Réduisez votre rythme cardiaque et vivez plus longtemps

muscle-cardiaque-rythmeSi vous faites régulièrement de l’exercice qui fait monter votre rythme cardiaque, le reste de la journée, votre fréquence cardiaque est plus faible. C’est logique : un cœur entraîné n’a pas besoin de travailler aussi fort au repos. Un avantage d’un cœur qui fonctionne bien est qu’il protège probablement du cancer, selon une étude publiée dans PloS One par des chercheurs de l’Université Paris Descartes.

Rythme cardiaque et longévité

De nombreuses études ont montré qu’un rythme cardiaque lent est un signe de santé cardiovasculaire, et que les personnes ayant un rythme cardiaque plus faible sont moins susceptibles de mourir d’une maladie cardiovasculaire. C’est un fait connu. Par contre, le fait qu’un rythme cardiaque plus lent protège du cancer ne l’est pas.

Si nous n’avons jamais entendu parler de cette affirmation, c’est parce que les scientifiques ne savent pas trop quoi faire des phénomènes qu’ils ne peuvent pas expliquer. S’ils sont confiants, ils publient ces résultats, mais ils ignorent souvent ces faits gênants. Les Américains ont publié leurs résultats, mais ils ont aussi expliqué la corrélation. Ils ont avancé une théorie selon laquelle les personnes atteintes d’un cancer mais qui ne le savent pas ont un rythme cardiaque plus élevé.

L’explication ne tenait pas entièrement la route. Dans une étude de suivi, plusieurs années plus tard, le même groupe de chercheurs américains a découvert une relation. On aurait pu s’attendre à ce que toutes les formes de cancer jusqu’alors inconnues aient été découvertes dans l’intervalle. En effet, des chercheurs en France et en Israël avaient entre-temps également découvert l’effet inhibiteur du cancer d’une fréquence cardiaque plus faible.

L’étude des chercheurs français

Les chercheurs de l’Université Paris Descartes ont utilisé les données de plus de 6000 hommes âgés de 42 à 53 ans. Ces données ont été recueillies lors de la première étude prospective de Paris, dans laquelle des hommes parisiens ont été suivis pendant vingt-cinq ans.

Cette étude a également montré qu’une fréquence cardiaque plus faible prolongeait l’espérance de vie. Les chercheurs ont divisé les hommes en 4 groupes en fonction de leur rythme cardiaque. Dans le groupe ayant la fréquence cardiaque au repos la plus basse, près de 90 % étaient encore en vie après 25 ans, comme le montre le premier tableau ci-dessous. Le taux de survie du groupe ayant la fréquence cardiaque la plus élevée était de 70 %. Le deuxième tableau montre qu’un rythme cardiaque lent pendant l’effort réduit le risque de mourir d’une cause cardiovasculaire.

frequence-cardiaque-sante

battements-coeur-sante

sport-frequence-cardiaque

Le chiffre le plus intéressant est celui qui figure ci-dessus. Plus le rythme cardiaque est lent pendant l’effort, plus le risque de mourir d’un cancer est faible.

Les chercheurs ont trouvé une relation similaire entre la fréquence cardiaque au repos et un cancer mortel. Dans le groupe dont le rythme cardiaque était le plus lent, le risque de développer un cancer était 2,4 fois moins élevé que dans le groupe dont le rythme cardiaque était le plus élevé.

Quelques spéculations…

Les chercheurs ont avancé la théorie selon laquelle les personnes dont la fréquence cardiaque est élevée ont un système nerveux sympathique hyperactif. Le système nerveux sympathique est la partie du système nerveux central qui fait travailler les organes plus activement. [Une autre partie du SNC, le système nerveux parasympathique, ralentit le métabolisme des organes]. “Les sujets présentant une perturbation préexistante de leur système autonome peuvent avoir un système de défense immunitaire plus faible et un risque accru de mourir si l’individu développe un cancer”, écrivent les chercheurs.

Si la théorie tient la route, alors les gens peuvent probablement réduire leur risque de développer un cancer en développant leur condition physique.

Source de l’article: Lower your heart rate and live longer

Source Ergo-log: PLoS One. 2011;6(8):e21310.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

Éléments de bibliographie

Perskly V. et al., Heart: a risk factor for cancer?, American Journal of Epidemiology, Volume 114, Issue 4, October 1981, Pages 477–487

Greenland P. et al., Resting Heart Rate is a Risk Factor for Cardiovascular and Noncardiovascular Mortality: The Chicago Heart Association Detection Project In Industry, American Journal of Epidemiology, Volume 149, Issue 9, 1 May 1999, Pages 853–862

Thomas F. et al., Pulse pressure and heart rate Independent risk factors for cancer? Journal of Clinical Epidemiology, Volume 54, Isue 7, p.735-740, July 01, 2001

E. Kristal-boneh, H. Silber, G. Harari, P. Froom, The association of resting heart rate with cardiovascular, cancer and all-cause mortality. Eight year follow-up of 3527 male Israeli employees (the CORDIS Study), European Heart Journal, Volume 21, Issue 2, 1 January 2000, Pages 116–124

En savoir plus »
Aucun commentaire

Pratiquer le Tai-Chi ou le Qigong vous donne plus de cellules immunitaires

tai-chi-immuniteLes techniques ancestrales corps/esprit telles que le Tai-Chi et le Qigong auraient un effet positif sur le système immunitaire. Selon des chercheurs australiens spécialisés dans le cancer, la pratique du Tai-Chi ou du Qigong pendant une période de 1 à 6 mois augmenterait le nombre de cellules immunitaires qui tuent les cellules cancéreuses et les germes.

L’étude sur la pratique du Tai-Chi ou du Qigong

Les chercheurs ont retracé 19 essais randomisés contrôlés par placebo déjà publiés, portant sur un total de 1 686 sujets.

En savoir plus »
Aucun commentaire

La quercétine présenterait un effet géroprotecteur

quercetine-geroprotecteurSi vous prenez une capsule de quercétine une fois par semaine, vous ne prolongerez probablement pas votre vie. Non monsieur ! Mais peut-être est-il possible que cette dose hebdomadaire vous permetra de rester en bonne santé plus longtemps. Nous fondons cette affirmation sur une étude animale que la chercheuse chinoise Lingling Geng a publiée dans Protein Cell. Selon Geng, l’administration hebdomadaire de quercétine n’a aucun effet sur la durée de vie, mais elle a un effet positif sur la durée de vie en bonne santé. C’est ce que nous appelons l’effet géroprotecteur. Chez les souris…

L’étude chinoise sur l’effet potentiel de géroprotecteur de la quercétine

Lingling Geng et ses collègues ont donné à des souris de laboratoire C57BL/6J mâles de 16 mois un peu de quercétine chaque semaine jusqu’à l’âge de 22 mois. Lorsque le test a commencé, les souris étaient d’âge moyen. À la fin du test, les souris étaient âgées. Un autre groupe de souris n’a pas reçu de quercétine.

En savoir plus »
Aucun commentaire

La supplémentation en glycine prolongerait la durée de vie

glycine-complement-alimentaireLa glycine rajeunit les vieilles cellules dans des tubes à essai, écrivions-nous il y a de cela quelques temps. Cependant, cette étude n’est pas la seule à postuler que la glycine pourrait être un supplément intéressant pour la longévité. Des chercheurs américains de l’Université du Michigan ont administré à des souris une forte dose de glycine tout au long de leur vie. Ils ont découvert que cela permettait aux animaux d’augmenter leur durée de vie.

L’étude sur l’animal avec un supplément de glycine

Les chercheurs ont donné à un groupe de souris de laboratoire, de l’âge de neuf mois jusqu’à leur mort, un régime alimentaire composé de 8 % de glycine. On estime que si les souris du groupe expérimental étaient des humains, elles auraient reçu 100 à 140 grammes de glycine par jour. Un autre groupe a reçu une nourriture standard sans additifs spéciaux. Une once de glycine par jour, c’est beaucoup. Il est possible que, avec de telles quantités, la glycine provoque des effets secondaires. Pour être honnête, nous nous demandons également si des dosages aussi astronomiques sont nécessaires.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Poulet ou bœuf, viande rouge et longévité, quelle viande pourrait-on favoriser ?

Image Malidate Van pexels.com

Dans la mesure où la recherche épidémiologique peut apporter des preuves tangibles, la preuve irréfutable que la consommation de viande rouge pourrait raccourcir la vie a été fournie par des chercheurs de Harvard dirigés par Walter Willett et Frank Hu. Leur étude statistique, publiée dans les Archives of Internal Medicine, indique à ceux qui souhaitent suivre un régime riche en protéines quelles sont les alternatives saines à la viande. Note EM: Méfiez-vous des études qui vous dises qu’elles sont irréfutables, généralement, nous en obtenons des surprises et des contradictions assez fréquemment…

La viande rouge

Les chercheurs savent depuis des années qu’une consommation élevée de viande rouge – nom qui recouvre la viande musculaire d’origine mammalienne – augmenterait le risque de maladies cardiovasculaires et réduirait l’espérance de vie. Le fer organique contenu dans la viande rouge serait un peu trop présent pour de nombreux adultes, et des substances telles que les amines hétérocycliques, qui sont créées lorsque la viande est frite, sont plutôt mauvaises pour la santé.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Les effets de la pomme et des fruits rouges sur la longévité se renforcent l’un l’autre

fruits-rouges-antioxydants

Image Skylar Kang

Les pommes (de préférence avec la peau) et les fruits rouges sont bonnes pour la santé. Et cela serait particulièrement vrai pour leur combinaison. Du moins, c’est ce qu’ont découvert des chercheurs chinois.

L’étude de 2020 sur les effets positifs de la pomme et des fruits rouges

En 2020, des chercheurs en nutrition de l’Université technologique de Chine du Sud ont publié une étude dans Food & Function, dans laquelle ils ont exposé l’organisme modèle Caenorhabditis elegans à des extraits de pelure de pomme, à des extraits de myrtilles et à une combinaison de ces deux substances. Des études précédentes avaient déjà montré que les substances bioactives présentes dans les pommes et les fruits rouges pouvaient prolonger la vie de ce nématode.

En savoir plus »
Aucun commentaire

La citrouille et ses composants pourrait-elle stimuler l’endurance et la force musculaire ?

citrouille-antioxydants

Image Tom Leishman

Est-il possible que dans quinze ans, les athlètes d’endurance ne se nourrissent plus de pâtes, de pain et de riz avant une course, mais de soupe au potiron ? Ou utiliseront-ils des compléments alimentaires contenant un extrait de citrouille ?

Nous basons ces prédictions audacieuses sur une étude animale menée par des chercheurs de l’université de Providence à Taïwan, et récemment publiée dans Molecules. Selon cette étude, les cultivars de citrouille de la famille Cucurbita moschata présentent peut-être des propriétés ergogéniques qui feraient saliver tout développeur de compléments alimentaires pour les sports d’endurance qui se respecte.

En savoir plus »
Aucun commentaire