes malignes de cancer – l’activité de l’enzyme SCD1 (acide gras désaturase) devient trop élevée.

acide carnosiquemétabolisme de l'acide carnosique

Conclusion

Le potentiel anti-cancéreux de l’acide carnosique s’est révélé probable. Peut-être s’agit-il d’une aide minceur ou peut-être des deux. Par la suite, nous vous donnerons plus d’informations. Nous n’allons peut-être pas trouver d’expérience clinique réalisée sur l’être humain mais il serait déjà intéressant de pouvoir discuter d’une étude réalisée sur l’animal.

Source de l’article: Carnosic acid: potentiel slimming aid from Rosemary

Source Ergo-Log: J Cancer Prev. 2015 Mar;20(1):41-9.

* Il s’agit ici d’un diététicien nutritionniste clinicien, titulaire d’un doctorat.

————————-

Note: Sur Espace Corps Esprit Forme, nous connaissons déjà bien le romarin mais pour des considérations scientifiques en relation à l’acide ursolique dont l’effet sur l’hypertrophie musculaire et le potentiel anti-cancérigène sont attestés. Nous aurons d’ailleurs l’occasion de revenir sur l’acide carnosique en traitant d’une autre épice, le thym. Le thym renferme également de l’acide ursolique et carnosique mais nous en apprendrons plus sur son action au niveau cellulaire, hormis l’influence de ce dernier sur les protéines PPAR gamma.

Après tout ceci, je possèderais assez d’éléments pour rédiger un article sur l’épissage cellulaire, comme prévu depuis fort longtemps maintenant. Cet article reviendra sur l’acide ursolique, expliquant comment il agit et pourquoi il s’avère particulièrement intéressant pour le bodybuilding et la croissance musculaire. Pour ceux qui sont de ma génération, nous aurons l’occasion de parler du personnage qui popularisa cette molécule et qui s’était fait connaitre pour bien autre chose que l’acide ursolique. Toujours est-il que l’on peut considérer le romarin comme un condiment à ranger dans la catégorie de la recomposition corporelle. Ces derniers sont particulièrement rares, plus efficaces et sans le potentiel probablement néfaste du CLA à forte dose.

Donc, si l’on vous dit qu’ils ont la santé les fruits et les légumes frais, pensez que c’est également le cas pour certains condiments et épices, peut-être encore bien plus que pour les fruits et légumes.

Mais d’ici là, je ne peux que vous inviter à développer votre culture physique !

Eric Mallet

En savoir plus »
3 Commentaires

Faire du muscle, gagner en endurance et perdre de la graisse avec le jeûne intermittent

Le jeune intermittent fait partie des options alimentaires les plus populaires et partagées du moment. Si cette pratique paraît souvent dépendre du bon sens (et parfois des impératifs en période de famine), il est toujours préférable de s’en référer à la recherche. Cette étude scientifique commentée par les rédacteurs d’Ergo-log en est un bon exemple.

Eric Mallet

———————————-

Nous ne le savons pas mais nos habitudes alimentaires sont assez peu naturelles. Nous mangeons dès le moment où nous nous réveillons jusqu’à ce que nous dormions à nouveau. Si nous pouvions rompre ce modèle et commencer à faire du jeûne intermittent, nous pourrions apporter des changements dramatiques à notre corps. Nous pourrions perdre de la graisse, améliorer notre masse corporelle et développer de la masse musculaire supplémentaire comme le pensent les chercheurs de l’Institut Salk pour les études biologiques aux États-Unis. Ils ont étudié les effets du jeûne intermittent dans une série d’études sur les animaux.

L’étude scientifique

Les chercheurs ont donné une  alimentation standard  à des souris afin qu’elles puissent vivre sainement jusqu’à un âge mûr [N], une nourriture qui contenait 60% de graisse [F], ou des aliments qui contenaient 30% de matières grasses et 25% de sucre [FS] . Si vous donnez des aliments qui contiennent de la graisse ou du sucre ajouté à des souris, ils en mangent plus, ils prennent du poids et détériorent leur santé.

Au cours d’une période de plusieurs mois, les souris ont été autorisées à manger chaque fois qu’elles le voulaient [A]. A une autre occasion, elles n’avaient accès qu’à des aliments pendant 8 à 9 heures par période de 24 heures. Fait intéressant à observer, pendant cette période plus courte, les animaux mangeaient presque autant qu’ils le faisaient lorsqu’ils recevaient un accès illimité à la nourriture.

Le jeûne intermittent pourrait vous aider à perdre du poids

Les tableaux ci-dessous montrent la composition corporelle et le pourcentage de graisse de différents groupes de souris. Que les souris soient en régime alimentaire sain ou riche en graisses, lorsqu’elles étaient en jeûne intermittent, elles perdaient du poids.

FAA = 6 mois en accès illimité à des aliments riches en graisse

FTT = 6 mois en accès restreint à des aliments riches en graisse pendant 8 à 9 heures par jour

FTA = 3 premiers mois en accès limité à des aliments riches en graisse puis 3 mois en accès illimité à des aliments riches en graisse

FAT = 3 premiers mois en accès illimité à des aliments riches en graisse puis 3 mois en accès limité à des aliments riches en graisse durant 8 à 9 heures par jour

NAA = 6 mois en accès illimité à des aliments riches en graisse

NTT = 6 mois en accès limité à des aliments sains pendant 8 à 9 heures par jour

NTA = 3 premiers mois en accès à des aliments sains pendant 8 à 9 heures par jour, puis 3 mois d’accès illimité à des aliments sains

NAT = 3 premiers mois en accès illimité à des aliments sains puis 3 mois d’accès à des aliments sains pendant 8 à 9 heures par jour.

jeûne intermittentLe jeûne intermittent construit de la masse musculaire

Pour les souris qui avaient pris une alimentation saine, le jeûne intermittent avait eu un effet positif sur leur masse musculaire maigre.

Le jeûne intermittent pour garder un poids de corps sainLe jeûne intermittent vous aide à garder un poids de corps sain

Les chercheurs ont fait courir les souris sur un tapis roulant jusqu’au point d’épuisement. Cela a été fait après que les souris soient exposées à différents régimes alimentaires pendant une période de 12 semaines.

NA = Accès illimité aux aliments standards
FA = Accès illimité aux aliments riches en matières grasses
9hFT = Accès aux aliments riches en matières grasses pendant 9 heures par jour
12hFT = Accès aux aliments riches en matières grasses pendant 12 heures par jour
5T2A = Accès aux aliments riches en matières grasses pendant 9 heures en semaine, accès illimité aux aliments riches en matières grasses le week-end
FSA = Accès illimité aux aliments riches en matières grasses (40%) et riches en sucre (25%)
FST = Accès aux aliments riches en matières grasses (40%) et à sucre élevé (25%) pendant 9 heures par jour

Le jeûne intermittent pour conserver un poids corporel sain

Comme vous pouvez le voir, le jeûne intermittent pendant 16 heures par jour a amélioré la capacité d’endurance des souris. Le jeûne intermittent pendant 12 heures a eu peu d’effet. Les souris à jeun intermittent qui suivaient un régime malsain présentaient même un poids corporel plus favorable que les souris ayant un accès illimité à une alimentation saine. (Les chercheurs n’ont pas examiné l’effet du jeûne intermittent chez les souris qui prenaient un régime standard).

L’influence  du jeûne intermittent sur le métabolisme des souris

Le jeûne intermittent a rendu les animaux plus sensibles à l’insuline. Il a réduit la synthèse des protéines inflammatoires tels que les TNF alpha et l’interleukine 1 bêta. Il a également augmenté l’activité des enzymes impliquées dans l’oxydation des graisses au niveau cellulaire.

Conclusion

«Nos résultats mettent en évidence le potentiel important d’une alimentation restreinte dans le temps pour contrer l’obésité humaine et ses troubles métaboliques associés», ont écrit les chercheurs. « Les travaux de recherche futurs devraient explorer le rôle des régulateurs métaboliques et circadiens connus sur la restauration énergétique de l’organisme à la normale dans le cadre de l’alimentation temporaire ».

« En outre, il serait utile de vérifier si les observations physiologiques retrouvées chez la souris s’appliquent aux humains. Un essai de contrôle randomisé à grande échelle qui étudie le rôle de l’alimentation restreinte dans le temps montrerait si cela s’applique également aux humains ».

Source de l’article: Build muscle mass, increase endurance capacity and lose fat trhrough intermittent fasting

Source Ergo-log: Cell Metab. 2014 Dec 2;20(6):991-1005.

A part ceci, nous reviendrons prochainement sur les articles de la SuppVersity et les processus inflammatoires en relation à la croissance musculaire mais d’ici là, je ne peux que vous recommander de développer votre culture physique !

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Les bodybuilders pourraient gagner 20% de répétitions supplémentaires avec le jus de betteraves

Le jus de betteraves n’est pas seulement un bon supplément pour les athlètes d’endurance. Les culturistes et les athlètes de force pourraient s’entraîner plus intensément en ajoutant du jus de betteraves à leur alimentation quotidienne. C’est ce qu’ont découvert des chercheurs de l’Université Edge Hill en Angleterre.

Le jus de betteraves

Le jus de betteraves est une source naturelle de nitrates inorganiques. Comme nous le savons, les nitrates fonctionnent comme des précurseurs du monoxyde d’azote dans l’organisme. Le monoxyde d’azote, ou oxyde nitrique, élargit les vaisseaux sanguins et augmente l’apport en nutriments et en oxygène dans les muscles. Comme vous le savez, il s’agit du principe de congestion musculaire ou hyperémie dans le langage scientifique.

Scientifiquement parlant, il est probable que le monoxyde d’azote joue également un rôle dans la croissance musculaire. Les fabricants de suppléments pour la musculation commercialisent d’ailleurs des produits censés stimuler la concentration sanguine du monoxyde d’azote et incidemment, de favoriser la congestion musculaire.

L’étude scientifique

jus de betteravesLes chercheurs ont demandé à douze étudiants masculins qui avaient tous pratiqués des entraînement de force pendant longtemps, de boire une bouteille de Beet It SPORT Shot tous les jours pendant six jours. Beet It SPORT Shot est un produit fabriqué par James White qui contient 70 ml de jus de betterave concentré et 400 mg de nitrates. James White n’a pas financé l’étude.

A une autre occasion, les étudiants ont bu une jus de cassis, sans nitrates. Avant et après chaque période, les sujets de l’étude devaient réaliser trois séries de développé couché à l’échec avec 60% de leur poids maximal sur une répétition (1RM). Les sujets prenaient deux minutes de repos entre les séries.

Résultats de l’expérience

Le concentré de jus de betteraves a augmenté le nombre total de répétitions effectuées par les sujets de l’étude.

jus de betteraves et exerciceConclusion

« Les entraîneurs et leurs athlètes pourraient adopter une supplémentation en nitrates comme nos résultats le suggèrent. Ils pourraient être utilisés par une public sain et qualifié dans l’entraînement de force afin d’augmenter la tolérance à l’exercice et améliorer la performance », ont écrit les chercheurs.

« D’autres études seront nécessaires afin d’étudier l’utilisation à long terme et les adaptations possibles par rapport à l’entraînement de résistance sur des périodes d’entraînement plus longues et d’utilisation des nitrates ».

Source de l’article: Bodybuilders manage twenty percent more reps with beetroot juice

Source Ergo-log: J Strength Cond Res. 2016 Apr 2. [Epub ahead of print].

Note: A moins de vivre (et de vous entraîner dans une caverne), il est peu probable que vous n’ayez pas déjà entendu parler du jus de betteraves en lien avec l’hyperémie. Du moins, cela devrait être le cas si vous vous intéressez aux ergogènes. Cependant, je tenais à ajouter l’article afin de vous donner plus d’informations sur ce sujet et vous inciter à développer votre culture physique !

Nonobstant tout ceci, pensez à vous inscrire à la newsletter afin de vous tenir au courant de la sortie des prochains articles.

Eric Mallet

 

En savoir plus »
Aucun commentaire

Quelle quantité de protéine serait-elle nécessaire les jours de repos pour les bodybuilders ?

La protéine de Whey hydrolysée n'est pas forcément la meilleure protéineSi vous pratiquez des exercices de force plusieurs jours par semaine, vous auriez besoin d’environ 1,7 gramme de protéines par kilo de poids corporel durant les jours où vous ne vous entraînez pas. Et si vous voulez être totalement certain de consommer suffisamment de protéines, vous pourriez accumuler jusqu’à 2,2 grammes de protéines par kilo de poids de corps. Du moins, c’est ce que disent les scientifiques canadiens du sport dans le Journal of Nutrition.

L’expérience clinique sur la quantité de protéine des bodybuilders au repos

Les chercheurs ont donné à des hommes âgés de 18 à 40 ans différentes quantités de protéines à des moments différents pendant leur journée de repos. Ces derniers pratiquaient un entraînement de force depuis au moins trois ans, au moins quatre fois par semaine. Une partie de l’acide aminé L-Phénylalanine a été marqué, de sorte que les chercheurs puissent mesurer la quantité de L-Phénylalanine que les hommes avaient brûlé à partir de leur respiration.

Le corps ne peut pas stocker les acides aminés. Il les utilise pour construire ses tissus et brûle les acides aminés dont il n’a pas besoin. Parce que le corps a besoin d’acides aminés dans un rapport fixe pour la construction de ses tissus, il est possible de voir si un organisme consomme suffisamment de protéines en examinant la quantité d’un acide aminé spécifique consommé. Il s’agit ici d’une courte description de la technique d’oxydation des acides aminés. [J Nutr. 2008 Feb;138(2):243-6.] De là, les chercheurs ont utilisé cette technique avec les athlètes de force.

Résultats de l’expérience sur les besoins en protéine

L’oxydation de la phénylalanine était à son point le plus bas avec une consommation quotidienne de protéines de 1,7 gramme par kilo de poids corporel. L’oxydation de la phénylalanine n’a plus diminué avec une consommation accrue de protéines. Cela signifie qu’à une consommation quotidienne de protéines de 1,7 gramme par kilo de poids corporel, un sujet moyen aura consommé tous les acides aminés nécessaires à l’accumulation de tissu musculaire ou organique.

Il s’agit là des chiffres pour un sujet moyen. La quantité de protéine était optimale pour tous les sujets lorsque 2,2 grammes de protéines par kg de poids corporel ont été consommés.

Quantité de protéine à prendre

Conclusion de l’expérience sur la quantité de protéine à prendre les jours de repos

« Nos données sur l’oxydation des acides aminés sont compatibles avec les résultats antérieurs concernant l’équilibre azoté qui suggèrent que l’entraînement en force chronique augmente les besoins en protéines alimentaires et indique que, au moins pour les bodybuilders présentant une masse musculaire sans graisse plus élevée que la normale, les exigences en protéines mesurées sur un jour de repos dépasse l’apport alimentaire actuellement recommandé « , ont conclu les chercheurs.

« Par conséquent, sur la base de ces données, nous croyons que, au moins pour des athlètes physiquement engagées dans le culturisme, la conclusion de l’Institut de médecine selon laquelle « aucune protéine alimentaire supplémentaire n’est suggérée pour les adultes en bonne santé qui pratiquent des sports de résistance ou d’endurance (…) » doit être réévalué. »

Source de l’article: This is how much protein strength athletes need on their non-training days

Source Ergo-log: J Nutr. 2017 May;147(5):850-7.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire