Vous ne prenez pas de petit déjeuner ? Ne changez rien !

10 Commentaires

Si vous ne prenez rien au petit déjeuner et que vous ne voulez pas prendre du poids, ne perdez pas votre temps à écouter les nutritionnistes et autres donneurs de conseils qui prétendent que le petit déjeuner est bon pour votre santé. En suivant leurs « conseils », vous pourriez prendre une livre par mois, selon l’étude réalisée par une scientifique américaine du sport Gabrielle Marie LeCheminant à la Brigham Young University.

L’étude scientifique sur le petit déjeuner

Mme LeCheminant a terminé sa thèse en 2014. Elle a publié les résultats de ses études dans le magazine scientifique Appetite [sciencedirect.com] mais nous allons commencer par lire sa thèse.

Gabrielle Marie LeCheminant a divisé 48 sujets femmes, qui toutes ne prenaient pas de petit déjeuner, en deux groupes. Un groupe continua à ne pas prendre de petit-déjeuner, l’autre groupe a suivi les « conseils » des nutritionnistes. Ils ont commencé à prendre le petit déjeuner.

Les résultats de l’étude

Les femmes qui avaient commencé à prendre un petit déjeuner on pris un demi kilo sur un mois. La quasi totalité du poids qu’elles avaient pris l’était sous forme de graisses.

Le petit déjeuner vous fait prendre du poids

Les femmes qui prenaient un petit déjeuner avaient consommé 260 calories de plus chaque jour, essentiellement sous forme de glucides. La prise d’hydrates de carbone dans ce groupe correspondait à une augmentation d’une quarantaine de grammes.

Petit déjeuner

Conclusion de l’étude sur le petit déjeuner

Les nutritionnistes de base pensent qu’un petit déjeuner relativement riche en calories serait considéré comme sain car il vous donnerait de l’énergie pour le reste de la journée. Celui-ci vous rendrait plus actif et donc, vous bruleriez plus d’énergie, ce qui vous permettrait d’être plus mince. Il s’agit sans doute d’une théorie sympathique mais cette étude scientifique vous incitera surtout à vous demander à quel moment elle prend l’eau.

LeCheminant écrit « Le petit déjeuner est généralement considéré comme faisant partie d’un mode de vie sain, en relation à un poids corporel moins élevé. La majorité des études corrélées ont affirmé que ceux qui prenaient un petit-déjeuner avaient tendance à présenter un IMC plus bas. »

« A l’opposé, alors qu’il existe peu d’études d’études randomisées ayant examiné cette relation, sur la base des preuves actuelles, il existe un manque général de preuves soutenant que le petit déjeuner puisse avoir un impact positif sur la gestion du poids corporel. Ces études ont surtout donné la preuve qu’il n’y avait pas de changement de poids. »

« Notre étude ne soutient pas non plus le fait d’un impact bénéfique du petit-déjeuner sur le poids corporel. »

« Les résultats de notre étude ont montré que de demander à ceux qui ne prenaient pas de petit-déjeuner d’en prendre un avait entraîné une augmentation de l’apport calorique et un gain de poids. Il n’y a pas eu de compensation calorique observée aux repas subséquents et aucun changement sur la faim ou la satiété déclaré par les sujets de l’étude. Il n’y a pas eu de compensation d’activité physique avec l’ajout du petit déjeuner. »

Source de l’article: Not a breakfast eater? Don’t change your habit…

Source Ergo-log: LeCheminant GM. A Randomized Controlled Trial to Study the Effects of Breakfast on Energy Intake, Physical Activity, and Body Fat in Women. MSc Thesis, 2014.

——————————-

Note: Encore des allégations théoriques foireuses de soit-disant spécialistes qui tombent en miettes. A nouveau, et qu’il s’agisse de chimie organique ou d’un autre domaine, la théorie ne commande pas aux faits, faites-en votre mantra. Cette expérience le prouve encore. Reste que pour les athlètes, et c’est à eux que je m’adresse, le simple fait de comprendre le fonctionnement de nos hormones en lien au métabolisme énergétique, c’est à dire l’insuline, le glucagon, la leptine, l’adiponectine, la ghréline et la somatropine vous en dira déjà plus sur votre capacité à gérer vos ressources individuelles en énergie que ne le feront la plupart des bonimenteurs/-ses du genre fils à papa à chemisette de premier de la classe. Commencez par apprendre à connaitre votre organisme et vous améliorerez vos performances athlétiques. Laissez donc ces agitateurs de cirque déblatérer leurs clichés et autres fumisteries sans fondements, ils seront toujours capable de retirer un menu fretin des petites vieilles croupissantes, petits gros et autres obèses qui ne demandent qu’à avaler leurs sérénades.

Dans tous les cas, la connaissance vous éloignera de ces personnages douteux, c’est aussi l’objet et la contribution vraiment très modeste de mon blog. Dans l’absolu, ajoutons que cette étude donne aussi du poids à la théorie très intéressante du jeûne intermittent. J’y avais pensé au moment de traduire l’article mais je ne l’avais pas souligné alors. C’est Didier Codol qui me l’a d’ailleurs rappelé très justement. Quoi qu’il en soit, je vous invite d’ici la prochain article, à développer votre culture physique !

Eric Mallet

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant depuis plus de 20 ans, j'ai toujours porté un regard curieux sur le développement de la science des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je passe actuellement ma thèse en psychologie sur la question de la sublimation par la culture physique et la musculation. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider le pratiquant tout en lui donnant des informations scientifiques utiles à sa pratique des sports de force.

10 Commentaires

  1. UYTTENDAELE PIERRE -  30 avril 2017 - 19 h 23 min

    Il aurait été intéressant de constituer un groupe dans lequel l’apport calorique du petit déjeuner aurait été fourni en majorité par les protéines et les graisses plutôt que par les glucides !

  2. Elisabeth -  1 mai 2017 - 6 h 43 min

    Cet article est intéressant mais à mon avis est à remettre dans son contexte. Tout d abord il faut avoir été confronté à ce que mangent le commun des mortels pour s effrayer de la qualité de leur petit déjeuné : biscottes beurre confitures café ou thé vert pour ceux qui veulent se donner bonne conscience quand ce ne sont pas des viennoiseries! Donc c est logique que si l on oblige ces personnes la à déjeuner la quantité calorique de ce repas s ajouté à la quantité calorique de la journee et bien sûr je ne vois pas comment vous ne pouvez pas grossir en ajoutant 500 cal en moyenne! Et je ne me lance pas dans les effets de l insuline sur la faim… le malheur de ces études c est qu elles sont réalisées dans la masse en ne distinguant que les hommes des femmes. Il aurait fallu voir les personnes sédentaires, les sportifs dans chaque discipline sportives et les différents métabolismes, Et les différents types de déjeuné peut être?? Én tout cas que ce soit à l Insep ou au CNRS je n ai jamais entendu dire qu un petit déjeuner pouvait être mauvais bien au contraire!! Je crois me souvenir que ces études ont été réalisées suite à des études anthropologiques sur l alimentation des premiers chasseurs cueilleurs ..mais c était une autre époque et que dans le Neandertal les boulangeries n étaient pas ouvertes! Sportivement!

    • Eric -  1 mai 2017 - 12 h 09 min

      Bonjour Elisabeth,

      Je m’étonne un peu que cet article suscite autant de lectures et encore plus de passion. Chez les musclés, dès que l’on parle de créatine ou de protéine, c’est l’effervescence alors qu’ils n’y comprennent souvent pas grand chose. Toujours est-il qu’il s’agit d’une moyenne de 260 calories et non pas 500: « RESULTS: On average, the participants randomized to eat breakfast consumed 266 ± 496 (F = 12.81; P = 0.0043) more calories per day over the course
      of the study and weighed 0.6 ± 0.81 kg (F = 7.81; p = 0.0076) more at the end of the intervention. There was no observed caloric compensation at subsequent meals and no change in self-reported hunger or satiety. There was also no physical activity compensation with the addition of breakfast. » Comme pour chaque article, j’ai donné le lien vers l’étude, ici la thèse de Gabrielle Marie Lecheminant en l’occurrence.

      Par contre, je suis bien d’accord avec vous pour souligner que cette étude ne concerne qu’un public restreint. Cela répond d’ailleurs à l’objet d’une thèse qui n’a pas vocation à être exhaustive mais précise sur un sujet. Surtout, il faut aussi penser que cette étude met en lumière le fait que notre métabolisme travaille en fonction des besoins nutritionnels du corps (sédentaires ou sportifs) et non pas en fonction de nos habitudes sociales. Il m’est d’ailleurs souvent arrivé de ne pas manger le matin si j’avais un peu trop mangé la veille en soirée. C’est tout à fait normal, je ne mange pas si je n’ai pas faim. Pourtant, je sais ce qu’il en est de mes besoins nutritionnels, cela fait 26 ans que je pratique la même discipline. A vrai dire, cette étude donne aussi du poids à la théorie très intéressante du jeûne intermittent, je vais l’ajouter en conclusion de l’article.

      Merci pour votre commentaire pertinent.
      @ bientôt,
      Eric Mallet

      http://www.espacecorps-espritforme.fr/
  3. Frédéric MUSNIER -  2 août 2017 - 11 h 54 min

    Bonjour,
    Je pratique le jeûne intermittent depuis le mois de Mars et. Donc plus de petit-déjeuner et de glucides le midi. J’ai perdu dix kilos de 87 à 77kgs. Mais j’ai une question :je pratique la musculation et plus particulièrement le programme 5×5, d’après vous quel est le régime que je dois adopter pour une évolution de ce programme en effectuant toujours le jeûne ou pas? Merci.
    Cordialement.

    • Eric -  2 août 2017 - 16 h 29 min

      Bonjour Frédéric,

      La question n’est plus de savoir si tu dois continuer le jeûne intermittent ou pas mais de t’interroger sur l’équilibre entre les macros. Dans ton régime alimentaire, quel est l’équilibre entre les glucides/protéines/Lipides ? Si le programme 5 X 5 te réussi, c’est que la méthode est bonne pour toi. Donc, dans le cadre de la musculation, tu dois maintenant te demander si tu prends au moins 2,2 g/protéine par jour. Si un shake de protéine peut t’aider en ce sens, c’est une option a envisager.

      Cordialement,
      Eric Mallet

      http://www.espacecorps-espritforme.fr/
  4. FREDERIC MUSNIER -  2 août 2017 - 18 h 03 min

    Merci de ta réponse,
    Mais comment faire pour calculer mes macros?Je je prends 160g de protéines par jour, mais avec le jeûne je me sens faible lors de mes entrainements.Donc si j’augmente de nouveau mon apport calorique je ne vais plus jeûner.
    Peux tu m’indiquer un régime compatible avec le programme 5×5.
    D’avance Merci.
    Frédéric.

    • Eric -  5 août 2017 - 13 h 08 min

      Bonjour Frédéric,

      En fait, c’est une question de timing. Le jeûne n’a pas de rapport avec ce que tu manges mais avec la période de temps où tu ne mange pas. Donc, il te faudrait effectivement augmenter tes apports caloriques avec les glucides au moment de tes repas. Quant à un régime alimentaire, pose plutôt la question à un entraîneur spécialisé comme Will Jansens qui est physiologiste de l’exercice et qui saura te répondre de manière plus précise que moi.

      Cordialement,
      Eric Mallet

      http://www.espacecorps-espritforme.fr/
      • FREDERIC MUSNIER -  5 août 2017 - 22 h 51 min

        Merci de tes réponses et du temps que tu prends pour répondre.
        Cordialement.

        • Eric -  6 août 2017 - 10 h 28 min

          Merci également à toi pour tes questions, qui sont utiles à tous. Cependant, quand tu écris, « merci de tes réponses », cela reste une faute de grammaire. On a jamais vu une réponse dire merci. C’est toujours « merci pour » suivi d’un nom et « merci de » suivi d’un verbe. Un grand nombre de personnes font cette faute mais je n’ai jamais compris pourquoi.

          Bon dimanche à toi,
          Eric

          http://www.espacecorps-espritforme.fr/

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *