Les extraits de pépins de raisin éviteraient-ils la prise de poids des gros mangeurs ?

extraits-graines-raisinLes personnes qui suivent un régime hypercalorique et qui désirent garder leur poids sous contrôle pourrait-il tirer avantage des extraits de pépins de raisin ? Des chercheurs néerlandais de l’Université de Maastricht avait publié un article sur le sujet il y a huit ans dans l’European Journal of Clinical Nutrition.

Les extraits de pépins de raisin

Les extraits de pépins de raisin comptent parmi les compléments les plus intéressants. D’une part, ils pourraient améliorer la circulation sanguine. D’autre part, des études chez l’animal ont montré qu’ils réduiraient les risques de cancer de la prostate. Des études épidémiologiques ont également montré qu’ils réduiraient les risques de cancer de la peau. Des études in vitro ont montré qu’ils sabotaient la conversion de la testostérone en estradiol par l’enzyme aromatase. Note EM: cf. références bibliographiques ci-dessous.

Dans des études en éprouvettes, les extraits de pépins de raisin stimulent également la lipolyse, la libération des graisses par les adipocytes dans le sang. [Int J Obes Relat Metab Disord. 2000 mars; 24 (3): 319-24.] Cela pourrait signifier que l’extrait de pépins de raisin supprime l’appétit. Pour savoir si tel est le cas, les chercheurs néerlandais ont réalisé une expérience avec 51 sujets de test âgés de 18 à 65 ans.

L’étude clinique sur les extraits de pépins de raisin

Les chercheurs ont laissé leurs sujets manger autant qu’ils le voulaient au cours d’un séjour de 3 jours dans un laboratoire. Environ 30 à 60 minutes avant le petit-déjeuner, le déjeuner et le dîner, les sujets prenaient un supplément contenant 100 mg d’extraits de pépins de raisin. Quelques semaines plus tard, les chercheurs ont répété l’expérience, mais ont donné à leurs sujets un placebo.

Les résultats de l’étude

L’effet de la supplémentation était lié à l’apport calorique des sujets. Si l’apport calorique était inférieur à la moyenne, l’extrait de pépins de raisin n’avait aucun effet sur l’apport énergétique, comme le montre le tableau ci-dessous. Les «petits mangeurs» consommaient en moyenne 1500 kcal par jour.

extraits-pepins-raisins-alimentation

Chez les sujets ayant une consommation d’énergie supérieure à la moyenne, l’extrait de pépin de raisin a réduit l’apport énergétique, comme le montre le tableau ci-dessous. L’apport énergétique moyen de ce groupe était de 2030 kcal par jour.

extraits-pepins-raisin

Conclusion

Parmi les «gros mangeurs», le supplément d’extraits de pépins de raisin a réduit leur apport en énergie de 96 kcal par jour. Si cet effet devait durer toute une année, les personnes ayant des besoins caloriques élevés pourraient perdre 3,7 kg de graisse corporelle sur une période de temps courte.

Source de l’article: Grape seed extract keeps big eaters’ weight down

Source Ergo-log: Eur J Clin Nutr. 2004 Apr;58(4):667-73.

Note EM: Comme il fallait s’y attendre, l’effet des extraits de pépins de raisins n’est pas énorme non plus même s’il est significatif. Cependant, à mon sens, les apports en OPC (proanthocyanidines) provenant de ces pépins (ou du pin) sont une source de molécules antioxydantes qui ont bien plus de sens que de compter sur eux pour vous aider à réduire la prise de poids.

Eric Mallet

Références bibliographiques

Sano A, Tokutake S, Seo A, Proanthocyanidin-rich grape seed extract reduces leg swelling in healthy women during prolonged sitting, J Sci Food Agric. 2013 Feb;93(3):457-62

Brasky TM et al., Specialty supplements and prostate cancer risk in the VITamins and Lifestyle (VITAL) cohort, Nutr Cancer. 2011;63(4):573-82.

Ikuko K. et al., Grape Seed Extract is an aromatase inhibitor and a Suppressor of Aromatase Expression, Cancer Research June 2006 volume 66, Issue 11.

Ardevol A. et al., Changes in lipolysis and hormone-sensitive lipase expression caused by procyanidins in 3T3-L1 adipocytes, Int J Obes Relat Metab Disord. 2000 Mar;24(3):319-24.

En savoir plus »
Aucun commentaire

La créatine réduirait le temps de repos optimal entre les sets d’exercices

creatine-poudreBodybuilders et athlètes de force pourraient être en mesure de réduire le temps de repos nécessaire entre les séries en prenant de la créatine. C’est le message qui ressort d’une étude humaine publiée dans Nutrients par des scientifiques taïwanais. Selon eux, la supplémentation en créatine réduirait le temps optimal de potentialisation par post-activation. Oui, ce n’est sans doute pas grande chose, c’est vrai. Mais il est très utile pour celui qui fait de la musculation de savoir exactement ce qu’est la potentialisation par post-activation.

La potentialisation par post-activation

Berry de Mey, certainement le culturiste néerlandais le plus titré de tous les temps, explique en quelques phrases ce qu’est l’effet d’activation post-potentialisation sur son site Web. Il explique comment les athlètes de force peuvent l’utiliser pour s’entraîner de manière plus efficace et plus intensive. En réalité, de nombreux athlètes adhèrent déjà au principe sans connaître le terme lui-même.

post-activation-potentialisation“Immédiatement après avoir terminé un set, la capacité de performance du muscle que vous venez d’entraîner est réduite”, explique De Mey. “Vous pouvez le sentir. Votre rythme cardiaque est plus rapide, vous vous sentez plus limité et vos muscles sont fatigués. En vous reposant, vous vous sentez rapidement à nouveau calme, la force et l’énergie reviennent vers vos muscles. Votre corps physiologique se prépare pour un nouveau cycle. Mais le plus intéressant, c’est que vos muscles, si vous respectez le temps de repos optimal, deviennent un peu plus forts qu’ils ne l’étaient avant de commencer l’entraînement. Les scientifiques appellent cela l’effet de potentialisation par post-activation.”

“Travailler sur une période de repos optimale demande de l’expérience et surtout de la sensibilité. Si vous n’attendez pas assez longtemps, vous n’obtiendrez pas un effet maximal sur la série suivante. Si vous ne faites pas assez de répétitions, vous ne stimulerez pas la croissance musculaire. Si vous attendez trop longtemps, vos muscles seront rétablis mais la force que vous aurez accumulée sera de nouveau réduite.”

Les chercheurs taïwanais se sont demandés si une supplémentation en créatine pouvait affecter l’effet de potentialisation par post-activation. Ils voulaient savoir si de réduire le temps de repos nécessaire aux muscles pour obtenir un effet de potentialisation par post-activation optimal en prenant de la créatine était possible.

L’étude sur l’influence de la créatine sur les temps de repos

Les Taïwanais ont d’abord déterminé le temps optimal de potentialisation par post-activation en faisant en sorte que leurs sujets fassent 1 répétition en position de squat avec leur poids maximal, puis en leur demandant de sauter aussi haut que possible. Les chercheurs ont ensuite mesuré combien de temps (en minutes) après le squat ils avaient fait leur meilleur saut.

Les chercheurs ont réalisé des expériences avec deux groupes de 15 athlètes entraînés. Un groupe a pris un placebo tous les jours pendant six jours. L’autre groupe a pris quatre doses de 5 g de créatine avec 5 g de glucose chaque jour pendant six jours. Donc, ce groupe avait consommé un total de 20 g de créatine par jour.

Ensuite, les chercheurs ont mesuré le temps optimal de potentialisation par post-activation des participants avant et après la période de supplémentation.

Les résultats de l’étude, avec ou sans créatine

Le temps de potentialisation post-activation du groupe placebo n’a pas changé de manière significative. Dans le groupe créatine, une réduction significative de plus de deux minutes a été constatée.

creatine-post-activation-potentiation

temps-de-repos-creatine

 

Source de l’article: Creatine reduces optimal rest time between sets

Source Ergo-log: Nutrients. 2016 Mar 4;8(3). pii: E143.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Les extraits de pépins de raisin pourraient inhiber l’aromatase

pepins-de-raisinL’extrait de pépins de raisin et les suppléments qui en contiennent pourraient peut-être faire baisser les niveaux d’estradiol. Ces antioxydants se présenteraient alors comme un complément intéressant pour les athlètes qui voudraient perdre du poids plus rapidement ou pour leur faire gagner un peu de tonicité. Des chercheurs en cancérologie du Beckman Research Institute en Californie ont démontré l’effet anti-œstrogénique des extraits de pépins de raisin lors de tests sur cellules.

Les pépins de raisin contiennent 75% de proanthocyanidines. Parmi ceux-ci, il semble plus probable que les dimères de la procyanidine B soient les molécules actives. Ceux-ci sont d’ailleurs présents dans le vin rouge. Les chercheurs ont déjà montré que ces polyphénols inhibent l’aromatase, l’enzyme qui convertit la testostérone et l’androsténédione en estradiol.

Les antioxydants présents dans les extraits de pépins de raisin ont un lien fonctionnel avec l’aromatase

Ces données intéressent les cancérologues car l’estradiol serait responsable de la croissance de nombreuses formes de cancer du sein. Les tumeurs fabriquent souvent leur propre aromatase. De savoir qu’il existe des substances naturelles qui désactivent l’aromatase mais qui empêchent également les cellules de produire de l’aromatase pourrait conduire à d’autres recherches. Ce qui nous amène bien sûr à la question: les proanthocyanidines des extraits de pépins de raisin (ou OPC) sont-il capables de le faire ?

Pour répondre à cette question, les chercheurs ont d’abord voulu savoir si l’extrait de pépins de raisin inhibait effectivement l’aromatase. Ils ont placé des concentrations croissantes de l’extrait dans des éprouvettes contenant des cellules produisant l’enzyme aromatase puis ils ont mesuré la quantité d’estradiol produite. Le tableau ci-dessous montre que plus il y en avait dans l’éprouvette, au moins d’estradiol était retrouvé.

aromatase-pepins-de-raisin-opc

Mais comment les extraits de pépins de raisin font-il pour nous donner ces résultats ? Les chercheurs connaissent les séquences du gène de l’aromatase [les exons] à lire par les cellules afin de fabriquer l’aromatase. Au niveau de l’ADN, les gènes représentent des “modèles” de construction. L’ARN copie les composants nécessaires à la fabrication d’une protéine et les composants sont alors assemblés. Les chercheurs ont alors ajouté les molécules extraites du raisin aux cellules puis, ils ont cherché à savoir si les cellules pouvaient toujours lire l’ensemble des fragments de l’ADN. Ils ont remarqué que l’extrait de pépins produisait des erreurs de traduction des gènes.

Lorsque les chercheurs ont examiné les raisons de cette situation, ils ont constaté que les extraits de pépins sabotaient deux facteurs de transcription dont la cellule a besoin pour lire le gène de l’aromatase.

Les polyphénols des pépins de raisin inhibent certains facteurs de transcription permettant de coder pour l’aromatase

Pour vous donner une image plus ou moins simple et compréhensible des facteurs de transcription, essayez de comparez l’ADN à un disque vinyle. De là, un facteur de transcription serait plus ou moins comparable à l’aiguille que vous placez sur le disque pour le transcrire. en réalité, la métaphore est un peu bancale car une cellule se sert d’un nombre important de facteurs de transcription et non pas d’un seul tourne-disque mais essayez d’imaginer l’idée. {Note EM: J’imagine aussi qu’une comparaison avec un DAC (Convertisseur Digital vers l’Analogique) aurait été plus précise et un peu plus proche de l’ADN mais l’idée est là}.

L’un des facteurs de transcription inhibés par les extraits de pépins de raisin serait peut-être intéressant pour les athlètes de résistance: le récepteur des glucocorticoïdes. Il s’agit de la protéine à laquelle le cortisol, une hormone liée à l’utilisation des acides aminés de vos muscles à des fins catabolisantes, se fixe. Le tableau ci-dessous montre l’effet des extraits de pépins de raisin sur le nombre de récepteurs des glucocorticoïdes.

aromatase-glucosteroides

De nombreux phénols présentent un effet inhibiteur du cortisol. La quercétine serait l’un d’entre eux. Les athlètes naturels qui auraient pris de la quercétine à dose élevée (500 à 1500 mg par jour) auraient remarqué qu’ils perdaient un peu de graisse abdominale.

Bien sûr, nous parlons ici de recherches menées avec des substances dans des éprouvettes. Nous ne savons pas si les humains produisent réellement moins d’estradiol s’ils prennent des extraits de pépins de raisin. Les chercheurs ignorent souvent le rôle de la digestion et du métabolisme sur des molécules bien précises. Ils oublient parfois que le corps absorbe à peine une substance et que les quantités infimes absorbées sont converties en un rien de temps en composés inactifs. En ce qui concerne les extraits de pépins de raisin, cependant, le scénario pourrait ne pas être trop mauvais. En réalité, le corps absorbe assez bien la plupart des flavonoïdes et polyphénols contenus dans les pépins de raisin.

D’autres aliments présentant un effet anti-œstrogénique sont par exemple le varech, le Ginkgo biloba, la Damiana, la vitamine K, l’huile de poisson, le thé vert et les AGL.

Source de l’article: Grape Seed extracts inhibits aromatase

Source Ergo-log: Cancer Res. 2006 Jun 1;66(11):5960-7.

Note EM: Gardez bien en tête que les extraits de pépins de raisin ont pour effet d’augmenter la fluidité le sang. Ils ne peuvent donc pas être associés ni pris avec du Ginkgo biloba, ni avec des acides gras polyinsaturés (Omega 3 ou 6) ni avec des dérivés de la salicine, salicylates, de l’aspirine ou toutes substances médicamenteuses présentant cette propriété sans l’avis médical d’un professionnel de santé.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

CinDura, l’arme secrète du nouveau Cell-Tech :-)

cell-tech-cindura

Nouvelles promesses ou nouvelles illusions ?

A en croire une entreprise indienne du nom de Laila Nutriceuticals, CinDura est une association brevetée de deux extraits végétaux, de mangoustan (Garcinia mangostana) d’une part et de Cinnamomum tomala (tamālapattram (तमालपत्त्रम्) en sanskrit: littéralement, les feuilles de l’arbre noir) d’autre part, une variété de cannelle. Cela dit, j’ai bien peur que Muscletech et Cell-Tech nous refassent le coup du produit miracle. A vrai dire, le ton quelque peu sarcastique des rédacteurs d’Ergo-log s’avère finalement assez rassurant. Si ce CinDura ne risque pas de mettre fin au dopage un jour, il n’en reste pas moins vrai que nous sommes sans doute ici devant un ergogène qui vaut son pesant de cacahuètes et qui viendra s’ajouter à l’arsenal déjà bien pourvu des athlètes naturels du bodybuilding. Concernant la nouvelle formule miracle de Muscletech, j’émettrai cependant des réserves en fin d’article traduit.

Eric Mallet

—————————

Si nous pouvons croire que les employés de Laila Pharmacaeuticals sont sans aucun doute honnêtes, les bodybuilders et autres athlètes de force pourraient gagner quelques kilos de masse musculaire, perdre de la masse grasse et devenir plus forts s’ils prennent seulement 800 milligrammes d’un extrait de plante nommé CinDura chaque jour. Ainsi, il n’y a sans doute rien d’étonnant qu’un fabricant de suppléments comme Muscletech et leur Cell-Tech utilise CinDura pour reformuler leur nouvelle version incontestablement fantastique de Cell-Tech série Next Gen.

CinDura, un extrait de deux végétaux brevetés et associés au nouveau Cell-Tech de Muscletech

Les salons attenants aux grandes compétitions comme l’Arnold Classic ou l’Olympia sont souvent l’occasion pour les marques de présenter de nouveau produits et autres compléments alimentaires. C’est au cours de l’Olympia 2018 que Muscletech présenta la dernière version de son désormais bien connu Cell-Tech dont la formule bénéficie désormais d’un nouveau composant sous brevet. Cell-Tech Next Gen contient désormais (Note EM: Du moins pour la version américaine), en plus de la créatine, des BCAA, de la bétaïne et de l’acide phosphatidique, CinDura, une combinaison d’extraits des fruits de la Garcinia mangostana et des feuilles du Cinnamomum tamala. Le dosage journalier recommandé de CinDura serait de 800 mg.

Selon les sites Web du secteur des suppléments, Cell-Tech a acquis le droit exclusif sur CinDura. Et si même la moitié des allégations sur CinDura sont correctes, nous pouvons alors parfaitement comprendre pourquoi les gens de Muscletech souhaite garder ce composant pour eux. Ce produit rendra certainement les stéroïdes anabolisants obsolètes, non… Vous voulez parier ?

cell-tech-cindura

 

CinDura est un produit de Laila Nutraceuticals, une entreprise basée en Inde. Selon Laila, Cindura devrait augmenter la production d’oxyde nitrique.

L’étude scientifique

Les membres de l’équipe de Laila ont publié une étude impliquant 38 sujets âgés de 18 à 39 ans dans le Journal of the International Society of Sports Nutrition. Les sujets de l’étude s’entrainaient en anaérobie depuis au moins 6 mois.  Les chercheurs ont donné à la moitié des sujets 800 milligrammes de CinDura pendant 6 semaines et un placebo à l’autre moitié.

Résultats de l’étude sur CinDura

La force maximale (1RM) des sujets du groupe expérimental a augmenté considérablement par rapport au groupe placebo.

cindura

Sur la même période de temps, la supplémentation avec CinDura aura également amélioré la composition corporelle. Dans le groupe de contrôle, la masse grasse et la masse musculaire maigre vont demeurer pratiquement les mêmes alors qu’elles baisseront et augmenteront respectivement dans le groupe qui avait pris CinDura.

mangostan-oxyde-nitrique

CinDura n’a pas eu d’effets sur l’IGF-1 et le niveau de testostérone des sujets.

Conclusion

“La présente étude a démontré que la supplémentation en Garcinia mangostana et en Cinnamomum tamala, en association avec un entraînement de résistance permet d’augmenter la force musculaire (…) et la croissance (…) chez de jeunes athlètes mâles entraînés.” comme l’ont résumé les chercheurs. “Cette étude indique également que les sujets ont bien toléré la supplémentation en Garcinia mangostana et en Cinnamomum tamala.”

“De futures études devraient être menées afin d’explorer les mécanismes moléculaires sous-jacents responsables des activités anaboliques du Garcinia mangostana et du Cinnamomum tamala. De plus, il serait intéressant d’évaluer si les suppléments de mangoustan et de cannelle tamala peuvent améliorer les fonctions musculaires et les performances physiques chez les hommes âgés et des jeunes hommes non entraînés aux activités physiques anaérobiques.”

Source de l’article: CinDura, Cell-Tech’s secret weapon

Source Ergo-log: Journal of the International Society of Sports Nutrition 2018 15:50.

————–

Note EM: Je voulais simplement revenir sur le nouveau Cell-Tech miraculeux de Muscletech (lien donné en début d’article). Disons que la tentative d’amélioration de leur produit est intéressante, du moins si l’on met les considérations de retombées financières de côté car il serait difficile (ou innocent) de ne pas voir les choses en face. Le dosage de créatine est un peu élevé (10g pour 2 doses), ce qui laisse penser qu’il passera difficilement au dessus de la psychose franco-européenne sur cette molécule. La formule sera donc sans doute revisitée pour l’Europe. Si l’apport de ce CinDura est pour l’instant difficile à estimer sur le terrain (à supposer que vous puissiez supporter ce breuvage pendant 6 semaines), une autre molécule dont je vous reparlerai bientôt est à prendre en compte. Il s’agit tout simplement de l’acide phosphatidique, là aussi sous brevet (Mediator). L’apport pour cette molécule est ici trop faible pour être vraiment significatif par rapport aux études menées sur cet acide gras.

Sinon, je m’étonne encore (enfin, plus vraiment…) de la présence des BCAA puisque dans un contexte de pré-entraînement, il sera toujours plus simple de métaboliser des glucides et du glycogène que de dégrader des acides aminés isolés. L’idéal et l’exception sera encore Peptopro puisque la totalité des acides aminés essentiels sont présents, avec une quantité significative de peptides. A part ceci, l’apport de Taurine est significatif, celui de l’acide alpha lipoïque l’est un peu moins. Ajouter 3 grammes de bétaïne est un plus appréciable mais dans l’ensemble, nous sommes encore loin d’un révolution…

A part ceci, pensez à vous abonner à la newsletter afin d’être les premiers à lire les nouveaux articles.

 

En savoir plus »
Aucun commentaire

La N-acétylglucosamine accélère la formation des fibres musculaires

Se pourrait-il que les athlètes accumulent davantage de muscles à long terme s’ils prenaient quelques grammes de N-acétylglucosamine chaque jour. C’est une hypothèse que nous formulons avec prudence car il s’agit principalement d’une recherche in vitro. Mais ensuite, une étude animale avec des souris atteintes de dystrophie musculaire a été réalisée par des chercheurs canadiens.

Le N-acétylglucosamine

Si vous liez un groupe acétyle à une molécule de glucosamine, vous obtenez de la N-acétylglucosamine. Le corps fabrique ce métabolite en métabolisant la glucosamine par acétylation, mais les scientifiques pensent que seule une fraction de la glucosamine administrée par voie orale est convertie en N-acétylglucosamine. C’est pour cette raison que les fabricants de suppléments, en plus de la glucosamine, commercialisent également la N-acétylglucosamine.

n-acetylglucosamine

Ces suppléments  seraient destinés à rendre les articulations plus saines. La glucosamine et la N-acétylglucosamine sont les matières premières de l’acide hyaluronique, un polymère important du liquide synovial des articulations.

Des chercheurs de l’Université de Laval au Canada pensent que la N-acétylglucosamine jouerait également un rôle dans le développement musculaire. Lorsque les jeunes cellules musculaires forment des fibres musculaires, elles utilisent la N-acétylglucosamine comme un fixant pour se lier entre elles. Cela pourrait signifier que la supplémentation en N-acétylglucosamine présente un effet de renforcement musculaire.

Ajoutons que même en dehors du sport, déterminer de nouvelles ressources moléculaires potentielles en matière de renforcement musculaire suscite un vif intérêt scientifique. Comme bien d’autres, des chercheurs comme les Canadiens de la faculté de Laval cherchent avec détermination de nouveaux moyens de ralentir les maladies liées aux muscles comme la maladie de Duchenne. Les Canadiens se sont alors demandés: la N-acétylglucosamine pourrait-elle être une molécule à effets thérapeutiques ?

L’étude in vitro

Les chercheurs ont placé de jeunes cellules musculaires dans un tube à essai avec différentes concentrations de N-acétylglucosamine pendant 72 heures. Celle-ci a accéléré le processus.

acetyl-glucosamine-muscle

Le tableau ci-dessus suggère que la concentration optimale du métabolite de la glucosamine serait certainement d’un millimole. C’est une valeur a priori élevée. Ci-dessous, vous pouvez constater les effets de la molécule à cette concentration au cours des 72 heures de l’expérience.

n-acetyl-glucosamine

 

L’étude animale avec le N-acétylglucosamine

Les chercheurs ont donné à de jeunes souris de type mdx – ici des souris atteintes de la maladie de Duchenne – une dose quotidienne élevée de N-acétylglucosamine pendant 10 jours. Si les souris avaient été des êtres humains adultes, on leur aurait administré 3 à 4 grammes de la molécule par jour. Après la supplémentation, les chercheurs ont comparé les muscles des animaux à ceux de souris mdx ne l’ayant pas reçu.

Le supplément avait réduit les dommages musculaires et renforcé leurs muscles. Les chercheurs avaient stimulé les muscles électriquement et déterminé le poids que les muscles pouvaient mettre en mouvement.

acetyl-glucosamine-hypertrophie

 

Conclusion

“Nous présentons ici la preuve que […] la N-acétylglucosamine, […] [présente] un potentiel thérapeutique intéressant pour atténuer certains symptômes associés à la dystrophie musculaire de Duchenne”, écrivent les Canadiens. “La présente étude suggère le potentiel thérapeutique d’un traitement à court terme avec la N-acétyl-glucosamine lors du pic de dégénérescence et de régénération musculaire chez la souris mdx. Cependant, il reste à déterminer si un traitement à long terme avec cette forme de glucosamine atténue de façon continue la progression de la dystrophie musculaire de Duchenne.”

“Bien que d’autres études soient essentielles pour comprendre le mécanisme par lequel […] la N-acétyl-glucosamine atténue la dystrophie musculaire de Duchenne […] et favorise la myogenèse, la présente étude indique que l’utilisation de la molécule en tant qu’agent supplémentaire peut présenter une classe intéressante de traitement contre la dystrophie musculaire de Duchenne. Notamment parce que la sécurité de ce monosaccharide bon marché est relativement bien établie chez l’homme.”

Source de l’article: N-acetylglucosamine accelerates the formation of muscle fibres

Source Ergo-log: FASEB J. 2018 Jun 12:fj201701151RRR. [Epub ahead of print].

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

 

En savoir plus »
4 Commentaires