La bétaïne pour réduire la croissance des adipocytes ?

La supplémentation avec une dose importante de bétaïne inhiberait la croissance des cellules de graisse. Selon une étude sur les animaux que des chercheurs de l’Université d’agriculture du Sichuan ont publiée dans Nutrients, la bétaïne permettrait à l’organisme de souris de se constituer une masse corporelle plus maigre tout en inhibant la croissance des graisses. Ce phénomène se produit lorsque le corps reçoit plus d’énergie qu’il n’en brûle mais aussi lorsque l’apport calorique et la combustion sont parfaitement coordonnés.

L’étude scientifique sur la bétaïne

Les chercheurs ont réalisé leur expérience sur différents groupes de souris. Certains groupes ont été nourris avec un supplément de graisse, d’autres groupes ont reçu une alimentation standard. Certains groupes ont reçu de la bétaïne dans leur eau potable, d’autres non.

L’équivalent humain de la dose utilisée par les chercheurs était de 10 à 15 grammes de bétaïne par jour. C’est plus que les 2 à 3 grammes que la plupart des fabricants de suppléments recommandent. Par contre, nous ne savons pas si 10 grammes de bétaïne par jour sont potentiellement nocifs pour la santé. Le seul effet secondaire lié à de fortes doses de bétaïne que nous avons pu trouver serait lié à une augmentation de la production d’acide gastrique.

Résultats de l’étude

Évidemment, les souris qui ont été engraissées [HFD] sont devenues plus grasses que les souris qui avaient reçu une alimentation normale [NCW].

La bétaïne facilite la perte des graisses

Chez les souris ayant reçu une alimentation normale, la supplémentation en bétaïne [HC-bet] a créé un effet amincissant. Chez les souris qui avaient reçu plus d’énergie dans leur nourriture que ce qu’elles avaient brûlé [H-BET], aussi. Il semblerait que la bétaïne ait permis aux animaux d’utiliser l’énergie excédentaire pour augmenter leur masse corporelle maigre au lieu de leur masse grasse.

La bétaïne permet une recomposition corporelleBétaïne perte de graisse et prise de musclebétaïne et perte de poids

Chez les animaux engraissés, la bétaïne a maintenu la concentration de triglycérides [TG] et du LDL ou «mauvais cholestérol» à un niveau bas.

bétaïne et recomposition corporelle

Lorsque les chercheurs ont réalisé une expérience in vitro avec des cellules adipeuses 3T3-L1, ils ont constaté que la bétaïne inhibait leur croissance. La bétaïne a augmenté l’activité des enzymes de croissance cycline-D et E, et activé les gènes inhibiteurs de croissance P53 et P21. [Les deux derniers gènes inhibent également la croissance des cellules cancéreuses et stimulent la production de mitochondries dans de nombreux types de cellules.]

bétaïnebétaïne perte de graisses recomposition cotrporelle

Dans les adipocytes, la bétaïne réduit l’activité des enzymes qui stockent les calories sous forme de graisse. Dans ces cellules de graisse, l’activité des enzymes qui brûlent les graisses a cependant augmenté. La bétaïne serait donc assimilable à un “formateur” de «graisse brune», tout comme la curcumine et le thé vert. Imaginons un instant que vous puissiez faire un stack avec la bétaïne et ces substances végétales*...

bétaïne et recomposition corporellebétaïne triméthylglycine

Conclusion

“La présente étude a montré que le traitement à la bétaïne inhibait non seulement de manière significative la prolifération et la différenciation des adipocytes 3T3-L1 in vitro, mais aussi l’accumulation remarquablement réprimée des tissus adipeux blancs […] in vivo”, écrivent les chercheurs.

“Suite à la supplémentation en bétaïne, les souris nourries avec un régime riche en graisses ont montré une diminution significative des lipides plasmatiques et des lipoprotéines, tels que les triglycérides et le cholestérol LDL.”

“En outre, les auteurs ont constaté […] une expression réduite de certains gènes, favorisant la synthèse des lipides dans le tissu adipeux blanc de souris nourries avec un régime riche en graisses.”

“Par conséquent, la supplémentation en bétaïne alimentaire peut être considérée comme une approche thérapeutique possible pour l’obésité et l’hyperglycémie.”

Source de l’article: Betaine forces fat cells to eat themselves

Source Ergo-log: Nutrients. 2018 Jan 26;10(2).

————————

* Ce que les rédacteurs d’Ergo-log ne précisent pas, c’est que la bétaïne pourrait alors être considérée comme un agent de recomposition corporelle efficace (et ils sont peu nombreux) si cette expérience est applicable à l’être humain. Rappelons pourtant qu’une étude réalisée en 2002 avait donné des résultats totalement différents: Schwab U, Törrönen A, Toppinen L et al., « Betaine supplementation decreases plasma homocysteine concentrations but does not affect body weight, body composition, or resting energy expenditure in human subjects », Am. J. Clin. Nutr., vol. 76, no 5,‎ , p. 961–7

La bétaïne présente certainement des avantages ergogènes intéressants pour les athlètes à dose limitée mais il serait un peu hasardeux d’aller plus loin. A l’opposé, d’autres nutriments comme l’acide ursolique, la quercétine, la tomatidine ou le picéatannol ont quant à eux réellement prouvé qu’ils présentaient un intérêt sur la recomposition corporelle. Ajoutons cependant que la forme de bétaïne nommée triméthylglycine aurait sans doute plus d’intérêt pour les athlètes que la forme isolée de la Glycine, ne présentant quant à elle, qu’un intérêt très limité sur le plan ergogène.

Eric Mallet

Eléments de bibliographie

Elaine C. Lee et al. Ergogenic effects of betaine supplementation on strength and power performance, . 2010; 7: 27.

Trepanowski JF, Farney TM, McCarthy CG, Schilling BK, Craig SA, Bloomer RJ. The effects of chronic betaine supplementation on exercise performance, skeletal muscle oxygen saturation and associated biochemical parameters in resistance trained men. J Strength Cond Res. 2011 Dec; 25(12):3461-71.
Hoffman JR, Ratamess NA, Kang J, Rashti SL, Faigenbaum AD. Effect of betaine supplementation on power performance and fatigue.  J Int Soc Sports Nutr. 2009 Feb 27; 6:7. Epub 2009 Feb 27.
En savoir plus »
Aucun commentaire

L’ Acétyl L-Carnitine régénère les muscles âgés.

ALCAR Acétyl L-CarnitineLes muscles plus âgés fonctionnent moins bien que les jeunes muscles, en partie parce que les muscles plus âgés convertissent moins efficacement les nutriments en énergie. Dans les cellules musculaires plus âgées, les mitochondries, centrales énergétiques de la cellule, travaillent moins efficacement. Selon une étude animale, que les biologistes moléculaires italiens de l’Université de Bari ont publié dans Rejuvenation Research en 2010, la supplémentation en Acétyl-L-Carnitine pourrait partiellement éliminer cet effet lié à l’âge.

L’étude scientifique réalisée avec l’Acétyl L-Carnitine

Pendant 2 mois, les chercheurs ont administré une certaine quantité d’Acétyl-L-Carnitine à un groupe de rats de laboratoire âgés de 28 mois à partir de leur eau de boisson. L’équivalent humain de la dose utilisée était d’environ 1000 à 1500 milligrammes par jour. Un autre groupe de rats également âgés n’a pas reçu de supplément en L-Carnitine.

Lorsque la période de supplémentation est arrivée à terme, les chercheurs ont étudié les cellules du muscle soléaire des rats. Ils ont établi une comparaison avec ceux des cellules musculaires de jeunes rats adultes de 6 mois.

Résultats de l’expérience

La supplémentation en Acétyl-L-Carnitine a augmenté la quantité de nouvelles mitochondries présentes dans les cellules des rats âgés, et a partiellement compensé la réduction du nombre de mitochondries fonctionnelles induite par le vieillissement. Comme l’activité du gène Citrate Synthase a également augmenté, les chercheurs supposent que l’Acétyl-L-Carnitine permet vraiment aux cellules musculaires de générer plus d’énergie.

Acétyl L-Carnitine et muscles âgésAcétyl L-Carnitine pour les muscles âgés

L’Acétyl-L-Carnitine a permis une augmentation de la quantité d’enzymes PGC-1α et TFAM. Le TFAM est un “interrupteur” moléculaire qui permet aux mitochondries de lire leur ADN.

Conclusion

“Notre analyse révèle que 2 mois d’administration d’Acétyl-L-Carnitine à des rats âgés est capable d’activer la biogenèse mitochondriale PGC-1alpha-dépendante dans le muscle soléaire par l’augmentation de la teneur en ADN mitochondrial, de l’activité citrate synthase, ainsi que les niveaux de certains transcrits mitochondriaux et nucléaires, et l’expression de facteurs pour la biogenèse mitochondriale, en particulier PGC-1α [et] TFAM […] “, ont écrit les chercheurs.

“Ces données confirment le rôle de l’Acétyl-L-Carnitine dans le maintien du caractère oxydatif des fibres du muscle squelettique au cours du vieillissement par la stimulation de la biogenèse des organelles.” L’activation de la voie de biogenèse mitochondriale dépendante du PGC-1alpha devrait compenser partiellement l’augmentation dépendante du nombre de mitochondries dysfonctionnelles et préserver une capacité bioénergétique encore suffisante.”

“Cette expérience pourra fournir des informations utiles pour l’application d’interventions alimentaires visant à lutter contre la désintégration mitochondriale des muscles squelettiques des mammifères liés à l’âge.”

Source de l’article: Acetyl L-Carnitine rejuvenates old muscles

Source Ergo-log: Rejuvenation Res. 2010 Apr-Jun;13(2-3):148-51.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Note: Donc, si vous avez suivi mes précédents articles, il est probable de penser que l’Acétyl L-Carnitine ou ALCAR pourrait être associée au NMN (Nicotinamide mononucléotide) ou au NR (Nicotinamide riboside), voire au CoQ10 et au PQQ, dans le cadre des performances physiques des plus de 50 ans, voire dans une optique de longévité et de santé. Cependant, je vous invite à vous pencher sur les études effectuées chez l’homme afin d’obtenir plus de données concrètes à ce sujet.

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Associer L-Lysine et L-Arginine réduirait le stress et baisserait le taux de cortisol

Un supplément de 2,34 grammes de L-Lysine avec la même quantité de L-Arginine par jour réduit le stress psychologique et abaisserait la libération de cortisol dans l’organisme des hommes. Les chercheurs des fabricants japonais d’acides aminés d’Ajinomoto ont publié ceci dans Biomedical Research.

La Lysine, l’Arginine et le stress…

Miro Smriga, le premier auteur de l’article publié dans Biomedical Research en 2008, a étudié l’effet d’une combinaison Lysine/Arginine sur l’anxiété et le stress pendant des années. Il a observé l’effet chez des souris mises en situation de stress en laboratoire [Nutr Neurosci. 2003 Apr;6(2):125-8.] mais aussi chez les cochons durant le transport [Nutr Neurosci. 2003 Oct;6(5):283-9.] et chez des humains à la personnalité sensible au stress [Nutr Neurosci. 2005 Jun;8(3):155-60.].

Selon les chercheurs, au moins une partie de l’explication de l’effet de réduction de stress de la combinaison lysine-arginine est probablement liée au fait que la lysine interagit avec le récepteur du GABA. [Neurochem Res. 1995 Aug;20(8):931-7.] Les somnifères et l’alcool sont aussi liés au même récepteur.

L’étude sur la L-Lysine et la L-Arginine

Dans l’étude qui a été publiée dans Biomedical Research, les chercheurs ont donné à un groupe d’une centaine de sujets en bonne santé 2,34 g de L-Lysine et 2,34 g de L-Arginine par jour pendant sept jours. Les sujets ont pris les acides aminés deux fois par jour, au petit-déjeuner et au repas du soir.

Résultats de l’expérience

Après la période de supplémentation, les chercheurs ont demandé à leurs sujets de remplir un questionnaire, le State-Trait Anxiety Inventory. Les psychologues utilisent ceci pour mesurer la sensibilité au stress des individus au cours de leur vie quotidienne. Le tableau ci-dessous montre que cette sensibilité a diminué chez les sujets ayant pris l’association Lysine/Arginine.

 

L-Lysine, L-Arginine, stress et cortisolArginine, lysine stress et cortisol

Le cortisol est la principale hormone associée au stress. Les chercheurs ont mesuré la concentration de cortisol dans la salive des sujets. Ils ont constaté que celle-ci ne diminuait pas significativement chez les femmes qui avaient pris des suppléments de lysine et d’arginine. Chez les hommes, cependant, cela s’est produit, comme le montre le tableau ci-dessus.

Les acides aminés ont réduit les concentrations de cortisol des hommes de 18%. Les chercheurs avaient pris les mesures entre 9 et 10 heures du matin.

Les Japonais ont également étudié l’effet d’un événement stressant – dans ce cas l’exposition au bruit – sur les sujets. Ils ont remarqué que la supplémentation en L-Lysine/L-Arginine n’avait aucun effet sur la concentration de cortisol chez les femmes. Par contre, chez les hommes, cela accélérait le retour des concentrations de cortisol à des niveaux normaux.

Source de l’article: Combination of L-Lysine and L-Arginine reduces stress and lowers cortisol levels

Source Ergo-log: Biomed Res. 2007 Apr;28(2):85-90.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Associer Arginine, Ornithine et vitamine B12 produirait un effet anabolisant sur des powerlifters

Les culturistes ou les powerlifters qui prendraient un mélange d’arginine, d’ornithine et de vitamine B12 seraient susceptibles de progresser plus rapidement. Selon une étude polonaise publiée dans le Journal of Strength & Conditioning Research, cette combinaison augmenterait la production d’IGF-1 et d’hormone de croissance.

Une étude scientifique sur une association d’acides aminés et de vitamine B12

Arginine

La L-Arginine

Les Polonais ont donné un mélange d’arginine, d’ornithine et de vitamine B12 à 9 personnes âgées de 18 à 33 ans pendant 3 semaines. Pour être plus précis: les sujets testés ont pris 3 grammes de L-Arginine et 2,2 grammes de L-Ornithine avec une dose monstrueuse de 12 mg de vitamine B12, deux fois par jour. Comme vous le savez l’Ornithine est un précurseur de la L-Arginine. Un groupe témoin de 8 athlètes a pris un placebo.

Les chercheurs Polonais ont demandé aux powerlifters de ne faire que quelques séries au cours des 3 semaines qu’a duré l’étude. Les powerlifters n’ont fait que des développés couchés, des squats et du soulevé de terre. Pour chaque exercice, ils ont fait 5 à 8 séries de 1 à 3 répétitions. La charge était de 90 à 120% du poids auquel ils pouvaient simplement gérer 1 répétition.

Résultats de l’étude

Durant les 3 semaines de durée de l’étude, la concentration de l’hormone de croissance a augmenté chez les utilisateurs d’arginine. Cela n’est pas vraiment surprenant. L’Arginine est un facteur limitant pour la production de l’hormone de croissance. Si vous donnez de l’arginine à une personne, elle libèrera plus de somatropine*.

Arginine ornithine et somatropine

Chez ceux qui avaient pris de l’arginine, la concentration d’IGF1 a également augmenté mais moins fortement.

Arginine et somatropine

Le supplément a eu peu d’effet sur la protéine de liaison IGFBP-3, et aucun effet sur les taux de cortisol et de testostérone. Le supplément n’a également eu qu’un très faible effet sur les marqueurs de lésions musculaires tels que l’acide lactique [LA] et l’acide lactique déshydrogénase [LDH]. Cela peut être dû au fait que le volume d’entraînement des sujets était faible et qu’ils ne s’entraînaient pas jusqu’à l’échec. Donc, ils ne s’entraînaient sans doute pas assez. S’ils s’étaient entraînés plus intensément, le supplément pourrait avoir eu un effet.

Arginine et hormone de croissance

Conclusion

Les effets positifs sur l’hormone de croissance et l’IGF-1 devraient être suffisamment importants pour améliorer la croissance musculaire. En théorie… Mais si la supplémentation en L-Arginine entraîne vraiment une augmentation de la force ou de la masse musculaire, il semble que cela soi difficile à affirmer à partir de cette étude.

Source de l’article: Combination of Arginine, Ornithine and Vitamin B12 has anabolic effect on powerlifters

Source Ergo-log: J Strength Cond Res. 2010 Apr;24(4):1082-90.

* Comme nous l’avions déjà vu avec l’article de synthèse sur les secrétagogues, l’arginine n’est que rarement suffisante pour produire une augmentation endogène significative de la somatropine, du moins dans des valeurs qui présentent un réel intérêt pour la croissance musculaire des athlètes.

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire