Voici comment le sommeil rendrait les hommes plus masculins et protègerait les femmes contre le cancer du sein

Aucun commentaire

melatonineJuste avant et pendant votre sommeil, le corps libère l’hormone de la mélatonine. Plus la qualité de votre sommeil est bonne, plus grande est la quantité. La mélatonine inhibe probablement la conversion de la testostérone en estradiol, comme l’ont indiqué des toxicologues thaïlandais en 2014 dans Toxicology Letters.

L’étude scientifique réalisée in vitro

Les chercheurs, associés à l’Institut de recherche Chulabhorn en Thaïlande, ont réalisé une expérience en plaçant dans des éprouvettes un mélange de cellules cancéreuses du sein T47D et de fibroblastes adipeux sains. Cette combinaison de cellules ressemble plus à un tissu dans un organisme qu’à quelques cellules cancéreuses du sein. Les cellules T47D sont sensibles à l’œstradiol. Les chercheurs ont voulu savoir si de petites quantités de mélatonine avaient un impact sur l’effet stimulant de l’estradiol sur la croissance  des cellules cancéreuses.

Résultat de l’étude

Lorsque les chercheurs ont exposé leurs cellules à la testostérone à une concentration de 0, 1, 5 et 10 nanomoles, les cellules du cancer du sein se sont développées plus rapidement. Plus la concentration de testostérone était élevée, plus le repliement de la prolifération était important. La mélatonine a bloqué cet effet. La concentration la plus efficace – 20 nanomoles – se situe dans la plage des valeurs maximales que vous pouvez trouver dans le sang des personnes qui dorment sainement.

melatonine-oestradiol

Le tableau ci-dessous montre comment la mélatonine a inhibé la croissance des cellules T47D. À la concentration de 20 nanomoles, l’hormone du sommeil a inhibé la conversion de la testostérone en œstradiol et en létrozole. Note Ergo-log: La mélatonine est un très bon inhibiteur de l’aromatase, en éprouvettes.

melatonine-estradiol-testosterone

 

Les chercheurs ont également utilisé le resvératrol. Cette substance a également bloqué l’enzyme aromatase. Cependant, les concentrations nécessaires au resvératrol pour inhiber l’aromatase étaient trop élevées pour être intéressantes.

Conclusion sur la mélatonine et son influence hormonale

“Notre étude montre que la co-culture de cellules tumorales mammaires T47D associée à des fibroblastes mammaires est un bon modèle de cancer du sein in vitro pouvant être utilisé pour étudier les effets sur l’aromatase, le récepteur des œstrogènes ainsi que sur le rôle des androgènes dans la communication paracrine. Les interactions entre les deux types de cellules.” ont écrit les chercheurs. “La mélatonine et le resvératrol se sont révélés être des inhibiteurs de l’aromatase dans ce système de co-culture, bien qu’à des concentrations d’effet différentes.”

“Notre modèle de co-culture n’a fourni aucune indication selon laquelle la mélatonine est également un modulateur sélectif des récepteurs des œstrogènes. (…/…) Les concentrations de mélatonine de 20 nanomoles et de resvératrol de 20 micromoles présentent un effet inhibiteur de l’aromatase aussi puissant que 20 nanomoles de létrozole, un médicament anti-aromatase utilisé en clinique dans le traitement du cancer du sein.”

“Le mécanisme d’action sélectif du modulateur des enzymes œstrogènes, en particulier de la mélatonine, pourrait offrir des avantages potentiels pour le traitement du cancer du sein.”

Source de l’article: How sleep makes men more masculine, and protects women against cancer

Source Ergo-log: Toxicol In Vitro. 2014 Oct;28(7):1215-21.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant depuis plus de 20 ans, j'ai toujours porté un regard curieux sur le développement de la science des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je passe actuellement ma thèse en psychologie sur la question de la sublimation par la culture physique et la musculation. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider le pratiquant tout en lui donnant des informations scientifiques utiles à sa pratique des sports de force.

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.