Pas de récupération complète mais vous vous entraînez quand même ?

pull-overDeux jours après une séance d’entraînement meurtrière, vos muscles ont toujours l’impression d’être en feu. Vous ne vous êtes pas remis mais vous vous entraînez à nouveau. Ce n’est pas une bonne idée selon les scientifiques sportifs finlandais. Ils ont publié leurs conclusions dans le Scandinavian Journal of Medicine and Science in Sports. Ne pas laisser votre corps récupérer complètement perturbe sa réponse hormonale à l’entraînement.

L’étude clinique sur l’importance d’une récupération complète

Les Finlandais ont recruté 8 hommes actifs [âge moyen de 31 ans] pour leur faire réaliser un entraînement auquel ils n’étaient pas habitués. Ils ont fait 4 séries à l’échec avec 40% de leur 1RM sur un Leg extension. Immédiatement après la séance d’entraînement, les chercheurs ont mesuré les niveaux d’adrénaline, de noradrénaline, de testostérone, de cortisol et d’hormone de croissance [E1]. La concentration de toutes ces hormones devrait augmenter après une séance d’entraînement.

Deux jours plus tard, alors que les hommes étaient encore courbaturés et ne s’étaient pas remis de la séance précédente, les Finlandais ont répété l’entraînement [E2].

recuperation-entrainement-musculation

hormones-musculation

hormone-de-croissance-musculation

Concernant la libération de testostérone, la différence était peu marquée si les athlètes ne s’étaient pas complètement rétablis. Mais pour la production des autres hormones mesurées, cela représentait une différence significative. C’est la production d’hormone de croissance qui a le plus diminué. La production après E2 était inférieure de 45% à celle après E1.

Très clairement, ce genre de répétition d’entraînement sans récupération complète n’est pas bonne pour l’hypertrophie.

Source de l’article: Not fully recovered – but training again?

Source Ergo-log: Scand J Med Sci Sports. 2011 Dec;21(6):e184-94.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
5 Commentaires

Perdre du poids serait plus efficace avec une protéine riche en taurine et en glycine

taurine-acide-amineSi vous cherchez à perdre quelques kilos de gras, un régime à haute teneur en protéines est souvent la meilleure option. Mais quel est le meilleur type de protéines pour la perte de poids ? Selon des chercheurs scandinaves, les meilleures protéines amincissantes se trouveraient dans les coquillages. Celles-ci contiennent des quantités relativement importantes de taurine et de glycine.

L’étude animale réalisée à partir de plusieurs types de protéines

Les chercheurs ont effectué des expériences avec cinq groupes de souris. Quatre groupes ont été nourris pendant six semaines avec un régime alimentaire qui les rendait plus gros : il contenait beaucoup de sucre et de graisse. Un groupe témoin a reçu une alimentation riche en sucre et faible en graisse.

glycine

La glycine !

La protéine contenue dans le régime faible en graisse était la caséine. Dans les quatre groupes expérimentaux, la protéine provenait soit du poulet, de la morue, du crabe ou du pétoncle. Le pétoncle est un mollusque; et les chercheurs ont utilisé le pétoncle canadien (Placopecten magellanicus).

Les chercheurs voulaient savoir quel effet les différentes protéines avaient sur l’obésité. Des indices nous laissent penser que certaines protéines seraient meilleures que d’autres pour réduire les dépôts excessifs de graisse. Par exemple, une étude de 2009 suggère qu’il serait plus facile de perdre du poids en faisant du poisson maigre votre principale source de protéines plutôt que de la viande maigre.

taurine

La taurine !

Les protéines du poisson contiennent de grandes quantités de taurine. Toutes les protéines des créatures marines contiennent de grandes quantités de taurine et de glycine.

La protéine de crabe contient plus de taurine et de glycine que le poisson, mais la meilleure source de taurine et de glycine est la chair de crustacés. Le tableau ci-dessous montre la quantité [en gramme par kg] de taurine et de glycine pour les cinq types d’aliments dont les Scandinaves nourrissaient leurs souris.

proteine-obesite

Les résultats de l’étude

Pour faire court : plus les souris ingèrent de glycine et de taurine, moins elles accumulaient de graisse corporelle. Les souris qui tiraient leurs protéines des mollusques et crustacés étaient devenues plus minces malgré une alimentation riche en graisses et en sucres. Elles n’ont pas perdu de masse corporelle maigre non plus.

proteine-poisson-obesite

Les chercheurs ne savent pas dire pourquoi une protéine riche en taurine et en glycine faciliterait la perte de poids

La glycine et la taurine ont donc un effet amincissant. Mais comment cela fonctionne-t-il ? Les chercheurs ne le savent pas. Un régime à base de mollusques et crustacés avait un peu réduit l’appétit mais ils n’ont pas su déterminer si la glycine et la taurine réduisaient la quantité d’énergie provenant des aliments ou si elles augmentaient la combustion des calories. Précisons que l’étude a été financée par le gouvernement norvégien, le secteur des coquillages et Novo Nordisk.

Source de l’article: The best high-protein slimming diet contains lots of taurine and glycine

Source Ergo-log: Amino Acids. 2014 Jul;46(7):1659-71.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

La fisétine, le facteur longévité du concombre, facilite la disparition des cellules sénescentes

concombre-fisetineDes aliments de tous les jours comme le thé, les oignons, les pommes et les concombres contiennent de la fisétine. C’est un flavonoïde semblable à la quercétine. Selon des expériences que des chercheurs de l’American Scripps Research Institute ont publiées dans EBioMedicine, la fisétine pourrait prolonger la vie. Cet antioxydant éliminerait les cellules sénescentes et empêcherait les tissus de mal fonctionner en raison de l’accumulation de cellules en décomposition.

Des sénolytiques naturels

Les chercheurs se demandaient si les sénolytiques naturels existaient réellement. Les sénolytiques sont des substances qui nettoient les cellules sénescentes de l’organisme. L’accumulation ces cellules qui ne peuvent plus faire leur travail est un facteur important dans le processus de vieillissement. Elles ferait perdre aux tissus leur fonction. Les chercheurs anti-vieillissement espèrent que les sénolytiques augmenteront non seulement notre longévité mais aussi notre espérance de vie en matière de santé.

Il n’est pas difficile de reconnaître une cellule sénescente. Elle produit plus de bêta-galactosidase associée à la sénescence qu’une cellule qui fonctionne encore correctement.

Les chercheurs ont utilisé ce principe et ont examiné un certain nombre de composants naturels ayant un effet anti-âge soupçonné. Ils ont exposé des cellules dans lesquelles ils pouvaient mesurer la production de bêta-galactosidase associée à la sénescence à ces molécules. Ils en ont découvert deux qui réduisent la production de cette enzyme : la curcumine et la fisétine. De ces deux antioxydants, la fisétine était le plus prometteur.

fisetine-longevite

La fisétine

La fisétine est un flavonoïde dont la structure est similaire à celle de la quercétine. Il est présent dans les concombres, les oignons, le thé, les fraises, les pommes et les raisins. Selon une étude japonaise, les gens consomment environ un demi-milligramme de fisétine chaque jour. {J Epidemiol. 1998 Aug;8(3):168-75}. Pour autant que nous le sachions, un apport plus élevé n’a aucun effet négatif sur la santé.

quercetine-fisetine

 

L’étude in vitro

Dans les éprouvettes, le nombre de cellules sénescentes a diminué davantage à mesure que la concentration était plus élevée. La fisétine n’a eu aucune influence sur le nombre total de cellules. Même à des concentrations élevées, la fisétine n’est apparemment pas toxique pour les cellules saines.

longevite-fisetine

fisetine-interleukine

Dans les échantillons de tissus adipeux prélevés sur des volontaires humains, la fisétine a réduit la quantité des cellules sénescentes. La production de facteurs inflammatoires dans le tissu adipeux a diminué simultanément. Cela rend la fisétine deux fois plus intéressante qu’un produit anti-âge. Le processus de vieillissement n’est pas seulement causé par une accumulation de cellules sénescentes mais aussi par une cascade de réactions inflammatoires.

L’étude sur animal

Les chercheurs ont nourri un groupe de souris de laboratoire de 85 semaines pour le reste de leur vie avec de la nourriture standard [Control Diet] et ont donné de la fisétine à un autre groupe de souris. Si les souris avaient été humaines, elles auraient eu 75 ans lorsque l’expérience a commencé. Elles auraient consommé entre 600 à 900 milligrammes de fisétine par jour.

Les souris du groupe expérimental ont vécu beaucoup plus longtemps que les souris du groupe témoin.

Conclusion sur la fisétine

“Ces résultats suggèrent que nous pouvons prolonger l’espérance de vie en santé, même vers la fin de la vie “, affirme le co-auteur Paul Robbins dans un communiqué de presse. “Mais il y a encore beaucoup de questions à résoudre, y compris le bon dosage, par exemple.”

Nous en saurons bientôt plus sur la fisétine, promettent les chercheurs. “Étant donné que la fisétine est un antioxydant naturel que l’on trouve dans les aliments courants, qu’elle est disponible par voie orale en tant que supplément et qu’elle ne présente pas d’effets secondaires, nos informations pré-cliniques suggèrent qu’elle pourrait avoir un effet significatif sur la santé des patients âgés” écrivent-ils.

“D’après ces études chez la souris, des essais cliniques visant à évaluer les avantages à court terme du traitement intermittent à la fisétine sur certains aspects du vieillissement, comme la fragilité, sont actuellement en cours.”

Source de l’article: Fisetin, the life-extender in cucumber, makes senescent cells disappear from the body

Source Ergo-log: EBioMedicine. 2018 Sep 29. pii: S2352-3964(18)30373-6. doi: 10.1016/j.ebiom.2018.09.015.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Le bacopa monnieri, la smart drug des gens intelligents…

bacopa-monnieriL’activité intellectuelle exigeante, comme la rédaction de rapports complexes, la rédaction d’essais ou l’analyse d’informations complexes, est facilitée par la supplémentation en Bacopa monnieri. C’est ce qui ressort clairement de la première étude sur l’effet du Bacopa monnieri sur des personnes intelligentes.

Le Bacopa monnieri

Le Bacopa monnieri est une plante des marais asiatiques. Il contient des bacosides et des bacopasides. Dans les études in vitro et animales, ces substances stimulent la synthèse et la réparation des synapses. Une synapse est la partie d’un neurone où une partie du neurone entre en contact avec l’autre. En stimulant le développement et la régénération des synapses, le Bacopa monnieri améliore l’assimilation et l’utilisation des nouvelles informations.

Selon des études de synthèse, la supplémentation en Bacopa monnieri améliore les processus cognitifs chez l’homme. Pourtant, ces études ont constamment conclu que toutes les recherches chez l’homme n’étaient pas méthodiquement correctes à 100%. {J Ethnopharmacol. 2014 ; 151(1):528-35.}[Complément Ther Med. 2016 Dec;29:56-62.][J Altern Complement Med. 2012 Jul;18(7):647-52.]

L’étude sur le Bacopa monnieri

En 2016, des chercheurs indiens ont publié une étude humaine dans Evidence-Based Complementary and Alternative Medicine, dans laquelle ils ont fait des expériences avec deux groupes d’étudiants en médecine. Chaque groupe se composait d’une trentaine d’entre eux.

Pendant 6 semaines, les chercheurs ont donné à un groupe 2 capsules par jour. Chaque capsule contenait 150 milligrammes d’extrait de Bacopa monnieri. Chaque jour, les étudiants recevaient 300 milligrammes d’extrait végétal. Les étudiants de l’autre groupe ont reçu un placebo. Les chercheurs ont utilisé Bacognize, un extrait de Bacopa monnieri fabriqué par Pharmanza Herbal [composition de Bacognize ci-dessous]. Pharmanza Herbal n’a pas parrainé l’étude.

bacopa-monnieri-composition

bacoside-a

Avant et après la période de supplémentation, les chercheurs ont testé les capacités cognitives des étudiants.

Les résultats de l’étude

Les chercheurs ont mesuré, entre autres, la mémoire des étudiants en leur lisant des chiffres. Ils devaient ensuite rappeler les nombres, une fois du premier au dernier [Digit span forwards], une autre fois du dernier numéro au premier [Digit span backwards]. Le Bacopa monnieri a amélioré de manière significative les résultats au test inverse de l’intervalle de représentation numérique.

bacopa-monnieri-smart-drug

Dans un autre test, les chercheurs lisaient une histoire aux étudiants. Ensuite, ils devaient nommer autant d’éléments de cette histoire que possible [Test de mémoire logique]. Le Bacopa monnieri a considérablement amélioré les scores.

bacopa-monnieri-test-memoire

Dans un autre test, les chercheurs ont lu des séries de syllabes dénuées de sens, puis ont demandé aux sujets de reproduire autant de syllabes que possible [Nonsensical memory test]. La supplémentation en Bacopa monnieri n’a pas amélioré significativement les résultats de ce test [en haut à droite].

Conclusion

“Notre étude s’ajoute aux preuves scientifiques de plus en plus nombreuses à l’appui des effets d’amélioration cognitive du Bacopa monnieri chez l’homme”, résume M. de Onderzoekers. “Cependant, notre étude est unique dans la mesure où elle a été réalisée dans le cadre d’un essai randomisé et contrôlé par placebo sur un groupe d’individus ayant déjà des capacités cognitives élevées.”

“L’extrait de Bacopa monnieri à la dose de 300 mg par jour a également eu un effet significatif sur certains composants de la mémoire après seulement 6 semaines d’administration. Cela n’a été signalé auparavant qu’avec un traitement de 12 semaines dans d’autres études sur des individus normaux.”

“Comme notre étude se limitait à l’administration de Bacopa monnieri pendant seulement 6 semaines, nous recommandons de futures études à long terme pour étudier les effets à long terme du végétal.”

Source de l’article: Bacopa monnieri, a natural smart drug for intelligent people

Source Ergo-log: Evid Based Complement Alternat Med. 2016;2016:4103423.

En savoir plus »
Aucun commentaire

L’effet modeste de l’acide chlorogénique sur la perte de poids

perte-de-poids-acide-chlorogeniqueUne supplémentation quotidienne de 300 milligrammes d’acide chlorogénique – substance bioactive de l’extrait de grains de café vert – réduirait légèrement la quantité de graisse abdominale. C’est du moins ce que des chercheurs de la société japonaise Kao Corporation écrivent dans Nutrients. L’effet rapporté par les japonais sur la perte de poids serait significativement plus faible que dans les études publiées précédemment. Et semblerait beaucoup plus crédible…

L’étude sur l’acide chlorogénique du café vert et la perte de poids

Les chercheurs ont divisé 142 adultes en bonne santé mais en surpoids âgés de 20 à 65 ans en deux groupes. Tous les groupes ont bu une tasse de café instantané tous les jours pendant 12 semaines. Un groupe a reçu du café instantané standard, l’autre du café auquel les chercheurs ont ajouté environ 300 milligrammes d’acide chlorogénique.

Outre la caféine, les analogues de l’acide chlorogénique sont les constituants bioactifs les plus importants du café. Ce sont aussi les ingrédients les plus importants des extraits de café vert retrouvés dans toutes sortes de compléments amaigrissants. Et selon certaines études douteuses, ils pourraient conduire à une perte de poids de 8 kilos.

cafe-vert-grains

Résultats de l’étude sur les effets de l’acide chlorogénique

Les sujets qui consommaient de l’acide chlorogénique supplémentaire ont perdu un peu de leur IMC et sont devenus plus minces de quelques millimètres au niveau de la taille.

perte-de-poids

Selon les scanners abdominaux, les sujets du groupe expérimental présentaient un peu moins de graisse abdominale après l’étude. Cet effet était statistiquement plus fort que l’effet présenté ci-dessus sur la perte de poids mais il reste encore modeste.

perte-de-poids-cafe-vert

Les processus biochimiques à l’œuvre derrière l’acide chlorogénique

L’absence de résultats sensationnels n’a pas empêché les auteurs de spéculer sur le mécanisme par lequel l’acide chlorogénique peut causer une perte de graisse. “Le mécanisme qui sous-tend l’effet du café instantané contenant une quantité élevée d’acide chlorogénique (…) sur la diminution de la graisse viscérale abdominale pourrait entraîner à la fois une dépense énergétique accrue et une combustion accrue des graisses”, écrivent-ils.

“Selon un essai clinique humain comparant la consommation quotidienne de café torréfié contenant 359 mg d’acide chlorogénique et de café placebo pendant une semaine, la consommation répétée d’acide chlorogénique a diminué le quotient respiratoire et augmenté la consommation d’oxygène. Cela signifie que la dépense énergétique et l’oxydation des graisses ont augmenté”. [J. Health. Sci. 2010, 56, 745-51.]

“En outre, l’administration d’un extrait de grains de café vert contenant de l’acide chlorogénique à des souris obèses et provoquée par l’alimentation, affecte l’accumulation de graisse corporelle, avec une inhibition en fonction de la dose relative à l’augmentation du poids corporel, de l’accumulation de graisse viscérale et de graisse hépatique. [Am J Physiol Endocrinol Metab. Janvier 2011 ; 300(1):E122-33.]

“De plus, l’analyse de l’expression des gènes liés au métabolisme énergétique dans le foie a révélé une diminution significative de l’expression de l’ARN messager de la stéaroyl-CoA désaturase 1, de l’acétyl-CoA carboxylase 1 (ACC1) et de l’ACC2, impliquées dans l’oxydation des acides gras, après que des souris aient reçu pendant deux semaines un extrait de café vert contenant de l’acide chlorogénique.

“La diminution de l’expression de la stéaroyl-CoA désaturase 1 et de l’ACC1, qui participent à la synthèse des acides gras, favorise la dépense énergétique, et la diminution de l’expression de l’ACC2 augmente l’oxydation des acides gras dans les mitochondries par la production réduite de malonyl CoA, qui inhibent la carnitine palmitoyltransférase 1.

Conclusion

“La consommation de café à haute teneur en acide chlorogénique pendant 12 semaines par des adultes en surpoids pourrait réduire la zone de graisse viscérale, la zone de graisse abdominale totale, l’IMC et le tour de taille”, concluent les chercheurs.

Source de l’article: The modest fat loss effect of chlorogenic acid

Source Ergo-log: Nutrients. 2019 Jul 16;11(7).

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
2 Commentaires

Vivre plus longtemps grâce aux acides gras mono-insaturés ?

huile-olive-mono-insatureSi vous voulez que votre séjour sur cette planète dure le plus longtemps possible, vous feriez bien de consommer le plus de graisses possible à partir d’huile d’olive, d’avocats et de noix. Ces produits seraient les meilleures sources d’acides gras mono-insaturés. Selon une étude épidémiologique de longévité réalisée en 2005, un apport élevé en ces acides gras prolonge la durée de vie.

L’étude dont nous parlons a été publiée dans Experimental Gerontology. Des chercheurs de l’Université de Bari ont suivi 278 Italiens en bonne santé âgés de 65 à 84 ans, du début des années 1990 au début du XXIe siècle. Au cours de cette période, ils ont essayé de déterminer les habitudes alimentaires qui réduisent les risques de mortalité.

Les résultats donnent à réfléchir. Les protéines, les glucides, les fibres, les ” mauvais ” acides gras saturés [SFA] – rien de tout cela n’a eu d’effet sur la mortalité. Les chercheurs n’ont trouvé que deux facteurs qui ont eu un effet : l’apport en acides gras mono-insaturés [MUFA] et le rapport acides gras insaturés : acides gras saturés [UFA/SFA].

Les acides gras mono-insaturés favoriseraient la longévité des sujets de l’étude

Le second n’était pas fortement significatif, le premier était plus convaincant. Donc les Italiens vivaient plus longtemps lorsqu’ils consommaient des acides gras plus insaturés. A priori, il serait plus facile d’optimiser votre équilibre en supprimant les produits prêts à l’emploi de votre alimentation : leur composition en acides gras est malsaine. La graisse de viande et celle du lait seraient moins risquées. Bien qu’ils contiennent de grandes quantités d’acides gras saturés, ils contiennent aussi de grandes quantités d’acides gras mono-insaturés. Mais les sources végétales de matières grasses comme les noix, les olives et les graines présenteraient la meilleure composition en acides gras.

acide-gras-longevite

L’étude italienne confirme les conclusions des études animales sur la relation entre la composition en acides gras et l’espérance de vie. En 2011, des chercheurs de l’Université de médecine vétérinaire d’Autriche ont publié les résultats d’une telle étude. {J Comp Physiol B. 2011 Feb ; 181(2) : 289-98} Le chiffre reproduit ci-dessous provient de cette étude.

acide-gras-mono-insatures-longevite

L’étude autrichienne a également montré qu’une alimentation riche en acides gras polyinsaturés n-3 ou n-6 n’avait pratiquement aucun effet sur la durée de vie des souris. Ce qui a eu un effet, c’est la concentration d’acides gras mono-insaturés dans les membranes cellulaires.

Source de l’article: Live longer with monounsaturated fatty acids

Source Ergo-log: Exp Gerontol. 2005 Apr;40(4):335-43.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme,

Eric Mallet

En savoir plus »
2 Commentaires