La mélatonine, aussi efficace à inhiber l’aromatisation de la testostérone en œstrogènes que le Letrozole

Aucun commentaire

melatonineCela semblerait étrange à l’individu Lambda mais les résultats de l’étude que Suthat Chottanap et ses collègues de l’Institut universitaire Chulabhorn sont sur ​​le point de présenter dans un des prochains numéros de Toxicology in vitro confirment ce que les lecteurs de SuppVersity savaient déjà: Il est plus que probable qu’il existe un lien direct entre un manque de sommeil de qualité comme souvent constaté chez ceux qui travaillent selon des horaires décalés et le risque de cancer du sein.

L’augmentation des risques de cancer du sein seraient-ils liés à la mélatonine ?

L’ augmentation des risques chez les femmes qui ne dorment pas pendant la période de la nuit les niveaux de mélatonine sont généralement à leur plus haut seraient de 14% environ (Davis. 2011), une observation qui semble logique, compte tenu de ce que je m’apprête à vous dire aujourd’hui. Parmi de nombreux composés naturels biologiquement actifs, le resvératrol et la mélatonine sont supposés agir comme des inhibiteurs de l’aromatase, ce qui en fait des candidats potentiels dans le traitement hormonal du cancer du sein.

Ces observations précédentes sont la véritable raison pour laquelle Suthat Chottanap et ses collègues ont préparé quelques boîtes de Pétri dans lesquels ils ont placé en co-culture des fibroblastes primaires adipeux maternels (FBA) avec de la testostérone et de la mélatonine ou du resvératrol. Nous savons depuis longtemps que les cellules graisseuses provenant du tissu du sein peuvent convertir la testostérone en œstradiol et contribuent donc à la croissance et à l’expansion d’un cancer du sein par la prolifération des cellules T47D – par le biais de la prolifération des récepteurs des œstrogènes.

effets-anti-aromatase-de-la-melatonine-et-du-resveratrol

Tableau 1: Les effets anti-aromatase du resvératrol contre mélatonine (à gauche) et anti-prolifératif (à droite) de la mélatonine en rapport aux cellules du cancer du sein.

Comme les données de la Figure 1 le montre, Cet effet secondaire particulièrement néfaste de la présence de testostérone et des fabricants de graisse de l’aromatase, les BAF (Building Aromatase Factories), a été contrecarré autant par la mélatonine que le resvératrol, mais à différents niveaux.

  • Pour le resvératrol, les scientifiques ont eu besoin d’une concentration de 20µM (20 microMoles), soit 0.000002 Mol et donc 1000 fois plus que pour la mélatonine
  • Pour la mélatonine, une concentration de 20nM (20 nanoMoles = 0.000000002) s’est avérée suffisante

Disons que ces résultats étonnent et vous pourriez ajouter, pour le moins, que ça ne fait que confirmer ce que nous savons déjà: que le resvératrol est une molécule bien moins “miraculeuse” que tout ce que la publicité tapageuse des médias cherchent à nous le faire croire.

La mélatonine serait un inhibiteur de l’aromatase

aromatase-hormonesDans un sens, ce qui nous permet de dire que ces résultats sont vraiment étonnants, c’est que la mélatonine s’est montré aussi efficace que le Létrozole, l’inhibiteur d’aromatase le plus puissant de l’arsenal pharmaceutique connu pour supprimer la prolifération cellulaire, la production d’œstradiol et l’expression des gènes CYP19A1 et pS2andKi-67. Rien d’étonnant à ce que les auteurs thaïlandais de l’article que nous commentons soient convaincus que la mélatonine affiche clairement les avantages potentiels d’un traitement contre le cancer du sein. Et cette allégation est soutenue par l’association – souvent évoquée – entre l’augmentation des risques de cancer du sein liés à des horaires décalés ET la corrélation inverse entre les risques de cancer du sein et les niveaux urinaires de mélatonine constatés dans l’article publié en 2005 par Eva S. Schernhammer et Susan E. Hankinson, une corrélation qui reste significative, même lorsque les femmes qui avait un passé d’horaires de nuit étaient exclues !

Pour conclure: Il est encore trop tôt pour dire si la prise de mélatonine en tant que supplément contre le cancer du sein peut avoir du sens. Les résultats de cette étude confirment déjà que le sommeil passé durant une période de production maximale de mélatonine (durant la nuit ou dans une pièce complètement noire) est d’une importance cruciale pour votre santé.

Références bibliographiques

Chottanapund, Suthat, et al.: ici

Davis, Scott, Dana K, Mirick, and Richard G. Stevens: Night shift work, light at night and risk of breats cancer

Eric Mallet

Article SuppVersity original: Melatonin as potent as Letrozole in inhibiting aromatizaton of testostérone to estrogen – this raise the question: Is a lack of / bad sleep to blame for breast cancer ?

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant depuis plus de 20 ans, j'ai toujours porté un regard curieux sur le développement de la science des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je passe actuellement ma thèse en psychologie sur la question de la sublimation par la culture physique et la musculation. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider le pratiquant tout en lui donnant des informations scientifiques utiles à sa pratique des sports de force.

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.