Le Co Q10 protège t-il le système cardiovasculaire des athlètes de force ?

Ubiquinone-ubiquinol-co-q10Parmi mes éternelles interrogations sur les compléments alimentaires, j’ai toujours tendance à placer certains d’entre eux comme le magnésium, la vitamine D, la vitamine C, les polyphénols ou le resvératrol en première position. Cependant, quand vous vous donnez à 200% dans des entraînements de musculation intenses depuis plus de 20 ans, d’autres molécules moins connues en France mais pourtant très basiques comme le Coenzyme Q10 (ubiquinone ou ubiquinole selon qu’il soit oxydé ou réduit) me viennent rapidement à l’esprit. Cet article rédigé sur Ergo-log aurait tendance à corroborer mes interrogations à ce sujet, du moins en ce qui concerne le système cardiovasculaire.

Eric Mallet

——————–

Co-Q10Les athlètes qui pratiquent des sports de force pourraient développer un cœur hypertrophié. Ce n’est pas un problème en soi mais lorsqu’il est combiné avec des substances anabolisantes, cet élargissement entraînerait une anomalie fatale. Prendre un supplément de coenzyme Q10 pourrait offrir une protection, si les résultats d’études publiées par des cardiologues américains dans les années 1990 présentent un réel intérêt.

L’hypertrophie du muscle cardiaque

En fonction de certaines conditions, pratiquer un sport de force peut provoquer une hypertrophie du ventricule gauche. Les muscles de ce ventricule – ceux de la paroi septale et de la paroi postérieure pour être précis – conduisent à une réduction de la quantité de sang que le ventricule peut pomper dans l’organisme.

Les cardiologues observent principalement ce phénomène chez les personnes souffrant d’hypertension artérielle mais parfois les athlètes de force chimiquement aidés développent également une forme dangereuse d’hypertrophie ventriculaire gauche. Selon une étude finlandaise de 2003, les utilisateurs de stéroïdes qui feraient également usage à long terme de l’hormone de croissance devraient s’inquiéter. [Int J Sports Med 2003; 24: 337-343.] La quantité de sang que le cœur est capable de pomper dans l’organisme serait dangereusement basse dans ce groupe.

L’étude scientifique sur le Co Q10

Le cardiologue américain Per Langsjoen publie régulièrement depuis les années 1980 des articles sur les effets du Q10 sur le muscle cardiaque. Dans les années 1990, Langsjoen s’est focalisé sur des personnes lambda – et non pas des athlètes de force – qui présentaient un ventricule gauche élargi. De là, nous avons un peu creusé une étude qu’il avait réalisé en 1997. Au cours de cette étude scientifique, il a demandé à 7 patients de prendre une moyenne de 200 mg de Co Q10 tous les jours, sur une durée de 3 à 48 mois.

Le Co Q10 [structure moléculaire en haut de l’article] s’apparente à une “punaise” moléculaire qui fonctionne comme un centre de distribution pour les électrons. Si la cellule en “pousse” suffisamment dans les membranes des mitochondries, elles pourront produire de l’énergie plus rapidement. De là, les cellules mettront plus de temps à atteindre leur point d’épuisement.

D’autre part, nous savons que l’hypertrophie ventriculaire gauche est causée par la fatigue chronique des cellules cardiaques. Langsjoen a estimé que la vitalité des cellules du myocarde pouvait être restaurée par une supplémentation visant à réduire les effets négatifs de l’hypertrophie ventriculaire gauche.

Les résultats de l’étude scientifique sur le Co Q10

Le tableau ci-dessous montre que l’épaisseur de la paroi septale des sujets [SWT] et l’épaisseur de la paroi postérieure [PWT] ont diminué.

ventricule-gauche-co-Q10Co-Q10-ventricule-gauche

La pente EF, LVEDD et FS sont des variables cardiologiques qui indiquent à quel point le cœur pompe le sang avec efficacité. Les résultats montrent une amélioration mais ils ne sont pas statistiquement significatif. Néanmoins, les patients présentaient moins de douleurs thoraciques, étaient moins fatigués et moins essoufflés.

Conclusion sur le Co Q10 et le myocarde

“Ces résultats cliniques et échocardiographiques très encourageants dans le cadre de la cardiomyopathie hypertrophique sont conformes à l’hypothèse de travail selon laquelle le Co Q10 présenterait un effet bénéfique sur la production bioénergétique myocardique et d’ATP”, concluent les chercheurs.

En 1999, des cardiologues australiens ont publié les résultats d’une étude qui a montré que la supplémentation en Q10 n’avait aucun effet sur le ventricule gauche des patients. [J Am Coll Cardiol. 1999 May; 33(6): 1549-52.] Les chercheurs australiens avaient utilisées une dose plus faible que celle qui fut utilisée par les américains.

Source de l’article: Does Q10 offer strength athletes cardiac protection?

Source Ergo-log: Mol Aspects Med. 1997;18 Suppl:S145-51.

 

Éléments de bibliographie

Langsjoen H, Langsjoen P, Langsjoen P, Willis R, Folkers K., Usefulness of coenzyme Q10 in clinical cardiology: a long-term study, Mol Aspects Med. 1994;15 Suppl:s165-75.
Davini A, Cellerini F, Topi PL. Coenzyme Q10: contractile dysfunction of the myocardial cell and metabolic therapy, Minerva Cardioangiol. 1992 Nov; 40(11):449-53.
Langsjoen PH, Langsjoen AM. Overview of the use of CoQ10 in cardiovascular disease. Biofactors. 1999; 9(2-4):273-84.

 

 

En savoir plus »
Aucun commentaire

L’hydroxytyrosol de l’huile d’olive réduirait le pourcentage de graisses corporelles

Note: Voici un article qui devrait faire plaisir à notre physiologiste de l’exercice ! Disons simplement que l’oleuropéine de l’huile d’olive ne serait pas la seule molécule en cause dans la réduction du pourcentage des graisses corporelles dans ce contexte précis.

————————-

Hydroxytyrosol de l'huile d'oliveLes olives et l’huile d’olive contiennent probablement plus de composés potentiels de recomposition corporelle que l’oleuropéine, à propos duquel nous avions écrit récemment. L’hydroxytyrosol, une autre substance présente dans l’huile d’olive, a aussi des effets biologiques intéressants. Dans une étude humaine publiée dans Oxidative Medicine and Cellular Longevity par des chercheurs italiens, la supplémentation quotidienne avec 15 milligrammes d’hydroxytyrosol réduirait le pourcentage de graisse corporelle.

L’étude sur l’extrait d’huile d’olive

Les chercheurs ont donné 2 gélules par jour de l’extrait d’olive elaVida produit par DSM à 28 sujets sains et non obèses âgés de 18 à 65 ans. Chaque capsule contenait de 7,5 milligrammes d’hydroxytyrosol, de sorte que les sujets consommaient 15 milligrammes d’hydroxytyrosol par jour. À une autre occasion, les sujets ont pris un placebo pendant 3 semaines.

Extrait de feuilles d'olivier et d'huile d'oliveLe supplément utilisé par les chercheurs provenait de Fenolia. [fenolia.it] Fenolia et DSM n’ont pas financé les recherches. Les chercheurs ont obtenu des subventions du gouvernement italien.

Un groupe a combiné cette approche avec une supplémentation: il prenait chaque jour 40 grammes de protéines sous forme d’un shake, 2 grammes de phytostérols, 2 grammes d’huile de poisson riche en EPA, probiotiques et 1 gramme de berbérine. Tous les suppléments étaient fabriqués par Nature’s Sunshine. [naturessunshine.com]. Les chercheurs travaillaient dans cette entreprise.

Résultats de l’expérience

Les chercheurs s’attendaient à ce que la supplémentation en hydroxytyrosol réduise la concentration en LDL oxydé. L’agence européenne EFSA a approuvé cette allégation [EFSA Journal 2011;9(4):2033.] et a exprimé une opinion positive sur la sécurité alimentaire de l’hydroxytyrosol. [EFSA Journal 2017;15(3):4728.] Cependant, les chercheurs n’ont pas constaté de réduction de quantité de LDL oxydé avec la supplémentation.

La supplémentation a augmenté la production de l’enzyme antioxydante superoxyde dismutase-1 [SOD1] par les cellules. Le SOD-1 neutralise les radicaux libres. Des souris génétiquement modifiées qui ne peuvent synthétiser cette enzyme vieillissent plus rapidement et seraient plus susceptibles à la dégénérescence musculaire liée à l’âge. [Free Radic Biol Med. 2006 Jun 1;40(11):1993-2004.]

SOD

supplement_hydroxytyrosolEn même temps, le supplément avait réduit le pourcentage de graisse corporelle des sujets testés, bien qu’ils n’aient pas changé leur mode de vie. Les chercheurs ont mesuré le pourcentage de graisse à l’ancienne en utilisant des bons vieux clippers.

hydroxytyrosol pourcentage de graisse

Conclusion sur l’hydroxytyrosol

“Dans ce travail, nous avons observé comment 15 mg/jour de consommation d’hydroxytyrosol pourraient avoir des effets positifs sur la santé humaine en réduisant le stress oxydatif et le risque cardiovasculaire, […] bien que cette quantité quotidienne d’hydroxytyrosol ne semble pas avoir d’effets positifs sur le cholestérol LDL oxydé“, écrivent les chercheurs.

“Ces résultats suggèrent une personnalisation nécessaire des doses d’hydroxytyrosol à administrer dans le but d’exercer des bienfaits sur la santé, la prévention des maladies cardiovasculaires et la protection des particules de LDL-C contre les dommages oxydatifs.”

“Cependant, d’autres essais cliniques sont nécessaires sur une plus grande population et une plus longue période afin d’améliorer nos connaissances sur les mécanismes thérapeutiques, assurer son efficacité et sa sécurité.”

Source de l’article: Olive oil compound hydroxytyrosol lowers fat percentage

Source Ergo-log: Oxid Med Cell Longev. 2017;2017:2473495.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

3 acides aminés et du sélénium pour prévenir la dégénérescence musculaire liée à l’âge ?

ProimmuneUne supplémentation en sélénium et en acides aminés Cystine, Glycine et Glutamine préviendrait la dégradation musculaire liée à l’âge chez des animaux de laboratoire, concluent les chercheurs de l’Université de médecine et de sciences Charles R. Drew. Faut-il le croire ou non ? Les résultats semblent trop beaux pour être vrais, même pour une étude animale…

Le supplément ProImmune

Le supplément testé par les chercheurs s’appelle ProImmune. Il s’agit d’un complément alimentaire sous brevet [US RE42645 E1] composé d’acides aminés et de sélénium dont l’objectif serait d’augmenter la concentration en glutathion au niveau cellulaire. 500 mg de ProImmune contient environ 100 mg de cystine [dipeptide de cystéine], 199 mg de glycine, 199 mg de glutamine et 1,5 mg de sélénométhionine.

Selon le brevet déposé, la dose quotidienne recommandée pour l’homme serait de 200 mg. Ce dosage est invraisemblablement bas pour les acides aminés. Les acides aminés de ProImmune constituent les éléments constitutifs du tripeptide protecteur glutathion. Les enzymes protectrices ont besoin de glutathion pour pouvoir fonctionner. Un certain nombre de ces enzymes contiennent du sélénium.

L’étude scientifique sur ce supplément d’acides aminés

Les chercheurs ont donné à des souris de laboratoire âgées de 17 mois – chez l’être humain, cela correspondrait à la cinquantaine – un aliment contenant 3 mg de ProImmune par kg pendant six mois. Des souris du même âge ont constitué un groupe témoin. Elles ont reçu une nourriture standard, sans additions.

Résultats de l’expérience avec ProImmune

À la fin des six mois, les souris avaient atteint un âge avancé. Les chercheurs ont alors comparé la masse musculaire des vieilles souris avec la masse musculaire de jeunes souris [Young]. Ils ont remarqué que les souris qui avaient reçu ProImmune [Old + F1] avaient perdu nettement moins de masse musculaire que les souris du groupe témoin. [Old].

Supplément acides aminés glutathion

Lorsque les chercheurs ont décompté le nombre de cellules mourantes dans les muscles des souris, ils en ont trouvé un grand nombre chez les souris âgées qui n’avaient pas reçu de supplément. Chez les vieilles souris qui avaient reçu ProImmune avec leur nourriture, le nombre de cellules mortes était encore moindre que chez les jeunes souris, comme le montre e tableau ci-dessous.

Acides aminés glutathion

Mécanisme et explications

Le tableau ci-dessous montre que le supplément a effectivement réduit la baisse de la concentration de glutathion actif due au vieillissement. De plus, les chercheurs ont également trouvé moins de protéine inflammatoire interleukine-6 dans le sang des souris Old + F1 que chez les souris âgées qui n’avaient pas reçu de supplément.

supplément sélénium acides aminéssupplément sélénium acides aminés

Le tableau ci-dessus montre que le supplément stimule l’activité de la molécule de signal anabolique Akt et augmente la concentration de Delta-1. Delta-1 est une protéine qui demande aux cellules souches de se développer en cellules musculaires.

Le supplément a également stimulé la quantité d’AMPK active dans les muscles de la souris. À la suite de cela, les muscles sont restés sensibles à l’insuline et ont maintenu l’extraction des nutriments à partir du sang. Parce que le supplément avait inhibé l’enzyme FAS (Fatty Acid Synthase), les muscles n’ont pas converti les nutriments en graisse intramusculaire.

AMPK phosphorylée

Conclusion de l’étude sur ProImmune

Selon les chercheurs, les suppléments qui empêchent la concentration du glutathion de diminuer en raison du vieillissement pourraient retarder le processus lui-même. Ils plaident donc en faveur de la réalisation d’études humaines. Mais ce qui fonctionne chez les souris ne fonctionne pas toujours chez les humains.

Le créateur de ProImmune, Albert Crum, était l’un des auteurs de l’étude. Cependant, son entreprise n’a pas parrainé celle-ci. Les chercheurs ont obtenu leur financement auprès de la Fédération américaine pour la recherche sur le vieillissement [afar.org] et du gouvernement américain.

Source de l’article: Three amino acids and selenium supplementation prevents age-related muscle breakdown

Source Ergo-log: J Gerontol A Biol Sci Med Sci. 2013 Jul;68(7):749-59.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

S’entraîner par temps chaud serait compatible avec la créatine

créatine et fotes chaleursMême lorsque le temps est chaud, les athlètes peuvent prendre de la créatine sans problèmes. La supplémentation en créatine ne les rendra pas moins résistants à la chaleur. Nous pourrions être d’accord avec ceci si l’on se base sur une méta-étude publiée par des scientifiques du sport à l’Université du Connecticut dans le Journal of Athletic Training.

Créatine et fortes chaleurs

La supplémentation en créatine permet aux cellules de retenir plus d’eau. Cela pourrait théoriquement signifier que les athlètes qui utilisent la créatine transpirent moins facilement et surchauffent alors plus tôt lors de leurs séances d’entraînement à températures élevées. Mais en théorie, la supplémentation en créatine pourrait également avoir exactement l’effet inverse. Vous pourriez également soutenir qu’une plus grande réserve d’eau peut faciliter la transpiration.

Ou peut-être que les deux arguments prennent l’eau [sans jeu de mots] et que les deux effets s’annulent. La créatine n’aurait alors aucun effet sur la capacité du corps à maintenir le niveau de température.

Alors qu’en est-il vraiment ?

L’étude scientifique sur la chaleur et la créatine

Les chercheurs ont analysé 10 études scientifiques dans lesquelles les sujets avaient reçu de la créatine et devaient s’exercer pendant que leur température corporelle était surveillée. Dans une étude, les sujets devaient soulever des charges, dans un autre étude, ils ont réalisé un entraînement par intervalles, mais dans la plupart des études, ils faisaient des séances de cardiotraining de 40 à 60 minutes. AU cours des expériences, la température du laboratoire variait de 30 à 39 degrés Celsius. L’humidité variait de 25 à 80%.

Les tests physiques ont été précédés par des périodes de supplémentation de 5 à 7 jours en général et parfois de 23 jours. Les premiers 4 à 5 jours les sujets avaient reçu une dose de 20 grammes de créatine par jour. Ensuite, les chercheurs ont réduit la dose à quelques grammes par jour.

Les résultats des méta-analyses

Selon les méta-analyses, la supplémentation en créatine n’a pas affecté la température du corps durant les exercices.

Créatine par temps chaud

Conclusions sur la créatine et l’entraînement sous des températures élevées

“Aucune preuve substantielle n’existe actuellement montrant que la supplémentation en créatine entrave la capacité du corps à dissiper la chaleur ou l’équilibre hydrique lorsque les doses appropriées sont consommées”, écrivent les chercheurs. “Les essais expérimentaux contrôlés des athlètes qui s’exercent sous une forte chaleur sur une courte période de temps n’ont entraîné aucun effet négatif en rapport à la supplémentation en créatine.”

“Les futurs chercheurs devraient inclure des périodes de supplémentation plus longues, des exercices qui simulent une situation de jeu ou de situations pratiques particulières (c.-à-d., Une durée de plus de 60 minutes) et des études de terrain plus contrôlées.”

Source de l’article: Working out at high temperature goes well with creatine supplementation

Source Ergo-log: J Athl Train. 2009 Mar-Apr;44(2):215-23.

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire