Bio103, un analogue de l’ecdystérone serait plus anabolisant que sa molécule source

ecdysteroneParmi ceux qui le comprennent vraiment – les culturistes qui ont utilisé la substance – les opinions sur l’efficacité de l’ecdystérone sont divisées. Mais selon les scientifiques, l’ecdystérone présente vraiment des propriétés anabolisantes. C’est si efficace que la société française Biophytis se demande si l’ecdystérone ne serait pas un remède aux maladies musculaires. Biophytis a déjà modifié chimiquement l’ecdystérone en une molécule un peu plus efficace que son composé mère.

Le Bio103 de Biophytis

Biophytis a été fondée en 2006 par des scientifiques français associés à l’université de la Sorbonne à Paris. Biophytis voudrait commercialiser des substances naturelles sous forme de médicaments et étudie l’ecdystérone depuis des années. Les schémas que Biophytis présente à des conférences font invariablement référence à l’ecdystérone sous le nom de Bio101. Sa version modifiée s’appelle Bio103.

En 2018, nous avions discuté des versions modifiées de l’ecdystérone qui ont dépassé l’effet anabolisant de l’ecdystérone source. L’un d’eux était le poststérone, un métabolite naturel de l’ecdystérone. Bio103 ressemble au poststérone, mais n’existe pas dans la nature.

bio103-ecdysterone

L’étude sur animal de Bio103

Selon une étude présentée par Biophytis lors d’un congrès, BIO103 ne parviendrait pas à inhiber la dégradation de la masse musculaire des souris mdx. Les souris Mdx sont atteintes d’une maladie musculaire congénitale. Il s’agit d’un modèle populaire pour étudier la dystrophie musculaire de Duchenne. Selon leurs résultats, Bio103 inhiberait la diminution de la force musculaire.

Les chercheurs ont donné à leurs animaux de laboratoire 50 milligrammes de Bio103 par kilo de poids corporel par jour.

ecdysterone-hypertrophie

hypertrophie-ecdysterone

Bio103 n’inhibe pas les protéines cataboliques telles que MuRF1 dans les cellules musculaires. L’ecdystéroïde synthétique stimule l’antioxydant endogène thioredoxin-1.

bio103-anabolisme

Ecdystérone contre Bio103

Dans un brevet récent, des chercheurs de Biophytis ont comparé l’effet anabolisant de l’ecdystérone à celui de Bio 103. Ils l’ont fait dans le cadre d’une étude animale où des souris mdx ont reçu 50 milligrammes de Bio103 ou d’ecdystérone par kilo de poids corporel.

Le tableau ci-dessous montre que Bio103 présente un effet positif plus fort sur la force musculaire que l’ecdystérone. Bio103 semblait rendre les souris mdx encore plus fortes que les souris saines [C57].

ecdysterone-force-musculaire

bio103-vaisseaux-sanguins

L’ecdystérone ferait produire plus de vaisseaux sanguins aux tissus musculaires, a découvert Biophytis. Cet effet biologique explique en partie l’effet de renforcement musculaire des ecdystéroïdes. Dans ce domaine également, l’effet de Bio103 a dépassé celui de l’ecdystérone.

Une dose trop élevée entraîne des effets opposés à ceux qui sont recherchés

Il n’est pas difficile de synthétiser Bio103, et il existe des fournisseurs fiables d’ecdystérone. Un conseil pour les sportifs qui veulent expérimenter ces substances extrêmement intéressantes : des doses trop élevées ne fonctionnent pas ou ont même l’effet inverse. {Note EM: Naturellement, la molécule présentée n’est pas un complément mais une molécule testée à des fins thérapeutiques, ce qui veut dire que je n’approuve pas systématiquement la conclusion des rédacteurs d’Ergo-log.}

Source de l’article: Ecdysterone analogue Bio103 has more anabolic effect than its mother compound

Source Ergo-log: WO 2018/197708 Al.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

Note: Pensez à vous abonner à la newsletter afin de vous tenir informé de la sortie des nouveaux articles.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Methoxyisoflavone et ipriflavone seraient des inhibiteurs de l’aromatase

m-stak-universal-nutritionIl y a plus de 15 ans sinon 20, Universal Nutrition sortait leurs tous nouveaux packs dont leur M-Stak avec des extraits végétaux un peu bizarres de méthoxyisoflavone et autres Muira puama ou extraits de Kudzu. En ces temps troublés où j’étais encore une moitié de freluquet, j’avais voulu tester. Pourtant septique en lisant l’étiquette, je ne comprenais pas tout puisque forcément, à l’époque, je n’avais pas le même recul sur l’aspect scientifique des compléments alimentaires. Toujours est-il que j’en avais pris une boite mais je n’avais pas vraiment constaté d’effets fantastiques contrairement à la première fois où j’avais pris de la créatine. Logiquement, j’avais effectivement pris de la masse musculaire et de la force.

Toujours est-il que l’expérience remonte à trop longtemps pour que je m’en souvienne encore précisément. Anecdote dont je me souviens pourtant, c’est que Marco m’avait dit “j’en connais un qui a pris M-Stak et qui a risqué l’hypoglycémie…”. A l’époque, je n’avais pas compris le pourquoi du comment. En relisant l’étiquette aujourd’hui, on comprend mieux: 4-Hydroxisoleucine, acide corosolique, Cinnulin PF (extrait de cannelle) et acide alpha lipoïque. Forcément, aujourd’hui, je comprends mieux pourquoi les petites natures n’auraient pas dus prendre leur Methoxy-machin l’estomac vide. Donc, si vous prenez un jour ce genre de complément, prenez-le avec votre Big Yam ou/et des céréales. Par contre, si vous prenez l’exemple du M-Stak d’Universal Nutrition, il est assez difficile de dire d’où pourraient venir clairement les effets puisque l’ensemble des composants de cette formule sont divers et nombreux (dont des stimulants avec caféine et théobromine). A priori, les effets supposés produits par ces flavones me semblent bien faibles et la littérature disponible a tendance à le confirmer. Mais pour l’instant, je vous laisse avec la traduction de l’article d’Ergo-log pour approfondir un peu le sujet. Prenez également en compte que l’étude a été effectuée in vitro, comme le rappelle les chercheurs.

———————————-

Certains suppléments supposés augmenter les niveaux de testostérone contiennent les isoflavones synthétiques méthoxyisoflavone et ipriflavone. Ces compléments pourraient fonctionner comme le suggère une étude in vitro des chasseurs italiens du dopage, associée à la Federazione Medico Sportiva Italiana. L’article a été publié dans Drug Testing & Analysis. Selon les chercheurs, méthoxyisoflavone et ipriflavone inhibent l’aromatase, l’enzyme qui convertit la testostérone en estradiol.

methoxyisoflavone-supplement

 

Ipriflavone et méthoxyisoflavone

Ipriflavone et méthoxyisoflavone sont des isoflavones synthétiques. Ils ont été inventés au siècle dernier par des chimistes d’Europe de l’Est qui souhaitaient fabriquer de nouveaux agents anabolisants en modifiant des isoflavones comme la daidzéine, un phyto-œstrogène du soja.

methoxyisoflavone-ipriflavone

Ces isoflavones de synthèse ne se sont pas montrés très efficaces en tant que médicament mais elles ont pourtant suivi leur chemin en tant que complément sportif.

L’ipriflavone et la méthoxyisoflavone inhibent l’action des enzymes P450 telles que les CYP1A2 et CYP2C9. De là, les Italiens se sont demandé si l’ipriflavone et la méthoxyisoflavone contrecarraient également l’aromatase. Il s’agit de l’enzyme qui convertit la testostérone en estradiol. Tout comme le CYP1A2 et le CYP2C9, l’aromatase est une enzyme P450.

Si tel est le cas, l’ipriflavone et la méthoxyisoflavone pourraient figurer sur une liste des produits dopants, où l’on retrouve également l’anastrozole et le létrozole. Comme vous le savez, les inhibiteurs de l’aromatase peuvent augmenter les niveaux de testostérone, améliorant ainsi les performances physiques.

L’étude sur les phyto-œstrogènes modifiés et leurs effets supposés sur l’aromatase

Les chercheurs ont commencé par mettre la testostérone et l’aromatase dans des éprouvettes. Puis, ils ont cherché à constater si la conversion de la testostérone en estradiol était bloquée en ajoutant de l’ipriflavone, de la méthoxyisoflavone et d’autres substances.

Résultats de l’expérience

L’ipriflavone et la méthoxyisoflavone ont inhibé la formation de l’œstradiol. Les deux substances ont bloqué l’action de l’enzyme aromatase. La daidzéine l’a fait aussi mais dans une bien moindre mesure. L’effet anti-estrogénique de la méthoxyisoflavone et de l’ipriflavone était similaire à celui de l’anastrozole.

methoxiflavone-ipriflavone-antiestrogenique

methoxiflavone-ipriflavone-antiestrogene

ipriflavone

anastrazole

 

Lorsque les Italiens ont calculé le Ki (constante d’inhibition des réactions enzymatiques) de la méthoxyisoflavone et de l’iproflavone sur la base de leurs tests, ils ont constaté qu’il était égal au Ki des inhibiteurs pharmacologiques de l’aromatase.

inhibiteurs-aromatase

 

Conclusion sur la méthoxyisoflavone et l’ipriflavone

“Les résultats obtenus dans notre système de modèles in vitro montrent que, dans la gamme de concentrations considérée, la méthoxyisoflavone et l’ipriflavone ont un potentiel d’inhibition de l’aromatase similaire à celui du formestane, de l’anastrozole et de l’aminoglutéthimide”, écrivent les chercheurs. “Ces trois médicaments [sont] utilisés dans le traitement anticancéreux et interdits par l’AMA (Agence Mondiale Antidopage) pour leurs effets sur la stéroïdogenèse.”

“Clairement, les résultats présentés ici ne sont pas suffisants pour exprimer une opinion finale sur l’opportunité d’inclure des isoflavones synthétiques sur la Liste des interdictions de l’AMA car l’ampleur réelle de leurs effets in vivo serait certainement modulée par leurs propriétés pharmacocinétiques, et notamment par leur faible biodisponibilité.”

“Néanmoins, nous pensons que leur surveillance pourrait encore être utile pour l’analyse du contrôle du dopage, compte tenu également des fortes doses recommandées pour les isoflavones de synthèse dans les compléments alimentaires.”

Source de l’article: Methoxyisoflavone and ipriflavone are aromatase inhibitors

Source Ergo-log: Drug Test Anal. 2019 Feb;11(2):208-14.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Les ecdystéroïdes, vos muscles et votre peau

Complément alimentaire pour les musclés qui vaut son pensant de cacahouètes, les ecdystéroïdes (pas ceux de vos épinards ni du quinoa), sont des petites molécules végétales à structure stéroïde qui présentent certains avantages où on ne les attendait pas. Sans être miraculeux non plus, la densité musculaire augmente au bout de quelques semaines, la force a tendance à croître également dans des proportions sensibles. Là où on ne s’y attendait pas, c’est que les ecdystéroïdes en question font du bien à votre peau. C’est aussi ce que j’avais remarqué sur la mienne. Cet article d’Ergo-log revient précisément sur ce sujet…

——————————

ecdysteroidesSe pourrait-il que l’on puisse imaginer un nouveau supplément ? Pas un supplément sportif mais un produit pharmaceutique doté d’une concentration élevée en 20-hydroxy-ecdystérone ? Selon une étude sur les animaux réalisée au centre médical universitaire de Goettingen, un tel supplément améliore non seulement la composition corporelle, mais également la qualité de la peau.

Le 20-hydroxy-ecdystérone est un ecdystéroïde. Les plantes apparentées à la famille des épinards fabriquent des composés ecdystéroïdes pour se protéger contre les chenilles. Quand elles mangent de la 20-hydroxy-ecdystérone, les chenilles se transforment en papillons. Et vous savez que les papillons ne mangent pas d’épinards ! Cela dit, une portion standard d’épinards contient plus de 100 mg d’ecdystéroïdes.

Les ecdystéroïdes présentent un effet anabolique sur les humains et les animaux. C’est pourquoi les étagères des magasins sont garnies de ces suppléments pour bodybuilders qui veulent stimuler leur croissance musculaire. Des études sur des animaux russes plus âgés comparent même les effets anaboliques des ecdystéroïdes à ceux du dianabol. [Pharmaceutical Chemistry Journal. 2001 Dec; 12 (35) 667-71.] C’est probablement une exagération un peu grotesque, mais de récentes études allemandes sur les animaux ont montré que de petites quantités de 20-hydroxy-ecdystérone avaient un effet anabolisant sur les muscles, les os et le cartilage. Selon une étude américaine, la 20-hydroxy-ecdystérone rend les souris plus fortes et plus minces. {Kizelsztein P. et al., 20-Hydroxyecdysone decreases weight and hyperglycemia in a diet-induced obesity mice model. Am J Physiol Endocrinol Metab. 2009 Mar;296(3):E433-9.}

Quels étaient les effets des ecdystéroïdes sur la fermeté de la peau ?

Les chercheurs allemands étaient curieux de savoir quel était l’effet de la 20-hydroxy-ecdystérone sur la peau. Les femmes ménopausées produisent moins d’estradiol et leur peau commence à vieillir plus rapidement. L’hormonothérapie les aide mais les composés œstrogéniques sont potentiellement cancérigènes. La 20-hydroxy-ecdystérone n’est pas un œstrogène, donc…

Après avoir mélangé 18, 57 ou 116 mg de 20-hydroxy-ecdystérone pendant 12 semaines dans la nourriture de rats femelles dont les ovaires avaient été retirés, ils ont constaté que la peau de ces animaux était devenue plus ferme. Leur masse musculaire avait augmenté et leur masse grasse avait diminué.

 

ecdysteroides-muscles-peau

ecdysteroides-peau-muscles-graisse

E2: 17β-estradiol (E2)

Selon les conclusions des chercheurs, les ecdystéroïdes seraient une alternative aux traitement hormonal des femmes après la ménopause.

Source de l’article: Try ecdystéroids for younger skin and more muscle mass

Source Ergo-log: Menopause. 2011 Mar;18(3):323-7.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme.

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Des ecdystéroïdes modifiés présenteraient des effets anabolisants augmentés

Peut-être est-il possible que les ecdystéroïdes – un groupe d’hormones stéroïdes anabolisantes d’origine végétale que vous pouvez acheter en tant que complément alimentaire – devraient figurer sur une liste des substances dopantes. C’est ce que des biochimistes allemands écrivaient il y a trois ans. Aujourd’hui, cela n’est pas encore le cas. Mais si les ecdystéroïdes modifiés que des chimistes hongrois ont découverts sont mis sur le marché, cela pourrait changer. En tubes à essai, les effets anabolisants de certains de ces ecdystéroïdes sont trois fois plus importants que ceux des ecdystéroïdes classiques.

Les ecdystéroïdes

Il s’agit de molécules à structure stéroïde présentes dans certains végétaux comme les épinards ou le quinoa. Le plus connu d’entre-eux est l’ecdystérone. Durant des études sur animaux, l’ecdystérone avait augmenté la masse musculaire, stimulé la croissance du cartilage d’articulations et amélioré la qualité de la peau.

La poststérone, un dérivé de l’ecdystérone

Des chimistes hongrois, associés à l’Université de Szeged, ont signalé en 2015 que la poststérone, une version structurellement plus courte de l’ecdystérone, présentait un effet anabolisant plus important en éprouvettes que l’ecdystérone. [J Nat Prod. 23 oct. 2015; 78 (10): 2339-45.] La poststérone est présente en petites quantités dans presque toutes les plantes contenant de l’ecdystérone et pourrait donc se retrouver dans l’organisme lors de la conversion de l’ecdystérone.

ecdysterone-poststerone

 

Des ecdystéroïdes synthétiques

Cela devrait être effectivement le cas, pensaient les Hongrois. Et ainsi, dans leur laboratoire, ils ont commencé à modifier des ecdystéroïdes – dans l’idée d’obtenir de meilleurs résultats que la poststérone. Et, comme ils l’écrivent dans un article paru dans Biorganic Chemistry, ils ont effectivement réussi.

Ils ont trouvé 8 ecdystéroïdes modifiés qui étaient plus anabolisants que l’ecdystérone. Les ecstystéroïdes activent la molécule de signalisation de l’anabolisme Akt (Note EM: on parle de la phosphorylation d’Akt ou de son activation). Les chercheurs ont même mis à jour 3 molécules étant trois fois plus fortes que l’ecdystérone [composants 11, 12 et 16].

 

ecdysteroides-synthese

ecdysteroides-synthese

 

Pour autant que nous le savons, la plupart des molécules synthétisées par les chercheurs hongrois ne sont pas présentes dans la nature. Elles n’ont jamais été décrites ni répertoriées.

Conclusion

Il y a fort à parier qu’une entreprise décide d’associer ces molécules à un nouveau supplément et de le mettre sur le marché. Mais est-ce que nous pouvons toujours considérer ces ecdystéroïdes comme des substances naturelles ? Est-ce que nous pouvons admettre qu’elles se retrouvent dans un complément ? N’y aurait-il pas justement de trop grandes similitudes avec la définition même du dopage ?

Source de l’article: Modified ecdysteroides with more anabolic effects

Source Ergo-log: Bioorg Chem. 2018 Oct 31;82:405-13.

Note: Dopage ou pas dopage, la question commence à se poser au sujet de ces ecdystéroïdes modifiés en laboratoire… Molécules manipulées à partir de la molécule originale et présente dans certains végétaux, il me parait difficile de parler encore d’ergogènes naturels.

C’est un peu le même sujet qui s’était posé avant l’interdiction des prohormones vers la fin des années 1990 où les fabricants prétextaient que les prohormones étaient naturellement synthétisées dans l’organisme (ce qui était vrai pour la plupart des variantes de l’androsténédione et de l’androsténédiol). Mais entre ce qui est naturellement présent dans la nature ou ce qui est ajouté en quantité tellement importante qu’on ne la retrouve jamais dans un organisme sain, c’est précisément entre ces termes que la définition du dopage peut varier. Disons que si une molécule naturellement présente dans la nature est manipulée, il n’est plus possible de parler d’ergogènes naturels (comme le sont la créatine ou l’acide ursolique) mais bien d’une volonté d’obtenir un effet dopant. De toute évidence, ajoutons qu’une large majorité de substances pharmaceutiques sont elles aussi dérivées de molécules naturelles. Pour ma part, je relaie l’information, ensuite, chacun en pensera ce qui lui convient.

Eric Mallet

—————————-

Références bibliographiques

  • Csábi J. et al., Oxidized Metabolites of 20-Hydroxyecdysone and Their Activity on Skeletal Muscle Cells: Preparation of a Pair of Desmotropes with Opposite Bioactivities, J Nat Prod. 2015 Oct 23;78(10):2339-45.
  • Issaadi HM. et al., Side-chain cleaved phytoecdysteroid metabolites as activators of protein kinase B., Bioorg Chem. 2018 Oct 31;82:405-413.
  • Kumpun S. et al., The metabolism of 20-hydroxyecdysone in mice: relevance to pharmacological effects and gene switch applications of ecdysteroids, J Steroid Biochem Mol Biol. 2011 Aug;126(1-2):1-9.
  • Bâthori M, Toth N, Hunyadi A, Mârki A, Zador E. (2008). Phytoecdysteroids and anabolic-androgenic steroids – Structure and effects on Humans, Current Médicinal Chemistry 75:75-91.
  • Chermnykh NS, Shimanovsky NL, Shutko GV, Syrov VN. 1988. Effects of methandrostenolone and ecdysterone on physical endurance of animais and protein metabolism in the skeletal muscle, Farmakologiya i Toksikologiya6 57-62.
  • Foucault AS, Mathé V, Lafont R, Even P, Dioh W, Veillet S, Tomé D, Huneau D, Hermier D, Quignard-Boulangé A. 2012. Quinoa extract enriched in 20- hydroxyeedysone protects mice from diet-induced obesity and modulâtes adipokines expression, Obesity 20:270-277.
  • Foucault AS, , Dioh W, Lafont R, Veillet S, Tomé D, Quignard-Boulangé A, , Clément K, Rizkalla S. 2014. 20-Hydroxyecdysone increases android fat mass loss with no significant effect on muscle mass loss during a weight loss program in obèse and overweight subjects, ICFSR 2014 International Conférence of Frailty and Sarcopenia Research, Barcelone, 12-14/03/2014.
  • Gorelick-Feldman J, MacLean D, llic N, Poulev A, Lila MA, Raskin I. 2008. Phytoecdysteroids increase protein synthesis in skeletal muscle cells, J. Agric. Food Chem. 56: 3532-3537.

———————

pi3k-mtor-akt-synthese-proteines

Petit rappel – simplifié – en image sur la voie Pi3K/AKT/mTOR

 

En savoir plus »
Aucun commentaire

Les effets anabolisants de l’ecdystérone seraient assez forts pour qu’il soit placé sur la liste des produits dopants

L’Ecdystérone est une substance analogue à un stéroïde que l’on retrouve dans les épinards, le quinoa et certains suppléments pour les bodybuilders. Elle possèderait un effet plus anabolisant que ce que les scientifiques avaient soupçonné. Des biochimistes allemands ont travaillé sur la façon dont l’ecdystérone renforce les fibres musculaires ils pensent que ce stéroïde naturel peut aider les personnes âgées à maintenir leur force. Ils pensent aussi que l’ecdystérone devrait peut-être être placé sur la liste des substances dopantes.

Une question de récepteurs alpha et bêta des œstrogènes

L’œstradiol, une hormone sexuelle femelle, se fixe sur les cellules par le récepteur alpha et bêta des œstrogènes. Via l’œstradiol, le récepteur alpha stimule la croissance des couches de graisse sur les hanches et les seins, et l’agressivité. Via le récepteur bêta, il maintient des os solides, un équilibre sain du cholestérol, des vaisseaux sanguins souples et une masse musculaire en “forme”.

Ce dernier est connu dans ses effets de manière plus ou moins sure depuis que les scientifiques moléculaire de l’Université allemande du sport à Cologne ont publié une étude animale dans le journal FASEB, dans laquelle ils ont donné à un mâle castré un composant [Bêta] qui se fixe spécifiquement au récepteur bêta de l’œstrogène. [FASEB J. 2012 Mai; 26 (5):. 1909-1920] La figure ci-dessous montre l’effet des injections de la substance sur le muscle levator ani.

TP = Propionate de testostérone ; Flu = flutamide [une substance qui bloque les effets de la testostérone]; Intact = non traité, rats non-castrés ; Orchi = rats non traités.

 

ecdysterone-force-musculaire-IGF-1

Voyons les choses en face: Des composants qui stimulent les récepteurs bêta œstrogènes ont un effet anabolisant en eux-mêmes et renforcent également l’effet anabolisant de la testostérone dans les cellules musculaires. Au moins, ils s’assurent que les cellules musculaires produisent plus d’IGF-1 quand ils reçoivent les stimuli anabolisants de la testostérone.

Les agonistes naturels des récepteurs bêta œstrogènes

Certains aliments à base de plantes sont riches en nutriments qui stimulent les récepteurs bêta des œstrogènes. Le soja représente l’une de ces sources. C’est probablement la raison pour laquelle la protéine de soja est, quoi qu’on en dise, unconstructeur” musculaire efficace. Bien que les acides aminés d’une protéine de soja ne sont pas parfaitement adaptés aux besoins de l’homme, l’effet de la protéine de soja au sein d’un régime alimentaire bien équilibré serait presque identique à celui de protéines théoriquement supérieures des produits laitiers. A titre d’exemple, des études chez l’animal ont montré que la protéine de soja a un effet anti-catabolique qui est encore plus grand que celui de la caséine.

Si vous prenez aussi en considération le fait que de nombreuses substances à base de plantes qui stimulent le récepteur bêta des œstrogènes font également partie de celles qui désactivent en partie les récepteurs alpha, il est difficile de voir pourquoi tant de blogueurs affirment que les protéines de soja sont dangereuses pour les hommes et qu’elles mènent à l’impuissance ou à la gynécomastie. Mais peu importe

L’ecdystérone dans votre alimentation et certains compléments alimentaires

Les mêmes chercheurs de Cologne vont bientôt publier les résultats d’une nouvelle étude dans Molecular Nutrition and Food Research. En cela, ils présentent des expériences faites sur des rats mâles où l’Ecdystérone un composant parfois retrouvé dans les suppléments de musculation stimule la croissance musculaire via le récepteur œstrogène bêta. L’ecdystérone, ainsi que d’autres ecdystéroïdes, sont retrouvés en grandes quantités dans le quinoa et les épinards. L’épinard est une source particulièrement intéressante en ecdystéroïdes: une portion d’épinards cuits peut vous en procurer plus de 100 mg environ.

Les chercheurs ont donné 5 mg d’ecdystérone par jour, pendant 3 semaines à leurs animaux de laboratoire. Si vous convertissez cette dose en proportions humaines, vous arrivez à 50/100 mg d’ecdystérone par jour. Les chiffres ci-dessous montrent que cette dose a un effet anabolisant modeste mais perceptible sur les muscles des jambes des rats.

ecdysterone-et-hypertrophie

Lorsque les chercheurs ont exposé les cellules musculaires des rats non seulement à l’ecdystérone mais aussi à l’anti-oestrogène ZK283361 {Anti Beta}, les effets anabolisants de l’ecdystérone disparurent complètement. Le ZK283361 bloque les effets des récepteurs bêta œstrogènes.

ecdysteroneConclusion

«Nos données confirment clairement que l’ecdystérone est un composé possédant une forte activité anabolique in vivo et in vitro, et que les récepteurs bêta de l’estradiol semblent être impliqués au moins in vitro“, écrivent les chercheurs. Cela ouvre des perspectives thérapeutiques pour le traitement des blessures musculaires, la sarcopénie et la maladie cachectique, mais on devra aussi le prendre en considération la classification de l’ecdystérone comme une substance qui pourrait être détournée à des fins de dopage.

Article Ergo-log: Anabolic effect of ecdysterone strong enough to put it on the doping list

Source de l’article: Mol Nutr Food Res. 2014 Jun 27. doi: 10.1002/mnfr.201300806.

Note: Une autre étude réalisée en 2006 sur l’ecdystérone n’avait pas donné les mêmes résultats du tout:

Effects of Methoxyisoflavone, Ecdysterone, and Sulfo-Polysaccharide Supplementation

A chacun d’en tirer ses conclusions personnelles.

Eric Mallet

Références bibliographiques

  • Ogawa M, Kitano T, Kawata N, Sugihira T, Kitakaze T, Harada N, Yamaji R. Daidzein down-regulates ubiquitin-specific protease 19 expression through estrogen receptor β and increases skeletal muscle mass in young female mice. J Nutr Biochem. 2017 Nov; 49:63-70. Epub 2017 Aug 12.
  • Parr MK, Botrè F, Naß A, Hengevoss J, Diel P, Wolber G. Ecdysteroids: A novel class of anabolic agents? Biol Sport. 2015 Jun; 32(2):169-73. Epub 2015 Mar 15.

 

 

En savoir plus »
Aucun commentaire