La glucosamine protègerait de l’infarctus, mais sous quelles conditions ?

glucosamine-capsulesLa glucosamine serait plus qu’un complément qui protège vos articulations de l’usure. De plus en plus d’indices suggèrent que la glucosamine serait un supplément anti-âge présentant un effet bénéfique sur la santé au sens large du terme. L’indice le plus récent nous est donné par une étude épidémiologique publiée dans le BMJ par des chercheurs de l’Université de Tulane à la Nouvelle-Orléans. Cette recherche suggère que la glucosamine pourrait réduire le risque de maladies cardiovasculaires mortelles.

L’étude sur la glucosamine

En 2012, des scientifiques australiens ont publié une étude dans PLoS One à partir d’une méta-analyse où ils ont décrit l’utilisation de la glucosamine chez 266 848 personnes de plus de 45 ans. [PLoS One. 2012; 7 (7): e41540.] Cette étude a montré que la glucosamine était particulièrement en vogue chez les personnes ayant des articulations usées. A priori, cela n’est guère surprenant.

La recherche a également montré que les utilisateurs de glucosamine étaient moins susceptibles de souffrir de maladies chroniques telles que les maladies cardiovasculaires et le cancer. Et c’est un fait remarquable. La glucosamine protège-t-elle donc contre ces maladies ?

En se limitant aux maladies cardiovasculaires, les chercheurs de la Nouvelle-Orléans ont tenté de répondre à cette question. Pour cela, ils ont utilisé les données de près d’un demi-million de Britanniques qui avaient été recueillies dans l’étude de la Biobanque. La collecte de données a débuté au cours de la période 2006-2010 et les chercheurs ont pu suivre les participants à l’étude jusqu’en 2016.

Au début de la recherche, les sujets de l’étude étaient exempts de maladies cardiovasculaires.

Les résultats de l’étude sur la glucosamine et les maladies cardiovasculaires

Les participants à l’étude qui utilisaient de la glucosamine étaient environ 15% moins susceptibles de contracter une maladie cardiovasculaire et 20% moins susceptibles de mourir d’une maladie cardiovasculaire que ceux qui n’en consommaient pas.

glucosamine-maladies-cardiovasculaires

 

glucosamine-maladies-coeur

glucosamine-coeur

Il était assez frappant de constater que l’effet protecteur de la glucosamine était plus important chez les fumeurs que chez les non-fumeurs mais était absent chez les personnes qui utilisaient des anti-inflammatoires tels que l’aspirine. Étant donné que le tabagisme entraîne l’inflammation et que des médicaments tels que l’aspirine l’inhibe, les chercheurs américains pensent que la glucosamine protègerait des maladies cardiovasculaires en réduisant l’inflammation.

Les chercheurs soupçonnent l’existence d’un lien entre l’effet anti-inflammatoire de la glucosamine et les résultats des recherches de Michael Ristow en 2014. Ristow avait découvert que la glucosamine imite les effets d’un régime alimentaire pauvre en glucides, prolongeant ainsi la durée de vie des animaux de laboratoire.

Conclusion

“L’utilisation habituelle d’un supplément de glucosamine pour soulager la douleur liée à l’arthrose pourrait également être liée à la réduction des risques d’événements cardiovasculaires”, résument les chercheurs. “D’autres essais cliniques sont nécessaires pour vérifier cette hypothèse.”

Source de l’article: Glucosamine protects against deadly heart attacks

Source Ergo-log: BMJ. 2019 May 14;365:l1628.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Glucosamine et chondroïtine contre les cancers du poumon et du colon

Ceux qui prennent des suppléments de glucosamine et de chondroïtine pour protéger leurs articulations réduiraient également leurs risques de développer le cancer du poumon et du côlon. Des chercheurs américains travaillant sur l’étude VITAL ont fait cette découverte. Ils ont suivi près de 77 000 hommes et femmes âgés entre 50 et 76 ans depuis l’année 2000.

L’étude statistique portait sur le rapport entre les compléments alimentaires (dont la glucosamine) et le  cancer

L’étude VITAL a pour objectif de savoir si les suppléments peuvent améliorer la santé ou non, comme certaines allégations le supposent ou au contraire, pourraient nuire à la santé, comme un groupe croissant de scientifiques le pense. Jusqu’à présent, il y a eu très peu d’études épidémiologiques spécifiques destinées à déterminer les effets des suppléments sur la santé.

Lorsque les chercheurs ont recruté les participants à l’étude, ils les ont interrogées sur leur consommation de suppléments au cours des 10 années précédentes. Ils ont ensuite surveillé leurs sujets pendant 5 ans. Durant cette période, 665 d’entre eux ont développé un cancer du poumon. A partir de leur étude sur la consommation de suppléments des participants, et sans émettre de lien a priori, les chercheurs ont synthétisé le tableau ci-dessous.

Etude-statistique-sur-le-cancer-et-la-prise-de-supplements

La bande noire montre les relations statistiquement significatives. Ceux qui avaient pris de la glucosamine et de la chondroïtine avaient 25% moins de chance de développer un cancer du poumon que les non-utilisateurs.

Parmi le groupe de sujets que les chercheurs ont suivi, 426 hommes et femmes ont contracté un cancer de l’intestin. Les suppléments d’ail avaient augmentés le risque de développer un cancer du côlon. Le Millepertuis (St. John wort) et le MSM avaient considérablement réduits les risques, suivie par l’huile de poisson et, une fois de plus, la glucosamine et la chondroïtine.

Etude-statistique-sur-le-cancer-et-la-prise-de-complements-alimentaires-dont-la-glucosamine-et-la-chondroitine

Glucosamine et chondroïtine inhiberaient les mécanismes cataboliques déclenchés par l’Interleukine1. L’Interleukine1 joue un rôle dans le cancer. L’huile de poisson inhiberait l’inflammation, le MSM stimulerait le système immunitaire et comment le Millepertuis fonctionne les chercheurs n’en ont aucune idée. Ils ne connaissaient pas non plus les quantités exactes de suppléments que les participants avaient pris.

Les résultats du même projet ont également montré que la glucosamine et la chondroïtine réduisaient la mortalité.

Article Ergo-log: Glucosamine and chondroitin protect against lung and colon cancer

Source Ergo-log: Cancer Epidemiol Biomarkers Prev. 2009 May; 18(5): 1419-28.

——————————–

NdT: Constat plutôt étonnant pour la glucosamine (glucose + une fonction amine) mais ce n’est peut-être pas si étonnant que cela si l’on pense que certains champignons asiatiques bien connus (shitake, maïtake…), et dont leur action anticancéreuse est étudiée par la recherche, renferment des nutriments actifs sur le système immunitaire, eux-aussi basés sur une base glucose (glycanes). Ensuite, il serait un peu hasardeux de tirer des liens de cause à effet sur ces seules suppositions, seule la recherche scientifique pourra nous en dire plus à l’avenir.

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire