Puisqu’on vous le dit ! Les BCAA sont anti-cataboliques !

2 Commentaires

Les athlètes de la force utilisent les BCAA pendant leurs séances d’entraînement depuis des décennies. On pense que les BCAA inhibent la dégradation des tissus musculaires et il ne s’agit pas seulement du fruit de l’imagination des fabricants de suppléments. Des scientifiques du sport du Laboratoire Astrand en Suède ont publié les résultats d’une étude qui le confirme dans l’American Journal of Physiology Endocrinology and Metabolism.

Les BCAA

Comme leur nom l’indique, les BCAA, ou acides aminés à chaîne ramifiée, sont des acides aminés présentant une chaîne latérale ramifiée. La chaîne latérale simplifie le travail des enzymes lorsqu’il s’agit de convertir les acides aminés en énergie pendant l’effort intensif dans les cellules musculaires. Voilà pourquoi vos cellules musculaires sont heureuses de convertir les BCAA en énergie au cours d’un entraînement intensif, et ce qui explique aussi pourquoi les athlètes sont friands de suppléments de BCAA. Au plus vous avez de BCAA dans vos muscles, au plus  vos cellules musculaires vont ralentir la décomposition des fibres musculaires. Le stimulus anabolisant de votre entraînement restera le même mais vous subirez moins le catabolisme des  muscles, de sorte que vous pourrez construire plus de masse musculaire.

En fait cela ne résume pas toute l’histoire, puisque les BCAA ont aussi d’autres effets. La L-Leucine est un stimulant anabolique pour les cellules musculaires, la L-Leucine et  la L-Isoleucine stimulent la combustion des graisses alors que la L-Isoleucine stimule l’absorption du glucose par les cellules musculaires. [J Nutr. 2005 Sep;135(9):2103-8.] Mais le sujet de cette nouvelle étude suédoise s’est focalisé sur les effets anti-cataboliques des BCAA.

L’étude scientifique

Les chercheurs ont réalisé une expérience avec 7 sujets en bonne santé et qui ne pratiquent pas fréquemment de musculation. Les chercheurs leur ont appris à travailler leurs jambes en faisant de la presse à cuisses. Après un bon échauffement, ils ont fait 4 séries de 10 répétitions à 89% de leur 1RM, suivie par 4 séries de 15 répétitions à 65% de leur 1RM. Les sujets du test travaillaient une jambe et ne travaillaient pas l’autre.

Une fois, les sujets ont bu une boisson de sport qui ne contenait aucun ingrédient actif; une autre fois, ils ont pris une boisson contenant des BCAA. Si vous voulez connaître la composition exacte: les BCAA se composait à 45% de Leucine, de Valine pour 30% et 25% d’Isoleucine. Ils ont utilisé des produits Ajinomoto du Japon.

Les sujets ont bu une dose avant l’échauffement puis juste avant, pendant et juste après leur entraînement 150 ml de boisson et ensuite, 150 ml à 15 et 45 minutes après l’entraînement.  Au total, les sujets ont consommé 900 ml de boisson. Par kilo de poids de corps, ils ont pris 85 mg de BCAA. Donc, si vous pesez 80 kg, cela représente 6,8 grammes de BCAA, ce qui ne représente pas une dose extrême.

Les résultats de l’étude

La supplémentation a stimulé la concentration en BCAA dans les muscles et le sang et a activé les molécules de signalisation anabolisantes classiques dans les cellules musculaires tels que les mTOR et p70S6K. Rien de nouveau jusqu’à présent. La nouveauté, c’est que les BCAA ont réduit la concentration de la protéine catabolique MAFbx et inhibé l’augmentation du catabolisme induit par les MuRF1 à la suite de l’entraînement.

Les protéines MAFbx et MuRF1 sont des ubiquitines. Elles se fixent à des protéines musculaires et attirent un découpeur moléculaire le protéasome vers les protéines musculaires qui doivent être découpées.

Taux de BCAA au niveau musculaire

concentration plasmatique de BCAA

Rapport BCAA/protéine MAFbx

Rapport BCAA/MuRF-1

Conclusion de l’étude

« Ces observations, qui prennent en compte l’augmentation de la phosphorylation des P70S6K par les acides aminés branchés et l’atténuation de l’expression des protéines MuRF1 et MAfbx fournit un argument  supplémentaire à la caractérisation des BCAA comme anabolisants du muscle squelettique humain, un effet qui semble être similaire à la fois au repos et pendant l’exercice des muscles chez l’homme.«  concluront les Suédois.

Les chercheurs n’ont pas été financés par l’industrie des suppléments, mais par le Centre national suédois pour la recherche dans le sport, l’école suédoise du sport et des sciences de la santé ainsi que par l’Institut Karolinska.

Source de l’article: Told you so: BCAA are anticatabolic

Source Ergo-log: Am J Physiol Endocrinol Metab. 2012 Mar 1;302(5):E510-21.

Eric Mallet

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant depuis plus de 20 ans, j'ai toujours porté un regard curieux sur le développement de la science des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je passe actuellement ma thèse en psychologie sur la question de la sublimation par la culture physique et la musculation. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider le pratiquant tout en lui donnant des informations scientifiques utiles à sa pratique des sports de force.

2 Commentaires

  1. Jess -  2 juin 2016 - 20 h 10 min

    Bonjour, je viens de lire cet article qui fait référence à une étude. Que pensez-vous des données récentes qui disent que les bcaa n’apportent pas deffets supplémentaires et que la leucine à elle seule serait responsable des effets perçus avec les bcaa ?

    Voici un discussion intéressante avec Stu Phillips qui partage plusieurs études sur le sujet.
    https://m.facebook.com/story.php?story_fbid=10156857632865317&id=811665316

    • Eric -  3 juin 2016 - 9 h 07 min

      Bonjour Jess,

      Merci pour votre commentaire. En réalité, il s’agit d’une étude parmi beaucoup d’autres. Il suffit de jeter un œil sur la droite pour trouver une étude qui dit l’inverse. A vrai dire, la question de l’utilité des BCAA est assez complexe. En même temps, il n’est pas impossible que des petits malins liés à l’industrie des compléments cherchent à faire penser que seule la leucine sert à qque chose. Pourtant, ce n’est pas le cas: http://www.espacecorps-espritforme.fr/les-effets-repartition-du-glucose-lisoleucine-bcaa-apprecie-ses-dipeptides-optimisent-lexpression-glut4/2789

      Produire un BCAA du genre 8 1 1 coutera bcp moins cher à fabriquer qu’un 2 1 1 par exemple. Avec un peu de bon sens, on peut se dire que la Nature nous en a donné trois (assez similaires sur le plan moléculaire) et qu’il y a des bonnes raisons à cela. J’ajouterais qu’en fonction des études qui sont faites pour l’instant, on ne peut pas jeter le bébé avec l’eau du bain. Des études mettent en avant les effets positifs des BCAA alors qu’un nombre plus réduit d’études en critiquent les effets. Dans tous les cas, je pense qu’il faut savoir prendre en compte le contexte et les méta-données des études (les conditions, le nombre de participants, s’ils ont une expérience sportive ou pas, la durée de l’étude réalisée) afin d’obtenir une vision relative du sujet. Il est trop facile d’isoler une étude et de dire que cela ne marche pas en général alors qu’il s’agit d’une étude réalisée en particulier. Maintenant, je vous proposerais volontiers de lire les articles SuppVersity sur ce sujet (ainsi que d’autres) et vous constaterez que le sujet est complexe.

      Sportivement,
      Eric Mallet

      http://www.espacecorps-espritforme.fr/

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *