Effets cumulés du HMB-FA (sans calcium) et de l’ATP au cours d’une étude de 12 semaines avec des athlètes entraînés aux exercices de résistance

En cherchant un peu par hasard si des nouvelles du HMB-FA (Free Acid) pouvaient être glanées ci et là, je suis tombé sur cet article du Magazine de la société internationale de la nutrition sportive – Journal of the International Society of Sports Nutrition – rapportant les effets d’une expérience intéressante organisée sur 12 semaine à partir, non pas du HMB FA seulement, mais d’une association entre le HMB FA et l’ATP; essayant de déterminer si des effets cumulatifs pouvaient être trouvés.

Article original: R. P. Lowery, J. Joy, J. A. Rathmacher, S. M. Baier, J. C Fuller, R. Jäger, S M. C. Wilson, J M. Wilson, Effects pf 12 weeks of beta-hydroxy-beta-methylbutyrate free acid, adenosine triphosphate, or a combination on muscle mass, strenght, and power in resistance trained individuals.

Ici, je traduis, ne pouvant prendre le temps d’une réécriture:

Introduction

ATP

L’ATP

Une supplémentation en Adénosinetriphosphate (ATPmaintient les performances et augmente le volume d’exercices réalisables sous la forme de contractions musculaires intenses. Toutefois, une plus grande fatigue augmente la demande de récupération entre les séances d’entraînement. Les études utilisant un supplément de HMB sans calcium (HMB-FA) suggèrent que la supplémentation accélère la capacité de régénération de l’ATP. Cependant, nous ne connaissons pas d’études ayant enquêté sur une synergie, si elle existe entre les deux molécules.

Par conséquent, nous avons étudié les effets du HMB-FA, de l’ATP ou une combinaison des deux sur la masse maigre (MM), la force et la puissance de personnes entraînées durant 12 semaines. Nous avons également essayé de déterminer les effets de ces suppléments sur la performance lors d’un cycle d’épuisement.

Méthode

Une étude  en doubleaveugle à 3 phases et par placebo, avec une alimentation contrôlée a été menée. Les sujets ont reçu soit 3 grammes par jour de HMB sous la forme d’acide libre (Metabolic Technologies, Ames, IA), 400 mg par jour de Peak ATP® (STI, Missoula, MT) ou une combinaison des deux. La Phase 1 consistait en un programme de périodisation d’exercices de résistance de 8 semaines; la Phase 2 était de 2 semaines d’un cycle d’épuisement dans lequel le volume d’entraînement et la fréquence ont été augmentés alors que la phase 3 a duré 2 semaines au cours desquelles le volume d’entraînement et la fréquence ont diminué. La masse musculaire, la force et la puissance ont été examinés aux semaines 0, 4, 8 et 12 pour évaluer les effets chroniques de la supplémentation; et l’évaluation de ces semaines a été réalisée aux semaines 9 et 10 du cycle d’épuisement.

Résultats

HMB-libreLa supplémentation avec de l’ATP et du HMB-FA a augmenté les gains en force au cours de l’étude de 12 semaines (ATP * temps, p < 0,05 et HMB x temps, p < 0,05,  respectivement). Les gains de force suite à un entraînement étaient plus importants dans le groupe HMB-FA + ATP , suivie par le HMB-FA, l’ATP , et le groupe placebo, respectivement. Aucune interaction significative (HMB -FA x ATP x temps, p> 0,05 ) n’a été observée, indiquant que les effets des suppléments HMB et ATP sont additifs. Pendant le cycle d’épuisement, la force a diminué dans le groupe placebo (-4,5 %) mais cette baisse a été atténuée à la fois dans le groupe de l’ATP (-2 %) et du HMB-FA (- 0,5 %). Étonnamment, le groupe HMB-FA + ATP a continué à gagner en force (+1,2 %).

Au cours des 12 semaines d’entraînement, la puissance de saut vertical a augmenté à sa plus forte extension dans le groupe HMB + ATP , suivi par le groupe HMB-FA, ATP, et le groupe placebo respectivement. Les pourcentages d’augmentation de la puissance de saut vertical sont synergiques avec le HMB-FA et l’ATP supplémentées en association (HMB-FA x ATP x temps, p < 0,004). La puissance de saut vertical pendant le cycle d’épuisement a diminué davantage dans le groupe placebo, 5,0 ± 0,4% , par rapport aux plus faibles diminutions de la puissance de saut vertical pour les groupes HMB-FA , celui de l’ATP et le HMB-FA + ATP, 1,4 ± 0,4 , 2,2 ± 0,4 et 2,2 ± 0,5 %, respectivement, au delà de 9 et 10 semaines (test t, p < 0,05). La masse maigre a augmenté d’une manière additive de 2,1 ± 0,5, 7,4 ± 0,4 , 4,0 ± 0,4 et 8,5 ± 0,8 kg dans le groupe placebo, HMB-FA , ATP et HMB-FA + ATP respectivement (test t, p < 0,05 ), alors que le pourcentage de graisse n’a diminué que dans les groupes supplémentés en HMB.

Conclusions

Nos résultats suggèrent que le HMB FA, l’ATP et leur combinaison permet une augmentation de la masse musculaire maigre et de la force d’une manière additive, avec une augmentation de la puissance lorsque le HMB-FA et l’ATP sont combinés. Ces suppléments permettent également de supprimer la réponse catabolisante à l’épuisement créée par un entraînement à haut volume d’exercices suivi de cycles de récupération courts.

Et d’ici le prochain article, n’oubliez pas de développer votre culture physique !

NB: N’oubliez pas de vous inscrire à la newsletter pour être averti de la parution des nouveaux articles.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Un supplément en ATP permet aux cellules d’être plus économes en énergie

ATP-adenosie-triphosphateLes scientifiques du sport et les athlètes de la force sont assez familiers avec l’adénosine triphosphate ou ATP. Il s’agit de la source d’énergie nécessaire aux fibres musculaires quand ils se contractent de manière intensive. Cependant, l’ATP peut également être utilisé comme un complément alimentaire. Des chercheurs de l’Université de Louisville vont bientôt publier une étude scientifique dans le Journal of Surgical Research  qui suggère que la supplémentation en Adénosine Triphosphate peut en effet, être efficace.

L’ATP stimulerait la prise de force pour la pratique des sports de résistance

ATP-phosphates-adenine-riboseL’ATP n’est pas un inconnu dans le monde du bodybuilding et l’industrie des suppléments s’est accaparée du potentiel de l’Adénosine Triphosphate après que les chercheurs aient montré que l’administration orale de cette molécule stimulait la force maximale des athlètes des sports anaérobiques comme la musculation, l’haltérophilie ou la force athlétique, ce qui leur permet de faire plus de répétitions par série. L’ATP se retrouve dans divers suppléments dont Size On de Gaspari Nutrition et ProElite Beta-Alanine de Berry de Mey Nutrition par exemple.

Mais le processus exact qui permet à l’ATP d’aider les athlètes de la force n’est pas connu. Tout ce que les scientifiques savent c’est qu’administré par voie orale, l’Adénosine Triphosphate ne suit pas son chemin vers les cellules musculaires. Les recherches effectuées à l’Université de Louisville pourrait jeter une certaine lumière sur la question, même si elle n’avaient rien à voir avec les sports de force. Les chercheurs étaient à la recherche de meilleurs moyens de stockage des membres destinés à des greffes, où le tissu musculaire doit être maintenu en bon état pendant de longues périodes de temps.

L’adénosine triphosphate est indispensable à l’équilibre énergétique de nos cellules

Lorsque les muscles ou d’autres tissus sont coupés de leur approvisionnement en sang, la concentration d’ATP dans les cellules diminue. Si la baisse en concentration descend en dessous d’un certain niveau, les cellules commencent à mourir. Les cellules tentent de maintenir la concentration d’ATP tant qu’ils le peuvent et vont d’abord puiser dans leur approvisionnement en glycogène et en phosphocreatine avant de se fournir en ATP.

Il est probable que d’ajouter de l’ATP à un fluide dans lequel les tissus sont stockés pourrait prolonger la qualité des tissus, c’est ce que se sont dit les chercheurs. Pour tester leur théorie, ils ont fait une expérience avec des tissus musculaires de rats.

La figure ci-dessous montre que la concentration en phosphocréatine [cercles noirs] a diminué rapidement lorsque les chercheurs ont utilisé un liquide de conservation ordinaire. Finalement, la concentration de l’Adénosine Triphosphate a également diminué [cercles blancs]. La concentration en phosphate inorganique [carrés blancs] a augmenté rapidement.

atp-supplement-muscle

L’ajout de l’ATP dans le liquide de conservation a retardé la diminution de phosphocréatine et de l’Adénosine Triphosphate ainsi que l’augmentation en phosphate organique. De fait, l’ATP a aidé les cellules musculaires à être plus économes en énergie.

atp-energie-supplement-muscle

atp-supplement-muscle

L’effet a presque disparu lorsque les chercheurs ont ajouté un bloqueur des récepteurs de l’adénosine MRS-1523 à l’ATP. Ils en déduisent que l’effet protecteur de cette molécule énergétique est en grande partie dû au fait qu’elle se décompose en adénosine.

L’ATP protège nos cellules musculaires mais on ne sait pas comment il le fait

Lorsque les chercheurs ont ensuite cherché à déterminer si l’adénosine pouvait également protéger le tissu musculaire, ils ont découvert que l’adénosine offrait moins de protection que l’Adénosine Triphosphate. Le mécanisme exact par lequel l’ATP protège le tissu musculaire reste cependant, dans une certaine mesure, un véritable mystère.

Article Ergo-Log: ATP supplementation makes muscle cells thriftier with energy

Source Ergo-Log: J Surg Res. 2013 May 1;181(1):e15-22.

——————————————

Note du traducteur: Comme je le dirais toujours, la créatine c’est bien mais il n’y a pas que la créatine et le tapage médiatique qui en est fait autour. L’ATP est à la base de l’énergie cellulaire, sans oublier que d’autres molécules comme la taurine, le NADH, le nicotinamide riboside, le bêta-alanine, les activateurs de l’AMPK ou le ribose peuvent offrir une aide ergogène particulièrement intéressante est bien souvent, plus efficace que la créatine elle-même.

D’ici là, n’oubliez pas de développer votre culture physique !

Eric Mallet

En savoir plus »
1 Commentaire

Quels nutriments pour la force en bodybuilding ou en force athlétique ? Partie I

developpe-coucheCela fait déjà quelques semaines que je m’interroge sur la prise de force et la logique de supplémentation qui pourrait conduire à des gains notables en puissance musculaire afin d’optimiser la prise de masse sèche. Puisque je m’entraîne dans un club de force athlétique plus que dans une salle de musculation à proprement parler, il m’arrive parfois de croiser un compétiteur qui me demande alors ce qu’il en est de la prise de force.

Invariablement, je lui réponds toujours qu’il existe toujours autre chose que la créatine, surtout s’il n’a que ce terme réducteur à la bouche. S’il suffisait de prendre de la créatine pour gagner sensiblement et constamment de la force, ça se saurait depuis longtemps mais la réalité athlétique est plus complexe qu’il n’y paraît.

Il n’y a pas que la créatine à pouvoir vous donner de la force !

NAD-NADH-oxydation-reductionEn réalité, il existe un grand nombre de molécules naturelles très intéressantes sur le marché malgré la focalisation excessive qui est souvent faite sur la créatine, influence commerciale oblige. Même si elle est efficace, le problème vient plutôt du fait que cette substance, simple à synthétiser et à commercialiser (et donc rentable) aura tendance à étouffer l’importance des autres nutriments libérateurs d’énergie, certains sont bien connus d’entre vous, d’autres moins. L’article va donc naturellement  traiter de la créatine mais également du Cordyceps Sinensis, du NADH, de la taurine et du ribose afin de vous donner des informations claires sur un panel concerté d’ergogènes reconnus pour leur efficacité, l’objectif étant d’améliorer la force physique pour solliciter l’hypertrophie et l’hyperplasie, de manière plus hypothétique.

La sélection de ces nutriments reposent sur un constat très simple: ATP = Adénosine + Phosphates = (Adénine + Ribose) + Phosphates. Dans l’ordre, le Cordyceps Sinensis contient une molécule analogue de l’adénosine, nous verrons si l’organisme peut s’en servir d’une manière ou d’une autre. Ensuite, le D-Ribose lié à l’adénine sert de lien alors que le phosphate joue le rôle de libérateur d’énergie. Comme vous le savez déjà, la créatine sous forme libre ou la phosphocréatine sont des donneurs de phosphates; ils rétablissent l’ADP en ATP afin que le cycle recommence et libère à nouveau de l’énergie. Dans la première partie de cet article, nous étudierons ces trois substances: la créatine, le ribose et le Cordyceps Sinensis, vous l’aviez deviné (pour les deux autres – NADH et Taurine, il faudra que je trouve un peu de temps). Le Cordyceps Sinensis n’est traité qu’en dernier puisque l’assimilation et l’utilisation probable de l’adénosine qu’il contient en tant que substrat énergétique reste indéterminée sur le plan scientifique, alors qu’il a déjà fait ses preuves sur le plan empirique concernant l’endurance musculaire mais aucunement sur le plan anaérobique et donc de la force. Nous en discuterons plus loin dans cet article.

La créatine oui, mais laquelle ?

A vrai dire, on pourrait légitimement se poser la question de savoir pourquoi il existe autant de versions différentes de la créatine, surtout si son assimilation est suffisante d’un point de vue stomacal, intestinal et cellulaire. Depuis que la créatine a fait son apparition sur le marché, on a vu débarquer une bonne dizaine de molécules composées et le principal argument était de dire que l’assimilation de la créatine n’était pas suffisante avec le monohydrate. Ça n’est vrai qu’à partir du moment où la qualité de la créatine est médiocre mais cet argument avancé de manière assez fallacieuse a finalement joué en faveur du label Creapure et des créatines micronisées dont les ventes on alors augmentées suite à cette argumentation (pour notre santé, on ne s’en plaindra pas non plus). Toujours est-il que la qualité de la créatine s’est nettement améliorée et que la micronisation a permis de réduire les effets secondaires désagréables liés à une créatine de mauvaise qualité comme les ballonnements d’estomac et autres diarrhée ou coliques plutôt gênantes.

La plupart des créatines s’assimilent facilement mais ne donnent pas toujours le même effet !

le-squat-libre-demande-la-presence-de-l-atpLorsque la créatine est de haute qualité et micronisée, le passage stomacal et intestinal ne pose donc pas de problème. On peut alors se poser la question de l’intérêt des autres molécules liées à la créatine mais on se rend compte très vite qu’il s’agit souvent d’intermédiaires du cycle de Krebs (acide malique, citrique ou alpha cétoglutarate) ou d’électrolytes liés à un acide aminé: magnésium chélate, sodium créatine phosphate ou à un glucose, donc créatine gluconate. La créatine tamponnée Kre Alkalyn est une créatine dont le pH a été élevé pour franchir l’estomac plus facilement mais ça reste une créatine monohydrate. La perte due à l’acidité stomacale restant faible (de l’ordre de 10%), on peut estimer qu’il s’agit d’une forme de créatine de qualité parfaitement équivalente à la créatine monohydrate.

Il est probable que chez certaines personnes, ce type de créatine puisse améliorer la force comme constatée par les utilisateurs, mais sans véritable études, on ne peut vraiment le prouver. D’autre part, la créatine Hcl étant parfaitement soluble, elle constitue également une source intéressante de créatine. Dans tous les cas, se focaliser sur l’absorption au niveau stomacal et intestinal n’a pas vraiment d’intérêt puisque la créatine n’est pas réduite en créatinine par l’estomac et reste assimilable au niveau cellulaire. En outre, son passage à travers les membranes cellulaires dépend d’un transporteur spécifique, comme nous allons le constater.

Peut-on réellement quantifier l’absorption de la créatine jusqu’au niveau cellulaire ?

Pour obtenir une réponse à cette question, il faut déjà considérer plusieurs choses. Quand on parle d’assimilation d’une substance, cela suppose que la barrière acide de l’estomac puisse être franchie sans dommage et que l’absorption intestinale soit optimale. Depuis plus de 30 ans, la recherche scientifique admet que ces deux premières étapes ne posent pas de problème majeur, qu’il s’agisse de la créatine monohydrate ou d’une autre forme de cette substance aujourd’hui banalisée. On peut légitimement penser que la créatine (comme n’importe quelle autre substance naturelle) doit être correctement assimilée par l’organisme. La créatine est présente dans certains aliments comme la viande, le poisson ou les œufs et son assimilation n’a jamais posée problème, fort heureusement.

Quelle est la biodisponibilité de la créatine ?

creatineLa biodisponibilité de la créatine est particulièrement élevée; on l’estime entre 80 et 100% de la dose ingérée. Reste le débat concernant l’absorption d’une forte quantité de créatine pendant quelques jours mais ce principe semble de plus en plus remis en question par les données scientifiques actuelles. A des dosages considérés comme standard (c’est à dire entre 3 et 5 grammes), la créatine fait preuve d’une biodisponibilité de 99% environ. Dans tous les cas, se focaliser sur l’absorption au niveau stomacal et intestinal n’a pas vraiment d’intérêt puisque la créatine n’est pas réduite en créatinine par l’estomac et reste assimilable au niveau cellulaire (je commence vraiment à me répéter). Son passage à travers les membranes cellulaires dépendra donc d’un transporteur spécifique, comme nous allons le constater. De là, on se rend compte que la question de l’assimilation de la créatine n’a pas vraiment d’intérêt à part pour nous faire croire que telle créatine sera mieux absorbée qu’une autre, une stratégie marketing en quelque sorte mais qui n’a pas de valeur sur le plan scientifique.

Dans un premier temps,  essayons déjà de voir ce que nous dit la branche de la pharmacie à ce sujet, la pharmacocinétique. D’un point de vue pharmaceutique, cette branche médicale permet d’estimer l’assimilation d’une molécule et donc, de déterminer sous quelle forme elle sera la mieux administrée. A partir de là, nous obtiendrons quelques éléments d’informations basiques, même si la créatine n’est pas directement concernée puisqu’elle fait partie des substances naturelles et non pas des médicaments.

> Outre la notion de biodisponibilité, parler de pharmacocinétique de la créatine revient d’abord à aborder cette question:

La substance est-elle assimilable de manière passive ou active (en utilisant un transporteur) ?

creatine-nhcoLa créatine nécessite un transporteur et il ne s’agit pas de l’insuline comme on aimerait vous le faire croire. L’insuline n’est qu’un moyen de faciliter le transit de la créatine mais en réalité, elle dépend surtout d’une autre forme de transporteur intracellulaire, le chlorure de sodium. L’utilisation d’un transporteur est rendue nécessaire du fait que la créatine est une molécule chargée et qu’elle ne pourra donc pas être diffusée de manière passive à travers les membranes cellulaires.

A l’intérieur des cellules musculaires, la créatine dépend d’un transporteur isomère du chlorure de sodium, codé pour SLC6A8, lui-même dépendant des transporteurs NaCl et du flux de sodium à travers la membrane cellulaire. Passons sur la suite du transport intracellulaire de la créatine, ce n’est pas l’objet de cet article. Toujours est-il que l’assimilation cellulaire de la créatine est rendue possible par des transporteurs NaCl au niveau membranaire et non pas par le biais de l’insuline et des transporteurs intra-membranaires et intracellulaires qui lui sont corrélés (ce qui supposerait donc l’implication des transporteurs GLUT4 alors que ce n’est pas le cas même si la recherche soupçonne un mécanisme d’assimilation supplémentaire et similaire au GLUT4). Quant aux récepteurs cellulaires de la créatine, on constate leur présence au niveau du cytoplasme mais également à l’intérieur des cellules musculaires (les myocytes), ce qui pourrait confirmer la présence d’autres transporteurs similaires au GLUT4 (mais non encore prouvée).

Selon la recherche, seules de fortes doses de créatine utilisées en système de “charge” peuvent s’accommoder d’une proportion importante de glucose pour créer un pic d’insuline en favorisant l’arrivée de la créatine au niveau cellulaire mais de manière indépendante des propres transporteurs de la créatine comme nous venons d’en parler. Cependant, la saturation des myocytes en créatine se produit au bout du troisième jour de supplémentation, mauvaise nouvelle pour Muscletech !

Pour simplifier les choses, ajoutons simplement qu’à choisir entre une prise de créatine avec 20 ou 30 grammes de sucres et de la prendre avec une protéine, la deuxième solution est bien plus saine pour votre corps tout en étant aussi efficace que la première méthode.

Le D-Ribose, un allié de la force tombé aux oubliettes ?

ribose-structureSi vous avez retenu mon schéma au début de l’article, il s’agit maintenant de savoir si le ribose peut nous être utile avec une prise de créatine. De toute évidence, c’est la question à poser !

Comme son nom l’indique, le ribose appartient à la famille des oses (comme le glucose, le fructose, etc.) et plus précisément des pentoses. Sa forme active est dextrogyre (D-Ribose). Le ribose est un composant premier de l’ARN, lui même en relation avec le désoxyribose, un composant premier de l’ADN. cette caractéristique aura de l’importance pour la cordycépine comme nous allons le voir plus loin. Comme nous le disions en début d’article, le ribose fait partie de l’ATP alors qu’il est lié à l’adénine. Le ribose fait d’ailleurs souvent partie de composants majeurs intervenant dans divers systèmes métaboliques.

Le ribose est produit par les cellules au cours de différents processus d’oxydation et  d’enzymes depuis le glucose-6-phosphate jusqu’au ribulose-5-phosphate et enfin terminé par le ribose-(5-phosphate) par le biais d’une différentiation enzymatique. On en arrive ensuite au nucléotide bien connu de l’ATP et de ses trois phosphates terminaux.

Constituant indirect de l’ATP, le ribose peut donc être utilisé en association avec la créatine dans le but de potentialiser la production énergétique. En fournissant de la matière première à l’organisme, il est possible que vous puissiez – tout comme avec la créatine – potentialiser la libération d’énergie et la formation de l’ATP, alors que la créatine jouera sur le recyclage énergétique. Malheureusement, il existe peu d’études sur l’utilisation du ribose en condition réelle d’exercice. Selon les différentes expériences qui ont été menées par les athlètes, une prise de 3 à 10 grammes de ribose pourrait mener à une augmentation de la force et de l’endurance au bout d’une à plusieurs semaines. Cependant, il ne faut pas oublier que le ribose est un sucre.

Rien n’indique vraiment que le ribose soit aussi efficace que la créatine monohydrate simple et pure

ATP-ribose-phosphatesLe ribose devrait donc être pris avec des glucides, une heure avant l’entraînement. Vous pourriez donc prendre du ribose avec d’autres glucides en commençant par une dose de 1 gramme au plus. Une prise fractionnée sur la journée peut également être envisagée. On peut également supposer que le ribose puisse faire partie des suppléments alimentaires pro-énergétiques pour ceux qui ne peuvent ou ne veulent pas prendre de caféine ou de créatine. Cependant, l’organisme d’un athlète sain contient déjà assez de ribose pour faire de l’ATP. Pour nous, il s’agirait donc probablement d’une fausse piste !

Sur le plan médical, le ribose a déjà été prescrit aux USA dans des cas d’insuffisance cardiaque, de fatigue chronique et de fibromyalgie avec des résultats encourageants. Pour les athlètes, il s’agit sans doute d’un moyen efficace d’encourager la production énergétique. Le ribose peut être pris avec ou séparément de la créatine, sans contre indication particulière. Cependant, des études récentes affirment que l’efficacité du ribose peut être mis en doute. Il faudra donc le tester, en fonction de votre condition physique personnelle. Cependant, n’en attendez pas de miracle non plus. Pour ma part, j’ai toujours pensé qu’un rapport de 10 à 15% de ribose par rapport à la créatine serait plus efficace.

Le Cordyceps Sinensis, l’énigme d’un analogue de l’adénosine

cordyceps-sinensisEn termes d’énigme, le Cordyceps (Sinensis, Militaris, CS4 ou d’autres variétés) a déjà révélé quelques-un de ses mystères. Cependant, si la Cordycépine (ou 3-deoxyadénosine) est un analogue de l’adénosine, il s’agit surtout de savoir si cette substance peut être utilisée par l’organisme comme source assimilable d’adénosine, autrement dit, si notre organisme possède les enzymes pour métaboliser la cordycépine ou si la structure de cette substance est réellement apparentée à l’adénosine. A première vue, cela ne sembla pas être le cas quant à la formation de l’ATP, c’est du moins ce que révèle les études scientifiques effectuées sur ce champignon particulier mais aussi connu pour être le plus cher au monde.

Les raisons pour lesquelles la cordycépine ne pourrait participer à la formation de l’ATP s’expliquent simplement en précisant d’une part que l’ATP se traduit par 5-déoxyadénosine et non pas 3-déoxyadénosine, la position moléculaire n’est donc pas la même pour l’adénosine et la cordycépine. D’autre part, elle n’est pas composée de la même manière que l’adénosine classique, c’est à dire adénine + ribose mais adénine + désoxypentose. Cette différence avec l’adénosine triphosphate de nos cellules induit en erreur certaines enzymes mais dans tous les cas, la différence de sucre rend la cordycépine inexploitable à former une molécule d’ATP. La logique veut également que l’ATP n’est pas seulement une “monnaie d’échange énergétique” comme on le dit souvent mais qu’il sert aussi de base de construction à la classe des acides nucléiques, lesquels forment des molécules qui transmettent l’information génétique. A ce titre, il suffit de rappeler que chaque polymère de nucléotides est lui-même composé d’un sucre et d’un ribose en particulier (le ribose pour l’ARN et le désoxyribose pour l’ADN).

La cordycépine est la substance active isolée du Cordyceps

Par contre, la recherche s’est rapidement aperçu que cette particularité de la cordycépine pouvait s’avérer particulièrement intéressante sur le plan de la recherche contre le cancer. Théoriquement, si au niveau cellulaire la transmission d’un message par le biais de l’ARN peut être bloqué à un certain niveau de transcription, cela veut surtout dire que la croissance d’une cellule pourrait être bloquée mais pour cela, on a besoin de l’ATP pour atteindre le cœur de la cellule. Des expériences ont donc été menées à partir de molécules fabriquées en laboratoires comme la cordycépine 5-mono et triphosphate et de l’ATP classique (Adénosine 5-triphosphate) afin de vérifier la viabilité de la théorie*. Dans ce cas, la cordycépine joue effectivement son rôle d’analogue à l’adénosine mais c’est une molécule introuvable dans la nature, le corps humain ne peut pas lier les phosphates aux pentoses pour faire directement de l’ATP. Dans cette optique, nous sommes dans le cadre du NADPH, une voie métabolique totalement différente de l’ATP; c’est celle des acides gras et du cholestérol, aussi appelée voie de Warburg-Dickens-Horecker qui débouchera en finalité sur le ribose.

Les applications médicales probables en provenance de cette molécule seront donc particulièrement cruciales dans l’avenir, notamment en ce qui concerne le traitement de la leucémie et d’autres formes de cancer (seins, foie, colorectal), de même que certains types d’inflammations pouvant aboutir à l’apparition d’un cancer.

metabolisme-de-la-cordycepine-cordyceps

Le schéma ci-dessus (?) indique en outre que le passage de l’adénosine, de l’adénine ou de l’AMP (adénosine monophosphate) vers la cordycépine (la cascade de réactions biochimiques pour retrouver la cordycépine ou 3-deoxyadénosine) sont encore inconnus.

cordycepine

Quant à ce qui nous intéresse, le Cordyceps Sinensis et de nombreuses autres variétés de ce champignon comme le Cordyceps Militaris ou le CS4 (une forme standardisé de Cordyceps) a montré qu’il pouvait jouer de multiples rôles au sein de l’organisme. On lui connaît sa faculté d’agir en tant qu’antioxydant (polysaccharides), de réduire la fatigue ou d’agir contre le stress (capacité adaptogène). Composé de plusieurs molécules actives, le Cordyceps contiendrait notamment de la cordycépine – nous venons d’en parler – de l’acide cordycépique, de la glucosamine en très faible quantité, des minéraux comme le potassium, le sodium, le calcium, le fer et le zinc – notamment pour la variété Cordyceps kyushuensis, de la cordymine (une amine spécifique du Cordyceps), et quelques peptides.

Le Cordyceps sinensis est un adaptogène qui pourrait réduire le stress et la fatigue

Si plusieurs expériences ont démontré que le Cordyceps pouvait réduire la fatigue et le stress, nous savons qu’il peut également influencer la sécrétion de testostérone à la hausse. Cependant, selon les expériences réalisées sur des rats, il semblerait que la cordycépine seule ne soit pas en mesure de produire une hausse à la différence de l’ingestion du Cordyceps en entier. L’élévation constatée de testostérone serait ensuite régulée plutôt que de créer des pics de sécrétion. Cette hausse mettrait donc en jeu, plusieurs fragments de protéines et peptides retrouvés dans le Cordyceps.

Entre autres qualités, le Cordyceps a prouvé sa capacité à réguler les inflammations du foie et des reins à travers plusieurs systèmes d’inhibition pro-inflammatoires mais nous n’en détailleront pas les détails ici, ce n’est pas le sujet de l’article. Sur ce, je vous donne rendez-vous pour la seconde partie de l’article qui traitera de la taurine et du NADH. D’ici là, n’oubliez pas de développer votre culture physique.

A bientôt,

Eric Mallet

* Paul S. Adutter, Brian Mc Caldin, Inhibition of Ribonucleic Acid Efflux from Isolated SV40-3T3 Cell Nuclei by 3-Déoxyadénosine (Cordycepin), Biochem. J. 1979-180,371-378

RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES

  • Buford TW, et al. International Society of Sports Nutrition Position stand: creatine supplementation and exercise. J Int Soc Sports Nutr, 2007.
  • Branch JD. Effect of creatine supplementation on body composition and performance: a meta-analysis, Int J Sport Nutr Exerc Metab., 2003.
  • Brilla LR, et al. Magnesium-creatine supplementation effects on body water, Metabolism, 2003.
  • Volek JS, et al. The effects of creatine supplementation on muscular performance and body composition responses to short-term resistance training overreaching, Eur J Appl Physiol., 2004.
  • Jäger R, et al. The effects of creatine pyruvate and creatine citrate on performance during high intensity exercise, J Int Soc Sports Nutr., 2008.
  • Spillane M, et al. The effects of creatine ethyl ester supplementation combined with heavy resistance training on body composition, muscle performance, and serum and muscle creatine levels, J Int Soc Sports Nutr., 2009.
  • Wyss M, Kaddurah-Daouk R. Creatine and creatinine metabolism, Physiol Rev., 2000.
  • Brosnan JT, da Silva RP, Brosnan ME. The metabolic burden of creatine synthesis, Amino Acids 2011.
  • Wallimann T, Tokarska-Schlattner M, Schlattner U. The creatine kinase system and pleiotropic effects of creatine, Amino Acids, 2011.
  • McCall W, Persky AM. Pharmacokinetics of creatine, Subcell Biochem 2007.
  • Kreider RB. Effects of creatine supplementation on performance and training adaptations, Mol Cell Biochem, 2003.
  • Daly MM, Seifter S. Uptake of creatine by cultured cells, Arch Biochem Biophys., 1980.
  • Rawson ES. et al., Effects of repeated creatine supplementation on muscle, plasma, and urine creatine levels, J Strength Cond Res., 2004.
  • Chen S. et al., Effect of Cs-4 (Cordyceps sinensis) on exercise performance in healthy older subjects: a double-blind, placebo-controlled trial, J Altern Complement Med. 2010.
  • Das SK. et al., Medicinal uses of the mushroom Cordyceps militaris: current state and prospects. Fitoterapia. (2010)
  • Li SP. et al., Anti-oxidation activity of different types of natural Cordyceps sinensis and cultured Cordyceps mycelia, Phytomedicine., 2001.
  • Wu JY, Zhang QX, Leung PH., Inhibitory effects of ethyl acetate extract of Cordyceps sinensis mycelium on various cancer cells in culture and B16 melanoma in C57BL/6 mice, Phytomedicine 2007.
  • Wang Y. et al., Structural determination and antioxidant activity of a polysaccharide from the fruiting bodies of cultured Cordyceps sinensis, Am J Chin Med. 2009.
  • Huang BM. et al., Effects of Cordyceps sinensis on testosterone production in normal mouse Leydig cells. Life Sci. 2001.
  • Leu SF et al., The in vivo and in vitro stimulatory effects of cordycepin on mouse leydig cell steroidogenesis, Biosci Biotechnol Biochem. (2011)
  • Choi S et al. Cordycepin-induced apoptosis and autophagy in breast cancer cells are independent of the estrogen receptor, Toxicol Appl Pharmacol., 2011.
En savoir plus »
2 Commentaires

L’ingrédient actif du Cordyceps Sinensis est la Cordycépine !

Des extraits du champignon Cordyceps Sinensis ont prouvé qu’ils pouvaient stimuler le taux de testostérone et améliorer la capacité d’endurance des plus de 50 ans dans les tests de laboratoire. A ce jour, il semblerait que les chercheurs de l’Université de Kuang Hung à Taiwan aient isolés au moins une substance active du Cordyceps. Elle serait responsable de la hausse de la testostérone: la cordycépine.

La Cordycépine est une molécule analogue de l’adénosine. Les cellules possèdent des récepteurs pour l’adénosine, ce qui permettrait d’accélérer le métabolisme cellulaire. Parce que les récepteurs d’adénosine jouent un rôle dans la production de testostérone à partir des cellules de Leydig, les chercheurs ont décidé de tester cette substance sur des souris et les cellules de Leydig des souris produisant la testostérone.

Durant cette expérience, l’extrait de Cordyceps a influencé la concentration de testostérone

Au cours de la première expérience avec Cordyceps, les souris étaient des jeunes âgés de 5 à 7 semaines. Ils ont reçu des injections de cordycépine dans leur intestin grêle chaque jour, pendant 7 jours. La dose quotidienne était de 40 mg/kg de poids corporel. La cordycépine n’a eu aucun effet sur le poids corporel ou sur celui de la prostate. Par contre, il a produit un effet sur le poids des testicules et la concentration de testostérone. Les testicules ont augmenté en poids de 6% alors que la concentration de testostérone a augmenté de 391%.

cordycepine-cordyceps

cordyceps-cordycepine

 

 

Les expériences sur les cellules de Leydig ont montré que l’effet maximal de la cordycépine ont été atteints dans les trois heures suivant l’injection. Plus la concentration de cette molécule était élevée, au plus la testostérone était produite par les cellules.

Lorsque les chercheurs taïwanais ont ajouté de la cordycépine et divers inhibiteurs d’adénosine dans les cellules de Leydig, ils ont pu constater que cette molécule fonctionnait majoritairement via l’adénosine récepteur A2a [avec une augmentation de la production d’un maximum de facteur 7] et, dans une moindre mesure, par le biais des récepteurs A1 et A3.

cordycepine-extrait-cordyceps

 

Les chercheurs ont pu montrer que par l’intermédiaire des récepteurs de l’adénosine, la cordycépine augmentait la concentration des cAMP et par l’intermédiaire des cAMP, l’activité de la protéine StAR était elle aussi augmentée.

Les Taïwanais sont prudents, déclarant que la cordycépine n’est que l’une des substances actives des variétés Cordyceps sinensis et Cordyceps militaris.

Source Ergo Log: Got it! Active ingredient in cordyceps is cordycepin

Source de l’article: Biosci Biotechnol Biochem. 2011 May 10;75(4):723-31.

———————————————

Note EM: En effet, la cordycépine n’est pas la seule responsable de l’augmentation constatée de testostérone. Nous savons aujourd’hui que des fragments de protéine présents dans le Cordyceps (et encore non répertoriés pour la plupart) pourraient également jouer un rôle. Cependant, si l’activité des protéines StAR est également avérée chez l’homme, c’est plutôt intéressant sur le plan athlétique et de la formation des androgènes.

En effet, cette protéine commande le passage du cholestérol intracellulaire à travers les membranes des mitochondries afin d’y activer la formation des hormones stéroïdes. Sur le plan biochimique, on dira qu’elle contrôle la cinétique de la synthèse des hormones stéroïdes et donc de la testostérone. J’aurais l’occasion de traiter de ce type de protéines, des facteurs de croissance et autres cofacteurs dans d’autres articles.

D’ici là, n’oubliez pas de développer votre culture physique (et de vous abonner à la Newsletter)

A bientôt,

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire