La décorine, l’inhibiteur de la myostatine et booster de la follistatine, est le facteur clé de la croissance musculaire

2 Commentaires

Il y a quelques mois, une équipe de recherche de norvégiens et d’allemands a publié une étude dans le Biochemical and Biophysical Research Communications qui nous fera dire dans un quart de siècle : Ce fut le début d’une nouvelle ère dans l’histoire du culturisme. L’étude suggère que la protéine du nom de décorine joue un rôle clé dans la croissance musculaire. En réalité, il est fort probable que la décorine joue un rôle encore plus fondamental dans la croissance musculaire que la myostatine et la follistatine.

La décorine

La décorine

La formule développée de la décorine est indiquée ci-dessus. Il s’agit d’une glycoprotéine relativement petite qui contient également un nombre relativement important d’unités de Leucine. Il s’agit d’un dimère plongé dans un fluideles deux parties de la molécule se fixent les uns aux autres.

La décorine est une myokine, une protéine produite par les cellules musculaires. En outre, les chercheurs savent depuis pratiquement 15 ans que la décorine joue un rôle important dans la croissance musculaire. [J Biol Chem. 2 février 2001; 276 (5):. 3589-96]. Si vous modifiez génétiquement des souris afin qu’ils produisent plus de décorine, leurs muscles vont récupérer plus rapidement de blessures et de dommages cellulaires. [Mol Ther. Sep 2007; 15 (9):. 1616-1622] Ce mécanisme est en partie causé par la décorine qui sabote la myostatine, et par conséquent permet à des cellules souches de se transformer en cellules musculaires matures plus rapidement. [J Cell Physiol. 2008 juin; 215 (3): 856-67].

La myostatine est une protéine que les cellules musculaires synthétisent et avec laquelle ils inhibent leur croissance. La Décorine rend probablement les molécules de myostatine inoffensives avant qu’elles s’attachent à leur récepteur. Une théorie veut que la décorine stimule les cellules musculaire pour faire de la follistatine, une protéine qui “gobe” la myostatine, pour ainsi dire empêchant ainsi la myostatine de faire son travail.

Première étude scientifique sur la décorine

Jusqu’à présent, la recherche réalisée sur la décorine n’avait été faite que sur des cellules musculaires d’animaux de laboratoire et in vitro, mais les Norvégiens et les Allemands ont également inclus les humains dans leur étude. Ils ont sollicité 10 étudiants qui avaient déjà fait de la musculation et de procéder à un entraînement complet du corps, effectuant 8 exercices de base: de la presse à cuisses, des flexions de jambes (leg curls), du développé couché, des triceps pulldown, de la presse militaire, du cross over, et du rowing à la poulie basse. Pour chaque exercice, ils ont réalisés 3 séries de 8 reps. Le schéma ci-dessous montre que la séance d’entraînement a augmenté la concentration de décorine dans le sang.

 

concentration de décorine pendant l'exercice

Concentration de décorine pendant l'entraînement de musculation

 

Au plus les poids utilisés par les étudiants étaient lourds, au plus l’augmentation de la concentration en décorine dans leur sang était grande. La figure ci-dessus montre la relation entre la concentration de la décorine et le nombre de kilogrammes que les étudiants pouvaient déplacer sur la presse à cuisses.

Deuxième étude scientifique

Au cours d’une deuxième expérience, les chercheurs ont demandé à 26 hommes au style de vie sédentaire, âgés entre 40 et 65 ans, de faire de la musculation pendant 12 semaines. Avant et après la période d’entraînement, les chercheurs ont prélevé des échantillons de tissu musculaire de la jambe des hommes et ont mesuré leur concentration en décorine.

A la fin des 12 semaines, les hommes ont gagné en force et étaient capables de déplacer plusieurs dizaines de kilogrammes sur la presse à jambes. A ce moment, les muscles de leurs jambes ont commencé à produire plus de décorine. Au plus l’augmentation de la synthèse de la décorine dans leurs muscles était forte, au plus la force de leurs muscles avait augmenté.

décorine et exercice de presse à cuisses

Troisième étude scientifique

Les chercheurs ont également réalisé une étude sur l’animal au cours de laquelle ils ont inséré des gènes artificiels de décorine avec des impulsions électriques dans les muscles des jambes des souris. Ce stratagème a stimulé l’activité du gène de Mighty, un gène qui neutralise les effets de la myostatine. En outre, les nouveaux gènes de décorine ont stimulé l’activité du gène de la follistatine et réduit les effets des gènes de l’atrophie musculaire atrogin1 et MuRF1.

Conclusion

Les chercheurs affirment: “Nous faisons l’hypothèse que la décorine est secrétée depuis les cellules musculaires squelettiques en réponse à l’exercice impliqué dans la restructuration des muscles au cours de l’hypertrophie“.

Article Ergo-log: Decorin – myostatin inhibitot and follistatin booster – is key factor in muscle growth

Source de l’article: Biochem Biophys Res Commun. 2014 Jul 25;450(2):1089-94.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

Et n’oubliez pas de vous abonner à la newsletter pour vous tenir au courant de la sortie des nouveaux articles !!

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant depuis plus de 20 ans, j'ai toujours porté un regard curieux sur le développement de la science des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je passe actuellement ma thèse en psychologie sur la question de la sublimation par la culture physique et la musculation. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider le pratiquant tout en lui donnant des informations scientifiques utiles à sa pratique des sports de force.

2 Commentaires

  1. dormegnie -  2 octobre 2016 - 16 h 09 min

    La poudre de perle de nacre contient une bonne quantité de décorine (seul complément alimentaire contenant de la décorine à ma connaissance.
    J’utilise moi-même cette poudre de perle a raison de 3 pilules par jour et les effets se font ressentir au bout de 3 semaines : meilleures récupération,
    un muscle dur et ferme,
    plus de masse sèche,
    ainsi qu’une réduction du taux de masse grasse notamment abdominale notable.

    Voila mon expérience personnelle.

    • Eric -  3 octobre 2016 - 11 h 48 min

      Bonjour,

      Merci pour votre commentaire. Cependant, ce que vous affirmez ne repose pas sur des recherches scientifiques solides mais sur votre expérience personnelle, que je ne peux d’ailleurs remettre en doute. Pour l’instant, il me paraît difficile de vous donner mon avis sur le supplément que vous prenez. J’imagine que des études cliniques seront entreprises sur cette protéine qui, pour l’instant, n’a pas encore été suffisamment étudiée.

      Cordialement,
      Eric Mallet

      https://www.espacecorps-espritforme.fr/

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *