La mangiférine, un stimulant nootrope qui stimule l’endurance et la vitesse

mangiferine-zynamiteLa mangiférine est un xanthonoïde qui tire son nom du manguier Mangifera indica. La mangiférine est présente dans les feuilles de l’arbre. Un extrait breveté de ces feuilles est présent sur le marché sous le nom de Zynamite depuis quelques années maintenant. Selon les études humaines de l’entreprise espagnole Nektium Pharma, Zynamite rendrait les athlètes nettement plus rapides. Note EM: (un xanthonoïde est une xanthone, un phénol pigmentaire de couleur jaune retrouvé chez de nombreux végétaux).

La mangiférine

Nektium commercialise la mangiférine comme alternative à la caféine. Vous pouvez trouver de la mangiférine dans des suppléments à effets nootropiques et dans diverses formules de pré-entraînement. En tout cas, cette dernière catégorie de produits stimulants pourrait fonctionner, selon les recherches que les scientifiques du sport de l’Université de Las Palmas de Gran Canaria ont publiées dans Nutrients en 2019.

En savoir plus »
2 Commentaires

Quelle serait la meilleure méthode d’exercice pour le Reverse Fly ?

reverse-flyLes culturistes ou autres athlètes de force sérieux qui inscrivent le Reverse Fly dans leur programme d’entraînement des épaules auraient intérêt à l’effectuer avec une prise neutre, les paumes des mains étant tournées l’une vers l’autre au début du mouvement concentrique. Brad Schoenfeld, du Lehman College de New York, a réalisé une étude sur ce sujet. Les résultats de cette étude ont été publiés dans le Journal of Strength and Conditioning Research.

Le Reverse Fly pour cibler les deltoïdes postérieurs

Le Reverse Fly (Note EM: ou écarté incliné buste penché si vous utilisez des haltères) travaille les muscles de l’arrière de l’omoplate. Que vous fassiez l’exercice sur une machine [voir ci-dessus à droite] ou avec des haltères sur un banc [voir ci-dessous], le Reverse Fly entraîne la partie des deltoïdes placée au dessus des dorsaux [officiellement connus sous le nom de deltoïde postérieur] et les muscles de la coiffe des rotateurs : le subscapalaris, l’infraspinatus, le supraspinatus et le teres minor. Les trois derniers muscles sont représentés ci-dessous.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Associer astaxanthine et collagène serait favorable à la santé de la peau

collagene-hydrolyseUne dose quotidienne de 6 milligrammes d’astaxanthine réduirait les rides du visage, comme nous l’avions écrit précédemment. Vous le savez, il existe des preuves cliniques que le collagène hydrolysé présente le même effet positif. Mais que se passerait-il si vous combiniez l’astaxanthine et le collagène ? Une étude humaine, publiée dans le Journal of Medicinal Food en 2014 par des chercheurs coréens vous donnera la réponse.

L’étude sur l’association de collagène et d’astaxanthine

Les chercheurs, affiliés à l’Université nationale de Séoul en Corée du Sud, ont divisé 44 femmes âgées de 41 à 60 ans en un groupe placebo et un groupe expérimental. Pendant les 12 semaines de l’expérience, les sujets du groupe expérimental ont consommé 2 milligrammes d’astaxanthine et 3 grammes de collagène de poisson hydrolysé par jour. Le collagène était un produit de Rousselot France, qui commercialise du collagène de poisson hydrolysé sous le nom de Peptan. L’astaxanthine provient des usines de l’American Cyanotech Corporation.

Résultats de l’étude

Après 12 semaines, les chercheurs ont voulu savoir si l’élasticité et l’hydratation de la peau du visage avaient changé. En termes d’hydratation, ils n’ont trouvé aucune différence entre les groupes mais l’élasticité a été améliorée de manière significative chez les femmes du groupe de supplémentation.

astaxanthine-collagene

Après 12 semaines, les chercheurs ont irradié un morceau de peau des fesses des femmes avec des rayons UV (!). Comme vous le savez, les rayonnements UV sont la principale cause du vieillissement de la peau.

Les Coréens ont découvert que la peau des femmes qui avaient reçu le complément réagissait aux radiations en produisant beaucoup plus de pro-collagène de type 1. Cela signifie que le tissu cutané s’était renouvelé.

collagene-astaxanthine

En outre, les cellules de la peau des femmes prenant le supplément ont produit moins d’enzymes MMP-1 et MMP-12. Ces enzymes sont impliquées dans les processus cataboliques des tissus cutanés.

Le sponsor de l’étude

L’étude a été financée par Cerebos Pacific Limited, une très vieille entreprise britannique. Cerebros est le producteur de RudyCollagen, un aliment fonctionnel contenant du collagène et de l’astaxanthine, entre autres.

Source de l’article: This combination of astaxanthin and collagen keeps your skin young

Source Ergo-log: J Med Food. 2014 Jul;17(7):810-6.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Les utilisateurs de stéroïdes anabolisants souffriraient surtout d’effets secondaires psychologiques

testosterone-moleculeLa littérature médicale vous donne l’impression que les effets secondaires liés à l’utilisation des stéroïdes anabolisants sont principalement de nature physique. Selon les études de cas, les utilisateurs de stéroïdes présenteraient un risque accru de maladies cardiovasculaires, de troubles endocrinologiques et, si vous parlez d’anabolisants oraux, d’anomalies du foie. Cela ne serait pas le cas, comme l’ont découvert des chercheurs de l’université d’Oslo. Selon leurs recherches, les effets secondaires les plus fréquents des stéroïdes ne seraient pas de nature physique, mais psychologique…

L’étude sur les effets secondaires liés à l’usage de stéroïdes anabolisants

Les chercheurs ont utilisé les données de 232 utilisateurs de stéroïdes et de 60 amis et membres de la famille des utilisateurs qui ont pris contact avec le projet sur les stéroïdes du gouvernement norvégien en 2015-2019. Le projet Steroid vise à orienter les utilisateurs de stéroïdes ayant des problèmes médicaux vers des spécialistes et à essayer de leur permettre de se désintoxiquer.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Le powerlifting vous fait gagner de la force, sauf pour les muscles lombaires

Les powerlifters font du squat et soulèvent des charges considérables mais cela ne renforcerait pas les muscles du bas du dos. C’est du moins ce qu’ont découvert des scientifiques britanniques spécialisés dans le sport à l’université de Southampton Solent. Pourtant, des études expérimentales sur l’extension des lombaires nous ont appris que le développement de ces muscles lombaires contrecarre les problèmes de bas du dos. Les haltérophiles qui veulent protéger le bas de leur dos doivent-ils inclure des hyper-extensions dans leur programme d’entraînement ?

L’étude sur la force des lombaires chez des powerlifters, des bodybuilders et des sportifs

Les Britanniques ont réalisé une expérience clinique avec 13 haltérophiles de compétition [NCPL], 10 haltérophiles amateurs [CPL] et 36 athlètes de loisir qui ne faisaient pas de musculation [RECT]. Tous les sujets étaient des hommes.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Moins de sommeil, moins d’oxygène…

endurance-sommeilLes performances des athlètes d’endurance diminueraient s’ils avaient manqué de trois heures de sommeil la nuit précédente. Le manque de sommeil réduirait leur absorption d’oxygène et perturberait leur rythme cardiaque. C’est ce qu’avait découvert des scientifiques français spécialisés dans le sport au début des années 90.

En 1991, les chercheurs avaient publié les résultats d’une expérience qu’ils ont réalisée avec 7 cyclistes masculins âgés de 25 ans. Les cyclistes ont dû pédaler un certain nombre de fois, en commençant à chaque fois par un échauffement de 10 minutes, puis 20 minutes à 75 % de leur VO2max et enfin ,en pédalant jusqu’à l’épuisement avec une intensité qui augmentait rapidement.

A une occasion, les cyclistes avaient dormi normalement la nuit précédente [spontaneous sleep, control night], à une autre occasion, les chercheurs avaient privé leurs sujets de trois heures de sommeil [partial sleep deprivation, deprived night], et à une autre occasion encore, les chercheurs ont donné aux cyclistes du triazolam, un somnifère. Les chercheurs espéraient que cela améliorerait la qualité du sommeil des sujets, mais cela a échoué. Nous omettons ici les résultats du somnifère.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Acides Aminés pour les Super Musclés, Partie IV – Les ergogènes supposés (1/3): La Bêta-alanine, la nouvelle créatine ?

Je vais essayer de prendre un peu de temps pour vous traduire quelques articles particulièrement intéressants du blog SuppVersity et en ce moment, le temps me manque réellement pour mener à bien l’ensemble de mes projets. Toujours est-il que ce qu’Adel Moussa appelle “Partie IV” n’en est pas vraiment une puisque les trois autres parties font références à des podcasts radiophoniques. Par contre, ces articles qui sont des résumés du podcast “Partie IV” sont riches en informations que chaque musclé se devrait de connaitre. C’est notamment le cas pour la bêta-alanine décrit de manière assez complète dans cet article (juillet 2011), ainsi que sur la carnitine et la glutamine qui suivra dans quelques temps. Vous trouverez aussi une bibliographie des chercheurs cités dans l’article.

Notez que la traduction des derniers articles de la série “Comprendre la Croissance Musculaire” sera terminée cette année. J’espère surtout avoir un peu plus de temps pour traduire les articles de la SuppVersity plus fréquemment car ils sont généralement plus complets, plus intéressants et un peu plus complexes, que ceux d’Ergo-log.

Mais pour l’instant, je vous laisse avec ce premier article sur la bêta-alanine…

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire