Un manque de sommeil accélère le catabolisme des muscles

Aucun commentaire

testostéroneUn manque de sommeil conduirait à une surcharge pondérale et une dégradation de votre condition physique. Cela vous rendrait également moins attrayant et réduirait les niveaux de testostérone chez l’homme. Ce ne sont que des mauvaises nouvelles et donc, nous avons pensé que nous pourrions augmenter le supplice et y ajouter les résultats de cette étude sur l’animal qui a été effectuée à l’Université de Sao Paulo au Brésil. Selon cette expérience réalisée par des chercheurs brésiliens, des rats qui ne dorment pas perdraient jusqu’à 20% (!) de leur tissu musculaire en quelques jours.

Sommeil et muscles !

L’idée selon laquelle vous perdriez de la masse musculaire si vous ne dormez pas assez est logique: Si les hommes dorment trop peu durant ne serait-ce qu’une semaine, leur taux de testostérone tombe en chute libre [JAMA. 2011 Jun 1; 305(21): 2173-4.] Des études animales ont montré qu’un manque de sommeil entraînait une réduction de la synthèse de l’hormone de croissance et de l’IGF 1.  [Am J Physiol Endocrinol Metab. 2004 Jun; 286(6): E1060-70.] Parce que la testostérone, l’hormone de croissance et l’IGF 1 sont des hormones clés pour la croissance musculaire, il n’y a rien de surprenant à ce que la masse musculaire diminue alors que la concentration de ces hormones décroit en fonction du manque de sommeil.

L’étude scientifique

Toujours est-il que dans le monde merveilleux de la science, vous ne pouvez tenir pour certains que les faits que vous avez expérimentés vousmême. Ainsi, ces chercheurs ont privé des rats mâles de leur sommeil pendant quatre jours [groupe PSD96h]. Ils ont fait la même chose avec un second groupe de rats, mais ils ont laissé ce groupe rattraper leur sommeil durant les quatre jours suivants [groupe RB-96h]. Les rats du groupe témoin pouvaient dormir quand ils le voulaient [CTRL].

Les Brésiliens ont mesuré la masse musculaire des rats après quatre jours de privation de sommeil pour le groupe PSD96h et après huit jours dans le groupe RB-96h. Ils ont ensuite pesé le jambier antérieur [TA] et le muscle du mollet. Ils ont ensuite mesuré la concentration de testostérone et de corticostérone [comme le cortisol, l’hormone du stress] dans le sang des rats.

Les résultats

En seulement quatre jours, les rats qui n’avaient pas dormi ont perdu près de 20% de leur masse musculaire. Chez les rats qui avaient eu quatre jours pour récupérer, une partie de la masse musculaire avait été reconstruite mais aucun d’entre eux n’avaient totalement récupéré. Les chercheurs pensent que le cortisol joue un rôle clé dans le processus de dégradation: le cortisol non seulement décompose la masse musculaire mais il abaisse aussi la production d’IGF-1 et de testostérone.

Relation entre le manque de sommeil et ses conséquences sur la testostérone et le cortisol

Conclusion de l’expérience

« Actuellement, de nombreuses personnes sont privées de sommeil, en raison de modes de vie exigeants ou de certaines conditions médicales« , concluent les Brésiliens. Ils font référence à des personnes qui travaillent en horaires décalés et à ceux qui dorment trop peu à cause du stress ou du vieillissement, mais aussi aux millions de personnes qui passent leurs nuits devant l’ordinateur. « Nos données mettent en évidence la possibilité que ces individus subissent eux-aussi une atrophie musculaire. »

Source Ergo-log: Too little sleep breaks up your muscles

Source de l’article:  Muscle Nerve. 2012 Mar;45(3):431-3.

Traduction par Eric Mallet pour Espace Corps Esprit Forme

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant depuis plus de 20 ans, j'ai toujours porté un regard curieux sur le développement de la science des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je passe actuellement ma thèse en psychologie sur la question de la sublimation par la culture physique et la musculation. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider le pratiquant tout en lui donnant des informations scientifiques utiles à sa pratique des sports de force.

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *