Enseigner la gestion du stress à des athlètes réduirait leur taux de cortisol

rameurs

Photo Patrick Case

Un simple cours de psychologie en gestion du stress permettrait d’abaisser le niveau de cortisol des athlètes qui s’entraînent intensément. L’effet est si important que les athlètes se sentent même mieux, écrivent des scientifiques sportifs américains dans un article publié il y a plus de 20 ans déjà dans The Annals of Behavioral Science.

Le cortisol et son rôle négatif sur la récupération musculaire

Le cortisol [formule structurelle ci-dessous] est une “mauvaise” hormone pour les athlètes. Le cortisol inhibe l’action des facteurs de croissance de type insuline sur les cellules satellites, ce qui peut nuire à la régénération musculaire continue après un exercice de haute intensité. Le cortisol abaisse la réponse du système immunitaire et augmente ainsi le risque de maladie. Le cortisol augmenterait aussi le risque de blessure. Trois raisons pour lesquelles les scientifiques du sport sont à la recherche depuis des années des techniques et des substances qui réduiraient la production de cortisol pendant et après une activité physique intensive.

Note EM: Naturellement, cette affirmation des rédacteurs d’Ergo-log répond au rôle de l’hormone dans un contexte particulier, celui de l’exercice à haute intensité en relation au cortisol. Dans d’autres circonstances, la réponse hormonale serait tout à fait appropriée. Il n’existe pas de bonne ou de mauvaise hormone d’un point de vue général.

L’étude sur l’influence positive d’un apprentissage de la gestion du stress par des athlètes

cortisol-structure-moleculaireEn 1995, Frank Perna a publié une étude réalisée sur des cyclistes et des rameurs olympiques américains, qui a montré que les athlètes produisaient plus de cortisol après une séance d’entraînement s’ils subissaient un stress dans leur vie quotidienne. Trois ans plus tard, en 1998, Perna a poussé la première étude un peu plus loin. Si le stress de la vie augmente la production de cortisol, les techniques psychologiques de gestion du stress que les thérapeutes ont développées pour contrôler le stress seraient-elles capables de faire baisser le niveau de cortisol ? Sur ce point, Perna était assez curieux.

Pour essayer de répondre à cette question, Franck Perna a réalisé une expérience avec 34 rameurs qui, à cette époque, se préparaient pour la saison de compétition. Ils s’entraînaient donc beaucoup et souvent. Leur niveau de cortisol était également plus élevé que la normale. La moitié des athlètes ont suivi un cours de gestion du stress cognitivo-comportemental (CBSM), et l’autre moitié n’a rien reçu. Le cours consistait en sept séances de 45 minutes, au cours desquelles les athlètes recevaient des informations sur ce qu’est le stress, et apprenaient des techniques de visualisation, des techniques de relaxation et des moyens de faire face au stress.

Résultats de l’étude après le cours sur la gestion du stress

Le tableau ci-dessous montre ce qu’il est advenu des taux de cortisol matinaux des deux groupes après la fin du cours.

cortisol-matinLe niveau de cortisol de ceux qui avaient suivi le cours était plus faible. Ces sujets se sentaient également mieux, comme le montre le tableau ci-dessous.

stress-mesure

Dans une autre étude, publiée en 2003, Franck Perna a étudié l’effet du CBSM sur la santé et les blessures. Nous en discuterons prochainement.

Source de l’article: Stress course lowers athletes’ cortisol level

Source Ergo-log: Ann Behav Med. 1998 Spring;20(2):92-8.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
1 Commentaire

Moins de sommeil, moins d’oxygène…

endurance-sommeilLes performances des athlètes d’endurance diminueraient s’ils avaient manqué de trois heures de sommeil la nuit précédente. Le manque de sommeil réduirait leur absorption d’oxygène et perturberait leur rythme cardiaque. C’est ce qu’avait découvert des scientifiques français spécialisés dans le sport au début des années 90.

En 1991, les chercheurs avaient publié les résultats d’une expérience qu’ils ont réalisée avec 7 cyclistes masculins âgés de 25 ans. Les cyclistes ont dû pédaler un certain nombre de fois, en commençant à chaque fois par un échauffement de 10 minutes, puis 20 minutes à 75 % de leur VO2max et enfin ,en pédalant jusqu’à l’épuisement avec une intensité qui augmentait rapidement.

A une occasion, les cyclistes avaient dormi normalement la nuit précédente [spontaneous sleep, control night], à une autre occasion, les chercheurs avaient privé leurs sujets de trois heures de sommeil [partial sleep deprivation, deprived night], et à une autre occasion encore, les chercheurs ont donné aux cyclistes du triazolam, un somnifère. Les chercheurs espéraient que cela améliorerait la qualité du sommeil des sujets, mais cela a échoué. Nous omettons ici les résultats du somnifère.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Masse musculaire et espérance de vie, les deux sont liés

muscle-longeviteSi vous faites un travail physique intense ou de la musculation, non seulement votre corps sera plus musclé et plus fort, mais vous le ferez aussi durer plus longtemps. La masse musculaire prolonge l’espérance de vie, écrivent des chercheurs de l’école de médecine David Geffen dans l’American Journal of Medicine.

Poids de corps et mortalité

Les chercheurs pensaient autrefois que les personnes âgées en surpoids avaient un risque plus élevé de mourir. Cependant, des études récentes ont montré que autant les personnes âgées en surpoids que celles qui étaient en sous-poids avaient plus de chances de mourir. C’est pourquoi de plus en plus d’épidémiologistes arrivent à la conclusion que ce n’est pas le poids qui détermine la durée de vie, mais la masse maigre.

En d’autres termes : les muscles.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Comment les aliments ultra-transformés vous font prendre du poids

fritesSi vous remplacez tous les aliments transformés de manière non intensive dans votre alimentation par des aliments ultra-transformés prêts à l’emploi, vous pourriez consommer 500 calories de plus par jour que si vous ne consommez que des aliments transformés de manière plus modérée. C’est ce que montre une étude expérimentale que le physiologiste américain Kevin Hall a publiée dans Cell Metabolism.

L’étude clinique sur l’influence des aliments ultra-transformés

Kevin Hall et ses collègues ont fait manger à 20 sujets de poids sain des aliments ultra-transformés pendant deux semaines exclusivement. A une autre occasion, ils ont donné aux mêmes sujets uniquement des aliments qui n’avaient pas été traités de manière excessive.

Les aliments ultra-transformés sont des aliments prêts à consommer ou presque prêts à consommer. Ils sont produits à des températures nettement plus élevées que celles des casseroles d’une cuisine ordinaire. Ils contiennent souvent peu de fibres et beaucoup de sel. Ils sont pleins de glucides rapidement absorbés et de graisses. Les hamburgers, les croissants, les boissons gazeuses, la purée de pommes de terre industrielle, les saucisses et les pizzas sont des exemples d’aliments ultra-transformés.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Vieux mais en forme, la recherche sur l’interleukine 37

interleukine-37-proteineL’interleukine 37 est une cytokine peu connue. Les chercheurs espèrent qu’elle permettra de lutter contre l’allergie et les maladies auto-immunes. Des physiologistes américains de l’université du Colorado Boulder ont découvert que l’interleukine 37 présente également des effets anti-âge puissants. Des souris âgées sont devenues plus saines et surtout plus en forme après avoir pris de l’interleukine 37 pendant quelques semaines.

L’interleukine 37

La principale fonction biologique de l’interleukine-37 est d’empêcher le système immunitaire de s’emballer. Récemment, l’intérêt scientifique pour l’interleukine-37 s’est accru, après que la recherche fondamentale ait démontré que la protéine bloquait les réactions allergiques.

Les scientifiques espèrent qu’en modulant les réponses immunitaires, l’interleukine-37 puisse jouer un rôle positif dans “les maladies intestinales inflammatoires, les maladies respiratoires inflammatoires, l’athérosclérose, l’hépatite, l’obésité, l’hypersensibilité de contact, la maladie de Graves, la polyarthrite rhumatoïde, la spondylarthrite ankylosante, le lupus érythémateux systémique, la sclérose en plaques, le psoriasis et la maladie de Behcet”.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Le sucralose, un édulcorant qui réduirait la sensibilité à l’insuline

sucralose

Le sucralose

Le sucralose, un édulcorant synthétique 600 fois plus sucré que le sucre, provoquerait chez les personnes en bonne santé des symptômes qui ressemblent à un diabète de type 2 au stade précoce. Des chercheurs de l’université de Yale l’écrivaient récemment dans Cell Metabolism. Bien que les sujets ne soient pas réellement tombés malades, les résultats étaient si troublants que l’université a conseillé aux chercheurs d’interrompre leur étude.

L’étude sur le sucralose

Les chercheurs ont divisé 45 sujets sains en trois groupes. Chaque groupe est venu au laboratoire des chercheurs 7 fois sur une période de 2 semaines, et a ensuite bu une boisson non alcoolisée de 355 millilitres.

Les sujets d’un groupe ont pris une boisson contenant 60 milligrammes de l’édulcorant sucralose [LCS]. L’autre groupe en a bu un autre avec 30 grammes de saccharose [sucre de table normal] [Sugar]. Les sujets du troisième groupe buvaient une boisson contenant 60 milligrammes de sucralose plus 31 grammes de maltodextrine glucidique [Combi].

En savoir plus »
Aucun commentaire

Une supplémentation en spermidine réduirait le vieillissement cardiovasculaire

spermidineSi vous êtes au courant des développements dans le domaine de la longévité, alors vous connaissez la spermidine. Tout le monde n’apprécie pas forcément les compléments de spermidine actuellement disponibles dans les magasins en ligne, mais il est clair qu’il s’agit d’une substance intéressante. Nous avons lu l’étude sur les animaux que des chercheurs chinois de l’université médicale de Harbin ont publiée dans Aging, et nous devons avouer que notre intérêt est maintenant là aussi éveillé.

La spermidine, une polyamine probablement lié à la longévité

La spermidine est une polyamine. Les organismes vivants produisent cette substance par le métabolisme de l’arginine, entre autres, mais la spermidine est également présente dans les aliments. Le germe de blé en est la meilleure source. Une cuillère à soupe de 7 grammes de germe de blé contient environ 1,7 milligramme de spermidine. C’est autant que ce que la plupart des suppléments de spermidine fournissent par dose quotidienne.

Aliment Spermidine mg/kilo
Germes de blé 243
Germes de soja 207
Cheddar (1 an d’affinage) 199
Champignons 89
Riz brun 50
Foie de poulet 48
Petits pois 46
Mangue 30
Pois chiche 29
Chou fleur 25
Broccoli 25

 

polyamines-spermidine-agmatine

En savoir plus »
Aucun commentaire