Plus de graisses de poisson, plus d’IGF 1

Aucun commentaire

Un régime alimentaire qui contiendrait une quantité relativement élevée de graisses de poisson serait non seulement sain, mais présenterait aussi une caractéristique ergogène. Cette question réfère à la concentration sanguine de l’hormone anabolisante IGF-1, selon une étude animale effectuée à la Texas Tech University, au cours de laquelle les chercheurs ont essayé de déterminer les effets anabolisants d’acides gras de poisson sur le squelette.

Huile de poissonLes acides gras du poisson contribueraient à obtenir un corps plus mince en stimulant la combustion des graisses tout en inhibant l’accumulation des réserves de graisse. Ces effets ont été démontrés dans des études animales, des études en tubes à essai, des expériences et des essais sur l’homme. A partir d’expériences sur des personnes atteintes de cancers, nous savons maintenant que les graisses de poisson rendent la supplémentation en protéines plus efficace. Des tests sur animaux suggèrent qu’un régime alimentaire contenant de l’huile de poisson aiderait les tissus musculaires à récupérer plus rapidement après l’entraînement.

De nombreuses raisons devraient vous inciter à consommer des Oméga 3 et des graisses de poisson

Les chercheurs Texans ont d’ailleurs découvert une autre raison pour inciter les athlètes à prendre des doses relativement plus élevées d’acides gras Oméga 3. Ils ont réalisé une expérience au cours de laquelle ils ont donné à des rats d’âge moyen un régime riche en graisses pendant 20 semaines. Un cinquième de leur alimentation était composée de graisses. Les chercheurs ont donné  une majorité d’acides gras Oméga 6 à un groupe, à un autre groupe des Oméga 6 et Oméga 3, et à un autre groupe principalement des acides gras Oméga 3.

 

Omega 3, Omega 6, graisses de poisson et IGF 1

 

Comme vous le savez, la masse osseuse diminue à mesure que le vieillissement progresse. Cela est également vrai pour les rats. La vitesse à laquelle les rats ont perdu de la masse osseuse était cependant nettement plus faible dans le groupe graisses de poisson [n-3] Le tableau ci-dessous nous montre comment cela est arrivé. Le régime alimentaire n-3 augmente la concentration d’une série d’hormones anabolisantes dans le sang. Nous avons mis en évidence celle qui est la plus intéressante pour les athlètes.

 

Les Omega 3 et graisses de poisson augmentent la concentraion de l'IGF 1

 

Un régime alimentaire plus riche en protéine conduit également à une concentration plus élevée en IGF1. Peut-être est-il possible que les graisses de poisson et les protéines travaillent de manière synergique, et qu’ils augmentent ensemble la synthèse des protéines via l’IGF1.

Source de l’article: More fish fatty acids, more IGF1

Source Ergo-log:  Br J Nutr. 2006 Mar;95(3):462-8.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant depuis plus de 20 ans, j'ai toujours porté un regard curieux sur le développement de la science des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je passe actuellement ma thèse en psychologie sur la question de la sublimation par la culture physique et la musculation. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider le pratiquant tout en lui donnant des informations scientifiques utiles à sa pratique des sports de force.

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *