CinDura, l’arme secrète du nouveau Cell-Tech :-)

cell-tech-cindura

Nouvelles promesses ou nouvelles illusions ?

A en croire une entreprise indienne du nom de Laila Nutriceuticals, CinDura est une association brevetée de deux extraits végétaux, de mangoustan (Garcinia mangostana) d’une part et de Cinnamomum tomala (tamālapattram (तमालपत्त्रम्) en sanskrit: littéralement, les feuilles de l’arbre noir) d’autre part, une variété de cannelle. Cela dit, j’ai bien peur que Muscletech et Cell-Tech nous refassent le coup du produit miracle. A vrai dire, le ton quelque peu sarcastique des rédacteurs d’Ergo-log s’avère finalement assez rassurant. Si ce CinDura ne risque pas de mettre fin au dopage un jour, il n’en reste pas moins vrai que nous sommes sans doute ici devant un ergogène qui vaut son pesant de cacahuètes et qui viendra s’ajouter à l’arsenal déjà bien pourvu des athlètes naturels du bodybuilding. Concernant la nouvelle formule miracle de Muscletech, j’émettrai cependant des réserves en fin d’article traduit.

Eric Mallet

—————————

Si nous pouvons croire que les employés de Laila Pharmacaeuticals sont sans aucun doute honnêtes, les bodybuilders et autres athlètes de force pourraient gagner quelques kilos de masse musculaire, perdre de la masse grasse et devenir plus forts s’ils prennent seulement 800 milligrammes d’un extrait de plante nommé CinDura chaque jour. Ainsi, il n’y a sans doute rien d’étonnant qu’un fabricant de suppléments comme Muscletech et leur Cell-Tech utilise CinDura pour reformuler leur nouvelle version incontestablement fantastique de Cell-Tech série Next Gen.

CinDura, un extrait de deux végétaux brevetés et associés au nouveau Cell-Tech de Muscletech

Les salons attenants aux grandes compétitions comme l’Arnold Classic ou l’Olympia sont souvent l’occasion pour les marques de présenter de nouveau produits et autres compléments alimentaires. C’est au cours de l’Olympia 2018 que Muscletech présenta la dernière version de son désormais bien connu Cell-Tech dont la formule bénéficie désormais d’un nouveau composant sous brevet. Cell-Tech Next Gen contient désormais (Note EM: Du moins pour la version américaine), en plus de la créatine, des BCAA, de la bétaïne et de l’acide phosphatidique, CinDura, une combinaison d’extraits des fruits de la Garcinia mangostana et des feuilles du Cinnamomum tamala. Le dosage journalier recommandé de CinDura serait de 800 mg.

Selon les sites Web du secteur des suppléments, Cell-Tech a acquis le droit exclusif sur CinDura. Et si même la moitié des allégations sur CinDura sont correctes, nous pouvons alors parfaitement comprendre pourquoi les gens de Muscletech souhaite garder ce composant pour eux. Ce produit rendra certainement les stéroïdes anabolisants obsolètes, non… Vous voulez parier ?

cell-tech-cindura

 

CinDura est un produit de Laila Nutraceuticals, une entreprise basée en Inde. Selon Laila, Cindura devrait augmenter la production d’oxyde nitrique.

L’étude scientifique

Les membres de l’équipe de Laila ont publié une étude impliquant 38 sujets âgés de 18 à 39 ans dans le Journal of the International Society of Sports Nutrition. Les sujets de l’étude s’entrainaient en anaérobie depuis au moins 6 mois.  Les chercheurs ont donné à la moitié des sujets 800 milligrammes de CinDura pendant 6 semaines et un placebo à l’autre moitié.

Résultats de l’étude sur CinDura

La force maximale (1RM) des sujets du groupe expérimental a augmenté considérablement par rapport au groupe placebo.

cindura-ON

Sur la même période de temps, la supplémentation avec CinDura aura également amélioré la composition corporelle. Dans le groupe de contrôle, la masse grasse et la masse musculaire maigre vont demeurer pratiquement les mêmes alors qu’elles baisseront et augmenteront respectivement dans le groupe qui avait pris CinDura.

mangostan-oxyde-nitrique

CinDura n’a pas eu d’effets sur l’IGF-1 et le niveau de testostérone des sujets.

Conclusion

“La présente étude a démontré que la supplémentation en Garcinia mangostana et en Cinnamomum tamala, en association avec un entraînement de résistance permet d’augmenter la force musculaire (…) et la croissance (…) chez de jeunes athlètes mâles entraînés.” comme l’ont résumé les chercheurs. “Cette étude indique également que les sujets ont bien toléré la supplémentation en Garcinia mangostana et en Cinnamomum tamala.”

“De futures études devraient être menées afin d’explorer les mécanismes moléculaires sous-jacents responsables des activités anaboliques du Garcinia mangostana et du Cinnamomum tamala. De plus, il serait intéressant d’évaluer si les suppléments de mangoustan et de cannelle tamala peuvent améliorer les fonctions musculaires et les performances physiques chez les hommes âgés et des jeunes hommes non entraînés aux activités physiques anaérobiques.”

Source de l’article: CinDura, Cell-Tech’s secret weapon

Source Ergo-log: Journal of the International Society of Sports Nutrition 2018 15:50.

————–

Note EM: Je voulais simplement revenir sur le nouveau Cell-Tech miraculeux de Muscletech (lien donné en début d’article). Disons que la tentative d’amélioration de leur produit est intéressante, du moins si l’on met les considérations de retombées financières de côté car il serait difficile (ou innocent) de ne pas voir les choses en face. Le dosage de créatine est un peu élevé (10g pour 2 doses), ce qui laisse penser qu’il passera difficilement au dessus de la psychose franco-européenne sur cette molécule. La formule sera donc sans doute revisitée pour l’Europe. Si l’apport de ce CinDura est pour l’instant difficile à estimer sur le terrain (à supposer que vous puissiez supporter ce breuvage pendant 6 semaines), une autre molécule dont je vous reparlerai bientôt est à prendre en compte. Il s’agit tout simplement de l’acide phosphatidique, là aussi sous brevet (Mediator). L’apport pour cette molécule est ici trop faible pour être vraiment significatif par rapport aux études menées sur cet acide gras.

Sinon, je m’étonne encore (enfin, plus vraiment…) de la présence des BCAA puisque dans un contexte de pré-entraînement, il sera toujours plus simple de métaboliser des glucides et du glycogène que de dégrader des acides aminés isolés. L’idéal et l’exception sera encore Peptopro puisque la totalité des acides aminés essentiels sont présents, avec une quantité significative de peptides. A part ceci, l’apport de Taurine est significatif, celui de l’acide alpha lipoïque l’est un peu moins. Ajouter 3 grammes de bétaïne est un plus appréciable mais dans l’ensemble, nous sommes encore loin d’un révolution…

A part ceci, pensez à vous abonner à la newsletter afin d’être les premiers à lire les nouveaux articles.

 

En savoir plus »
Aucun commentaire

La N-acétylglucosamine accélère la formation des fibres musculaires

Se pourrait-il que les athlètes accumulent davantage de muscles à long terme s’ils prenaient quelques grammes de N-acétylglucosamine chaque jour. C’est une hypothèse que nous formulons avec prudence car il s’agit principalement d’une recherche in vitro. Mais ensuite, une étude animale avec des souris atteintes de dystrophie musculaire a été réalisée par des chercheurs canadiens.

Le N-acétylglucosamine

Si vous liez un groupe acétyle à une molécule de glucosamine, vous obtenez de la N-acétylglucosamine. Le corps fabrique ce métabolite en métabolisant la glucosamine par acétylation, mais les scientifiques pensent que seule une fraction de la glucosamine administrée par voie orale est convertie en N-acétylglucosamine. C’est pour cette raison que les fabricants de suppléments, en plus de la glucosamine, commercialisent également la N-acétylglucosamine.

n-acetylglucosamine

Ces suppléments  seraient destinés à rendre les articulations plus saines. La glucosamine et la N-acétylglucosamine sont les matières premières de l’acide hyaluronique, un polymère important du liquide synovial des articulations.

Des chercheurs de l’Université de Laval au Canada pensent que la N-acétylglucosamine jouerait également un rôle dans le développement musculaire. Lorsque les jeunes cellules musculaires forment des fibres musculaires, elles utilisent la N-acétylglucosamine comme un fixant pour se lier entre elles. Cela pourrait signifier que la supplémentation en N-acétylglucosamine présente un effet de renforcement musculaire.

Ajoutons que même en dehors du sport, déterminer de nouvelles ressources moléculaires potentielles en matière de renforcement musculaire suscite un vif intérêt scientifique. Comme bien d’autres, des chercheurs comme les Canadiens de la faculté de Laval cherchent avec détermination de nouveaux moyens de ralentir les maladies liées aux muscles comme la maladie de Duchenne. Les Canadiens se sont alors demandés: la N-acétylglucosamine pourrait-elle être une molécule à effets thérapeutiques ?

L’étude in vitro

Les chercheurs ont placé de jeunes cellules musculaires dans un tube à essai avec différentes concentrations de N-acétylglucosamine pendant 72 heures. Celle-ci a accéléré le processus.

acetyl-glucosamine-muscle

Le tableau ci-dessus suggère que la concentration optimale du métabolite de la glucosamine serait certainement d’un millimole. C’est une valeur a priori élevée. Ci-dessous, vous pouvez constater les effets de la molécule à cette concentration au cours des 72 heures de l’expérience.

n-acetyl-glucosamine

 

L’étude animale avec le N-acétylglucosamine

Les chercheurs ont donné à de jeunes souris de type mdx – ici des souris atteintes de la maladie de Duchenne – une dose quotidienne élevée de N-acétylglucosamine pendant 10 jours. Si les souris avaient été des êtres humains adultes, on leur aurait administré 3 à 4 grammes de la molécule par jour. Après la supplémentation, les chercheurs ont comparé les muscles des animaux à ceux de souris mdx ne l’ayant pas reçu.

Le supplément avait réduit les dommages musculaires et renforcé leurs muscles. Les chercheurs avaient stimulé les muscles électriquement et déterminé le poids que les muscles pouvaient mettre en mouvement.

acetyl-glucosamine-hypertrophie

 

Conclusion

“Nous présentons ici la preuve que […] la N-acétylglucosamine, […] [présente] un potentiel thérapeutique intéressant pour atténuer certains symptômes associés à la dystrophie musculaire de Duchenne”, écrivent les Canadiens. “La présente étude suggère le potentiel thérapeutique d’un traitement à court terme avec la N-acétyl-glucosamine lors du pic de dégénérescence et de régénération musculaire chez la souris mdx. Cependant, il reste à déterminer si un traitement à long terme avec cette forme de glucosamine atténue de façon continue la progression de la dystrophie musculaire de Duchenne.”

“Bien que d’autres études soient essentielles pour comprendre le mécanisme par lequel […] la N-acétyl-glucosamine atténue la dystrophie musculaire de Duchenne […] et favorise la myogenèse, la présente étude indique que l’utilisation de la molécule en tant qu’agent supplémentaire peut présenter une classe intéressante de traitement contre la dystrophie musculaire de Duchenne. Notamment parce que la sécurité de ce monosaccharide bon marché est relativement bien établie chez l’homme.”

Source de l’article: N-acetylglucosamine accelerates the formation of muscle fibres

Source Ergo-log: FASEB J. 2018 Jun 12:fj201701151RRR. [Epub ahead of print].

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

 

En savoir plus »
4 Commentaires

Dose élevée de zinc = 40% de testostérone LIBRE en plus

sources de zincLes compléments alimentaires de zinc augmenteraient effectivement les niveaux de testostérone totale et libre. Si vous donnez à des athlètes une dose quotidienne de 3 mg de sulfate de zinc [env. 1 mg de zinc élémentaire] par kilo de poids de corps, après quatre semaines, ils présenteraient 40% de plus de testostérone libre dans leur sang. Les chercheurs de l’Université de Selcuk en Turquie l’ont découvert lors d’une expérience avec 10 lutteurs masculins.

Dans l’article précédent sur cet oligoélément, nous vous avions parlé de cette recherche turque sur le zinc. Au cours de ces études scientifiques, des souris et des étudiants physiquement inactifs ont produit plus de testostérone lorsqu’ils ont reçu de fortes doses de zinc. Avec cette nouvelle expérience, les chercheurs ont examiné l’effet du zinc sur des lutteurs parfaitement entraînés. Les sujets avaient en moyenne 19 ans et s’entraînaient cinq jours par semaine depuis au moins six ans. Les lutteurs faisaient de la musculation une fois par semaine, effectuaient du cross training une fois par semaine et s’entraînaient à la lutte les trois autres jours.

Une expérience de 4 semaines pour connaitre l’influence du zinc sur la testostérone de sujets athlétiques

Avant et après la période de quatre semaines de supplémentation en zinc, les chercheurs ont fait rouler les sujets sur des cycles statiques jusqu’à ce qu’ils atteignent leur point d’épuisement. Avant et après l’expérience, les chercheurs ont mesuré les concentrations de thyroxine, de testostérone totale et testostérone libre dans le sang des sujets. Dans des conditions normales, un effort physique important diminue la concentration de ces hormones. Le tableau ci-dessous montre comment le supplément de zinc a empêché que cela se produise. Le supplément a également entraîné une augmentation de 40% de la testostérone libre avant le test d’épuisement.

 

zinc-testostérone

 

Le même effet a été observé sur les concentrations de thyroxine, T3 et T4 libre dans le sang.

 

zinc testostérone libre

 

De nombreuses enzymes utilisent le zinc dans les processus de production d’hormones et de génération d’énergie à partir des graisses ou des glucides. L’effort physique nécessite également de grandes quantités de zinc, estiment les chercheurs. Ils pensent que des quantités élevées de zinc pourraient aider les athlètes à améliorer leurs performances. “Des doses physiologiques de supplémentation en zinc peuvent s’avérer bénéfiques pour la performance”, écrivent-ils.

Si vous pesez 80 kg et que vous souhaiteriez utiliser du zinc à des doses similaires à celles utilisées par les lutteurs turcs, vous devriez prendre 240 mg de sulfate de zinc par jour [environ 80 mg de zinc élémentaire]. L’utilisation à long terme de ces doses élevées en zinc n’est pas très saine. Des chercheurs ont déjà signalé des effets secondaires dus à des apports beaucoup plus faibles. Selon des chercheurs chinois, une dose quotidienne de 50 mg de zinc entraînerait une augmentation du taux de cholestérol chez l’homme en quelques semaines. [Wei Sheng Yan Jiu. 2004 Nov;33(6):727-31.] Ajoutons que les épidémiologistes américains Walter Willett et Ed Giovannucci ont également découvert qu’un supplément en zinc à des doses supérieures à 100 mg par jour multipliait le risque de cancer de la prostate par 2,2. [J Natl Cancer Inst. 2003 Jul 2;95(13):1004-7.]

Source de l’article: Zinc megadose gives 40 percent more free testosterone

Source Ergo-log: Neuro Endocrinol Lett. 2006 Feb-Apr; 27(1-2):247-52.

Note: Les remarques des rédacteurs d’Ergo-log sont effectivement à prendre au sérieux. Une supplémentation élevée de zinc n’est pas très bonne pour la santé. Plusieurs études ont confirmé ces risques sur le cancer de la prostate. Ce que ne dit pas l’article mais qui est pourtant très connu, c’est que le zinc réduit la conversion de l’aromatase, l’enzyme qui convertit la testostérone en œstrogènes comme l’œstradiol. Un grand nombre de bodybuilders le savent très bien. Cela pourrait également expliquer pourquoi un taux aussi élevé de testostérone totale et testostérone libre a été constaté.

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

La laxogénine réduirait le pourcentage de graisse, l’hydroxy-laxogénine augmenterait la masse musculaire

smilax-laxogeninePour les athlètes de force qui veulent réduire leur pourcentage de masse grasse, la laxogénine pourrait être un complément intéressant. S’ils veulent augmenter leur masse musculaire, ils seraient plus avisés de prendre de la 5-alpha-hydroxy-laxogénine. Ce constat serait suggéré par les résultats préliminaires d’une étude humaine, publiée par l’expert néerlandais Jan de Heij sur son site 5-alfa-hydroxylaxogenine.com.

La laxogénine et la 5-hydroxy-laxogénine

La laxogénine et la 5-alpha-hydroxy-laxogénine sont des substances de type stéroïde présentes dans les plantes de la famille Smilax, tels que le Smilax sieboldii. “Des suppléments à base de Smilax étaient déjà disponibles dans les années 1980”, nous explique De Heij. “Mais à cette époque, les entreprises n’étaient pas encore en mesure d’extraire des substances spécifiques du végétal. Mais c’est parfaitement possible maintenant.”

De Heij a réussi à mettre la main sur des extraits hautement purifiés. Les effets de ces substances étant peu connus, il a décidé d’étudier lui-même ces extraits végétaux et de publier les résultats sur le Web. “Ce projet n’est pas encore terminé”, souligne Jan de Heij. “Il s’agit des premiers résultats, nous n’en sommes qu’aux préliminaires.”

laxogenine

 

L’expérience scientifique

Pour ses recherches, De Heij a coopéré avec une salle de musculation hollandaise. De Heij a fourni des suppléments contenant des capsules ou rien du tout, ou 24 milligrammes de laxogénine ou 22 milligrammes de 5-alpha-hydroxy-laxogénine. Les athlètes de force expérimentés qui souhaitaient participer à l’étude ont pris 2 capsules par jour pendant 4 semaines. L’étude était réalisées en double aveugle. Les athlètes ne connaissaient pas ce qu’ils utilisaient, pas plus que la personne qui leur avait distribué.

Les résultats de l’étude sur la laxogénine

La force maximale a augmenté dans tous les groupes mais les sujets qui avaient pris la 5-alpha-hydroxy-laxogénine ont fait mieux que les deux autres groupes.

laxogenine-force-developpe-couche

laxogenine-circonference-bras

 

Le volume musculaire a également augmenté dans tous les groupes de test comme vous pouvez le voir ci-dessus. [Omtrek bovenarm = circonférence de la partie supérieure du bras.] Encore une fois, l’augmentation semblait être la plus grande chez les sujets qui avaient pris de la 5-alpha-hydroxy-laxogénine.

Le pourcentage de graisse a diminué dans le groupe laxogénine seulement. [Vetpercentage = pourcentage de graisse]. Effectivement, dans les deux autres groupes, le pourcentage de graisse est resté plus ou moins stable.

laxogenine-pourcentage-graisses

 

Conclusion

Les données récoltées par Jan De Heij sont encore brutes. Les calculs statistiques, qui indiquent si les associations sont significatives, n’ont pas encore été réalisées. Néanmoins, ils suggèrent que la laxogénine présente un effet différent de celui de la 5-alpha-hydroxy-laxogénine. La laxogénine se présenterait comme un supplément de perte de graisse tandis que la 5-alpha-hydroxy-laxogénine semble avoir un effet anabolisant.

Pour obtenir plus d’informations sur Jan de Heij, vous pourriez vous rendre sur le creanite.com. C’est en néerlandais mais vous pourriez éventuellement utiliser des outils de traduction automatique.

Source de l’article: Laxogenin reduces fat percentage, hydroxy-laxogenin increases muscle mass

Source Ergo-log: 5-alfa-hydroxylaxogenine.com.

————–

REFERENCES BIBLIOGRAPHIQUES

Akahori A., Yasuda F., Laxogenin, a new steroidal sapogenin isolated from Smilax sielboldi Miq., Yakugaku Zasshi. 1963 May;83:557-8.

Kubo S, Mimaki Y, Sashida Y, Nikaido T, Ohmoto T. Steroidal saponins from the rhizomes of Smilax sieboldii, Phytochemistry. 1992 Jul;31(7):2445-50.

Okanishi T, Akahori A, Yasuda F. Studies on the steroidal components of domestic plants. (…), Chem Pharm Bull (Tokyo). 1965 May;13(5):545-50.

Tian LW, Zhang Z, Long HL, Zhang YJ. Steroidal Saponins from the Genus Smilax and Their Biological Activities. Nat Prod Bioprospect. 2017 Aug; 7(4):283-298.

Wang Q, Xu J, Liu X, Gong W, Zhang C. Synthesis of brassinosteroids analogue from laxogenin and their plant growth promotion,Nat Prod Res. 2015;29(2):149-57.

 

 

En savoir plus »
Aucun commentaire