Voici comment l’exercice physique éliminerait les tumeurs

Chaque séance d’exercice physique assez intense fonctionnerait comme une courte séance de chimiothérapie, écrivions-nous récemment. L’exercice physique transformerait le corps en un environnement hostile pour les cellules cancéreuses. Une étude animale publiée en 2016 dans Cell Metabolism par des chercheurs danois nous explique comment le sport s’opposerait aux tumeurs cancéreuses.

L’étude sur l’effet de l’exercice sur les tumeurs cancéreuses

Les chercheurs, qui travaillent à l’université de Copenhague, ont donné à un groupe de souris un accès illimité à un tapis roulant sur lequel les animaux se sont exercés en effectuant environ 4 à 7 kilomètres chaque jour. L’équivalent humain de cette durée d’exercice serait environ d’une heure de cardiotraining. Après que les souris aient couru tous les jours pendant quatre semaines, elles ont reçu une injection contenant des cellules cancéreuses agressives, celles du mélanome B16F10. Deux semaines plus tard, les Danois ont examiné les souris. Les souris du groupe de contrôle n’avaient pas couru.

En savoir plus »
Aucun commentaire

L’acide carnosique, l’aide minceur potentiel du romarin

L’acide carnosique est utilisé dans les dentifrices, la viande transformée, les pizzas et les sauces. Il est surtout naturellement retrouvé dans les herbes et épices ordinaires et fonctionnerait plutôt bien comme agent conservateur biologique. L’acide carnosique pourrait également être considéré comme une aide minceur intéressante, comme l’a écrit un diététicien nutritionniste coréen* dans le Journal of Cancer Prevention.

L’acide carnosique

acide-carnosiqueL’acide carnosique est un diterpène retrouvé dans certains végétaux tels que le romarin par exemple. Sa formule structurelle est présentée ci-contre.

Oui, l’étude scientifique dont nous allons vous parler aujourd’hui a été réalisée in vitro. En effet, un grand nombre de substances qui présentent des effets intéressants sur les cellules dans les laboratoires en Asie n’ont pas nécessairement le même effet sur les humains.

En savoir plus »
6 Commentaires

Manger une forte quantité de noix pourrait vous protéger du cancer de la prostate

les-noix-et-leurs-bienfaits-sur-la-santeLes hommes qui mangeraient beaucoup de noix pourraient se protéger contre le cancer de la prostate. C’est une information suggérée par une étude sur l’animal que les biologistes de l’Université du Texas ont publié en 2013 dans Cancer Investigation. Les noix contiendraient des substances qui sabotent la propagation et la croissance des tumeurs du cancer de la prostate.

L’étude scientifique sur les noix et leur potentiel probable sur le cancer

Les chercheurs ont transmis des cellules cancéreuses humaines de la prostate par injections sous-cutanées à des souris [LNCaP]. Certaines des souris ont reçu une alimentation standard [Control Diet]. D’autres ont reçu des aliments pour animaux qui contenaient 11% de noix [Walnut diet]. Les chercheurs ont veillé à ce que les deux régimes contiennent la même quantité de calories, de fibres, de graisses, de glucides et de protéines.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Au plus il y a d’inflammation, au moins longtemps vous vivrez

c-reactive-protein

Protéine C Réactive

Un régime alimentaire contenant des quantités élevées dinhibiteurs naturels de l’inflammation comme les vitamines B, le gingembre, le magnésium et les oméga 3 retarderaient le vieillissement et réduiraient vos chances de développer le cancer, comme nous l’avions écrit récemment. Mais leffet positif de ce type dalimentation pourrait être encore plus grand que nous lavions réalisé. C’est du moins ce qu’affirme une étude épidémiologique moléculaire réalisée par les chercheurs polonais du Centre de recherche médicale Mossakowski, dont l’article a été publié dans Immunity & Ageing.

L’expérience scientifique

Les chercheurs ont utilisé des données sur près de cinq mille Européens de lEst âgés de 65 ans et plus. Ils connaissaient les niveaux de CRP (C Reactive Protein) dans le sang denviron trois mille des sujets ainsi que la concentration d’interleukine-6 dans un groupe de taille similaire.

Les CRP et interleukine-6 sont des protéines inflammatoires. Leur rôle consiste à faciliter le nettoyage des agents pathogènes et des tissus endommagés mais en quantités trop élevées, ils augmentent les risques de maladies chroniques et accélèrent le processus du vieillissement. En outre, un mode de vie sédentaire et une mauvaise alimentation augmentent la production de protéines inflammatoires par le corps.

Les chercheurs ont divisé les participants en deux groupes. Un groupe était le « sousgroupe vieillissement réussi » ou « Super agers ». Il sagissait de personnes qui navaient pas de cancer, de maladies cardiovasculaires ou de diabète, qui étaient en bonne condition mentale et qui navaient aucun problème lorsqu’il s’agissait de réaliser diverses activités quotidiennes normales. Lautre groupe a été appelé «sousgroupe des personnes souffrant de maladies liées au vieillissement».

Résultats de l’étude sur l’inflammation et les facteurs d’inflammation

Le sous-groupe « vieillissement réussi » présentait des niveaux légèrement inférieurs de CRP et d’interleukine-6 dans le sang par rapport aux autres participants. Plus les participants étaient âgés, plus la concentration en CRP et en interleukine-6 avait augmenté, et cela sest produit dans les deux groupes.

Les Polonais ont divisé les participants en trois groupes de taille égale [appelés tertiles] selon la quantité de CRP qu’ils avaient dans leur sang. Ils ont divisé les participants en quatre groupes de taille égale [quartiles] selon la concentration d’interleukine-6 de leur sang. Ils ont ensuite enregistré le nombre de participants décédés sur une période subséquente de cinq ans.

La probabilité de mourir était plus élevée au plus les concentrations sanguines de CRP [premier tableau cidessous] et d’interleukine-6 l’était aussi [deuxième tableau] dans le groupe « Super agers », [graphique à gauche sur le tableau cidessous] et pour lautre groupe [graphique de droite].

inflammation-interleukine-6-et-crpinflammation-survie

Le tableau cidessous  à gauche montre la relation entre la probabilité de mourir [risque de mortalité] et la concentration de CRP. Cidessous à droite, le tableau indique la relation entre la probabilité de mourir et la concentration des interleukine-6.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Un régime riche en protéine protègerait contre le cancer: Etude sur l’animal

Un régime alimentaire pauvre en glucides et riche en protéines protègerait contre les risques de cancer. Des chercheurs sur le cancer de l’Université de Colombie-Britannique ont découvert que ce type de régime réduirait le risque de développer le cancer et inhiberait la croissance des tumeurs chez la souris.

Les glucides et le cancer

Milkshake de protéine contre le cancer

Quels effets ont les protéines contre le cancer ?

Les nutritionnistes ont tendance à ignorer les preuves mais les scientifiques qui font de la recherche fondamentale sur le cancer en sont convaincus: la quantité croissante d’énergie que nous tirons des glucides rapidement absorbés comme le sucre, le glucose et le fructose – stimuleraient le cancer.

La plupart des cellules cancéreuses aiment se nourrir de glucose. Au plus de glucose se retrouve dans le sang, au plus elles disposent d’énergie pour maintenir un taux de croissance élevé. Qui plus est, quand elles convertissent le glucose en énergie, les cellules cancéreuses produisent du glutathion et de l’acide lactique. Elles utiliseraient le glutathion pour se protéger contre leurs propres mécanismes de suicide et l’acide lactique pour rendre leur environnement plus acide. Parce que les cellules saines fonctionnent moins bien dans un environnement plus acide, l’acide lactique donnerait aux cellules cancéreuses plus de possibilités de métastases.

En savoir plus »
1 Commentaire

Les suppléments aideraient les survivants du cancer à condition qu’ils suivent un régime alimentaire sain

Suppléments nutritionnels en cancer, quel intérêt ?Les suppléments pourraient avoir un faible effet positif sur les chances de survie des femmes qui ont subi un traitement contre le cancer. Ils augmenteraient le risque de mortalité des survivants du cancer qui suivent un régime alimentaire malsain et diminueraient légèrement le risque chez les femmes qui consomment une alimentation saine, selon un article publié par les épidémiologistes de l’Université du Minnesota dans Cancer Epidemiology, Biomarkers & Prevention.

L’étude scientifique sur le cancer et les suppléments

Les chercheurs ont utilisé les données recueillies pour l’étude sur la Santé des Femmes de l’Iowa (Iowa Women Health Study). Ils ont surveillé 2118 femmes qui avaient été diagnostiquées positives au cancer sur la période de 1986 à 2002. Ils ont suivi les femmes jusqu’en 2004, alors qu’elles étaient âgés de 73 à 88 ans. Les chercheurs ont voulu savoir comment l’utilisation de suppléments après leur diagnostic pouvait affecter les chances de survie de ces femmes.

En savoir plus »
2 Commentaires

Glucosamine et chondroïtine contre les cancers du poumon et du colon

Glucosamine, chondroitïne et MSMCeux qui prennent des suppléments de glucosamine et de chondroïtine pour protéger leurs articulations réduiraient également leurs risques de développer le cancer du poumon et du côlon. Des chercheurs américains travaillant sur l’étude VITAL ont fait cette découverte. Ils ont suivi près de 77 000 hommes et femmes âgés entre 50 et 76 ans depuis l’année 2000.

L’étude statistique portait sur le rapport entre les compléments alimentaires (dont la glucosamine) et le  cancer

L’étude VITAL a pour objectif de savoir si les suppléments peuvent améliorer la santé ou non, comme certaines allégations le supposent ou au contraire, pourraient nuire à la santé, comme un groupe croissant de scientifiques le pense. Jusqu’à présent, il y a eu très peu d’études épidémiologiques spécifiques destinées à déterminer les effets des suppléments sur la santé.

Lorsque les chercheurs ont recruté les participants à l’étude, ils les ont interrogées sur leur consommation de suppléments au cours des 10 années précédentes. Ils ont ensuite surveillé leurs sujets pendant 5 ans. Durant cette période, 665 d’entre eux ont développé un cancer du poumon. A partir de leur étude sur la consommation de suppléments des participants, et sans émettre de lien a priori, les chercheurs ont synthétisé le tableau ci-dessous.

En savoir plus »
Aucun commentaire