Solidité osseuse, ostéocalcine et synthèse de la testostérone

Aucun commentaire
Ostéocalcine

L’ostéocalcine

Un pourcentage de graisse corporelle faible, des os solides et des niveaux élevés de testostérone pourraient être liés, selon des endocrinologues de l’Université de Rome qui ont étudié 86 hommes en surpoids. Leur article paru dans l’International Journal of Endocrinology confirme une théorie de plus en plus en vogue et qui dit que l’état du squelette détermine en partie la quantité de testostérone circulant dans l’organisme des hommes (et probablement aussi des femmes).

Ostéocalcine et testostérone

Il y a quelques années de cela, des endocrinologues à l’Université de Columbia aux Etats-Unis ont avancé la théorie selon laquelle l’ostéocalcine [structure spatiale indiqué ci-dessus], hormone impliquée dans la croissance osseuse, améliorerait la synthèse des hormones anabolisantes comme la testostérone. [Cell. 2011 Mar 4;144(5):796-809.] [J Endocrinol. 2012 May;213(2):107-14.] [Mol Cell Endocrinol. 2014 Jan 25;382(1):521-6.] Les chercheurs ont pu montrer dans des études animales que l’ostéocalcine opérait un contrôle des testicules, et non seulement qu’elle était en partie responsable de la détermination de la quantité de testostérone synthétisée par les animaux de laboratoire mais qu’elle contribuait également à déterminer la fertilité des animaux.

Ostéocalcine et synthèse de la testostérone

Plus récemment, les chercheurs de Columbia ont étendu leur théorie. Dans les expériences sur les animaux, ils ont maintenant démontré que l’ostéocalcine jouait également un rôle dans la synthèse de l’insuline. Au plus  les os produisent d’ostéocalcine, au plus l’insuline des cellules bêta dans le pancréas seront produites. [J Clin Invest. 2013 Jun 3;123(6):2421-33.]

L’étude scientifique sur l’ostéocalcine

Ces théories sont fascinantes mais elles seraient encore plus intéressantes si elles étaient étayées par des études qui montrent que la même chose se produit chez l’homme. Des chercheurs italiens a effectué l’une de ces études. Du moins, c’est à peu près le cas.

Les chiffres ci-dessous résument les découvertes que les Italiens ont fait sur leurs sujets masculins obèses. Au plus les hommes présentaient de graisse au niveau de la zone du tronc, au moins il circulait de testostérone dans leur corps. Mais si la relation entre le surpoids et un faible niveau de testostérone est déjà connue, les chercheurs ont également constatés que les hommes présentant des niveaux élevés de graisses sur le tronc avaient aussi moins d’ostéocalcine dans le sang.

 

rapport entre le taux de graisse et la testostérone

Rapport entre le taux de graisse et d'ostéocalcine

Les résultats de l’étude scientifique

Il y avait bien une relation entre l’ostéocalcine et la testostérone.

 

Rapport ostéocalcine et testostérone totale

Rapport entre l'ostéocalcine et l'index HOMA

 

Le mécanisme

En outre, au plus la concentration de l’ostéocalcine était élevée, au plus l’index HOMA* était faible. L’index HOMA est un indice calculé sur la base de la quantité de glucose et d’insuline dans le sang. Il donne une indication sur la qualité de fonctionnement du mécanisme de l’insuline. Au plus votre pancréas produira d’insuline, au plus grande sera la quantité de glucose poussée dans les cellules par l’insuline, et au plus votre HOMA sera bas.

Et comme vous le savez, la graisse corporelle entrave le mécanisme de l’insuline et affecte la santé des os. À la suite de cela, la sécrétion d’ostéocalcine tombe aussi, et donc, la production de testostérone. Voilà un bref résumé du mécanisme que les conclusions des Italiens mettent en évidence.

La recherche sur l’endocrinologie de l’ostéocalcine commence vraiment à devenir intéressante pour les athlètes qui veulent augmenter leurs niveaux de testostérone. Nous savions déjà que la perte d’un excès de graisse pouvait y aider, mais maintenant il semblerait que les niveaux de testostérone puissent également être stimulés par le renforcement du squelette.

Essayons de mettre les points bout à bout

Humm… finalement, nous commençons à voir apparaître des liens.

Une des exigences les plus connues pour avoir des os solides est un régime alimentaire qui contient suffisamment de calcium. Il existe une étude turque qui affirme que la supplémentation en calcium augmente le taux de testostérone des athlètes.

Tout aussi important pour obtenir des os forts: la vitamine D. Selon des études épidémiologiques, les hommes présentant des niveaux élevés de vitamine D dans leur sang ont également des niveaux élevés de testostérone.

Un autre facteur qui joue un rôle dans la santé des os est le magnésium. Des études épidémiologiques ont montré que les hommes âgés possédant des niveaux relativement élevés de magnésium dans le sang présentaient également des niveaux plus élevés de testostérone.

Et qu’en est-il de la vitamine K2 ? Elle rend également les os plus forts selon une étude japonaise sur animaux. Elle renforcerait également le niveau de testostérone.

Source de l’article: Strong bones, osteocalcin and high testosterone synthesis

Source Ergo-log: Int J Endocrinol. 2013;2013:182753.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

——————————-

Index HOMA: Homeostasis Model Accessment of insuline resistance

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant depuis plus de 20 ans, j'ai toujours porté un regard curieux sur le développement de la science des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je passe actuellement ma thèse en psychologie sur la question de la sublimation par la culture physique et la musculation. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider le pratiquant tout en lui donnant des informations scientifiques utiles à sa pratique des sports de force.

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *