Trop peu de protéines au petit-déjeuner et au déjeuner restreint la croissance musculaire des athlètes âgés

Aucun commentaire

iso-zero-proteinOn conseille souvent aux personnes âgées qui veulent se muscler davantage de manger plus de protéines. Ce conseil est correct mais serait trop vague, selon des chercheurs de l’université de Birmingham au Royaume-Uni. Le meilleur conseil à donner serait d’augmenter l’apport en protéines au petit-déjeuner et au déjeuner avec au moins 40 grammes de protéines par repas. Naturellement, ces conseils seraient tout à fait valables pour les athlètes âgés.

L’analyse des protéines chez les jeunes et les athlètes âgés

Pendant 3 jours, les chercheurs ont analysé le régime alimentaire de 40 jeunes d’une vingtaine d’années, de 40 personnes d’une quarantaine ou d’une cinquantaine d’années et de 40 personnes de 70 ans et plus. Les chercheurs ont étudié les modèles de comportement alimentaire des participants. En particulier, ils ont évalué l’apport en protéines dans les différentes tranches d’âge et ont trouvé 18 modèles différents d’apport en protéines tout au long de la journée, montrant une grande variété d’habitudes alimentaires.

Dans l’étude qu’ils ont publiée dans Frontiers in Nutrition, les scientifiques se sont principalement concentrés sur les protéines consommées par les participants à l’étude. Ils ont examiné l’apport total en protéines, mais aussi l’apport en protéines par repas.

proteine-oeuf

Les résultats de l’étude sur les besoins en protéines suivant l’avancée en âge

Plus les sujets de l’étude étaient âgés, plus leur apport en protéines était faible. La plupart des participants les plus âgés avaient également un apport en protéines qui, selon les scientifiques spécialisés en nutrition, s’avérait comme suffisant. C’est à croire qu’ils ne lisent pas la littérature scientifique.

proteines-personnes-ages

consommation-proteine-personnes-ages

proteine-age

Le tableau est devenu moins positif lorsque les chercheurs se sont penchés sur la consommation de protéines par repas. Ce n’est qu’au dîner que les septuagénaires avaient reçu suffisamment de protéines pour stimuler la synthèse de leurs propres muscles.

Les jeunes auraient besoin de 20 à 25 grammes de protéines par repas pour stimuler leurs tissus musculaires. Après avoir consommé cette quantité, suffisamment d’acides aminés entrent dans le sang pour activer les processus anaboliques des cellules musculaires. Chez les personnes et athlètes âgées, ce mécanisme biologique fonctionne moins bien. Les cellules musculaires âgées n’obtiennent une synthèse protéique positive qu’avec un apport de 40 grammes de protéines.

Conclusions

“La plupart des gens atteignent l’apport quotidien recommandé en protéines, mais nos résultats montrent qu’une ligne directrice unique pour l’apport en protéines n’est pas appropriée pour toutes les tranches d’âge”, déclare le premier auteur Benoit Smeuninx dans un communiqué de presse.

“Dire simplement que les personnes âgées devraient manger plus de protéines n’est pas vraiment suffisant non plus. Nous avons besoin d’une approche plus sophistiquée et individualisée qui puisse aider les gens à comprendre quand et combien de protéines consommer pour soutenir la masse musculaire”.

Source de l’article: Too little protein at breakfast and lunch inhibits muscle growth in the elderly

Source Ergo-log: Front Nutr. 2020 Mar 16;7:25.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant de la musculation depuis près de 28 ans, je me suis toujours intéressé au développement des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je travaille actuellement sur la rédaction de plusieurs ouvrages dont la sublimation par la culture physique et la musculation sur le plan psychanalytique. Consultant dans le domaine des compléments alimentaires, j'accompagne les entreprises dans le développement de leur stratégie de vente et de communication en matière de nutrition sportive. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider les athlètes tout en leurs donnant des informations scientifiques utiles à leur pratique des sports de force.

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.