La créatine rend les os plus solides

La créatine [voir formule développée ci-dessous] pourrait presque être considérée comme un supplément qui tient du miracle. Elle renforce non seulement vos muscles – Il existe aussi des études qui montrent que la créatine prolonge la durée de vie, qu’elle vous rend plus alerte et qu’elle consolide le squelette. Ce dernier aspect a été découvert par des chercheurs de l’Université McMaster au Canada quand ils ont fait des expériences sur de jeunes rats.

Un rapport entre la créatine et la solidité des os semble évident pour les chercheurs

La-creatine

La créatine

Lorsque les os grandissent et deviennent plus forts, la concentration de l’enzyme créatine kinase augmente. Il s’agit de l’enzyme qui se fixe aux groupes phosphate de la créatine, la créatine fournissant ainsi de l’énergie. Lorsque la cellule musculaire a besoin d’énergie sous la forme de groupes phosphate, elle coupe les groupes phosphate pour les détacher de la molécule de créatine. Donc, en mettant les deux ensemble, vous aurez compris que les Canadiens soupçonnent cette molécule de rendre les os plus forts.

Pour vérifier si ce soupçon était fondé, les Canadiens ont mis en place une expérience avec 32 rats mâles âgés de 5 semaines. La moitié des rats a reçu des aliments pour animaux contenant de la poudre de créatine (2%) pendant 8 semaines. L’autre moitié a reçu des aliments ordinaires. À la fin des 8 semaines, les Canadiens ont examiné les os des rats.

La créatine avait augmenté la solidité du fémur et des lombaires des rats

Le fémur des rats était devenu plus compacts. Le même effet s’était produit pour les vertèbres lombaires [lumbar]. Les chercheurs ont également examiné séparément la partie la plus faible du fémur, la terminaison qui est attachée à l’os de la hanche [Distal Femur].

Observation-du-femur-de-rats-de-laboratoire

Les chercheurs ont ensuite mesuré la résistance des os. Ils ont tué les animaux de laboratoire, ont enlevé les fémurs et les ont mis dans une machine qui les a soumis à une force progressivement croissante. Les Canadiens ont ensuite mesuré la quantité de Newtons [unité de force] avec laquelle les os ont cassé. Ils ont observé que 12% de force en plus avait été nécessaire pour briser les os des rats qui avaient été nourris avec le supplément par rapport aux os des rats du groupe de contrôle.

Mesure-de-la-force-des-os-en-fonction-d-une-supplementation-en-creatine

Les chercheurs pensent que ce simple complément de phosphocréatine pourrait aider les enfants dont les os cassent facilement, à cause d’un trouble d’ordre médical. Elle pourrait également aider les personnes âgées qui souffrent d’ostéoporose. Les chercheurs canadiens en concluent que “La supplémentation en créatine a la capacité d’affecter favorablement la solidité des os de rats jeunes et que, en conséquence, cela pourrait représenter une nouvelle option contre les désordres biologiques qui affectent la densité minéral osseuse.”

Source Ergo-log: Creatine makes bones stronger

Source de l’article: Med Sci Sports Exerc. 2007 May; 39(5): 816-20.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

La créatine protège les muscles du 3ème âge même sans entraînement – Une raison de plus pour laquelle “tout le monde” devrait en prendre

La-creatine-le-secret-de-l-eternelle-jeunesse-?

La créatine, le supplément anti chaise roulante ?

Si vous êtes toujours en train de vous chercher des raisons sur la prise ou à poursuivre la prise de créatine monohydrate, je vous suggère de lire cet article. Des chercheurs de l’université Cardiff et Worcester au Royaume-Uni ont récemment effectué un examen approfondi de la littérature sur ce sujet pour essayer de savoir si l’entraînement de résistance et la supplémentation en créatine ont un effet additif sur la structure et la fonction musculaire ou si les adultes plus âgés pourraient bénéficier des mêmes avantages, simplement en partageant l’un de ces protocoles. Leurs résultats sont, comme le titre de l’article SuppVersity d’aujourd’hui le suggère, pour le moins assez intriguant.

La créatine présente des propriétés intéressantes pour les personnes âgées

Vous n’êtes pas sans savoir que votre salle de musculation est l’endroit où la magie anti-sarcopénique (effet anti-âgeinduit contre la perte musculaire) se produit. Vous avez également lu que la supplémentation en créatine peut améliorer ces avantages (Moon 2013) alors que vous entendrez aussi que la phosphocréatine produit en plus de ses effets bénéfiques sur les muscles des effets neuro et athéroprotecteurs chez les personnes âgées (Wyss., 2002).

etude-sur-les-effets-protecteurs-de-la-creatineTableau 1: Résumé des études sur les effets de la supplémentation en créatine sur la force musculaire, la puissance et la composition corporelle chez des individus âgés qui pratiquent un sport de résistance

Sur ce tableau, vous pouvez y lire la description des étudescréatine + entraînement de résistance” combinés de Moon et al. compilée pour leur dernier article dans le Journal of Nutrition and Health Sciences (Moon. 2015). Comme vous pouvez le voir, les effets bénéfiques varient d’une étude à l’autre mais en général, il en arrive à dire que la combinaison de l’entraînement de force et de la créatine est un moyen très efficace pour contrer la perte de masse maigre. C’est vrai en particulier pour les participants à l’étude les plus faibles (Chrusch et al (2001) par exemple. Ils ont suggéré une explication possible concernant leur manque d’amélioration produit par un niveau initial plus élevé de force du haut du corps dans le groupe de créatine par rapport au placebo “. (Moon 2015).

La créatine serait-elle dangereuse pour mon grand-père ? Si votre grand-père a une fonction rénale normale, il est très peu probable qu’il rencontre l’un des très rares effets indésirables confirmés, et serait donc peut-être à la fois une option thérapeutique sûre et économique pour les personnes âgées. Si des troubles gastro-intestinaux et des crampes musculaires ont été rapportées occasionnellement chez des individus sains, les effets sont anecdotiques. De même, les cas présumés de dysfonction du foie et d’insuffisance rénale n’ont pas été observés dans les études contrôlées sur les effets néfastes de la supplémentation de créatine exogène (Poortmans. 2000). Pour minimiser encore le faible risque d’effets secondaires, je pourrais simplement vous recommander d’en rester à 3-5 grammes de monohydrate de créatine (préférablement testé pour sa pureté comme CreaPure) par jour.

La créatine réduirait la sarcopénie de manière significative

Et toujours selon la question posée, alors que la créatine seule pourrait produire des effets anti-sarcopéniques significatifs, d’autres études cependant, sont plus explicites:

Augmentation-de-la-force-au-developpe-couche-et-la-presse-a-cuisses-avec-la-creatine

Tableau 2: Augmentation de la force au développé couché et à la presse à cuisses après 1 semaine de prise de 0,3g/kg de créatine monohydrate chez des femmes âgées entre 58 et 71 ans (Gotshalk 2008)

“Plus récemment, Gualano et al. (2004) ont divisé les participants d’un étude en 4 groupes: un groupe prenant de la créatine, un groupe entraîné aux sports de force et de musculation, un groupe qui prenait de la créatine et qui s’entraînait en résistance, ainsi qu’un groupe placebo.

Ils démontrèrent que la force des membres supérieurs avait augmentée de façon significative lorsque la supplémentation en créatine avait été ajoutée à l’entraînement de résistance par rapport à tous les autres groupes et – fait intéressant pour être souligné le nombre de sujets atteints de sarcopénie avait été réduit dans les groupes de supplémentation en créatine, avec et sans exercice, en comparaison avec le groupe placebo.(Moon. 2015)

Comme Ann Moon et ses collègues ont pu le mettre en évidence, l’étude de Gualano suggère clairement que la supplémentation seule pourrait être bénéfique à réduire la perte de masse musculaire, même sans exercice. Des bénéfices similaires ont été observé par Goltshalk et al (2002 & 2008). Cependant, l‘étude correspondant dans laquelle les chercheurs ont observé des améliorations notables de la résistance dynamique des jambes reste encore à répliquer afin de savoir avec certitude si les effets qui se produiraient avec la créatine seule pourraient être considérés comme significatifs et validés.

La-creatine-previendrait-la-perte-de-muscle-chez-les-femmes-menopausees-de-plus-de-60-ans

La créatine seule prévient la perte de masse musculaire chez des femmes (post-ménopause) de + de 60 ans, atteintes d’ostéopénie ou d’ostéoporose.

Il y a cependant une mise en garde, alors que la phosphocréatine seule semble être suffisante pour ralentir, voire bloquer le développement de la sarcopénie, il n’y a actuellement pas assez de preuves cliniques pour conclure avec suffisamment de confiance que la supplémentation en créatine augmente le taux de masse maigre au-delà des avantages bien connus d’un programme d’entraînement de résistance et de surcroît, au même degré qu’un tel programme pourrait offrir (Lune. 2015).

En d’autres termes, alors que la prise de ce donneur de phosphates seule pourrait être mieux que rien, il est très peu probable que quelqu’un ayant des limitations fonctionnelles déjà établies soit en mesure de retrouver ses capacités physiques normales sans entraînement adéquat et que, des études comme celle de Gualano et al. montrent que la créatine seule peut suffire à maintenir la masse maigre chez les femmes ménopausées âgés ≥ 60 ans atteintes d’ostéopénie ou d’ostéoporose, l’un des groupes de personnes les plus susceptibles de souffrir de sarcopénie.

NdT: Pour éviter les problèmes de duplicate, je vous invite à consulter la bibliographie au niveau de l’article original dont l’url est donné ci-dessous.

Article SuppVersity original: http://suppversity.blogspot.fr/2015/04/creatine-will-protect-grandpas-muscle.html.

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Les utilisateurs de créatine ont plus de DHT dans le sang

La créatine pourrait augmenter la masse musculaire et la force par un mécanisme supplémentaire et pas seulement en augmentant la quantité des phosphates dans les muscles. Selon les scientifiques du sport de l’Université de Stellenbosch en Afrique du Sud, la créatine augmente la présence du métabolite de la testostérone, la DHT, au sein de la masse musculaire. Les chercheurs signalent ce constat dans le Clinical Journal of Sport Medicine.

Une étude réalisée en Afrique du Sud pour tester l’influence de la créatine sur la DHT

Dans leur article, les Sud-Africains décrivent une expérience qu’ils ont réalisé avec 20 joueurs de rugby, âgés de 19 ans en moyenne. La moitié d’entre eux ont pris un placebo pendant 3 semaines. L’autre moitié aura reçu de la créatine et du glucose. La fonction du glucose était d’améliorer l’absorption de la créatine dans les cellules musculaires. Les sujets de test du groupe expérimental ont pris une dose quotidienne de 25 grammes de créatine et de 25 grammes de glucose durant la première semaine. Au cours des semaines 2 et 3, ils ont pris 5 grammes de créatine et 25 grammes de glucose par jour.

Les sujets test du groupe expérimental ont réagi à la créatine tels que des athlètes sérieux pour qui l’entraînement de force n’est pas leur première activité sportive devraient réagir. Leur masse maigre a légèrement augmenté et leur pourcentage de graisse a diminué d’un montant minuscule.

Creatine-masse-corporelle-masse-maigre-et-masse-grasse

Rien de bien nouveau jusqu’ici mais quand les chercheurs ont fait une analyse de sang des niveaux d’hormones des joueurs de rugby, ils ont fait une découverte. A la fin de la première semaine pendant laquelle les joueurs de rugby avaient pris 25 grammes de créatine par jour, leur niveau de DHT avait augmenté de 56%. Durant les semaines suivantes, quand ils ont pris une dose de créatine inférieure, le niveau de DHT des sujets avait descendu mais il était resté élevé.

Creatine-testosterone-et-DHT

L’effet produit par la créatine a donné lieu à une augmentation importante de la DHT alors que nous aurions pu nous attendre à un effet physiologiquement insignifiant” écrivent les sud-africains. La concentration de testostérone dans le sang des sujets test est restée constante. Vous pourriez vous attendre à ce que les sujets produisent également moins d’estradiol, mais les Sud-Africains ne l’ont pas mentionné dans leur article.

L’activité enzymatique pourrait être modifiée à la hausse par un supplément de créatine

creatine-creapureLes chercheurs pensent qu’un supplément de créatine augmente l’activité de l’enzyme 5-alpha-réductase quelque part dans le corps. Cette enzyme convertit la testostérone en DHT, mais exactement, les chercheurs ne le savent pas. Sans doute pas dans les muscles, ils en ont la certitude parce que les muscles contiennent peu d‘enzymes 5-alpharéductase.

Les chercheurs ne sont pas non plus certains de dire que les athlètes accumulent plus de fibres musculaires en conséquence des modifications métaboliques. Cela pourrait être le cas, comme ils le spéculent. Les études biochimiques réalisées sur l’affinité des récepteurs aux androgènes indiquent que la DHT est 4 fois plus puissante que la testostérone sur le plan biologique“, écrivent-ils. La prise de muscle pour les utilisateurs de créatine, si souvent rapportée par les scientifiques du sport, pourrait être  en partie due aux changements endocriniens.

Les scientifiques estiment que leur découverte est importante pour les athlètes. Ils affirment aussi que des recherches plus nombreuses doivent être faites pour savoir si la créatine augmente le risque de calvitie et d‘hypertrophie bénigne de la prostate, comme nous le savons pour la DHT.

Source de l’article: Creatine users have more DHT in their blood

Source Ergo-log: Clin J Sport Med. 2009 Sep;19(5):399-404.

——————————–

NdT: Quel que soit le métabolisme exact des enzymes précitées et de leur influence sur la DHT, il faut quand même savoir raison garder et prendre un peu de recul. D’une part parce que les doses annoncées de 25 grammes de créatine sont énormes et totalement inutiles pour les athlètes des sports de force. Une dose réduite – mais efficace – de 3 à 5 grammes par service aurait sans doute peu de chances d’entraîner une augmentation élevée de la DHT, comme discuté dans l’article. Une étude partant sur une dose classique de créatine pourrait certainement nous donner plus d’informations, notamment en recrutant des sujets test des sports de force puisque le public sportif concerne moins les athlètes d’endurance que de résistance.

Cette étude sur le rapport DHT/créatine présente une valeur indicative intéressante mais qui devra être confirmée

Cet article fait aussi la lumière sur les dangers de la vulgarisation scientifique lorsque les arguments rapportés restent partiels ou interprétés hors contexte. D’autre part, une élévation de la DHT doit être significative et répétée pour entraîner une élévation des risques d’hypertrophie de la prostate ou d’alopécie. Ces effets ne risquent donc pas d’être constatés fréquemment chez les utilisateurs de créatine. Encore une fois, ce genre d’article facilement interprétable sur des faits qui n’auront pas forcément d’application réelle pour les athlètes permet surtout aux détracteurs de l’ergogène le plus étudié du monde scientifique de dire un peu n’importe quoi et n’importe comment, au mépris de faits scientifiquement constatés et répétés des centaines de fois, un peu comme le mythe de dégradation des reins par la créatine. Même de la science, il faut savoir se méfier, surtout lorsqu’elle est détournée sciemment ou non, au profit d’un tiers qui n’aura d’autres buts que de médire gratuitement et de répandre des rumeurs sans fondements.

Évitons de faire de la science un dogme ou une religion, on est déjà assez emmerdés par ces conneries au quotidien. La science étudie les faits de manière neutre, impartiale et répétée des dizaines de fois à partir d’un échantillon significatif de sujets et non pas 20 personnes seulement. Par contre, ce qu’affirme la recherche scientifique, c’est que les athlètes n’obtiennent pas d’avantages ergogènes signifiants à prendre des doses élevées de créatine par rapport à une dose significative égale à +/- 5 grammes par jour. Des articles sérieux l’on déjà confirmé à plusieurs reprises.

Traduction Ergo-log et commentaires pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

2 ans de prise de créatine non-stop sans effets secondaires

creatine-creapurePrendre des doses continues pas trop élevés de créatine serait sans danger. C’est précisément ce que les neurologues de l’Université de Munich concluent après avoir effectué une étude sur la sécurité de la créatine la plus longue et la plus complète chez les humains publiée à ce jour. Les chercheurs ont donné à des sujets âgés de 60 ans – qui souffraient de la maladie de Parkinson 4 grammes de créatine monohydrate sur une période de 2 ans.

Les neurologues espèrent que des suppléments de créatine peuvent aider à protéger les gens contre des maladies neurologiques comme la maladie de Parkinson. Ils avaient déjà découvert que les souris vivaient plus longtemps si cette substance naturelle était ajoutée à leur nourriture quotidienne. Le supplément retarderait les processus de vieillissement qui semblent s’accélérer dans le cerveau des personnes atteintes de Parkinson.

Doit-on craindre pour la santé des reins avec la créatine ?

La crainte principale avec la créatine, c’est qu’elle provoque des dommages aux reins. Cette crainte n’est que théorique, cependant. La créatine est métabolisée en créatinine et un niveau élevé de créatinine est un marqueur de lésions rénales. Aucune recherche sérieuse n’a été réalisée pour savoir si c’est aussi un marqueur  fiable de la prise de phosphocréatine mais cela n’empêche pas les médecins d’effrayer à outrance les utilisateurs de ce supplément. Seulement, il n’y a pas de preuve scientifique convaincante. A l’opposé, des chercheurs brésiliens, qui se basaient sur la cystatine C et pas sur la créatinine comme marqueur, ont indiqué que des suppléments de créatine amélioraient la fonction rénale.

Dans les faits, les médecins rencontrent plutôt rarement des dommages rénaux chez les utilisateurs de créatine. Des chercheurs en Allemagne ont retrouvé deux cas dans la littérature scientifique, et l’un d’eux est discutable. Si les utilisateurs de créatine développent des problèmes de santé, ils sont presque toujours causés par d’autres substances. C’est d’ailleurs le cas pour le dianabol, un stéroïde anabolisant qui n’a rien à voir avec les compléments alimentaires.

Une étude élaborée avec une dose massive de créatine

La plus longue étude sur les effets secondaires de la créatine dura 18 semaines. Les sujets de test les plus âgés se trouvaient dans leur quarantaine. Qui plus est, les études scientifiques avaient négligé de nombreuses variables en lien au métabolisme de ce donneur de phosphates. De là, les neurologues allemands ont voulu y apporter leur propre son de cloche.

Ils ont commencé en donnant 20 grammes de créatine pendant une semaine à leurs sujets d’expérience. Ensuite, ils ont réduit la dose de 2 grammes par jour pendant 6 mois. Pour les 18 mois restant, les sujets ont reçu 4 grammes de créatine par jour. Ce régime avait pour but d’augmenter la quantité de cet ergogène dans le cerveau de 10%, et ainsi d’offrir une protection aux cellules du cerveau.

Créatinine et cystatine C n’ont pas donné de résultats anormaux

Le graphique ci-dessous montre ce qui s’est passé pour la créatine sur la période de 2 ans. Le groupe de contrôle – représenté par des carrés noirs présentait moins de créatinine dans le sang que le groupe de la créatine représentée par les triangles. Au fil du temps, il semble que les corps des utilisateurs du complément apprenaient à éliminer plus efficacement la créatinine de leur sang.

Une-prise-de-creatine-pendant-2-ans-sans-effets-secondaires

L’autre marqueur des dommages infligés aux reins, la cystatine C, montra des résultats différents. Depuis le début de l’étude, les utilisateurs du complément en question présentaient moins de cystatine C dans leur sang que le groupe de contrôle.

Creatine-et-cystatine-C

Les chercheurs ont également fait d’autres analyses de sang pour y rechercher d’autres marqueurs de lésions rénales. Les résultats sont présentés ci-dessous. Il n’y avait pas de différences significatives entre le groupe de la créatine et le groupe témoin.

creatine-et-sante-des-reins

 

Si des patients de 60 ans souffrant de la maladie de Parkinson peuvent prendre de la créatine en toute sécurité pendant 2 ans, alors des athlètes de la force en super bonne santé n’auront pas à s’inquiéter des risques potentiels liés à ce suppléments. Cela ne veut pas dire cependant que l’utilisation en continu soit vraiment utile. Grâce à une recherche scientifique inédite réalisée par la nutritionniste Luc van Loon à Maastricht, aux Pays-Bas, vous devriez conclure que ce n’est pas le cas. Ses recherches montrent que les cellules musculaires ne sont capables de conserver des niveaux plus élevés de phosphocréatine que pendant deux mois, et pas plus. Si vous continuez à prendre le supplément, sa concentration va commencer à descendre: il est probable que les cellules arrêtent d’en fabriquer puisqu’on leur en apporte de manière exogène.

Source de l’article: Two years non-stop creatine without side effects

Source Ergo-log: Nutr Res. 2008 Mar;28(3):172-8.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

La créatine étend la durée de vie des souris

La créatine allongerait la durée de vie de souris saines de 10%, selon les chercheurs du German National Research Center for Environment and Health in Neurology of Aging.

Des chercheurs allemands ont réalisé une expérience au cours de la quelle ils ont nourri des souris âgées de 1 an avec un régime alimentaire qui contenait 1% de créatine. Un groupe témoin a reçu une nourriture standard, sans supplément. Les chercheurs ont ensuite noté l’âge atteint par les souris. Normalement, les souris vivent environ deux ans en moyenne.

Avec le tableau ci-dessous, vous pouvez voir l’effet du complément de créatine sur la durée de vie des animaux.

Creatine-et-duree-de-vie-de-souris

Les chercheurs allemands ont utilisé des souris femelles pour réaliser leur expérience. L’organisme des souris femelles vieillit généralement moins vite que celui des mâles. Les chercheurs s’attendaient à ce qu’ils obtiennent des effets plus importants que ce qu’ils auraient obtenus avec des souris mâles. La durée de vie en bonne santé a augmenté de 9% chez les souris qui avaient reçues un supplément de phosphocréatine. Les souris du groupe témoin totalisaient une moyenne de 563 jours de vie sains, tandis que les souris du groupe de la créatine arrivaient à 613 jours.

La créatine avait permis d’augmenter la longévité de souris malades

Les chercheurs ont réalisé cette expérience après que des études prometteuses sur l’animal furent considérées comme concluantes. En effet, la durée de vie des souris atteintes de Parkinson et de la maladie de Huntington avait été prolongée à la suite de la prise de créatine. Ils se demandaient si celle-ci pouvait également protéger le cerveau des souris en bonne santé contre le vieillissement.

Quand le cerveau et pas seulement le cerveau commence à prendre de l’âge, la quantité de lipofuscine (un pigment du vieillissement) augmente à l’intérieur du tissu cérébral. La lipofuscine est donc un marqueur du vieillissement. Les allemands ont alors découvert que l’hippocampe des souris du groupe créatine contenait moins de lipofuscine.

Creatine-et-lipofuscine

L’hippocampe est composé de tissus fragiles qui jouent un rôle important pour l’enregistrement de nouvelles informations. L’effet peut expliquer pourquoi les souris du groupe de créatine avait une meilleure mémoire lorsqu’elles étaient âgées que les souris du groupe témoin. Les souris âgées qui avaient bénéficié de la créatine étaient également plus actives physiquement et se sont familiarisés avec leur environnement plus rapidement lorsque les chercheurs les ont placés dans une nouvelle cage.

Les chercheurs sont plutôt enthousiastes au sujet des résultats de leur recherche scientifique. “Alors qu’aucun problème réel de sécurité sanitaire se pose, la créatine pourrait présenter un certain potentiel à contribuer à un vieillissement humain en bonne santé.“, concluent-ils.

Source de l’article: Creatine extends lifespan of mice

Source Ergo-log: Neurobiol Aging. 2008 Sep;29(9):1404-11.

Traduction Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Combiner l’Astragale et le Ginseng booste les effets de la créatine

créatineUne combinaison d’Astragale, de Ginseng et de créatine fonctionnerait mieux que la créatine prise seule. Les scientifiques du sport de l’Université d’Etat de Wichita l’ont découvert quand ils ont donné un supplément contenant de la créatine brevetée, de l’Astragale, du Ginseng coréen et américain à un groupe de personnes de plus de 55 ans tout en leur proposant de faire de l’exercice de résistance.

L’Astragale et le Ginseng pour améliorer l’assimilation de la créatine

creatine-monohydrateLe supplément que les chercheurs ont étudié est une création de David Tuttle. En 1997, Tuttle avait publié un livre sur la créatine avec un expert sur les suppléments, Ray Sahelian: Creatine, Nature’s Muscle Builder. La même année, Tuttle a déposé une demande de brevet au sujet d’un supplément de créatine qui contenait également de l’Astragale et du Ginseng, affirmant que cela conduirait à de meilleurs résultats que de la créatine prise seule.

Un an plus tard, Tuttle déposa une demande de brevet pour le même supplément, mais cette fois en faisant valoir que la combinaison qu’il avait imaginé permettrait également de renforcer le système immunitaire.

En 2006, des chercheurs américains ont publié les résultats d’une étude que Tuttle avait parrainé, dans laquelle ils avaient testé son supplément sur ​​44 hommes et femmes âgés entre 55 et 84 ans. Les sujets étaient en bonne santé et prêt à faire l’entraînement en force trois fois par semaine pendant trois mois. Les sujets ont fait un entraînement complet du corps à chaque séance d’entraînement qui se composait de développé couché, de tirage poulie haute pour le dos, de curls biceps, de presse à cuisse, d’extension de jambes et de curls pour les ischio jambiers. Pour chaque exercice, ils ont effectué 3 séries de 8-12 reps.

Les chercheurs ont divisé leurs sujets en trois groupes. Un groupe a reçu un placebo, un autre a pris 3 grammes de créatine par jour et le troisième groupe a pris le supplément de Tuttle. Ce dernier groupe a consommé 3 grammes de créatine, 750 mg d’Astragalus membranaceus (Astragale), 450 mg Panax Ginseng et 300 mg de Panax quinquefolius par jour. Les sujets ont pris leurs capsules avec le petit-déjeuner, le déjeuner et le repas du soir.

L’expérience démontre l’intérêt de l’association Astragale et Ginseng pour la créatine

Au cours des 12 semaines qu’ont duré l’expérience, tous les sujets ont gagné en force. Le groupe de la créatine a gagné plus de force que dans le groupe placebo alors que le groupe astragaleGinseng + créatine a gagné plus de force que le groupe de la créatine seule.

Creatine-Ginseng-AstragaleCreatine-Ginseng-et-Astragale

Le schéma ci-dessus montre l’augmentation de la force maximale {1RM} dans chacun des trois groupes. Le groupe Astragale/Ginseng/Créatine a également perdu une plus grande quantité statistiquement significative de graisse que le groupe créatine.

Ginseng-Astragale-creatineResultats-de-l-experience-creatine-Ginseng-Astragale

La réduction de la masse grasse a également été confirmée par ce que les chercheurs ont constaté quand ils ont analysé le sang de leurs sujets. Dans le groupe AstragaleGinseng-Créatine, les niveaux de cholestérol LDL et de triglycérides ont diminué considérablement; ce qui est bon pour la santé cardiovasculaire.

Rapport-cholesterol-LDL-et-triglycerides-avec-creatine-Ginseng-Astragale

Notre dernier article sur l’Astragale décrivait comment un supplément contenant cet extrait végétal améliorait les capacités d’endurance de souris, probablement parce que l’Astragale augmentait l’activité du transporteur de glucose GLUT4 au niveau des cellules musculaires, et probablement parce qu’il conduisait à une augmentation de la combustion des graisses.

Les données suggèrent que des adultes âgés participant à un programme d’entraînement de la force pouvait gagner quelques bienfaits sur le plan de la santé et du bien être psychologique, de même qu’une baisse des taux de cholestérol (…) lorsqu’ils prenaient de la créatine associée à des extraits de Panax Ginseng, Panax quinquefolius et d’Astragale” en ont conclu les chercheurs. “De plus amples recherches sur l’utilisation de la créatine en tant qu’ergogène et aide anabolisante, ainsi que la capacité du Ginseng et de l’Astragale à agir en tant qu’agents hypolépidémiques chez des adultes âgés seront nécessaires.

Source de l’article: Combine Astragalus with Ginseng to boost the effect of creatine

Source Ergo-log: J Sports Sci Med. 2006 Mar 1;5(1):60-9.

Traduction Eric Mallet pour Espace Corps Esprit Forme

En savoir plus »
Aucun commentaire