La curcumine présenterait de légers effets anti-œstrogéniques

curcumine-estradiolLa curcumine, principale substance bioactive du curcuma, inhiberait la production d’estradiol. Les chercheurs de l’Université de médecine de Hubei en Chine n’ont pas examiné le comment des effets anti-œstrogéniques de la curcumine mais cela ne rend pas leur étude in vitro moins intéressante.

La curcumine et la testostérone

La curcumine, à des doses relativement élevées du moins, présenterait un effet stimulant sur la testostérone. Elle serait donc potentiellement intéressante pour les athlètes qui souhaitent augmenter leur taux de testostérone de manière naturelle.

En soi, c’est intéressant mais l’étude publiée par les Chinois dans la publication iranienne Journal of Reproductive Medicine montre que la curcumine est encore plus digne d’intérêt même si les auteurs s’intéressaient à un sujet totalement différent de la longévité, des hommes et des hormones anaboliques ou du sport. Les Chinois recherchaient une molécule sure et bon marché contre l’endométriose.

La curcumine et l’œstradiol

L’endométriose est une maladie dans laquelle la membrane muqueuse qui recouvre normalement l’intérieur de l’utérus commence à se développer en dehors de l’utérus. La croissance de celle-ci est régulée par l’estradiol. Il semblerait d’ailleurs que les cellules du tissu endométrial situées en dehors de l’utérus commencent à fabriquer elles-mêmes cette hormone. On sait au moins que les femmes atteintes d’endométriose ont des taux d’estradiol élevés.

Les chercheurs chinois avaient précédemment découvert que la curcumine inhibait la croissance des cellules de l’endomètre chez les animaux de laboratoire. [Int J Mol Med. 2011 janvier; 27 (1): 87-94]. Ils se sont demandé si c’était parce que la curcumine présentait un effet d’anti-œstrogène.

L’étude des chercheurs chinois sur les effets anti-œstrogéniques de la curcumine

Les Chinois ont d’abord mesuré la concentration d’œstradiol dans les cellules de l’endomètre sain puis dans les cellules de l’endomètre ectopique (c’est-à-dire en dehors de l’utérus). Et en effet, la concentration en estradiol était plus élevée chez ce dernier.

endometriose-estradiol

Les Chinois ont ensuite exposé les cellules épithéliales de l’endomètre à la curcumine dans des éprouvettes. La concentration de l’extrait du curcuma utilisé variait de 10 à 50 μmoles par millilitre. Le tableau ci-dessous montre que l’extrait du curcuma avait réduit la concentration d’estradiol [structure chimique ci-dessus] dans les cellules par rapport aux cellules non exposées à la substance végétale.

curcumine-oestradiol

L’effet anti-œstrogénique de la curcumine augmentait avec la durée de l’exposition et en fonction de la concentration de la substance utilisée. Selon les chercheurs, cet effet anti-œstrogénique de la curcumine ne commence à devenir intéressant qu’à partir d’une concentration de 30 μmoles/ml. Et si vous prenez des suppléments qui augmentent la biodisponibilité de la curcumine, sa concentration sanguine devrait probablement être proche de celle de 30 μmoles/ml.

Source de l’article: Curcumin is a mild anti-oestrogen

Source Ergo-log: Iran J Reprod Med. 2013 May;11(5):415-22.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

 

En savoir plus »
Aucun commentaire

Combien d’entraînements les bodybuilders peuvent-ils manquer sans réduire leur progression ?

bodybuilding-entrainement

Image www.t-nation.com

Les culturistes qui évitent les entraînements de manière occasionnelle – faute de temps ou de motivation – progresseraient tout autant que les bodybuilders qui ne manquent jamais une séance. Mais les athlètes qui sauteraient plus de 20% de leurs séances d’entraînement comprometteraient définitivement leur progression. C’est du moins ce qu’affirme une étude publiée par les scientifiques du sport de l’Université de Brasilia dans l’Asian Journal of Sports Medicine.

L’étude sur la variabilité de fréquence des entraînements

Les Brésiliens ont fait une expérience avec 90 étudiants de sexe masculin qui n’avaient jamais touché un haltère au début de l’étude. Les chercheurs ont demandé à leurs sujets de s’entraîner deux fois par semaine dans une salle de musculation. L’expérience a duré 11 semaines.

Les séances d’entraînement comprenaient 5 exercices de base: la presse à cuisses, le leg curls, le développé couché, le tirage dos poulie haute et des sit-ups. Les sujets de l’étude se sont entraînés avec un poids leur permettant de réaliser 8 à 12 répétitions. Ils se sont reposés pendant 90 à 120 secondes entre les séries.

Fréquence d’entraînements basse, moyenne et élevé

Tous les sujets n’ont pas assisté aux séances de musculation avec fidélité. Les chercheurs ont alors désigné 21 des sujets “fréquence faible”. En moyenne, ces étudiants ont manqué un quart des séances d’entraînement. Le groupe de présence intermédiaire était légèrement plus motivé. Ils ont manqué en moyenne 15% des séances d’entraînement. Le groupe à forte participation n’a manqué que 5% des sessions d’exercices.

La force des cuisses a été mesurée

Les chercheurs ont constaté que tous les groupes avaient développé plus ou moins la même force au niveau des cuisses.

entrainements-force-cuisses

Le 1RM au développé couché a varié selon les groupes

Cependant, les séances d’entraînement manquantes ont eu une influence sur la masse que les sujets ont été capables de lever lorsqu’ils faisaient du développé couché. Le poids avec lequel ils pouvaient faire 1 répétition [1RM] a augmenté de manière plus importante dans les groupes de participation intermédiaire et élevée que dans le groupe à fréquence faible.

developpe-couche-entrainements

Conclusion sur la fréquence des entraînements de musculation

“Nous suggérons que, lors de la prescription d’exercices chez les jeunes adultes, il soit recommandé d’établir un minimum de 80% d’assiduité à l’entraînement pour obtenir des gains de force optimaux pour le haut du corps”, concluent les Brésiliens. “Cette information peut être importante pour les entraîneurs et les athlètes lors de la conception et de la mise en œuvre d’un programme d’entraînements ainsi que pour la conception de protocoles de recherche.”

Source de l’article: How many workouts bodybuilders can skip

Source Ergo-log: Asian J Sports Med. 2013 Jun;4(2):101-6.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Les ecdystéroïdes, vos muscles et votre peau

Complément alimentaire pour les musclés qui vaut son pensant de cacahouètes, les ecdystéroïdes (pas ceux de vos épinards ni du quinoa), sont des petites molécules végétales à structure stéroïde qui présentent certains avantages où on ne les attendait pas. Sans être miraculeux non plus, la densité musculaire augmente au bout de quelques semaines, la force a tendance à croître également dans des proportions sensibles. Là où on ne s’y attendait pas, c’est que les ecdystéroïdes en question font du bien à votre peau. C’est aussi ce que j’avais remarqué sur la mienne. Cet article d’Ergo-log revient précisément sur ce sujet…

——————————

ecdysteroidesSe pourrait-il que l’on puisse imaginer un nouveau supplément ? Pas un supplément sportif mais un produit pharmaceutique doté d’une concentration élevée en 20-hydroxy-ecdystérone ? Selon une étude sur les animaux réalisée au centre médical universitaire de Goettingen, un tel supplément améliore non seulement la composition corporelle, mais également la qualité de la peau.

Le 20-hydroxy-ecdystérone est un ecdystéroïde. Les plantes apparentées à la famille des épinards fabriquent des composés ecdystéroïdes pour se protéger contre les chenilles. Quand elles mangent de la 20-hydroxy-ecdystérone, les chenilles se transforment en papillons. Et vous savez que les papillons ne mangent pas d’épinards ! Cela dit, une portion standard d’épinards contient plus de 100 mg d’ecdystéroïdes.

Les ecdystéroïdes présentent un effet anabolique sur les humains et les animaux. C’est pourquoi les étagères des magasins sont garnies de ces suppléments pour bodybuilders qui veulent stimuler leur croissance musculaire. Des études sur des animaux russes plus âgés comparent même les effets anaboliques des ecdystéroïdes à ceux du dianabol. [Pharmaceutical Chemistry Journal. 2001 Dec; 12 (35) 667-71.] C’est probablement une exagération un peu grotesque, mais de récentes études allemandes sur les animaux ont montré que de petites quantités de 20-hydroxy-ecdystérone avaient un effet anabolisant sur les muscles, les os et le cartilage. Selon une étude américaine, la 20-hydroxy-ecdystérone rend les souris plus fortes et plus minces. {Kizelsztein P. et al., 20-Hydroxyecdysone decreases weight and hyperglycemia in a diet-induced obesity mice model. Am J Physiol Endocrinol Metab. 2009 Mar;296(3):E433-9.}

Quels étaient les effets des ecdystéroïdes sur la fermeté de la peau ?

Les chercheurs allemands étaient curieux de savoir quel était l’effet de la 20-hydroxy-ecdystérone sur la peau. Les femmes ménopausées produisent moins d’estradiol et leur peau commence à vieillir plus rapidement. L’hormonothérapie les aide mais les composés œstrogéniques sont potentiellement cancérigènes. La 20-hydroxy-ecdystérone n’est pas un œstrogène, donc…

Après avoir mélangé 18, 57 ou 116 mg de 20-hydroxy-ecdystérone pendant 12 semaines dans la nourriture de rats femelles dont les ovaires avaient été retirés, ils ont constaté que la peau de ces animaux était devenue plus ferme. Leur masse musculaire avait augmenté et leur masse grasse avait diminué.

 

ecdysteroides-muscles-peau

ecdysteroides-peau-muscles-graisse

E2: 17β-estradiol (E2)

Selon les conclusions des chercheurs, les ecdystéroïdes seraient une alternative aux traitement hormonal des femmes après la ménopause.

Source de l’article: Try ecdystéroids for younger skin and more muscle mass

Source Ergo-log: Menopause. 2011 Mar;18(3):323-7.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme.

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

L’effet œstrogénique de la junkfood et les produits terminaux de la glycation

recepteur-oestrogene-alphaIl existerait un lien entre, d’une part, la consommation d’aliments transformés comme les frites et les barres de chocolat et d’autre part, l’action de l’estradiol, une hormone sexuelle féminine. Des chercheurs de l’American Movement Scientists de l’Université de médecine de Caroline du Sud ont écrit un article à ce sujet dans Breast Cancer Research and Treatment. Leur étude est intéressante pour les femmes atteintes d’un cancer du sein sensible à l’estradiol, ainsi que pour toutes les personnes qui, pour quelque raison que ce soit, souhaiteraient réduire les effets de l’estradiol sur leur organisme. Nous évoquerons également les AGE, les produits terminaux de la glycation.

Advanced Glycation End Products, les produits terminaux de la glycation et votre santé

Les AGE, en abrégé Produits Terminaux de la Glycation (ou PTE en français), sont des molécules qui apparaissent lorsque les aliments sont transformés de manière intensive. On les retrouvent également dans l’organisme lorsque le taux de glucose sanguin est élevé pendant une longue période. Si les AGE s’accumulent dans les tissus, ce n’est pas vraiment une bonne chose pour votre santé. Les AGE accélèrent le vieillissement en empêchant les enzymes de réparer les tissus.

Les Produits Terminaux de la Glycation et le cancer du sein

Les chercheurs voulaient savoir si les AGE pouvaient jouer un rôle dans le cancer du sein. Ils ont alors analysé des échantillons de tissus de femmes atteintes de ce cancer. Ils ont découvert qu’il y avait plus d’AGE dans le sang des femmes atteintes de tumeurs plus développées et donc plus dangereuses, que chez les femmes atteintes de tumeurs moins volumineuses et donc moins nuisibles [en bas à gauche].

produits-terminaux-glycation

Les chercheurs ont également retrouvé plus d’AGE chez les femmes atteintes d’un cancer du sein sensible à l’estradiol que chez celles dont le cancer du sein n’était pas sensible à l’hormone [en haut à droite]. Cela suggère qu’il existe un lien entre les AGE, le cancer du sein et l’estradiol.

Les Produits Terminaux de la Glycation et l’œstradiol

Les chercheurs ont ensuite réalisé une expérience avec des cellules de cancer du sein sensibles à l’œstradiol dans des éprouvettes. Si ces cellules étaient exposées aux AGE, le récepteur de l’estradiol était activé [en bas à droite] (Note EM: comprendre phosphorylé). L’estradiol active les molécules signal telles que l’Akt et Erk dans les cellules, et les AGE le font aussi. Les AGE imitent ainsi l’effet de l’estradiol.

akt-age-cancer-sein

 

Produits Terminaux de la Glycation et anti-œstrogènes

Avec un médicament comme le tamoxifène, qui empêche l’œstradiol d’activer le récepteur de l’œstradiol, les oncologues essaient de ralentir la croissance des cancers du sein sensibles à cette hormone. Au plus les AGE circulent dans le sang, au moins cette approche est efficace. C’est ce que les chercheurs ont découvert en exposant les cellules cancéreuses dans des éprouvettes au tamoxifène et aux produits terminaux de la glycation.

tamoxifen-age

 

AGE et style de vie

C’est très intéressant parce que les concentrations avec lesquelles les chercheurs ont réalisé leur expérience en éprouvettes étaient égales aux concentrations des AGE retrouvés dans l’organisme. Mais pouvez-vous réduire la concentration des produits terminaux de la glycation dans votre corps ?

A cette fin, les chercheurs ont demandé à un groupe de femmes obèses, traitées pour un cancer du sein, de manger plus sainement et de faire plus d’exercice pendant 11 semaines. Leur approche – marcher 30 minutes par jour, ils ont la santé les fruits… bla-bla-bla – était aussi standard que vous pouvez l’imaginer, inutile de vous fatiguer avec cela.

Mais, comme le montre le tableau ci-dessous, cela a donné des résultats…

tamoxifen-age-regime-alimentaire

 

Source de l’article: AGEs, The oestrogenic effect of unhealthy foods

Source Ergo-log: Breast Cancer Res Treat. 2019 Feb;173(3):559-71.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme.

Eric Mallet

 

En savoir plus »
Aucun commentaire

Les coureurs bénéficient aussi des squats complets

squat

Le squat – image Fotolia

Les coureurs qui veulent améliorer leurs performances utilisent les exercices de musculation. Cela les protège des blessures, améliore leur vitesse et paradoxalement, leur endurance. Les scientifiques du sport de la St. Francis University aux États-Unis ont découvert que le même effet s’appliquait aux coureurs comme aux athlètes de force. Ils obtenaient plus de résultats de leurs squats s’ils les exécutaient correctement.

Entraînement de force et athlètes d’endurance

La musculation est plus utile pour les athlètes d’endurance que les entraîneurs ne l’ont cru pendant de nombreuses années. La musculation rend les muscles des athlètes d’endurance plus rapides et plus efficaces. La musculation protègerait également les cyclistes contre l’ostéoporose. Les athlètes d’endurance intelligents le savent déjà. C’est pourquoi ils sont de plus en plus présents dans les salles de musculation à faire des squats, des front squats et des split squats.

Les athlètes en force tirent davantage de bienfaits de leurs exercices. A priori, cela semble évident mais ils en retirent encore bien plus s’ils les exécutent avec précision. Des mouvements complets stimulent plus de fibres musculaires et entraînent plus de croissance musculaire que des mouvements incomplets. Cela s’applique-t-il aussi aux coureurs ? C’est la question à laquelle les scientifiques du sport de l’Université St. Francis ont voulu répondre.

A vrai dire, ce n’est pas une question si étrange. De nombreuses recherches ont été effectuées sur les effets des squats effectuées de différentes manières. Cependant, la plupart des recherches ont été effectuées sur les athlètes de force et non sur les coureurs.

L’étude sur les effets des squats et les coureurs

Les chercheurs ont donc demandé à 10 coureurs masculins et 10 féminins expérimentés de faire des squats. Les sujets ont réalisé 6 répétitions avec un poids avec lequel ils pouvaient faire 10 répétitions. Les chercheurs ont placé des électrodes sur les muscles des coureurs afin qu’ils puissent mesurer le travail de leurs muscles.

Les sujets effectuaient les squats une fois avec des poids lourds et de manière approximative. Cela veut dire qu’ils étaient incapables de former un angle droit avec l’articulation du genou [Partial]. A une autre occasion, ils les effectuaient une fois avec moins de poids et avec une précision raisonnable, de sorte que leur articulation du genou faisait une angle droit [Parallel].

Résultats de l’expérience

Le tableau ci-dessous montre l’activité électrique des muscles des sujets. Plus l’activité est élevée, plus l’exercice stimule les fibres musculaires. RF = droit fémoral; ES = erector spinae; BF = biceps fémoral; GN = gastrocnémien.

squats-complets-coureurs

Les chercheurs ont tiré leur conclusion: les coureurs tireront plus d’avantages de squats à la parallèle que de squats partiels.

Source de l’article: Runners benefit from deep squats too

Source Ergo-log: J Strength Cond Res. 2013 Sep;27(9):2619-25.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme.

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Moins de glucides, plus de mémoire chez les personnes âgées

Un régime alimentaire dont l’énergie proviendrait principalement des lipides et des protéines, et non des glucides, améliorerait la mémoire des personnes âgées. Des neuroscientifiques de l’Université de Cincinnati écrivent à ce sujet dans un article publié en 2012 dans Neurobiology of Aging.

Démence et régime alimentaire

Le vieillissement de la population ont fait entrer la maladie d’Alzheimer et la démence dans le cadre des maladies courantes. Ainsi, les scientifiques sont à la recherche de moyens pour ralentir l’épidémie qui se profile à l’horizon. Des études ont montré que les personnes présentant des taux d’insuline et de glucose en augmentation sont plus susceptibles de présenter une détérioration mentale avec l’âge.

Les chercheurs pensent que notre régime industriel, dans lequel une grande partie de l’apport calorique provient des glucides [principalement simples], est l’un des facteurs à l’origine de l’augmentation de l’incidence de la maladie d’Alzheimer et de la démence.

L’étude sur la mémoire, les risques de maladies neurodégénératives et le sucre

Les chercheurs de Cincinnati se sont demandé si un régime pauvre en glucides pouvait aider le cerveau des personnes âgées à mieux fonctionner. Ils ont donc fait une expérience auprès de 23 sujets âgés âgés de 70 ans en moyenne et qui commençaient à perdre la mémoire.

cetoneLes chercheurs ont divisé leurs sujets en deux groupes. Un groupe a reçu un régime «normal» pendant six semaines où la plus grande partie de l’énergie était fournie par les glucides [High carb]. L’autre groupe prenait un régime alimentaire contenant très peu de glucides [Low Carb]. Ce dernier est parfois appelé régime «cétogène» lorsqu’une majorité des calories consommées proviennent des protides et des graisses.

«Cétogène» fait ici référence à un régime alimentaire qui entraîne la libération de cétones. Les cétones [leur structure de base est illustrée ci-contre] sont libérées lorsque le corps se met à brûler des graisses plus longtemps. Les cétones sont des fragments d’acides gras décomposés. L’organisme les utilise alors pour obtenir de l’énergie.

 

regime-cetogene

 

Les sujets du test ont essayé de s’en tenir à un apport quotidien de 20 grammes de glucides par jour. Ils n’ont pas toujours géré au mieux leurs apports mais ils ont très bien réussi dans l’ensemble. Juste avant le début et juste après la fin de la période de 6 semaines, les chercheurs ont testé la mémoire de leurs sujets. Les chercheurs ont examiné la capacité des sujets âgés à se souvenir des mots [Verbal Memory] et de leur capacité à commander des chiffres et des lettres [Memory].

Les résultats de l’étude scientifique en rapport à la mémoire

Les scores des deux tests se sont améliorés avec le régime cétogène.

regime-cetogene-memoire

memoire-regime-cetogene-ou-glucides

Plus le niveau d’insuline était bas, plus les scores étaient élevés. “Les corps cétoniques urinaires n’ont pas été détectés chez les sujets en régimes alimentaires riches en glucides. Mais ils étaient présents chez les sujets à régime faible en glucides alors que les taux de corps cétoniques étaient liés aux performances de la mémoire”, écrivent les chercheurs.

Conclusion

Ces conclusions pourraient nous faire penser qu’un régime pauvre en glucides protège le cerveau du vieillissement. Les chercheurs conseillent toutefois la prudence. “Si cette approche devait s’avérer efficace et présenter des avantages au-delà de la période d’intervention, elle pourrait être appliquée de manière intermittente en tant que stratégie préventive, une approche qui atténuerait de nombreuses préoccupations concernant les restrictions chroniques et sévères en glucides.”

Source de l’article: Less carbs, better memory

Source Ergo-log: Neurobiol Aging. 2012 Feb;33(2):425.e19-27.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme.

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire