HMB et composition corporelle sur des athlètes entraînés

hmb-optimum-nutritionLe HMB fait partie des compléments les plus critiqués, malgré les résultats d’études positifs à moyen terme. Métabolite de la Leucine, le HMB donne pourtant des résultats même si je ne suis toujours pas convaincu qu’il puisse être utile à des athlètes jeunes, ou du moins, avant 45 ou 50 ans. Dans ce cas, la Leucine est certainement plus appropriée ou du moins suffisante, comme plusieurs études cliniques l’ont déjà démontré. Toujours est-il que cela n’en rend pas moins cette étude polonaise intéressante, notamment dans le cadre de la composition corporelle; un sujet toujours aussi peu discuté chez nous mais qui pourtant, vaut plus que son pesant de cacahuètes…

Là-dessus, je vous laisse avec l’article d’Ergo-log.

———————————–

Peu importe le fait que vous fassiez des arts martiaux en pratiquant le karaté, du bodybuilding ou que vous fassiez de l’aviron. Si vous prenez 3 grammes de HMB chaque jour, vous pourriez améliorer votre composition corporelle et votre capacité d’endurance. Le HMB rendrait les athlètes entraînés même plus minces et plus en forme. C’est du moins ce qu’écrivent des nutritionnistes de l’Université de Poznan en Pologne dans un article publié dans le Journal of Strength and Conditioning Research.

L’étude sur le HMB et la composition corporelle

Les chercheurs polonais ont réalisé une expérience avec 58 athlètes masculins, âgés en moyenne de 22 ans. Les athlètes ont pris 3 grammes de HMB chaque jour pendant 12 semaines. À une autre occasion, les athlètes ont reçu un placebo pour une période similaire. Avant et après la période de supplémentation, les chercheurs ont mesuré la composition corporelle des sujets de l’étude ainsi que leur capacité aérobie.

Les résultats de l’expérience après 12 semaines

Au cours de la période de supplémentation en HMB, les athlètes ont gagné une petite quantité de masse maigre alors qu’ils ont perdu une quantité significative de graisse corporelle.

hmb-composition-corporelle

hmb-graisse-corporelle

Lorsque les chercheurs ont fait rouler les sujets sur un ergocyclomètre et ont graduellement augmenté l’intensité de l’effort. Les athlètes ont atteint leur seuil ventilatoire plus tard et à une intensité plus élevée lorsqu’ils avaient pris HMB qu’après la période placebo. Cela signifie essentiellement (et nous faisons un peu un raccourci de pensée ici) que le HMB avait amélioré la condition physique des hommes engagés dans l’expérience.

hmb-athletes

hmb-vo2-max

Le processus par lequel agit le HMB n’est pas connu des chercheurs

D’autres études ont montré que le HMB inhibait la production de l’hormone du stress, le cortisol. Cependant, les chercheurs n’ont pas découvert cet effet ici. Il n’y avait pas non plus de relation claire concernant la concentration de créatine kinase dans le sang – un marqueur de la dégradation musculaire. Les chercheurs n’ont pas été en mesure de déterminer exactement comment le HMB fonctionnait.

Conclusion

Mais la plupart des entraîneurs et des athlètes ne s’en préoccupent pas trop, ont écrit les chercheurs polonais. Le HMB fonctionne, et c’est ce qui compte.

“La supplémentation en HMB peut favoriser à la fois des changements positifs sur la composition corporelle et une augmentation de la capacité aérobique chez les athlètes entraînés”, ont écrit les Polonais. “Notre étude, en raison du large éventail d’indices mesurés et de la population relativement importante d’athlètes entraînés et pratiquant diverses disciplines sportives impliquant différents types d’exercices, peut servir de source fiable d’arguments pour ceux qui envisagent de prendre un supplément de HMB”.

Source de l’article: HMB makes trained athletes even slimmer and fitter

Source ergo-log: J Strength Cond Res. 2016 Sep;30(9):2617-26.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Une consommation modérée d’alcool serait-elle tolérable pour votre santé ? Au niveau moléculaire, ce n’est pas le cas…

verre-vinUn verre de vin chaque jour serait une habitude saine. C’est ce que nous disent les chercheurs depuis des années… jusqu’à ce que des méta-études aient vaincu le mythe. Récemment, des scientifiques américains ont publié la même conclusion dans Scientific Reports. C’est donc officiel maintenant. Une consommation modérée d’alcool n’a pas d’effet positif significatif sur la santé.

L’étude scientifique sur les effets de l’alcool

Les chercheurs de l’Université de Californie à San Francisco ont utilisé les données de 900 adultes américains ayant participé à l’étude scientifique Heart & Soul. Cette étude a débuté à la fin des années 1980. Les chercheurs connaissaient les sujets qui ne buvaient pas du tout d’alcool, ceux qui buvaient de l’alcool en étant «en bonne santé» [Ideal drinking] et ceux qui buvaient plus d’alcool que ce que les médecins estimaient être quelque chose de sain [Bing drinking].

La longueur des télomères de l’ADN des participants à l’étude est devenue plus courte. Les télomères deviennent plus courts en raison du vieillissement. Plus cette diminution est rapide, plus vous vieillissez rapidement. A vrai dire, la diminution de la longueur des télomères en dit long sur votre mode de vie. Au plus vos télomères raccourcissent rapidement, au moins votre mode de vie est sain.

Les résultats sur les effets de l’alcool et les télomères

Au début de l’étude scientifique, les sujets du groupe de consommation excessive d’alcool avaient des télomères plus courts que les autres sujets. Cet effet a été maintenu lorsque les chercheurs ont balayé l’influence de tous les autres facteurs possibles. Les télomères des sujets du groupe de consommation idéale n’étaient pas significativement plus longs que dans les autres groupes.

 

alcool-telomeres

Une consommation élevée et malsaine d’alcool [Binge drinking] avait accéléré la diminution de la longueur des télomères. Les participants à l’étude ont été classés comme des buveurs excessifs s’ils buvaient plus de six verres de boisson alcoolisée au moins une fois par an. Même lorsque les chercheurs avaient tempérés les effets de facteurs tels que l’obésité, le tabac et les risques de maladies, une consommation excessive d’alcool avait accéléré le raccourcissement de longueur des télomères.

Si les sujets de l’étude scientifique buvaient 1 à 2 verre(s) par jour et que, dans le cas de l’étude Heart & Soul, ils étaient donc considéré comme des buveurs idéaux, la vitesse à laquelle leurs télomères se raccourcissaient ne diminuait pas de manière significative.

 

alcool-dommages-cellulaires

Conclusion sur les effets de l’alcool au niveau cellulaire

“En résumé, nous ne trouvons aucune preuve que la quantité ou le type de consommation d’alcool soit associé à une longueur de télomère plus longue ou à une augmentation de sa longueur dans le temps”, résument les chercheurs.

Source de l’article: Moderate alcohol use healthy? Not at the molecular level…

Source Ergo-log: Sci Rep. 2019 Feb 5;9(1):1404.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

La musculation donne encore des résultats à l’âge de 90 ans et plus

personnes-agees-musculationIl y a de cela un quart de siècle, les médecins considéraient l’idée que les personnes âgées pourraient tirer un bénéfice de l’entraînement de force comme un non-sens absolu. L’étude réalisée par Maria Fiatarone qui a été publiée en 1990 dans le journal JAMA a changé ce point de vue définitivement. La scientifique de l’Université Tufts a montré que les personnes de 80 à 90 ans pouvaient devenir plus fortes et plus musclées en faisant de la musculation.

Les sports de force après l’âge de 60 ans

Des études sur les effets de l’entraînement de force sur les plus de soixante ans sont publiées quotidiennement. On leur accorde peu d’attention, probablement parce que leur message le plus important – l’entraînement de musculation est bon pour vous – n’est plus considéré comme sensationnel.

Le public s’intéresserait maintenant aux super-âgés de la musculation. Il s’agit de personnes âgées de 70, 80 ou 90 ans qui font des exercices de résistance et qui tiennent une forme exceptionnelle pour leur âge. L’Américaine Ernestine Shepherd, une grand-mère du bodybuilding âgée de 75 ans, en est un exemple. Ou encore, Charles Eugster, dentiste britannique à la retraite, qui a commencé la musculation à 85 ans parce qu’il voulait se remettre en forme. [telegraph.co.uk 24 février 2013]

L’exemple de Charles Eugster

Dans une interview accordée au journal The Guardian, Charles Eugster, qui avait alors 93 ans, a déclaré qu’il avait eu une crise à 85 ans. [Theguardian.com 2 avril 2011] “Un jour, je me suis regardé dans le miroir et j’y ai vu un vieil homme. J’étais en surpoids et je ne voyais plus que de la peau là où il y avait du muscle. Je savais que j’étais supposé ralentir le rythme mais j’ai ma fierté. Mon véritable corps me manquait et je voulais pouvoir à nouveau traverser la plage en faisant tourner les têtes. ”

Charles Eugster, qui faisait du rameur presque tous les jours, a commencé à faire de la musculation. Et cela a bien marché pour lui dit-il. “Avec l’entraînement de force et des shakes de protéine, mon corps a commencé à changer. Je me suis élargi, avec un corps plus en “v”. Mes épaules et mes biceps ont commencé à gagner en définition musculaire. Des gens commençaient à me dire que je paraissais plus jeune que mon âge. Et ma nouvelle silhouette bien dessinée recueillait beaucoup de regards admiratifs des femmes”.

musculation-personnes-agees

 

“Je ne poursuis pas la jeunesse”, écrit Eugster sur son blog, “Je recherche la santé. Les gens ont subi un lavage de cerveau pour penser qu’après 65 ans, vous étiez terminé.”

Charles Eugster lui-même était incroyablement en forme à 85 ans. Mais les hommes et les femmes de cet âge qui ne sont pas en forme peuvent quand même bien réagir au début de l’entraînement de force. Au moins, une étude publiée par Maria Fiatarone en 1990 l’a démontré.

L’étude scientifique sur les personnes âgées et la musculation

Dans cette étude particulière, 6 femmes et 4 hommes âgés de 86 à 96 ans entraînaient leurs muscles des cuisses trois fois par semaine sur un appareil d’extension des jambes. Ils prenaient 80% du poids avec lequel ils pouvaient réaliser 1 répétition. Chaque mini-séance d’entraînement consistait à faire trois séries. Les sujets de Maria Fiatarone n’étaient pas très en forme. A vrai dire, pendant le processus de vieillissement, ils avaient perdu tellement de masse musculaire que leur mobilité était sévèrement réduite.

Résultats de l’étude

Les analyses ont montré qu’à la fin des huit semaines, les sujets avaient accumulé de la masse musculaire. De plus, leur force maximale avait aussi augmentée.

musculation-personnes-agees

musculation-retraite

Lorsque les sujets ont cessé l’entraînement, leur force musculaire toute nouvelle s’en est allé rapidement: après un mois, ils avaient pratiquement perdu toute la force qu’ils avaient gagné.

Source de l’article: Over nineties still react to strength training

Source Ergo-log: JAMA. 1990 Jun 13;263(22):3029-34.

Note EM: La conclusion de cette étude va donc bien plus loin que ce que l’on aurait pu penser au départ. Cette étude nous rappelle surtout que le catabolisme augmente en fonction de l’avancée en âge et confirment que certaines considérations sur les compléments alimentaires suivent la même logique alors que d’autres le font moins. C’est par exemple le cas du HMB où nous avions constaté qu’il faut au moins avoir dépassé 50 ans pour en retirer quelque chose. Fatalement et de manière logique, c’est aussi le cas de la Leucine dont les besoins augmentent avec l’âge. Rappelez-vous tout simplement que lorsque l’on vieilli, la rétention des acides aminés par l’intestin augmente (ce que l’on nomme l’extraction splanchnique), c’est le cas pour la Leucine comme pour les autres acides aminés. Certains de ces acides aminés, comme la Glycine et la citrulline, semblent présenter un intérêt nutritionnel plus indépendant du vieillissement. Rappelez-vous que la L-Citrulline ne subit pas la rétention intestinale.

Le besoin en azote augmente avec l’âge, un facteur déterminant du grammage minimal nécessaire sur lequel nous ne sommes pas toujours d’accord. Besoins minimal en protéines, protéolyse (autophagie et catabolisme), extraction splanchnique et d’autres encore… L’ensemble de ces facteurs doit être pris en considération en fonction de l’âge si vous voulez vraiment connaitre vos besoins journaliers minimum en protéines. Nous aurons l’occasion d’approfondir ce sujet avec le prochain article transcrit de Gabrielle Lyon. Mais d’ici là, je ne peux que vous recommander de développer votre culture physique…

Eric Mallet

En savoir plus »
2 Commentaires

Le développé couché décliné serait plus efficace pour vos pectoraux que le développé incliné

Mon lundi est invariablement consacré à l’entraînement des pectoraux et de ses muscles agonistes, les triceps. Et depuis longtemps, j’ai souvent constaté que j’avais de meilleure sensation de travail avec le développé couché décliné qu’en position incliné. Pour ma part, j’en suis même venu à pratiquer une version de l’écarté décliné haltères, particulièrement casse-gueule et risqué pour l’intégrité des pectoraux, surtout si vous vous aventurez à prendre des charges lourdes; ce qui est particulièrement dangereux. Malgré cela, les résultats sont là et je pourrais donc vous conseiller cet exercice, avec une extrême prudence. Essayez impérativement de rester dans une plage d’exercice qui vous permet de réaliser 10/12 répétitions, sans amplitude excessive. Cette position délicate place vos pectoraux et vos articulations dans une position non-naturelle et d’autant plus dangereuse que l’amplitude est augmentée par l’étirement donné par la charge sur le mouvement d’écarté. L’article sur le décliné date de 1997 mais il n’en est pas moins significatif pour autant, même si l’on pourra toujours émettre des critiques sur les mesures EMG. Sur ce préalable, je vous laisse avec la traduction de l’article d’Ergo-log…

—————————————

Le développé couché incliné est presque aussi populaire dans les salles de sport que le développé couché à plat, tandis que le développé couché décliné est souvent négligé. Et c’est dommage: selon une étude réalisée il y a plusieurs années par des scientifiques du sport au Wayne State College, le banc de développé couché décliné est un meilleur exercice pour les muscles de la poitrine que la version inclinée.

pectoraux-anatomie

grand-pectoral

 

Les pectoraux sur le plan anatomique

Vous avez deux muscles de la poitrine: le pectoral mineur et le pectoral majeur. L’étude mentionnée ici ne portait que sur le pectoralis major. {Note EM: Ce n’est pas clair, je pense qu’ils ont oublié le sub-clavier}.

Le pectoral majeur comprend à son tour deux parties: la partie supérieure, qui est attachée à la clavicule et est appelée la partie claviculaire du pectoral majeur dans les manuels d’anatomie [en haut à droite: C]; et la partie inférieure la plus large, attachée au sternum, officiellement appelée la partie sternale du pectoral majeur [en haut à droite: S].

La comparaison entre le développé couché décliné et incliné

En théorie, les bodybuilders qui veulent se concentrer sur le développement de la partie claviculaire de leurs pectoraux ajoutent le développé couché incliné [ci-dessous, image du haut] à leurs entraînements. S’ils veulent mettre l’accent sur la partie sternale de leurs pectoraux, ils optent pour le décliné [ci-dessous, image du bas].

developpe-couche-incline

developpe-couche-decline

Les chercheurs ont voulu savoir avec certitude si ces deux exercices font réellement ce que la communauté de l’hypertrophie pense vraiment faire. Ils ont donc demandé à 15 personnes, qui pratiquaient déjà la musculation depuis au moins un an, de réaliser du développé incliné et décliné dans leur laboratoire. Les chercheurs ont mesuré l’activité électrique dans les muscles thoraciques des sujets pendant l’exercice et ont utilisé ces informations pour déterminer le stress de travail des muscles.

Le décliné stimulerait mieux les pectoraux que l’incliné

Comme le montre le tableau ci-dessous, le banc de développé incliné a stimulé la partie supérieure du muscle thoracique de la même manière que le banc de développé couché décliné. L’exercice ne présente donc pas l’effet attendu par les bodybuilders.

Con = mouvement concentrique [vers le haut]; Ecc = mouvement excentrique [retour].

decline-emg

developpe-decline-incline-emg

Le tableau ci-dessus montre l’effet des deux exercices sur la partie inférieure du muscle thoracique. Ici, vous pouvez voir que le développé couché décliné a bien l’effet recherché par les bodybuilders.

Source de l’article: Decline bench press better for pecs than incline bench press

Source Ergo-log: Journal of Strength & Conditioning Research, 1997, 11(3), 163-167.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
2 Commentaires

Voici comment le sommeil rendrait les hommes plus masculins et protègerait les femmes contre le cancer du sein

melatonineJuste avant et pendant votre sommeil, le corps libère l’hormone de la mélatonine. Plus la qualité de votre sommeil est bonne, plus grande est la quantité. La mélatonine inhibe probablement la conversion de la testostérone en estradiol, comme l’ont indiqué des toxicologues thaïlandais en 2014 dans Toxicology Letters.

L’étude scientifique réalisée in vitro

Les chercheurs, associés à l’Institut de recherche Chulabhorn en Thaïlande, ont réalisé une expérience en plaçant dans des éprouvettes un mélange de cellules cancéreuses du sein T47D et de fibroblastes adipeux sains. Cette combinaison de cellules ressemble plus à un tissu dans un organisme qu’à quelques cellules cancéreuses du sein. Les cellules T47D sont sensibles à l’œstradiol. Les chercheurs ont voulu savoir si de petites quantités de mélatonine avaient un impact sur l’effet stimulant de l’estradiol sur la croissance  des cellules cancéreuses.

Résultat de l’étude

Lorsque les chercheurs ont exposé leurs cellules à la testostérone à une concentration de 0, 1, 5 et 10 nanomoles, les cellules du cancer du sein se sont développées plus rapidement. Plus la concentration de testostérone était élevée, plus le repliement de la prolifération était important. La mélatonine a bloqué cet effet. La concentration la plus efficace – 20 nanomoles – se situe dans la plage des valeurs maximales que vous pouvez trouver dans le sang des personnes qui dorment sainement.

melatonine-oestradiol

Le tableau ci-dessous montre comment la mélatonine a inhibé la croissance des cellules T47D. À la concentration de 20 nanomoles, l’hormone du sommeil a inhibé la conversion de la testostérone en œstradiol et en létrozole. Note Ergo-log: La mélatonine est un très bon inhibiteur de l’aromatase, en éprouvettes.

melatonine-estradiol-testosterone

 

Les chercheurs ont également utilisé le resvératrol. Cette substance a également bloqué l’enzyme aromatase. Cependant, les concentrations nécessaires au resvératrol pour inhiber l’aromatase étaient trop élevées pour être intéressantes.

Conclusion sur la mélatonine et son influence hormonale

“Notre étude montre que la co-culture de cellules tumorales mammaires T47D associée à des fibroblastes mammaires est un bon modèle de cancer du sein in vitro pouvant être utilisé pour étudier les effets sur l’aromatase, le récepteur des œstrogènes ainsi que sur le rôle des androgènes dans la communication paracrine. Les interactions entre les deux types de cellules.” ont écrit les chercheurs. “La mélatonine et le resvératrol se sont révélés être des inhibiteurs de l’aromatase dans ce système de co-culture, bien qu’à des concentrations d’effet différentes.”

“Notre modèle de co-culture n’a fourni aucune indication selon laquelle la mélatonine est également un modulateur sélectif des récepteurs des œstrogènes. (…/…) Les concentrations de mélatonine de 20 nanomoles et de resvératrol de 20 micromoles présentent un effet inhibiteur de l’aromatase aussi puissant que 20 nanomoles de létrozole, un médicament anti-aromatase utilisé en clinique dans le traitement du cancer du sein.”

“Le mécanisme d’action sélectif du modulateur des enzymes œstrogènes, en particulier de la mélatonine, pourrait offrir des avantages potentiels pour le traitement du cancer du sein.”

Source de l’article: How sleep makes men more masculine, and protects women against cancer

Source Ergo-log: Toxicol In Vitro. 2014 Oct;28(7):1215-21.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Methoxyisoflavone et ipriflavone seraient des inhibiteurs de l’aromatase

m-stak-universal-nutritionIl y a plus de 15 ans sinon 20, Universal Nutrition sortait leurs tous nouveaux packs dont leur M-Stak avec des extraits végétaux un peu bizarres de méthoxyisoflavone et autres Muira puama ou extraits de Kudzu. En ces temps troublés où j’étais encore une moitié de freluquet, j’avais voulu tester. Pourtant septique en lisant l’étiquette, je ne comprenais pas tout puisque forcément, à l’époque, je n’avais pas le même recul sur l’aspect scientifique des compléments alimentaires. Toujours est-il que j’en avais pris une boite mais je n’avais pas vraiment constaté d’effets fantastiques contrairement à la première fois où j’avais pris de la créatine. Logiquement, j’avais effectivement pris de la masse musculaire et de la force.

Toujours est-il que l’expérience remonte à trop longtemps pour que je m’en souvienne encore précisément. Anecdote dont je me souviens pourtant, c’est que Marco m’avait dit “j’en connais un qui a pris M-Stak et qui a risqué l’hypoglycémie…”. A l’époque, je n’avais pas compris le pourquoi du comment. En relisant l’étiquette aujourd’hui, on comprend mieux: 4-Hydroxisoleucine, acide corosolique, Cinnulin PF (extrait de cannelle) et acide alpha lipoïque. Forcément, aujourd’hui, je comprends mieux pourquoi les petites natures n’auraient pas dus prendre leur Methoxy-machin l’estomac vide. Donc, si vous prenez un jour ce genre de complément, prenez-le avec votre Big Yam ou/et des céréales. Par contre, si vous prenez l’exemple du M-Stak d’Universal Nutrition, il est assez difficile de dire d’où pourraient venir clairement les effets puisque l’ensemble des composants de cette formule sont divers et nombreux (dont des stimulants avec caféine et théobromine). A priori, les effets supposés produits par ces flavones me semblent bien faibles et la littérature disponible a tendance à le confirmer. Mais pour l’instant, je vous laisse avec la traduction de l’article d’Ergo-log pour approfondir un peu le sujet. Prenez également en compte que l’étude a été effectuée in vitro, comme le rappelle les chercheurs.

———————————-

Certains suppléments supposés augmenter les niveaux de testostérone contiennent les isoflavones synthétiques méthoxyisoflavone et ipriflavone. Ces compléments pourraient fonctionner comme le suggère une étude in vitro des chasseurs italiens du dopage, associée à la Federazione Medico Sportiva Italiana. L’article a été publié dans Drug Testing & Analysis. Selon les chercheurs, méthoxyisoflavone et ipriflavone inhibent l’aromatase, l’enzyme qui convertit la testostérone en estradiol.

methoxyisoflavone-supplement

 

Ipriflavone et méthoxyisoflavone

Ipriflavone et méthoxyisoflavone sont des isoflavones synthétiques. Ils ont été inventés au siècle dernier par des chimistes d’Europe de l’Est qui souhaitaient fabriquer de nouveaux agents anabolisants en modifiant des isoflavones comme la daidzéine, un phyto-œstrogène du soja.

methoxyisoflavone-ipriflavone

Ces isoflavones de synthèse ne se sont pas montrés très efficaces en tant que médicament mais elles ont pourtant suivi leur chemin en tant que complément sportif.

L’ipriflavone et la méthoxyisoflavone inhibent l’action des enzymes P450 telles que les CYP1A2 et CYP2C9. De là, les Italiens se sont demandé si l’ipriflavone et la méthoxyisoflavone contrecarraient également l’aromatase. Il s’agit de l’enzyme qui convertit la testostérone en estradiol. Tout comme le CYP1A2 et le CYP2C9, l’aromatase est une enzyme P450.

Si tel est le cas, l’ipriflavone et la méthoxyisoflavone pourraient figurer sur une liste des produits dopants, où l’on retrouve également l’anastrozole et le létrozole. Comme vous le savez, les inhibiteurs de l’aromatase peuvent augmenter les niveaux de testostérone, améliorant ainsi les performances physiques.

L’étude sur les phyto-œstrogènes modifiés et leurs effets supposés sur l’aromatase

Les chercheurs ont commencé par mettre la testostérone et l’aromatase dans des éprouvettes. Puis, ils ont cherché à constater si la conversion de la testostérone en estradiol était bloquée en ajoutant de l’ipriflavone, de la méthoxyisoflavone et d’autres substances.

Résultats de l’expérience

L’ipriflavone et la méthoxyisoflavone ont inhibé la formation de l’œstradiol. Les deux substances ont bloqué l’action de l’enzyme aromatase. La daidzéine l’a fait aussi mais dans une bien moindre mesure. L’effet anti-estrogénique de la méthoxyisoflavone et de l’ipriflavone était similaire à celui de l’anastrozole.

methoxiflavone-ipriflavone-antiestrogenique

methoxiflavone-ipriflavone-antiestrogene

ipriflavone

anastrazole

 

Lorsque les Italiens ont calculé le Ki (constante d’inhibition des réactions enzymatiques) de la méthoxyisoflavone et de l’iproflavone sur la base de leurs tests, ils ont constaté qu’il était égal au Ki des inhibiteurs pharmacologiques de l’aromatase.

inhibiteurs-aromatase

 

Conclusion sur la méthoxyisoflavone et l’ipriflavone

“Les résultats obtenus dans notre système de modèles in vitro montrent que, dans la gamme de concentrations considérée, la méthoxyisoflavone et l’ipriflavone ont un potentiel d’inhibition de l’aromatase similaire à celui du formestane, de l’anastrozole et de l’aminoglutéthimide”, écrivent les chercheurs. “Ces trois médicaments [sont] utilisés dans le traitement anticancéreux et interdits par l’AMA (Agence Mondiale Antidopage) pour leurs effets sur la stéroïdogenèse.”

“Clairement, les résultats présentés ici ne sont pas suffisants pour exprimer une opinion finale sur l’opportunité d’inclure des isoflavones synthétiques sur la Liste des interdictions de l’AMA car l’ampleur réelle de leurs effets in vivo serait certainement modulée par leurs propriétés pharmacocinétiques, et notamment par leur faible biodisponibilité.”

“Néanmoins, nous pensons que leur surveillance pourrait encore être utile pour l’analyse du contrôle du dopage, compte tenu également des fortes doses recommandées pour les isoflavones de synthèse dans les compléments alimentaires.”

Source de l’article: Methoxyisoflavone and ipriflavone are aromatase inhibitors

Source Ergo-log: Drug Test Anal. 2019 Feb;11(2):208-14.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire