La décorine, l’inhibiteur de la myostatine et booster de la follistatine, est le facteur clé de la croissance musculaire

Il y a quelques mois, une équipe de recherche de norvégiens et d’allemands a publié une étude dans le Biochemical and Biophysical Research Communications qui nous fera dire dans un quart de siècle : Ce fut le début d’une nouvelle ère dans l’histoire du culturisme. L’étude suggère que la protéine du nom de décorine joue un rôle clé dans la croissance musculaire. En réalité, il est fort probable que la décorine joue un rôle encore plus fondamental dans la croissance musculaire que la myostatine et la follistatine.

La-decorine

La décorine

La formule développée de la décorine est indiquée ci-dessus. Il s’agit d’une glycoprotéine relativement petite qui contient également un nombre relativement important d’unités de Leucine. Il s’agit d’un dimère plongé dans un fluideles deux parties de la molécule se fixent les uns aux autres.

La décorine est une myokine, une protéine produite par les cellules musculaires. En outre, les chercheurs savent depuis pratiquement 15 ans que la décorine joue un rôle important dans la croissance musculaire. Si vous modifiez génétiquement des souris afin qu’ils produisent plus de décorine, leurs muscles vont récupérer plus rapidement de blessures et de dommages cellulaires. Ce mécanisme est en partie causé par la décorine qui sabote la myostatine, et par conséquent permet à des cellules souches de se transformer en cellules musculaires matures plus rapidement.

La myostatine est une protéine que les cellules musculaires synthétisent et avec laquelle ils inhibent leur croissance. La Décorine rend probablement les molécules de myostatine inoffensives avant qu’elles s’attachent à leur récepteur. Une théorie veut que la décorine stimule les cellules musculaire pour faire de la follistatine, une protéine qui “gobe” la myostatine, pour ainsi dire empêchant ainsi la myostatine de faire son travail.

Première étude scientifique sur la décorine

Jusqu’à présent, la recherche réalisée sur la décorine n’avait été faite que sur des cellules musculaires d’animaux de laboratoire et in vitro, mais les Norvégiens et les Allemands ont également inclus les humains dans leur étude. Ils ont sollicité 10 étudiants qui avaient déjà fait de la musculation et de procéder à un entraînement complet du corps, effectuant 8 exercices de base: de la presse à cuisses, des flexions de jambes (leg curls), du développé couché, des triceps pull down, de la presse militaire, du cross over, et du rowing à la poulie basse. Pour chaque exercice, ils ont réalisés 3 séries de 8 reps. Le schéma ci-dessous montre que la séance d’entraînement a augmenté la concentration de décorine dans le sang.

 

concentration-de-decorine-pendant-l-exercice

Concentration-de-decorine-pendant-l-entrainement-de-musculation

 

Au plus les poids utilisés par les étudiants étaient lourds, au plus l’augmentation de la concentration en décorine dans leur sang était grande. La figure ci-dessus montre la relation entre la concentration de la décorine et le nombre de kilogrammes que les étudiants pouvaient déplacer sur la presse à cuisses.

Deuxième étude scientifique

Au cours d’une deuxième expérience, les chercheurs ont demandé à 26 hommes au style de vie sédentaire, âgés entre 40 et 65 ans, de faire de la musculation pendant 12 semaines. Avant et après la période d’entraînement, les chercheurs ont prélevé des échantillons de tissu musculaire de la jambe des hommes et ont mesuré leur concentration en décorine.

A la fin des 12 semaines, les hommes ont gagné en force et étaient capables de déplacer plusieurs dizaines de kilogrammes sur la presse à jambes. A ce moment, les muscles de leurs jambes ont commencé à produire plus de décorine. Au plus l’augmentation de la synthèse de la décorine dans leurs muscles était forte, au plus la force de leurs muscles avait augmenté.

decorine-et-exercice-de-presse-a-cuisses

Troisième étude scientifique

Les chercheurs ont également réalisé une étude sur l’animalils ont inséré des gènes artificiels de décorine avec des impulsions électriques dans les muscles des jambes des souris. Ce stratagème a stimulé l’activité du gène de Mighty, un gène qui neutralise les effets de la myostatine. En outre, les nouveaux gènes de décorine ont stimulé l’activité du gène de la follistatine et réduit les effets des gènes de l’atrophie musculaire atrogin1 et MuRF1.

Conclusion

Les chercheurs affirment: “Nous faisons l’hypothèse que la décorine est secrétée depuis les cellules musculaires squelettiques en réponse à l’exercice impliqué dans la restructuration des muscles au cours de l’hypertrophie“.

Article Ergo-log: Decorin – myostatin inhibitot and follistatin booster – is key factor in muscle growth

Source de l’article: Biochem Biophys Res Commun. 2014 Jul 25;450(2):1089-94.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

Note: N’oubliez pas de vous abonner à la newsletter pour vous tenir au courant de la sortie des nouveaux articles !!

BIBLIOGRAPHIE

  • Kishioka Y. et al., Decorin enhances the proliferation and differentiation of myogenic cells through suppressing myostatin activity, J Cell Physiol. 2008 Jun;215(3):856-67.
  • Gonzalez-Cadavid NF, Bhasin S., Role of myostatin in metabolism, Curr Opin Clin Nutr Metab Care. 2004 Jul; 7(4):451-7.
  • Li Y. et al., Decorin gene transfer promotes muscle cell differentiation and muscle regeneration, Mol Ther. 2007 Sep;15(9):1616-22.
  • Miura T, Kishioka Y, Wakamatsu J, Hattori A, Hennebry A, Berry CJ, Sharma M, Kambadur R, Nishimura T., Decorin binds myostatin and modulates its activity to muscle cells, Biochem Biophys Res Commun. 2006 Feb 10; 340(2):675-80.
  • Riquelme C. et al., Antisense inhibition of decorin expression in myoblasts decreases cell responsiveness to transforming growth factor beta and accelerates skeletal muscle differentiation, J Biol Chem. 2001 Feb 2;276(5):3589-96.
  • Zhu J, Li Y, Shen W, Qiao C, Ambrosio F, Lavasani M, Nozaki M, Branca MF, Huard J., Relationships between transforming growth factor-beta1, myostatin, and decorin: implications for skeletal muscle fibrosis, J Biol Chem. 2007 Aug 31; 282(35):25852-63.
En savoir plus »
2 Commentaires

Le resvératrol pourrait contribuer à l’accélération de la croissance musculaire

resveratrol-structureQuand vous faites de l’entraînement de force, votre tissu musculaire est continuellement occupé à extraire des cellules souches du sang, de sorte qu’elles peuvent ensuite se transformer en cellules musculaires matures. Une étude italienne in vitro semble suggérer que les suppléments de resvératrol accélèrent ce processus.

Une étude scientifique motivée par la découverte des effets du resvératrol

L’étude de Anna Montesano, qui a été publié dans le Journal of Translational Medicine, est d’un genre rarement retrouvé ces jours-ci. Les chercheurs ont étudié l’effet du resvératrol sur les cellules musculaires simplement parce qu’ils étaient curieux d’en étudier le sujet. Une «Recherche motivée par la curiosité» est le nom donné à ce genre de travail alors que la plupart des universités ont presque interdit ce type d’étude.

Dans la deuxième décennie du XXIe siècle, la recherche scientifique doit être «utile». Les Universités obligent de plus en plus les chercheurs à entreprendre des recherches que les entreprises privées peuvent faire vingt fois mieux et plus vite. Que ce soit «meilleur» pour la société est un point discutable. Le rythme de l’innovation technologique continue de baisser, malgré toutes les recherches «utiles» mises en œuvre.

resveratrol-et-hypertrophie

Mais peu importe. Montesano voulait savoir ce que le resvératrol avait fait pour les jeunes cellules musculaires dans des tubes à essai. Leur processus de développement est indiqué ci-dessus. Montesano a étudié l’effet du resvératrol à partir  de concentrations de 0,1 et 25 micromoles.

Le resvératrol influencerait-il le développement des fibres musculaires ?

Le resvératrol a accéléré le développement des cellules musculaires. En conséquence, cet antioxydant a commencé par réduire la vitesse à laquelle les cellules se sont divisées. Mais en même temps, le resvératrol a également permis aux fibres musculaires de devenir plus longues et plus épaisses.

 

resveratrol-et-hypertrophie-diametre-des-myotubes

Le resvératrol a augmenté la production de protéines moteurs de la contraction des muscles, la” Myosin Heavy Chain” (MyHC), le composant le plus important des fibres matures des muscles.

resveratrol

L’antioxydant a également augmenté la quantité d’AMPK et des kinases extra-cellulaires {ERK1}, {ERK2} dans les cellules musculaires. L’AMPK est une protéine qui devient active lorsque les cellules musculaires n’ont plus d’énergie. ERK1 et ERK2 sont des protéines qui actionnent différents processus dans les cellules musculaires en réponse aux facteurs de croissance actifs à l’extérieur des cellules musculaires.

hypertrophie-et-resveratrol

AMPK et ERK1/2 régulent le développement des cellules musculaires dans des directions opposées: l’AMPK arrête les processus anaboliques mais stimule la production de mitochondries tandis que les kinases liées aux signaux extracellulaires transmettent le stimulus anabolique de l’IGF-1 à l’ADN dans les cellules musculaires. Il semblerait que dans ce cas, le resvératrol ait un effet plus important sur ERK1/2 que sur l’AMPK.

Nos données montrent que le resvératrol pourrait contrôler la prolifération, lancer le processus de myogénèse et induire une hypertrophie“, écrivent les Italiens. «Nos études in vitro peuvent constituer une nouvelle preuve de principe à des applications potentielles du composant à prévenir ou à inverser la déficience musculaire en stimulant la myogénèse, et mettre l’accent sur une nouvelle utilisation possible du resvératrol pour améliorer la performance musculaire.

Note EM: Les résultats d’études présentés par les chercheurs s’avèrent certainement significatifs. Cependant, essayez de ne pas vous focaliser sur une molécule ou un complément en particulier. Seul un ensemble d’aliments bien choisis et de compléments réellement utiles à votre progression athlétique vous permettra d’obtenir des résultats en termes de croissance musculaire.

Source de l’article: Resveratrol may speed up muscle growth

Source Ergo-log: J Transl Med. 2013 Dec 13;11:310.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire