Quelques entraînements par semaine éliminent les effets du stress sur la longévité

telomereUn stress psychologique grave et chronique aurait tendance à raccourcir la durée de vie. Si vous vivez avec un stress que vous ne pouvez pas éviter, les scientifiques du sport de l’Université de la Colombie-Britannique ont cependant de bonnes nouvelles pour vous. Selon leurs recherches, quelques séances d’entraînement hebdomadaires réduiraient considérablement, voire élimineraient complètement, les effets du stress qui raccourcirait la durée de vie.

L’étude scientifique sur les effets du stress et la longévité

Les chercheurs ont réalisé une expérience avec 68 adultes qui s’occupaient d’un membre de leur famille atteint de démence. Ils avaient en commun de ne pas faire d’exercice régulièrement et d’être très stressés.

Les chercheurs ont divisé les sujets en 2 groupes. Un groupe n’a rien fait pendant 24 semaines. C’était le groupe de contrôle. L’autre groupe, le groupe expérimental, a fait de l’exercice 40 minutes, 3 à 5 fois par semaine. Au cours des 24 semaines, environ 80% des sujets se sont montré physiquement actifs au moins 120 minutes par semaine.

Avant et après les 24 semaines, les chercheurs ont mesuré la longueur des télomères de l’ADN des cellules sanguines des sujets. Les télomères sont comparables à une horloge biologique. Ils deviennent plus courts au fur et à mesure que vous vieillissez. Plus les télomères deviennent courts, plus vous vieillissez rapidement.

Résultats de l’expérience sur les effets du stress, avec ou sans exercices

La longueur des télomères a augmenté dans le groupe expérimental, tandis que dans le groupe témoin, elle est restée constante. Les chercheurs ne comprennent pas exactement le mécanisme. Dans d’autres études, une extension de la longueur des télomères est causée par une augmentation de l’activité de l’enzyme télomérase, mais dans cette expérience, l’activité de la télomérase n’a pas changé.

effets-du-stress

 

Conclusion sur les effets du stress et la longévité

“La présente étude suggère que l’exercice peut ralentir voire inverser le vieillissement télomérique dans un groupe de stress élevé”, écrivent les chercheurs. “Être impliqué dans la fourniture de soins en étant sédentaire augmente le risque. Il est alors possible que l’exercice pour les personnes qui donnent des soins soit encore plus bénéfique que l’exercice pour la population de manière générale. Il est également possible que de passer d’une vie sédentaire à une activité physique régulière, une population sédentaire en bonne santé puisse également bénéficier d’un rallongement des télomères.”

“Nos résultats démontrent la nécessité et la faisabilité d’études plus vastes sur les populations sédentaires et à risque, telles que les professionnels de la santé exposés au risque d’épuisement professionnel et les personnes obèses présentant un niveau élevé de stress psychologique perçu et un taux accéléré de raccourcissement du télomère par rapport aux groupes témoins d’âge correspondant à tous les âges.”

“A la lumière des effets apparents sur les télomères et des modifications des indicateurs de santé traditionnels, ces résultats devraient encourager à l’optimisme et inciter les décideurs à soutenir des stratégies efficaces à des fins d’initiatives communautaires plus larges visant à augmenter la pratique de l’exercice physique chez les adultes à risque.”

Source de l’article: A few workouts per week eliminate the life-shortening effet of stress

Source Ergo-log: Psychoneuroendocrinology. 2018 Aug 2. pii: S0306-4530(18)30773-X. doi: 10.1016/j.psyneuen.2018.08.002. [Epub ahead of print].

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Le stress réduirait l’espérance de vie au niveau moléculaire

De graves inquiétudes et du stress, endurés à long terme, réduisent votre espérance de vie. Des psychiatres américains et des scientifiques qui travaillent au niveau moléculaire l’ont découverts quand ils ont étudié des femmes qui prennent soin de leurs enfants. L’ADN de ceux qui s’occupaient d’un enfant chroniquement malade prenaient de l’âge plus rapidement au niveau cellulaire.

Les chercheurs ont prélevé des échantillons de sang provenant de 20 mères ayant un enfant en bonne santé le groupe de contrôle et de 40 mères ayant un enfant gravement malade le groupe expérimental. Ils ont ensuite extrait les globules blancs à partir des échantillons. Dans l’ADN des globules blancs, les chercheurs ont déterminé la longueur des télomères. Au plus ils sont longs, au plus la personne est jeune en termes biologiques. Si les télomères sont plus longs, ils pourront plus se diviser que des télomères courts. Au plus vos cellules comportent de longs télomères, au plus la durée de vie de votre corps sera élevée.

Le stress pourrait avoir une influence sur la longueur des télomères

Lorsque les chercheurs ont interrogé les femmes sur le nombre de périodes stressantes qu’elles avaient dues subir au cours de leur vie, ils ont découvert qu’une quantité plus élevée de stress signifiait aussi des télomères plus courts. La figure ci-dessous le montre. Il semble que le stress réduise l’espérance de vie vie. En rouge = les femmes du groupe expérimental; en bleu = les femmes du groupe de contrôle.

longueur-des-telomeres

La durée du stress est également un facteur signifiant, les chercheurs l’ont découvert. Au plus longtemps les femmes du groupe expérimental avaient pris soin d’un enfant gravement malade, au plus leurs télomères étaient courts même lorsque les chercheurs ont pris en compte l’âge des femmes.

Stress-et-longueur-des-telomeres

L’enzyme télomérase essaie de maintenir la longueur des télomères dans les cellules. Le stress réduit la concentration de cette enzyme comme les chercheurs l’ont observé lorsqu’ils ont comparé les femmes qui avaient subi un stress important par rapport aux femmes qui avaient été moins stressées.

les-consequences-du-stress

Le stress est avant tout un phénomène mental; tout se passe dans le cerveau. Les chercheurs ne sont pas certains de savoir comment ce processus mental peut influencer la structure de votre ADN. Ils spéculent que le cortisol, l’hormone du stress, puisse avoir quelque chose à voir avec elle. Les glucocorticoïdes augmentent le stress oxydatif qui endommage les neurones, en partie à cause de la diminution des enzymes antioxydantes». C’est une des raisons avancées dans d’autres études, écrivent-ils. Chez les femmes, le stress intense dont elles affirment la présence s’est retrouvé lié à de plus grands dommages oxydatifs sur l’ADN. Le stress oxydatif raccourcit les télomères dans des cellules cultivées in vitro.

Une vie modérée en stress augmenterait la longévité

Il semblerait qu’un mode de vie qui comporte peu de périodes stressants chroniques allonge l’espérance de vie. Les chercheurs ont également retrouvé des télomères plus longs chez les buveurs de thé, ceux qui prennent des multivitamines, les personnes ayant des niveaux élevés de vitamine D dans le sang et les personnes qui font beaucoup d’exercice.

Source de l’article: Stress reduces life expectancy at molecular level

Source Ergo-log:  Proc Natl Acad Sci U S A. 2004 Dec 7; 101(49):17312-5.

@ bientôt pour d’autres articles,

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire