Combattre le virus du rhume avec de l’ail… Vraiment ?

allicine-oignonSelon l’OMS, rien ne prouve que l’ail puisse combattre le coronavirus. Il n’a tout simplement jamais fait l’objet d’une étude. Mais d’où viennent ces histoires sur l’effet inhibiteur de l’ail sur les virus ? Elles seraient basées sur une étude publiée en 2001 dans Advances In Therapy. Dans cette étude, menée par le biochimiste britannique Peter Josling, un supplément contenant un composé de l’ail protégeait les gens contre le rhume.

ail-coronavirus

 

Qui est Peter Josling ?

Sans exagération, nous pouvons qualifier Peter Josling d’expert sur l’ail. Il a écrit un livre sur les effets positifs de l’ail sur la santé, The Heart of Garlic. Sur le web, vous trouverez un grand nombre de conversations et de conférences avec ce chercheur. Josling a fondé le Garlic Center dans les années 1990, à partir duquel il a mené les recherches dont nous parlons.

L’étude clinique sur l’ail de Peter Josling

Peter Josling a réalisé une expérience avec 2 groupes de 73 sujets chacun. Pendant 12 semaines, les sujets d’un groupe ont pris un placebo tous les jours, tandis que les sujets de l’autre groupe ont pris une capsule d’allicine.

L’allicine est une molécule contenant du soufre. On la retrouve également dans les oignons, les poireaux et la ciboulette à des concentrations plus faibles. Les produits de dégradation de l’allicine sont à l’origine de l’odeur typique de l’ail. L’allicine et ses métabolites seraient également responsables des effets positifs présumés de l’ail sur la santé. Le complément utilisé par Josling se nomme Allimax. Il est toujours sur le marché.

Les résultats de l’étude

Les sujets qui ont pris le supplément d’ail ont rapporté 24 cas de rhume pendant l’expérience. Dans l’autre groupe, il y en a eu 65. Dans le groupe de l’ail, les sujets ont été malades pendant 1,52 jour en moyenne lorsqu’ils ont pris froid. Dans le groupe placebo, les sujets l’ont été pendant 5,01 jours en moyenne.

ail-virus

Conclusion sur l’ail et le virus du rhume

“Cette étude est la première à utiliser un modèle en double aveugle, contrôlé par placebo, pour étudier la prévention des maladies virales avec un supplément à base d’ail”, écrit Josling.

“Les résultats ont été très favorables à la prise de ce complément comme mesure préventive, démontrant un soulagement accéléré, une réduction de la gravité des symptômes gênants tels que les éternuements, la toux et l’écoulement nasal, ainsi qu’un retour à la pleine forme. Une probabilité réduite de réinfection par d’autres souches virales a indiqué une amélioration générale du système immunitaire grâce au complément actif”.

“Les résultats suggèrent également que l’infection et la réinfection peuvent être efficacement prévenues par son utilisation quotidienne tout au long de l’année, avec un énorme potentiel d’économies pour l’industrie nationale en termes de réduction des jours de maladie. Ce produit présente clairement une excellente activité antivirale et justifie une étude plus approfondie pour déterminer la nature et la méthode de sa destruction virale”.

Oui, mais…

Tout cela semble très bien mais nous voulons quand même soulever quelques critiques. Si vous utilisez de l’allicine ou de l’ail, vous le remarquerez forcément. Par conséquent, le groupe placebo ne serait pas un vrai groupe placebo. C’est la première critique.

En outre, Peter Josling est non seulement expert dans le domaine de l’ail mais c’est aussi un entrepreneur. Selon sa page LinkedIn, Josling commercialise aussi le supplément d’ail qu’il a étudié. C’est pourquoi, aussi intéressante et prometteuse soit-elle, nous considérons cette recherche comme une étude sponsorisée. C’est la seconde critique…

peter-josling

Source de l’article: Fighting colds with garlic

Source Ergo-log: Adv Ther. 2001;18(4):189-93.

Note: Pour la petite histoire, si l’allicine ne présente aucun intérêt contre le virus qui nous préoccupe en ce moment, la quercétine par contre, a prouvé son utilité contre plusieurs types de virus dont le SARS-CoV (Chen 2006)* mais avec une forme particulière de quercétine, la quercétine O-glycoside, étudiée sur des rongeurs, pas des êtres humains. Il s’agit d’une molécule retrouvée dans l’Artemisia capillaris (Armoise capillaire). L’étude de Chen et de ses collègues n’est cependant qu’un préliminaire à d’autres études menant à la recherche de solutions thérapeutiques prochaines. Rien ne prouve donc a priori, que la quercétine de l’oignon rouge, de la pomme ou du thé vert puissent nous être utiles. Des chercheurs canadiens ont pourtant l’air d’y croire, espérons qu’ils obtiennent des résultats. A priori, ce dérivé naturel de la quercétine a également donné des résultats contre le virus de la grippe (Merhbod et al. 2018), du virus Zika (Wong et al. 2017) et de l’Ebola (Qiu X et al. 2016). L’avenir nous dira ce qu’il en est réellement sur le plan scientifique.

Eric Mallet

* Chen et al. Binding interaction of quercetin-3-beta-galactoside and its synthetic derivatives with SARS-CoV 3CL(pro): structure-activity relationship studies reveal salient pharmacophore features. Bioorg Med Chem. 2006 Dec 15;14(24):8295-306.

Merhbod et al. Immunomodulatory properties of quercetin-3-O-α-L-rhamnopyranoside from Rapanea melanophloeos against influenza a virus. BMC Complement Altern Med. 2018 Jun 15;18(1):184.

Qiu X et al. Prophylactic Efficacy of Quercetin 3-β-O-d-Glucoside against Ebola Virus Infection. Antimicrob Agents Chemother. (2016)

Wong et al. Antiviral activity of quercetin-3-β-O-D-glucoside against Zika virus infection. Virol Sin. 2017 Dec;32(6):545-547.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Moins de fatigue, un meilleur système immunitaire même avec un entraînement intense grâce aux bêta-glucanes

beta-glucanes-immuniteSi vous devez faire face à un stress physique important, par exemple parce que vous vous entraînez intensément, une supplémentation en bêta-glucanes pourrait en même temps réduire la fatigue et maintenir votre système immunitaire. C’est ce que suggère une étude animale récemment publiée dans l’Open Biochemistry Journal.

L’étude sur l’animal et les bêta-glucanes

Les chercheurs ont réalisé des expériences avec des souris. Ils ont forcé les animaux à nager tous les jours, pendant des jours consécutifs, et ont ainsi provoqué un stress physique considérable. Ce type de stress physique lourd et continu provoque de la fatigue et réduirait le fonctionnement du système immunitaire.

Les chercheurs n’ont donné aucune substance active aux souris du groupe de contrôle. D’autres animaux de laboratoire ont reçu 50, 100 ou 200 microgrammes de bêta-glucanes par jour. L’équivalent humain de ces doses était d’environ 16, 32 et 64 milligrammes par jour, respectivement. Les chercheurs ont utilisé du Glucan 300 provenant de l’entreprise American Transfer Point. Celui-ci est fabriqué à partir de levure.

Les bêta-glucanes sont également présents dans les aliments à base de plantes, comme le gruau, et dans les champignons comestibles. La structure chimique précise des bêta-glucanes est différente dans chaque aliment, et probablement aussi leur effet immunologique.

Moins de fatigue

Après que les souris aient nagé pendant 15 jours chaque jour, les chercheurs n’ont rien donné aux animaux pendant 15 jours supplémentaires, ou un supplément de bêta-glucanes. Dès le premier jour de supplémentation [jour 0 sur le tableau ci-dessous], les chercheurs ont constaté que le temps pendant lequel les souris flottaient passivement était plus court lorsqu’elles recevaient des bêta-glucanes. Plus la dose était élevée, plus l’effet était fort.

beta-glucanes-systeme-immunitaire

Les bêta-glucanes ont apparemment réduit la fatigue. L’effet s’est maintenu après que les chercheurs ont cessé la supplémentation. Les chercheurs ont constaté comment les bêta-glucanes réduisent la fatigue dans le cerveau des souris, en augmentant la concentration des antioxydants endogènes glutathion [GSH] et superoxyde dismutase [SOD].

beta-glucanes-glutathion-sod

neutrophiles-systeme-immunitaire

Les bêta-glucanes et le système immunitaire

Dans le même temps, les bêta-glucanes ont amélioré le fonctionnement du système immunitaire. Les chercheurs ont extrait des neutrophiles du sang des souris et les ont mis dans des tubes à essai avec des agents pathogènes. Les neutrophiles assimilent littéralement des germes tels que les champignons et les bactéries. C’est ce qu’on appelle la phagocytose. Les chercheurs ont découvert que les bêta-glucanes, pour ainsi dire, alimentaient l’appétit des neutrophiles.

beta-glucanes-neutrophiles-systeme-immunitaire

beta-glucanes-systeme-immunitaire

Les bêta-glucanes ont également stimulé la libération d’interleukine 2 et d’interleukine 4. L’interleukine-4 est une glycoprotéine secrétée par les lymphocytes T qui permet au système immunitaire de lier des marqueurs moléculaires indispensables au fonctionnement du système immunitaire. L’interleukine-2 stimule le développement de cellules immunitaires qui font le travail proprement dit et nettoient les cellules défectueuses.

Les mécanismes en question

Dans l’organisme, les bêta-glucanes activent le récepteur 3 du complément (CR3) présent dans les neutrophiles, les cellules tueuses naturelles et les macrophages, entre autres. Note EM: {Ces récepteurs font partie de ce que l’on nomme le “système du complément”, un groupe de protéines liées à l’immunité innée permettant une activation de la réponse immunitaire sans la présence d’anticorps}. Les bêta-glucanes activent également le récepteur de la dectine 1 dans les macrophages, les neutrophiles, les éosinophiles, les lymphocytes B et les cellules dendritiques. Note EM: {Je cite l’article source: “The presence of β-glucan is followed by its binding to specific receptors such as CR3 and Dectin-1 and results in stimulation of macrophages, higher formation of antibodies and increasing the activity of natural killer cells.“}

Grâce à ces récepteurs, les bêta-glucanes renforceraient de grandes parties du système immunitaire. C’est ce que soupçonnent les chercheurs. Les bêta-glucanes rendraient les cellules immunitaires plus agressives et augmenteraient la production d’anticorps. L’exercice intensif peut se faire aux dépens du système immunitaire, mais une supplémentation en bêta-glucanes pourrait partiellement contrecarrer cet effet, pensent les chercheurs. Les agents pathogènes ont donc moins de chance pour agir.

Lorsque le combat du système immunitaire contre les pathogènes commence avec force, des cytokines agressives telles que le TNF-alpha sont libérées. Un niveau élevé de cette protéine va de pair avec la fatigue. En stimulant le système immunitaire et en empêchant les agents pathogènes de s’implanter, les bêta-glucanes réduisent la nécessité de fabriquer une quantité élevée de TNF-alpha, soupçonnent les chercheurs.

Source de l’article: Less fatigue, a better immune system yet training hard – thanks to beta-glucans

Source Ergo-log: The Open Biochemistry Journal, 2020, Volume 14.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Un supplément de lécithine entretient la santé de vos vaisseaux sanguins

lecithine-granulesUn supplément de 1200 milligrammes de lécithine par jour rajeunirait les vaisseaux sanguins d’environ 10 ans, et vous ferait également vous sentir plus fort avec plus de vitalité. Des chercheurs japonais, affiliés à l’Université médicale et dentaire de Tokyo, arrivent à cette conclusion dans une étude à laquelle ont participé 89 femmes en bonne santé âgées de 40 à 60 ans.

La thérapie du remplacement des lipides

La lécithine utilisée par les Japonais se composait de 24% de phosphatidylcholine, 20% de phosphatidyléthanolamine et 12% de phosphatidylinositol. Les cellules utilisent ces substances pour construire leurs membranes.

Le chercheur américain Gary Nicholson pense que l’administration de ce type de substance peut être utile dans le cadre de ce que l’on appelle la “thérapie de remplacement des lipides“. Nicholson pense que la thérapie de remplacement des lipides est une stratégie anti-âge mais qu’elle pourrait aussi être efficace contre les maladies associées à la fatigue chronique.

L’étude sur la lécithine du soja

Les sujets des chercheurs Japonais étaient en bonne santé mais se plaignaient de fatigue. Les chercheurs ont divisé les femmes en 3 groupes. Pendant 8 semaines, ces groupes ont pris un placebo ou 600 ou 1200 milligrammes de lécithine de soja, respectivement, chaque jour. Les chercheurs ont utilisé un produit Kikkoman. L’entreprise a financé l’un des chercheurs.

Les résultats de l’étude clinique

La lécithine s’est montré plus efficace contre la fatigue qu’un placebo.

lecithine-soja

lecithine-soja

Cependant, les femmes qui ont pris 1200 mg de lécithine ont fait état d’une augmentation significative de leur vigueur physique. Cela signifie qu’elles se sont senties plus fortes et plus résistantes. Si les femmes du groupe des 1200 mg devaient donner à leur sensation de force un score de 0 à 10, ce chiffre augmenterait grâce à la supplémentation, passant de 6 à 8. La supplémentation avec 1200 mg de lécithine par jour a amélioré la santé cardiovasculaire des femmes et a réduit leur pression diastolique [la pression sanguine entre deux battements de cœur].

lecithine-maladie-cardiaque

lecithine-cardiovasculaire

Dans le groupe ayant reçu une forte dose de lécithine, l’index vasculaire cardio-cheville [CAVI] a également diminué. Il s’agit d’une mesure de la flexibilité et de la santé des vaisseaux sanguins.

age-index-cavi

Chez les Japonais en bonne santé, cet indice diminue chaque année d’environ 0,04 point après la 20e année de vie, selon le graphique ci-dessus. La diminution de 0,4 par une dose quotidienne de 1200 milligrammes de lécithine équivaudrait donc à un “rajeunissement” des vaisseaux sanguins de 10 ans.

Conclusion sur la lécithine

“Dans cette étude randomisée, en double aveugle et contrôlée par placebo, nous avons étudié l’effet de la lécithine de soja sur les symptômes de la ménopause, y compris la fatigue, ainsi que sur d’autres paramètres de santé chez les femmes japonaises d’âge moyen”, résument les chercheurs. “Les résultats ont montré qu’à forte dose (1200 mg/jour), la lécithine de soja non seulement augmente la vitalité mais aussi abaisse la pression artérielle diastolique et l’index vasculaire cardio-cheville (CAVI) chez les femmes japonaises d’âge moyen qui se plaignaient de fatigue”.

Source de l’article: Supplementation with 1200 milligram lecithin: feel stronger and make your blood vessels 10 years younger

Source Ergo-log: Nutr J. 2018 Jan 8;17(1):4.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
2 Commentaires

Les suppléments d’acide hyaluronique rétablissent l’équilibre hydrique d’une peau sèche

Si les personnes ayant une peau sèche prenaient 120 à 140 mg d’acide hyaluronique par jour, elles pourraient s’attendre à voir leur peau s’améliorer en quelques semaines. Et si elles arrêtent de prendre le supplément, les effets positifs se poursuivraient pendant au moins deux semaines, écrivent des chercheurs japonais dans Nutrition Journal.

Hyabest, un supplément nutritionnel d’acide hyaluronique

Rétablissons les faits dès le départ : les chercheurs travaillaient au département R&D de la société japonaise Kewpie. Kewpie fabrique Hyabest, un supplément contenant de l’acide hyaluronique. Cette molécule est connue en dehors de l’Asie principalement comme composant qui offre une protection des articulations mais aussi en tant que produit cosmétique.

Il existe une quantité raisonnable de preuves qui montrent que l’acide hyaluronique présente un effet cosmétique positif selon des études sur les cellules et les animaux. Mais c’est aussi le cas d’après une étude sur l’homme parue dans les médias scientifiques japonais. La publication dans Nutrition Journal est destinée à étendre le lectorat des études en dehors du Japon. Et bien sûr, la plupart des études – vous l’avez deviné – ont été financées et réalisées par Kewpie.

L’acide hyaluronique

L’acide hyaluronique est un métabolite de la glucosamine. Ou de la N-acétyl-D-glucosamine plus précisément. Si vous prenez des suppléments de glucosamine, seule une petite quantité est transformée en acide hyaluronique.

acide-hyaluronique

La molécule présente un effet lubrifiant sur les articulations. Elle est également présente dans la peau avec un effet hydratant. Avec l’âge, la quantité d’acide hyaluronique dans le corps diminue. Et plus notre peau est exposée aux rayons UV, plus ce processus s’accélère.

Les études cliniques sur cet hydratant naturel de la peau et des articulations

En 2007, des chercheurs de Kewpie ont publié une étude dans laquelle ils ont donné à deux douzaines de femmes ayant la peau sèche 120 mg d’acide hyaluronique par jour pendant 6 semaines. La teneur en humidité de leur peau s’est améliorée comme le montre la courbe avec les carrés solides ci-dessous. Les carrés blancs représentent le groupe placebo.

acide-hyaluronique-peau

acide-hyaluronique-sante-peau

En 2009, les mêmes chercheurs ont publié une étude similaire [J New Rem & Clin 2009, 58(8): 143-155], dans laquelle ils ont examiné l’équilibre hydrique de la peau après que les femmes avaient cessé de prendre le supplément. Le tableau ci-dessus montre que les effets positifs de l’acide hyaluronique ont en fait augmenté dans les deux semaines suivant la dernière prise.

Source de l’article: Hyaluronic acid supplements restore moisture balance in dry skin

Source Ergo-log: Nutr J. 2014 Jul 11;13:70.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Carbone 60, une révolution pour la santé, un coup de chance ou une fausse promesse ?

carbone-60A vrai dire, nous savons parfaitement définir ce qu’est un complément alimentaire et le différencier d’un aliment ou d’un médicament mais qu’en est-il et que peut-on en dire lorsqu’il ne s’agit ni de l’un ni de l’autre ? En effet, ce que nous appelons aujourd’hui Carbone 60 est une molécule de carbone découverte récemment en 1985 par trois chercheurs, Harold Kroto, Richard Smalley et Robert Curl. Ils furent récompensés par le Prix Nobel de Chimie en 1996. Alors pourquoi traiter ici d’une simple molécule de carbone ? Tout simplement parce que ses propriétés sont particulièrement étonnantes, à voir le nombre impressionnant d’applications probables à mettre au crédit du Carbone 60, dans l’industrie mais aussi dans le domaine de la santé…

Le Carbone 60, troisième forme moléculaire naturelle du carbone

Plus exactement, le Carbone 60 représente la troisième forme moléculaire de carbone composée à partir de la particule élémentaire du carbone lui-même, après le graphite et le diamant. C’est ce que l’on appelle un allotrope, une molécule composée d’atomes identiques à une autre molécule mais dont la configuration moléculaire est différente. Le Carbone 60 fait partie d’une famille appelée fullerène, il fut le premier à être découvert. Il existe d’autres fullerène plus complexes (C70, C72, C84, C100…) ou plus simples (C20) mais le C60 est le plus courant de cette famille moléculaire du carbone. Parlant avec la langue des mathématiques, un fullerène présente la structure d’un polyèdre convexe trivalent avec des faces pentagonales et hexagonales (voir structure ci-dessus). Chaque atome de carbone est lié à l’autre par une liaison covalente (souvenez-vous de vos cours de chimie !).

carbone-60-fullerene

Sa structure est équivalente à celle d’un dôme géodésique ou plus simplement, celle d’un ballon de football. Encore une fois, c’est le foot qui nous as sauvé (!). Plus sérieusement, le carbone 60 est aussi nommé le “buckminsterfullerène”, en hommage à Buckminster Fuller, concepteur du dôme géodésique et qui aurait eu l’intuition de l’existence de ce type de configuration moléculaire pour le carbone, bien avant sa découverte scientifique officielle. Toujours est-il que l’existence du Carbone 60 aurait été prédite par un japonais du nom d’Ejii Osawa professeur à l’université technique de Toyohashi en 1970. Les journaux japonais en avait parlé mais à défaut de publications scientifiques officielles, l’Europe et l’Amérique du Nord ne prirent pas connaissance de son hypothèse, laquelle se révéla exacte 15 ans plus tard. A l’heure d’aujourd’hui, environ 1400 à 1500 articles ont été publiés sur les fullerènes et le Carbone 60.

Les premières expériences menées sur le Carbone 60 ne présentaient aucun rapport direct avec la nutrition humaine

C’est en effet dans les années 1980 qu’une équipe de scientifiques menée par Harold Kroto aboutira à la première génération de molécules de Carbone 60, motivé par le fait que des incertitudes sur la formation du carbone dans l’espace interstellaire (là où on aimerait parfois y envoyer les femmes) demeurait encore. Ils se servirent alors d’un disque de graphite qu’ils allaient perforer avec un laser pour mettre en évidence la formation d’unités moléculaires stables de Carbone 60 et 70. Pour en terminer sur la structure des fullerènes, disons que la taille des particules est proche du nanomètre (1,1 nanomètre). C’est peut-être un détail mais c’est surtout ce genre de détail qui m’interpelle particulièrement puisqu’au plus une molécule est petite et active, au plus elle passera facilement les barrières de protection naturelle de notre organisme. Les fullerènes sont également très peu solubles dans l’eau (1,3 × 10−11 mg/mL) mais au contraire, ils sont solubles dans les graisses. Nous avons également retrouvé du Carbone 60 et 70 dans une roche, la shungite. Un gisement de shungite est présent en Russie, au nord de Saint Petersbourg. Le nom de shungite est originaire du nom d’un village proche des lieux d’extraction de la roche: Shun’ga. Pour l’anecdote, les russes attribuent des propriétés curatives aux eaux qui circulent à travers les pierres de shungite depuis plus de 300 ans. La recherche scientifique confirmera que la shungite est dotée d’une activité antibactérienne. Actuellement, les fullerènes sont très présents dans les domaines de la nanotechnologie, de la pharmacie, de l’électronique, de la photovoltaïque et des cosmétiques. Mais alors, quel est le lien avec la nutrition et le buzz énorme que génère en ce moment le Carbone 60 sur la longévité aux USA ?

Carbone 60 et longévité, une expérience très étonnante réalisée sur des rongeurs

carbone-60-longeviteNaturellement, nous pourrions tout à fait nous interroger sur les risques de toxicité des fullerènes sur l’être humain. Des expériences ont donc été réalisées à ce sujet, au moins depuis 1993. Les expériences réalisées, non pas sur l’être humain mais sur des rongeurs qui, rappelons-le à nouveau pour ceux qui ne l’aurait pas encore compris, c’est que le rat présente au grand minimum une similitude génétique de 95% avec l’être humain, mais plus souvent 98%. C’est aussi la raison évidente pour laquelle les rongeurs constitue l’animal de test le plus significatif, hormis le porc. Toujours est-il que l’article de Tarek Baati et de ses collègues publié début 2012 avait pour titre “The prolongation of the lifespan of rats by repeated oral administration of [60] fullerene“, nous laissant présager que la toxicité du Carbone 60 sur l’animal n’était pas vraiment celle que l’on attendait au départ. A l’opposé, les animaux traités avec du Carbone 60 dilué dans de l’huile d’olive présentaient une activité Redox entre 10 à 13 fois supérieure à celle du groupe témoin.

L’article de Baati commence d’ailleurs sur un ton beaucoup plus positif et avec force références scientifiques à l’appui (je traduis): “Depuis 1993, d’innombrables études ont montré que le fullerène (C60) et ses dérivés présentent des potentialités primordiales dans plusieurs domaines de la biologie et la médecine, principalement sur le clivage spécifique de l’ADN, l’imagerie, les UV et la radioprotection, en tant qu’antiviral, antioxydant et pour ses activités anti-amyloïdes, sur l’inhibition de la réponse allergique et de l’angiogenèse, sur ses effets immunostimulants et antitumoraux, sur le renforcement de l’effet d’excroissance des neurites, sur le transfert génétique et même sur la pousse des cheveux. Cependant, bien que plusieurs groupes de recherche indépendants aient confirmé l’innocuité du C60 vierge, la toxicité de ce fullerène fait toujours l’objet d’un débat. Comme cela a été démontré récemment, ceci est principalement dû à un manque de caractérisation des matériaux testés. Néanmoins, le cheminement métabolique et les effets chroniques in vivo du C60 lui-même restent encore inconnus. Afin de réaliser le potentiel du C60 et de ses dérivés dans le domaine biomédical, ces questions doivent être abordées. (…)“. Au cours de cette expérience, des rats empoisonnés au tétrachlorure de carbone ont été effectivement protégés par le Carbone 60 au niveau hépatique, présentant une longévité presque doublée par rapport au groupe témoins.

L’absence de toxicité du Carbone 60 a été démontrée par la recherche scientifique mais…

Autrement dit, l’absence de toxicité du Carbone 60 a été démontrée, même si nous ne possédons pas de données précises sur les effets chroniques et à long terme. C’est d’ailleurs ce que l’on retrouve précisément dans l’abstract de l’article (je traduis): “Cependant, alors que plusieurs groupes de recherche indépendants ont montré que le C60 ne présente pas de toxicité aiguë ou subaiguë dans divers modèles expérimentaux, plus de 25 ans après sa découverte, le devenir in vivo et les effets chroniques de ce fullerène restent inconnus.(…)“. Ajoutons que cette expérience a démontré un effet particulièrement surprenant sur la longévité des rongeurs exposés à du Carbone 60 dilué dans de l’huile d’olive, en comparaison à un groupe témoin et un groupe où l’on avait administré de l’huile d’olive aux animaux (voir tableau ci-dessus). A priori, nous pourrions donc penser que les fullerène et le Carbone 60 en particulier, ne présentent pas de nocivité sur l’être humain.

Le Carbone 60 se distingue par sa capacité antioxydante remarquable et sa facilité de pénétration cellulaire

En réalité, il est fort probable que le Carbone 60 présente effectivement de multiples avantages sur la santé, en particulier grâce à ses propriétés antioxydantes exceptionnelles et à son pouvoir de pénétration dû à sa taille. Disons que c’est peut-être un avantage sur la grande majorité des antioxydants mais c’est aussi pour moi une source d’inquiétude. Sachant que le Carbone 60 passe aisément la barrière hématoencéphalique ainsi que les membranes cellulaires avec la plus grande facilité, il y a tout lieu de s’en méfier. C’est d’autant plus vrai que nous ne connaissons pas encore précisément le mode d’action du Carbone 60 au niveau intracellulaire, ni ses conséquences au niveau de l’ADN qu’il atteint d’ailleurs sans aucune difficulté. Une étude a pointé du doigt une éventuelle toxicité du Carbone 60 mais il s’agissait d’une simulation générée par informatique n’ayant que très peu de rapport avec la réalité biologique. Ce genre de simulation numérique ne serait que très difficilement transposable à l’être humain, tout en étant moins crédible qu’un modèle animal tel que les rongeurs, avec qui nous partageons presque la totalité de notre patrimoine génétique comme je l’avais déjà rappelé.

carbone-60-caracteristiques

                                                                                           Image www.thec60company.com

Nous commençons seulement à comprendre comment il agit sur nos mitochondries mais son influence probable sur notre code génétique reste encore partiellement incomprise. A mon sens, c’est à ce niveau que le problème se pose, d’un point de vue génétique et épigénétique. Sur ce sujet, nous n’avons que très peu de données vérifiables, aucune au niveau épigénétique. Cela n’a pourtant pas empêché les américains de créer un commerce florissant sur cette molécule, en commercialisant diverses huiles d’olive ou d’huiles de coco fragmentée avec du Carbone 60. Certains américains en consomment depuis des années avec, selon leurs dires, de nombreux bénéfices sur leur santé. Cependant, ces avantages santé n’ont pas été étudiés de manière extensive par la recherche scientifique au point que l’on puisse affirmer de son innocuité. Et dans le cas du Carbone 60 comme dans d’autres, l’automédication est une chose bien trop aléatoire pour prendre un risque que nous ne pouvons pas maitriser.

Etudié depuis des années, le Carbone 60 n’a pas démontré de toxicité sur l’animal

Toujours est-il que les études portant sur la toxicité du C60 et sur sa génotoxicité en particulier, concluent sur son absence totale d’effets négatifs jusqu’à des doses maximale de 5 g/kg chez l’animal (Gharbi et al. 2005). D’autres chercheurs nous donnent la même conclusion (je traduis): “l’exposition orale aux nanoparticules de fullerène C60 vierges n’entraîne pas d’effets néfastes majeurs parce qu’elles n’étaient pas mutagènes et génotoxiques lors de la recherche expérimentale. Le fullerène C60 vierge est caractérisé par une faible toxicité et ne présente pas de risque dans l’environnement professionnel” (Prylutska 2017). Comme vous le savez peut-être, un autre dérivé du carbone, le charbon végétal activé est déjà utilisé par la médecine comme anti-poison depuis très longtemps. Certains affirment que le charbon végétal activé contiendrait d’infimes quantités de C60 mais là encore, aucune mesure vérifiable ne permet de le certifier. Cependant, la prise du charbon végétal activé est réputée comme sûre pour notre organisme, contrairement au Carbone 60 dont nous ne pouvons pas affirmer l’innocuité totale à court ou à long termes.

carbone-60-proprietes

                                                                                          Image www.thec60company.com

De manière assez générique, d’autres vous diront de consulter votre médecin mais il se trouve que 99,9999% des médecins généralistes ou spécialistes n’ont à ce jour aucune connaissance sur le Carbone 60 et qu’ils ne pourront certainement rien vous dire de sérieux sur ce sujet, à part de vous dire de faire preuve de bon sens en vous abstenant. Les médecins, pas plus que vous-même, n’ont la science infuse ni ne passent leur vie en colloques et séminaires pour se tenir au courant de la recherche scientifique. Ce n’est tout simplement pas leur rôle et même si les spécialistes le font, en fonction du temps qu’ils peuvent accorder à la recherche scientifique, il est fort probable qu’ils n’aient jamais entendu parler du Carbone 60.

Le Carbone 60 est distribué par supersmart.com depuis des années

carbone-60-antioxydant

Image https://c60purplepower.com

Pour ma part, j’ai découvert l’existence du Carbone 60 il y a 4 ou 5 ans de cela sur le site de super-nutrition.com, un site connexe à super-smart nutrition.com. Il s’agit d’une marque de compléments alimentaires haut de gamme, présente sur le marché depuis très longtemps. Leurs compléments font vraiment partie des meilleurs du marché mais cela s’en ressent aussi sur le prix. A vrai dire, je n’avais pas vraiment fait attention au Carbone 60 à l’époque, tout en étant assez étonné de ce qu’ils avançaient sur leur site. Naturellement, les rédacteurs du site reprennent l’expérience de Tarek Baati et Fathi Moussa comme argument en soulignant l’allongement de la durée de vie des rongeurs de 90%. Ils évoquent aussi le rôle du C60 sur la limitation des déficiences cognitives liées à l’âge.

Ses capacités d’antioxydant puissant sont plusieurs fois évoqués, au niveau cellulaire et des mitochondries en particulier, notamment contre les radicaux libres comme l’anion superoxyde et peroxyde ainsi que la peroxydation des lipides. Parkinson (Dugan 2001) et Alzheimer sont également cités mais les références bibliographiques ne sont pas données pour autant. Même s’il s’agit d’un site commercial, c’est aussi un des plus fiables mais je me méfie systématiquement des absences de références scientifiques, donnant un minimum de sérieux aux faits évoqués dans ce cas. Les rédacteurs insistent aussi sur les propriétés de protecteur du foie du Carbone 60. Super-nutrition.com rappelle que cette molécule de carbone ne présente pas de toxicité en fonction des expériences menées sur des rongeurs (voir bibliographie) mais que la consommation humaine n’est pas autorisée. Selon eux, elle dépendrait plutôt d’un choix personnel, ce qui ne peut pas vous être recommandée. Toujours est-il que nous possédons déjà un grand nombre de données sur ce sujet mais que nous pourrions poser une autre question: le Carbone 60 présente t-il un intérêt pour les athlètes de la force ou de l’endurance ?

Le Carbone 60 est sans doute déjà consommé par des sédentaires mais aussi par des athlètes depuis quelques années

Les témoignages de sédentaires et d’athlètes s’accumulent sur les réseaux mais aussi sur Youtube en particulier, principalement aux USA, comme vous auriez pu vous en douter. Certaines témoignages américains anecdotiques font état d’une amélioration mesurée et significative des télomères après plusieurs années de prise du Carbone 60 alors que d’autres annoncent avoir fait mesurer un taux de testostérone supérieur à 1300 ng/dl alors que la limite haute chez l’homme est estimée à environ 1000 ng/dl de litre de sang. Cependant, je n’ai pas vu leurs analyses. Il m’est alors impossible de valider de telles allégations. Pour ma part, j’ai visionné bon nombre de vidéos sur le sujet et notamment celles d’une petite entreprise qui vend du C60 aux USA, C60 Purple Power. Leurs vidéos Youtube présentent deux personnes dont un scientifique qui semble effectivement apporter des informations sérieuses et de qualité. Sa partenaire annonce cependant à chaque début de vidéo “Welcome to the C60 show…”, ce qui m’incite fortement à la méfiance. Difficile de dire si tout ceci est lié à la mentalité américaine que l’on a parfois de la difficulté à comprendre ou si tout ceci est vraiment sérieux. Mais sur des questions de santé, j’ai toujours beaucoup de mal à plaisanter. Dans une de leurs vidéos, ils expliquent pourquoi la testostérone augmente aussi facilement. Tout d’abord, ils argumentent sur les propriétés du Carbone 60 a équilibrer les taux de cholestérol, puis ils insistent sur une restauration optimale de la synthèse de la pregnénolone au niveau des mitochondries ainsi qu’à réduire la fatigue adrénale. Je veux bien les croire mais là encore, aucune preuve clinique n’est apportée sur ce qu’ils avancent.

 

synthese-hormones-cholesterol

                                                                                     Image https://c60purplepower.com

Tout ceci peut sembler idéal mais pour ma part, j’ai besoin d’autres preuves pour y croire réellement et dans l’état actuel de la recherche, toute forme d’automédication me semble toujours un peu aléatoire. Toujours est-il que des personnes pas vraiment connues pour être des comiques dans notre sport comme Ben Pakulski, se sont également intéressés au sujet. Je vous encourage d’ailleurs à écouter son podcast réalisé avec Ian Mitchell, avec la plus grande attention (ci-dessous). Ian Mitchell est chercheur aux USA, il dirige un petit laboratoire dans l’Oklahoma et étudie le Carbone 60 depuis maintenant 7 ans. Ben rappelle quels sont été les sujets de recherche en relation au Carbone 60 ainsi que son influence sur l’énergie, et l’ATP en particulier, sur le cancer, l’inflammation, les articulations et d’autres applications. Ian et Ben reviennent naturellement sur la capacité du C60 à neutraliser les radicaux libres avec plus d’efficacité que la plupart des antioxydants connus à ce jour. Ian Mitchell affirme ensuite que le C60 pourrait améliorer le recrutement des fibres musculaires pendant l’entraînement tout en facilitant la récupération post-exercice. C’est précisément ce point qui interpella Ban Pakulski (et moi tout autant) lorsque Ian Mitchell rappelle qu’un entraînement intense recruterait entre 25 et 30% des fibres musculaires au maximum mais qu’une surdose de C60 augmenterait largement ce pourcentage en présentant un risque sérieux de rupture pour les tendons.

Toujours est-il que l’étude de Prylutskyy YI et de ses collègues, publiée en 2017 dans le Journal of Nanobiotechnology va effectivement dans le sens d’une récupération post-exercice améliorée par le C60. L’étude de Vereshchaka publié un an après dans Front Physiology proposera une étude encore plus intéressante puisqu’elle compare les effets du C60 au NAC et au β-Alanine. Dans une autre vidéo LipoFullerenes for the Longevity Win, Ian Mitchell revient sur ses expériences sur des rongeurs en rapport au développement du cancer et le carbone 60. En marge du C60, Ian Mitchell nous explique comment le glucose nourrit les cellules cancéreuses mais également qu’un régime cétogène a ses limites pour ce type de pathologie puisque les acides aminés sont rapidement convertis par la néoglucogenèse en glucose. D’une manière plus générale, il insiste sur le fait que ce type de fullerène a d’abord pour propriété d’optimiser le travail des mitochondries en les débarrassant des déchets métaboliques et radicaux libres, permettant un fonctionnement beaucoup plus efficace de nos petites usines à fabriquer de l’ATP. Ben Pakulski évoque le chiffre de 58,3% d’augmentation de la production d’ATP, selon ses lectures d’articles sur le sujet.

carbone-60-performance-athletique

Un site distribue déjà le Carbone 60 en France

Vous n’aurez sans doute pas de difficulté à trouver le site avec Google mais comme je le répète souvent, mon blog n’est pas là pour vous inciter à prendre un complément alimentaire ou non mais pour vous donner des informations scientifiques de qualité sur les ergogènes en particulier et la nutrition sportive en général. Toujours est-il que je n’ai pas été sans tester le C60. Durant les premiers jours, les effets de ce type de carbone sont assez discrets, sauf pour la qualité du sommeil qui s’améliore très largement. Au bout de quelques jours, je dormais pratiquement une heure en moins. C’est un effet qui est généralement constaté par une grande majorité de ceux qui prennent du Carbone 60. Mais c’est seulement après plus de deux semaines que les effets sur la force musculaire se feront sentir. Cependant, il m’est difficile de l’attribuer totalement au C60 puisque je prends aussi du nicotinamide riboside, du Co Q10, de la créatine monohydrate, de la taurine et du bêta-alanine. Pourtant, j’ai rarement ressenti un développement de la force aussi constant avec d’autres suppléments. J’avais pris l’habitude de faire un échauffement avec l’écarté couché avec des haltères de 16kg, je prends maintenant 18 ou 20kg avec le même nombre de répétitions. Je monte ensuite sur mes séries jusqu’à 24kg alors que je ne dépassais pas les 6/8 fois 22kg trois semaines auparavant. J’ai également plus de facilité sur le Cross-over avec des sensations musculaires plus pleines tout en y ajoutant une plaque de plus mais le NR y est aussi pour quelque chose sur la congestion.

carbone-60-proprietes

                                                                           Image www.thec60company.com

Sur des exercices où je suis assez faible comme le développé couché, je n’ai pas observé de gain en force, sauf peut-être y avoir gagné une à deux répétitions. Avec un exercice d’épaules où je suis très à l’aise comme le développé haltères, j’ai repris les haltères de 26kg pour 5 répétitions alors que je ne dépassais que rarement les 24kg par le passé. J’ai également plus de facilité au squat mais je suis resté à un poids assez moyen de 100kg alors que je monte souvent à 130kg. J’ai également mis 20kg de plus au Hack Squat alors que je reste généralement à 150/160kg. Sur le tirage dos poulie, j’ai également ajouté une plaque alors que je stagnais un peu auparavant. Globalement, la sensation de force se fait beaucoup plus constante avec un gain réel même si je ne prends pas que du C60. La récupération post-exercices est également plus rapide. Autre effet très particulier du Carbone 60, c’est que j’ai très nettement diminué le café. C’est également un effet ressenti par la plupart des testeurs de C60. J’ai l’impression de ressentir les effets de la caféine beaucoup plus fortement qu’auparavant. Maintenant, je prends un café au matin mais sans avoir besoin d’en reprendre un après le repas du midi. Même chose pour ma boisson de pré-entraînement où j’ai dû réduire la dose alors que ma force musculaire avait augmentée. Globalement, la fatigue est beaucoup moins mesurable et sur ce point, le C60 s’associe très bien avec le NR ou certainement mieux avec du NMN. Je me demande maintenant ce que donnerait une supplémentation sur le long terme. Le Carbone 60 sera t-il considéré comme un complément approuvé pour la consommation humaine dans un proche futur ou sera t-il accaparé par l’industrie pharmaceutique ? L’avenir (assez proche) nous le dira certainement. Mais d’ici là, pensez à vous abonner à la newsletter du blog afin de vous tenir au courant de la sortie des articles et de développer, encore un peu plus surement, votre culture physique…

Eric Mallet

 

BIBLIOGRAPHIE SELECTIVE

 

Ali FM et al., Protective Effects of Fullerene C60 Nanoparticles and Virgin Olive Oil against Genotoxicity Induced by Cyclophosphamide in Rats. Oxid Med Cell Longev. 2018 Jul 15;2018:1261356.

Ali SS, Hardt JI, Quick KL, Kim-Han JS, Erlanger BF, Huang T, et al. A biologically effective fullerene (C60) derivative with superoxide dismutase mimetic properties. Free Radic Biol Med 2004;37(8):1191e202.

L.L. Dugan, E.G. Lovett, K.L. Quick, J. Lotharius, T.T. Lin, K.L. O’Malley, Fullerene-based antioxidants and neurodegenerative disorders, Parkinsonism and Related Disorders, 7, (2001) 243-246.

Emelyantsev S, Biological Effects of C60 Fullerene Revealed with Bacterial Biosensor-Toxic or Rather Antioxidant?, Biosensors (Basel). 2019 Jun 21;9(2).

Galvan YP et al., Fullerenes as Anti-Aging Antioxidants, Curr Aging Sci. 2017;10(1):56-67.

Gharbi N, Pressac M, Hadchouel M, Szwarc H, Wilson SR, Moussa F. [60] Fullerene is a powerful antioxidant in vivo with no acute or subacute toxicity. Nano Lett 2005;5(12):2578e85.

Gudkov SV et al., Unmodified hydrated С60 fullerene molecules exhibit antioxidant properties, prevent damage to DNA and proteins induced by reactive oxygen species and protect mice against injuries caused by radiation-induced oxidative stress. Nanomedicine. 2019 Jan;15(1):37-46.

Jacomelli M, Pitozzi V, Zaid M, Larrosa M, Tonini G, Martini A, et al. Dietary extra-virgin olive oil rich in phenolic antioxidants and the aging process: long-term effects in the rat. J Nutr Biochem 2010;21(4):290e6.

John JR, Bateman HR, Stover A, Gomez G, Norton SK, Zhao W, et al. Fullerene nanomaterials inhibit the allergic response. J Immunol 2007;179(1):665e72.

Kolosnjaj J, Szwarc H, Moussa F. Toxicity studies on fullerenes and derivatives. Adv Exp Med Biol 2007;620:168e80.

Ma HL, Liang XJ. Fullerenes as unique nanopharmaceuticals for disease treatment. Sci China Chem 2010;53(11):2233e40.

Meng H, Xing GM, Sun BY, Zhao F, Lei H, Li W, et al. Potent angiogenesis inhibition by the particulate form of fullerene derivatives. ACS Nano 2010;4(5):2773e83.

Mori T, Takada H, Ito S, Matsubayashi K, Miwa N, Sawaguchi T. Preclinical studies on safety of fullerene upon acute oral administration and evaluation for no mutagenesis. Toxicology. 2006 Aug 1; 225(1):48-54.

Prylutskyy YI et al., C60 fullerene as promising therapeutic agent for correcting and preventing skeletal muscle fatigue. J Nanobiotechnology. 2017 Jan 13;15(1):8.

Quick KL, Ali SS, Arch R, Xiong C, Wozniak D, Dugan LL. A carboxyfullerene SOD mimetic improves cognition and extends the lifespan of mice. Neurobiol Aging 2008;29(1):117e28.

Świdwińska-Gajewska AM, Czerczak S. Fullerenes: Characteristics of the substance, biological effects and occupational exposure levels. Med Pr. 2016; 67(3):397-410.

Szwarc H, Moussa F. Toxicity of [60]fullerene: confusion in the scientific literature. J Nanosci Lett 2011;1(1):61e2.

Theriot CA, Casey RC, Moore VC, Mitchell L, Reynolds JO, Burgoyne M, et al. Dendro[C60]fullerene DF-1 provides radioprotection to radiosensitive mammalian cells. Radiat Environ Biophys 2010;49(3):437e45.

Tsumoto H, Kawahara S, Fujisawa Y, Suzuki T, Nakagawa H, Kohda K, et al. Syntheses of water-soluble [60]fullerene derivatives and their enhancing effect on neurite outgrowth in NGF-treated PC12 cells. Bioorg Med Chem Lett 2010;20(6):1948e52.

Tykhomyrov AA, Nedzvetsky VS, Klochkov VK, Andrievsky GV. Nanostructures of hydrated C60 fullerene (C60HyFn) protect rat brain against alcohol impact and attenuate behavioral impairments of alcoholized animals. Toxicology 2008;246(2e3):158e65.

Vereshchaka IV, et al. C60 Fullerenes Diminish Muscle Fatigue in Rats Comparable to N-acetylcysteine or β-Alanine. Front Physiol. 2018; 9:517.

Zhou ZG, Lenk R, Dellinger A, MacFarland D, Kumar K, Wilson SR, et al. Fullerene nanomaterials potentiate hair growth. Nanomed Nanotechnol Biol
Med 2009;5(2):202e7.

Zhu JD, Ji ZQ, Wang J, Sun RH, Zhang X, Gao Y, et al. Tumor-inhibitory effect and immunomodulatory activity of fullerol C-60(OH)(x). Small 2008;4(8):1168e75.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Le bacopa monnieri, la smart drug des gens intelligents…

bacopa-monnieriL’activité intellectuelle exigeante, comme la rédaction de rapports complexes, la rédaction d’essais ou l’analyse d’informations complexes, est facilitée par la supplémentation en Bacopa monnieri. C’est ce qui ressort clairement de la première étude sur l’effet du Bacopa monnieri sur des personnes intelligentes.

Le Bacopa monnieri

Le Bacopa monnieri est une plante des marais asiatiques. Il contient des bacosides et des bacopasides. Dans les études in vitro et animales, ces substances stimulent la synthèse et la réparation des synapses. Une synapse est la partie d’un neurone où une partie du neurone entre en contact avec l’autre. En stimulant le développement et la régénération des synapses, le Bacopa monnieri améliore l’assimilation et l’utilisation des nouvelles informations.

Selon des études de synthèse, la supplémentation en Bacopa monnieri améliore les processus cognitifs chez l’homme. Pourtant, ces études ont constamment conclu que toutes les recherches chez l’homme n’étaient pas méthodiquement correctes à 100%. {J Ethnopharmacol. 2014 ; 151(1):528-35.}[Complément Ther Med. 2016 Dec;29:56-62.][J Altern Complement Med. 2012 Jul;18(7):647-52.]

L’étude sur le Bacopa monnieri

En 2016, des chercheurs indiens ont publié une étude humaine dans Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine, dans laquelle ils ont fait des expériences avec deux groupes d’étudiants en médecine. Chaque groupe se composait d’une trentaine d’entre eux.

Pendant 6 semaines, les chercheurs ont donné à un groupe 2 capsules par jour. Chaque capsule contenait 150 milligrammes d’extrait de Bacopa monnieri. Chaque jour, les étudiants recevaient 300 milligrammes d’extrait végétal. Les étudiants de l’autre groupe ont reçu un placebo. Les chercheurs ont utilisé Bacognize, un extrait de Bacopa monnieri fabriqué par Pharmanza Herbal [composition de Bacognize ci-dessous]. Pharmanza Herbal n’a pas parrainé l’étude.

bacopa-monnieri-composition

bacoside-a

Avant et après la période de supplémentation, les chercheurs ont testé les capacités cognitives des étudiants.

Les résultats de l’étude

Les chercheurs ont mesuré, entre autres, la mémoire des étudiants en leur lisant des chiffres. Ils devaient ensuite rappeler les nombres, une fois du premier au dernier [Digit span forwards], une autre fois du dernier numéro au premier [Digit span backwards]. Le Bacopa monnieri a amélioré de manière significative les résultats au test inverse de l’intervalle de représentation numérique.

bacopa-monnieri-smart-drug

Dans un autre test, les chercheurs lisaient une histoire aux étudiants. Ensuite, ils devaient nommer autant d’éléments de cette histoire que possible [Test de mémoire logique]. Le Bacopa monnieri a considérablement amélioré les scores.

bacopa-monnieri-test-memoire

Dans un autre test, les chercheurs ont lu des séries de syllabes dénuées de sens, puis ont demandé aux sujets de reproduire autant de syllabes que possible [Nonsensical memory test]. La supplémentation en Bacopa monnieri n’a pas amélioré significativement les résultats de ce test [en haut à droite].

Conclusion

“Notre étude s’ajoute aux preuves scientifiques de plus en plus nombreuses à l’appui des effets d’amélioration cognitive du Bacopa monnieri chez l’homme”, résume M. de Onderzoekers. “Cependant, notre étude est unique dans la mesure où elle a été réalisée dans le cadre d’un essai randomisé et contrôlé par placebo sur un groupe d’individus ayant déjà des capacités cognitives élevées.”

“L’extrait de Bacopa monnieri à la dose de 300 mg par jour a également eu un effet significatif sur certains composants de la mémoire après seulement 6 semaines d’administration. Cela n’a été signalé auparavant qu’avec un traitement de 12 semaines dans d’autres études sur des individus normaux.”

“Comme notre étude se limitait à l’administration de Bacopa monnieri pendant seulement 6 semaines, nous recommandons de futures études à long terme pour étudier les effets à long terme du végétal.”

Source de l’article: Bacopa monnieri, a natural smart drug for intelligent people

Source Ergo-log: Evid Based Complement Alternat Med. 2016;2016:4103423.

En savoir plus »
Aucun commentaire