L’hormone de croissance endogène préserve la jeunesse des athlètes

Si vous êtes dans la quarantaine et que vous faites de l’exercice tous les jours, alors il est probable que vous libériez autant d’hormone de croissance  qu’à l’âge de 30 ans. Faire de l’exercice de cette manière ralentit le processus du vieillissement, selon les chercheurs de l’université de Parme.

L’hormone de croissance joue un rôle majeur dans le métabolisme de l’être humain

L’hormone de croissance stimule la récupération des tissus de notre organisme comme les fibres musculaires, des os, de la peau et des articulations. Qui plus est, la somatropine stimule aussi la combustion des graisses. Plus vous vieillissez, au moins l’hormone de croissance sera secrétée par la glande pituitaire dans votre cerveau. Les chercheurs pensent que ce ralentissement déclenche certaines maladies liées au vieillissement comme l’ostéoporose, l’affaiblissement des articulations et des muscles. D’autre part, les hormones synthétiques sont toujours un moyen très populaire de ralentir le processus du vieillissement mais des études scientifiques ont montré qu’elles présentent des inconvénients. C’est pourquoi les Italiens sont à la recherche d’un moyen naturel de maintien de la production du corps de l’hormone de croissance de manière plus tardive dans l’existence.

Les athlètes produisent plus d’hormone de croissance après un effort physique. Vous faites aussi plus d‘hormone de croissance pendant que vous dormez, mais chez les adultes ce pic est loin d’être aussi élevé que le pic de l’hormone de croissance se produisant après l’exercice. Donc, les athlètes âgés, en raison de la pratique régulière d’exercices, peuvent-ils maintenir un niveau de production de l’hormone de croissance similaire à celui de leur jeunesse ? Voilà la question à laquelle les Italiens ont tenté de répondre.

Une expérience scientifique pour constater le lien entre l’hormone de croissance et l’exercice

Les chercheurs ont demandé à 40 femmes de faire du vélo pendant 20 minutes. Les chercheurs ont progressivement augmenté la résistance du vélo alors que les femmes devaient continuer jusqu’à ce qu’elles ne soient plus en mesure de tourner les pédales. Les chercheurs ont mesuré le niveau dhormone de croissance dans le sang des femmes pendant l’expérience.

10 des femmes étaient âgées entre 26 et 30 ans et ne faisaient pas de sport régulièrement [dans la figure ci-dessous: les carrés noirs]. 10 autres femmes également âgées entre 26 et 30 ans couraient environ 25 km par semaine [carrés blancs]. 10 femmes étaient âgées entre 42 et 46 ans ne faisaient pas d’exercice [cercles noirs]. Et les 10 dernières étaient âgées entre 42 et 46 ans, elles courraient environ 25 km par semaine au cours des 8 dernières années [cercles blancs].

liberation-de-l-hormone-de-croissance-en-fonction-de-l-exercice

Si vous êtes plus jeune que 30 ans, l’entraînement n’aura pas d’influence sur votre production d’hormone de croissance, en concluent les chercheurs. Après une session d’entraînement, le niveau de Hgh (ou somatotropine) des sujets avait augmenté d’un facteur de 7,5 – qu’ils fassent régulièrement de l’exercice ou non.

Les sédentaires libèrent beaucoup moins de Hgh que les athlètes

Quinze ans plus tard, cependant, c’est une autre histoire. A cet âge, une différence s’est marquée entre les athlètes et les non-athlètes. Pour les sujets dans la quarantaine avec un mode de vie sédentaire, le niveau de l’hormone de croissance après l’entraînement monte au maximum d’un facteur 4,4 mais le niveau d‘hormone de croissance des sujets dans la quarantaine qui font régulièrement de l’exercice réagit de la même manière que les sujets qui ont une vingtaine d’années.

Les chercheurs pensent que lorsque nous vieillissons, nous produisons plus d’hormones comme la somatostatine qui inhibent l’hormone de croissance. L’entraînement physique régulier pourrait inhiber la production de ces hormones, selon eux. De cette façon, vous pourriez arrêter les processus de vieillissement liés au métabolisme de l’hormone de croissance.

Source de l’article: Endognous growth hormone keeps older athletes young

Source Ergo-log: Maturitas. 2010 Apr; 65 (4): 392-395.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Le squat produit plus d’hormone de croissance et de testostérone que la presse à cuisses

Le squat crée un stimulus anabolisant plus fort sur l’organisme que des séries toutes aussi lourdes sur une presse à cuisses. Des scientifiques du sport de l’Université de North Texas ont écrit sur ce sujet dans le Journal of Strength and Conditioning Research}. Les Texans ont découvert que les bodybuilders synthétisent plus d’hormone de croissance (ou somatropine) et de testostérone après une séance de squat qu’après plusieurs sets sur une presse à jambes.

Musculation avec charges libres, poids et haltères ou machines vont-ils stimuler les muscles plus fort ?

L’entraînement de la force réalisé avec des barres et des haltères donne de meilleurs résultats que l’utilisation des machines. L’entraînement avec des poids libres est donc préférable pour la coordination physique et la stimulation de plusieurs groupes musculaires par rapport à ce que produit l’entraînement avec des machines. De plus, les mouvements que vous faites avec des poids libres ont tendance à être plus naturels et seraient moins susceptibles de blessures.

Toujours est-il que l’entraînement sur des machines ou avec des poids libres produit différents effets physiologiques qui ne sont pas tous connus. C’est pourquoi les Texans ont fait une expérience avec dix athlètes masculins de la force et bien entraînés – d’une moyenne d’âge de 25 ans – qui ont entraîné leurs jambes à deux reprises: une première fois en faisant du squat et une autre fois en utilisant la presse à jambes. Pour chacun des deux entraînements, les athlètes ont fait 6 séries de 10 répétitions. Pour chaque session d’entraînement, ils ont utilisé des charges qui représentaient 80% du poids avec lequel ils pouvaient tout simplement faire une seule répétition [1RM].

Immédiatement après la session d’entraînement [IP] et 15 et 30 minutes plus tard, les chercheurs ont observé que la concentration en testostérone et en hormone de croissance dans le sang des hommes était plus élevée que la mesure précédente. Mais l’augmentation de ces deux hormones propres au renforcement musculaire était considérablement plus élevé après l’entraînement de squat qu’après celui de la presse à cuisses.

Hormone-de-croissance-et-exercices-de-cuisses-squat-presse-a-cuisses

Testosterone-presse-a-quadriceps-squat

Les athlètes ont trouvé que les deux types d’entraînement étaient tout aussi fatigants.

L’intensité de travail s’est avérée plus forte avec le squat

Lorsque les chercheurs ont calculé la quantité de force que les hommes avaient libéré au cours des deux sessions d’entraînement et ils ont découvert pourquoi les concentrations de l’hormone de croissance et de testostérone étaient plus élevés après la séance de squat. Bien que les hommes ont utilisé plus de poids sur la presse à cuisses, l’effort réalisé s’est avéré être 42% plus élevé durant la session de squat. C’est parce que les hommes ont dû travailler contre leur propre poids au cours des squats, et parce que l’amplitude de mouvements est plus importante durant un squat que lors de l’utilisation de la presse à cuisses.

Squat-presse-a-cuisse-et-testosterone

“A des intensités et des évaluations de l’effort perçues comme similaires, l’exercice de poids libre (squat) produit une réponse hormonale aiguë plus grande que pour la machine à charges guidées (Leg Press)” comme le résume les chercheurs. “Les professionnels de la force et du conditionnement physique devraient donc considérer de privilégier les exercices d’haltères par rapport aux machines à charges additionnelles afin d’induire une réponse hormonale plus aiguë car cela pourrait également entraîner des adaptations physiologiques supérieures par la suite.”

La publication est basée sur la thèse écrite par le premier auteur, Aaron Shaner “Hormonal Response to Free Weight and Machine Weight Resistance Exercise“, Université du Texas, août 2012.

Article Ergo Log: Squat produces more growth hormone and testostérone than leg press

Source de l’article: J Strength Cond Res. 2013 Nov 22.

Traduction Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire