Quelques grammes de galacto-oligosaccharides feraient de votre shake de protéine un meilleur constructeur de muscle

Les galacto-oligosaccharides sont des fibres alimentaires qui devraient stimuler le système immunitaire des bébés. C’est pour cette raison que l’industrie alimentaire en ajoute dans les aliments pour nourrissons. Toutefois, selon un brevet de la société néerlandaise Nutricia, ces mêmes galacto-oligosaccharides seraient également intéressants pour les personnes qui souhaitent maintenir ou augmenter leur masse musculaire.

L’étude sur l’animal et les galacto-oligosaccharides

Le brevet discute des résultats d’une étude sur des animaux au cours de laquelle les chercheurs ont injecté des cellules cancéreuses à des souris (TB), puis ont enregistré la décomposition de l’extensor digitorum longus [EDL] et du soléaire. Ceci a été réalisé en comparant le poids des muscles à celui de souris dans un groupe témoin sans cancer [C].

Certaines des souris cancéreuses ont reçu des aliments contenant des galacto-oligosaccharides [TB-Gos]. Les chercheurs ont utilisé Vivinal, un galacto-oligosaccharide produit par FrieslandCampina, une autre société néerlandaise. [vivinalgos.com]

galacto-oligosaccharides

L’administration de galacto-oligosaccharides à réduit le catabolisme de près de 30%.

structure-galacto-oligosaccharides

Structure des galacto-oligosaccharides

Les galacto-oligosaccharides consistent en une unité de glucose à laquelle sont attachées 1 à 8 unités de galactose. La structure moléculaire est affichée ci-dessus. Le corps ne peut pas digérer les galacto-oligosaccharides; ce sont donc des fibres. Et parce que les micro-organismes présents dans l’intestin peuvent fermenter les galacto-oligosaccharides et les transformer en nutriments que l’organisme peut absorber – tels que les acides gras à chaîne courte – ils sont également considérés comme des prébiotiques.

Le brevet dont nous discutons maintenant concerne des galacto-oligosaccharides constitués de 67 à 80% de chaînes de 3 à 5 unités.


galacto-oligosaccharides

Dosage

Les chercheurs ont calculé l’équivalent humain des doses qu’ils ont utilisées pour l’étude animale: 10 à 65 milligrammes par kilo de poids de corps par jour. Pour un individu de 80 kilos, cela représenterait 800 à 5000 mg par jour.

dosage-galacto-oligosaccharides

Association avec d’autres nutriments

Les chercheurs pensent que l’effet anabolique des galacto-oligosaccharides s’exprimerait probablement mieux en combinaison avec d’autres nutriments. Avec des protéines, forcément – des acides gras Oméga 3, des glucides lents et d’autres fibres.

Source de l’article: A few grams of galacto-oligosaccharides make your protein shake a better muscle builder

Source Ergo-log: US Patent 9,555,059 B2.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Les polyphénols de la pomme augmentent la longévité mais nous ne savons pas comment ils le font

pomme rougeLes polyphénols de la pomme améliorent la longévité de vers de la famille des Caenorhabditis elegans de 12% (ou vers ronds). Les effets sont similaires à ceux du resvératrol mais le mécanisme serait différent selon le département de recherche d’Asahi Breweries au Japon.

Les polyphénols de la pomme agiraient différemment du resvératrol

Le resvératrol étend la longévité de cellules de levure et de vers en stimulant l’enzyme sir-2, l’équivalent des SIRT1 chez l’être humain. Cette enzyme s’active sous des conditions de stress et de faim. Elle participe également à la protection cellulaire. Mais lorsqu’il s’agit de déterminer pourquoi des rats ou des souris vivent plus longtemps en prenant du resvératrol, les raisons ne sont pas claires. Toujours est-il qu’au cours des expériences, ils mincissent et profitent d’une meilleure santé. [Cell Metab. 2008 Aug;8(2):157-68.]

Quant aux sources alimentaires de resvératrol, on en retrouve de faibles quantité dans le vin rouge et les noisettes. Toujours est-il qu’il n’est pas possible d’en consommer suffisamment par le biais de l’alimentation, du moins, s’il s’agit d’en obtenir des effets notables. La pelure des pommes rouges contient d’importantes quantités de polyphénols antioxydants proches du resvératrol cependant. Et si ces polyphénols agissent de la même manière que le resvératrol, de nouvelles possibilités s’ouvriraient peut-être à nous.

pommes-reinettes

Les chercheurs ont donné à leurs vers une culture alimentaire contenant 65 microgrammes/ml de procyanidines de pomme [PC]. Les procyanidines sont des phénols complexes, composés de molécules de catéchine. D’autres vers ont reçu des aliments contenant 65 microgrammes/ml de resvératrol [Res] ou 100 microgrammes/ml de polyphénols de pomme [PA]. Un groupe de contrôle n’a reçu aucune substance bioactive [Cont].

polyphenols-pomme

antioxydants-pomme

Les chercheurs ont également extrait la fraction monomère {Note EM: Unité structurelle de base qui permet la synthèse des polymères} de leur extrait – les catéchines, les chalcones et les acides phénol carboxyliques. Celles-ci n’ont eu aucun effet, comme le montre le tableau ci-dessus. Ce sont donc les procyanidines qui font le travail.

Les chercheurs ignorent comment ces phénols de la pomme prolongent la durée de vie. Les phénols n’ont eu aucun effet sur les vers ronds mutants qui ont une espérance de vie plus courte en raison d’un degré d’oxydation plus élevé. Donc, apparemment, il ne s’agit pas d’un processus antioxydant.

Chez les autres vers ronds mutants qui ne produisent pas le sir-2, les phénols ne donnent pas de résultats non plus. Les phénols de pomme font donc quelque chose pour ou avec cette enzyme. Mais dans les tests où les chercheurs s’intéressent directement à SIRT1, les phénols n’ont aucun effet, alors que dans les mêmes tests, le resvératrol stimule l’enzyme de longévité. Conclusion: le resvératrol et les phénols de pomme font la même chose mais de manière différente.

Hmm … Mais alors pourquoi ne pas associer des phénols de la pomme et du resvératrol, et pour quel effet ?

Source de l’article: Apple polyphenols extend lifespan: but how they do is a mystery

Source ergo-log: Planta Med. 2010 Aug 17. [Epub ahead of print].

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

La N-acétylglucosamine accélère la formation des fibres musculaires

Se pourrait-il que les athlètes accumulent davantage de muscles à long terme s’ils prenaient quelques grammes de N-acétylglucosamine chaque jour. C’est une hypothèse que nous formulons avec prudence car il s’agit principalement d’une recherche in vitro. Mais ensuite, une étude animale avec des souris atteintes de dystrophie musculaire a été réalisée par des chercheurs canadiens.

Le N-acétylglucosamine

Si vous liez un groupe acétyle à une molécule de glucosamine, vous obtenez de la N-acétylglucosamine. Le corps fabrique ce métabolite en métabolisant la glucosamine par acétylation, mais les scientifiques pensent que seule une fraction de la glucosamine administrée par voie orale est convertie en N-acétylglucosamine. C’est pour cette raison que les fabricants de suppléments, en plus de la glucosamine, commercialisent également la N-acétylglucosamine.

n-acetylglucosamine

Ces suppléments  seraient destinés à rendre les articulations plus saines. La glucosamine et la N-acétylglucosamine sont les matières premières de l’acide hyaluronique, un polymère important du liquide synovial des articulations.

Des chercheurs de l’Université de Laval au Canada pensent que la N-acétylglucosamine jouerait également un rôle dans le développement musculaire. Lorsque les jeunes cellules musculaires forment des fibres musculaires, elles utilisent la N-acétylglucosamine comme un fixant pour se lier entre elles. Cela pourrait signifier que la supplémentation en N-acétylglucosamine présente un effet de renforcement musculaire.

Ajoutons que même en dehors du sport, déterminer de nouvelles ressources moléculaires potentielles en matière de renforcement musculaire suscite un vif intérêt scientifique. Comme bien d’autres, des chercheurs comme les Canadiens de la faculté de Laval cherchent avec détermination de nouveaux moyens de ralentir les maladies liées aux muscles comme la maladie de Duchenne. Les Canadiens se sont alors demandés: la N-acétylglucosamine pourrait-elle être une molécule à effets thérapeutiques ?

L’étude in vitro

Les chercheurs ont placé de jeunes cellules musculaires dans un tube à essai avec différentes concentrations de N-acétylglucosamine pendant 72 heures. Celle-ci a accéléré le processus.

acetyl-glucosamine-muscle

Le tableau ci-dessus suggère que la concentration optimale du métabolite de la glucosamine serait certainement d’un millimole. C’est une valeur a priori élevée. Ci-dessous, vous pouvez constater les effets de la molécule à cette concentration au cours des 72 heures de l’expérience.

n-acetyl-glucosamine

 

L’étude animale avec le N-acétylglucosamine

Les chercheurs ont donné à de jeunes souris de type mdx – ici des souris atteintes de la maladie de Duchenne – une dose quotidienne élevée de N-acétylglucosamine pendant 10 jours. Si les souris avaient été des êtres humains adultes, on leur aurait administré 3 à 4 grammes de la molécule par jour. Après la supplémentation, les chercheurs ont comparé les muscles des animaux à ceux de souris mdx ne l’ayant pas reçu.

Le supplément avait réduit les dommages musculaires et renforcé leurs muscles. Les chercheurs avaient stimulé les muscles électriquement et déterminé le poids que les muscles pouvaient mettre en mouvement.

acetyl-glucosamine-hypertrophie

 

Conclusion

“Nous présentons ici la preuve que […] la N-acétylglucosamine, […] [présente] un potentiel thérapeutique intéressant pour atténuer certains symptômes associés à la dystrophie musculaire de Duchenne”, écrivent les Canadiens. “La présente étude suggère le potentiel thérapeutique d’un traitement à court terme avec la N-acétyl-glucosamine lors du pic de dégénérescence et de régénération musculaire chez la souris mdx. Cependant, il reste à déterminer si un traitement à long terme avec cette forme de glucosamine atténue de façon continue la progression de la dystrophie musculaire de Duchenne.”

“Bien que d’autres études soient essentielles pour comprendre le mécanisme par lequel […] la N-acétyl-glucosamine atténue la dystrophie musculaire de Duchenne […] et favorise la myogenèse, la présente étude indique que l’utilisation de la molécule en tant qu’agent supplémentaire peut présenter une classe intéressante de traitement contre la dystrophie musculaire de Duchenne. Notamment parce que la sécurité de ce monosaccharide bon marché est relativement bien établie chez l’homme.”

Source de l’article: N-acetylglucosamine accelerates the formation of muscle fibres

Source Ergo-log: FASEB J. 2018 Jun 12:fj201701151RRR. [Epub ahead of print].

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

 

En savoir plus »
4 Commentaires

La L-Citrulline vous aide à maintenir votre masse musculaire en phase de régime hypocalorique

L-Citrulline

L-Citrulline

Prendre une dose masse de l’acide aminé L-Citrulline juste avant le coucher pourrait vous aider à maintenir votre masse musculaire, même si vous vous trouvez en régime hypocalorique et que vous essayez de réduire votre taux de graisse corporelle. Du moins, il se pourrait que cela soit le cas pour des rats tels que des chercheurs de l’Université Paris Descartes l’ont expérimenté. Les chercheurs français ont publié les résultats de leur recherche dans la publication scientifique Amino Acids.

Régime alimentaire, masse musculaire, Leucine et L-Citrulline

Des millions de personnes passent plus de temps à suivre un régime restreint que de manger normalement. Ce n’est pas une mauvaise chose en soi, si l’on considère le nombre de personnes en surpoids. Cependant, un gros inconvénient se présente à ceux qui suivent un régime hypocalorique permanent. Si vous ne faites pas de musculation en même temps ou si vous n’assurez pas un apport alimentaire relativement important de protéines, vous risquez de perdre de la masse musculaire. Cela pourrait compromettre le succès de vos tentatives de perte de poids car il faut aussi prendre en compte le fait que les muscles sont de gros brûleurs de calories. A long terme, ce type de régime pourrait aussi augmenter le risque de faiblesse musculaire chez les personnes âgées.

Les chercheurs supposent qu’une supplémentation en L-Citrulline ou en L-Leucine permettrait de réduire ce problème. Selon des expériences réalisées sur des animaux, ces deux acides aminés pourrait stimuler l’anabolisme des cellules musculaires plus fortement. [Amino Acids. 2012 Sep;43(3):1171-8.]  [Leucine (LEU) is recognized as a major regulator of muscle protein synthesis (MPS). Citrulline (CIT) is emerging as a potent new regulator.]

L’expérience animale sur des rats sans L-Citrulline

Les chercheurs ont mis 60 rats femelles en régime contrôlé pendant 22 semaines. Cinq groupes ont reçu 60% de la nourriture qu’ils consommaient alors que le groupe de contrôle pouvait manger autant qu’il le souhaitait. Le tableau ci-dessous montre que la réduction de la masse grasse est statistiquement significative [Control restricted] par rapport aux rats qui mangent sans restriction [Basal Control].

L-Citrulline-masse-musculaire

Résultats de l’expérience avec ou sans L-Citrulline

Si les rats recevaient une dose de 0,2 à 1 g/kg de Citrulline par kilo de poids corporel par voie orale [R-CIT 1] avant d’aller dormir, ils conservaient légèrement plus de masse musculaire. Cependant, l’effet n’était pas statistiquement significatif. L’administration d’une quantité similaire de L-Leucine mélangée à la nourriture des rats, avait moins d’effet sur la masse musculaire [R-LEU].

l-citrulline-l-leucine-anabolisme

Le tableau ci-dessus montre ce que les chercheurs ont découvert en mesurant la quantité de protéines contractantes dans les cellules musculaires des rats. L’apport calorique réduit signifiait que moins de tissu musculaire était formé. La supplémentation en L-Leucine n’a pas permis de l’empêcher. La supplémentation en L-Citrulline l’a fait.

Les chercheurs ont également examiné l’effet de l’association de L-Leucine et de L-Citrulline [LEU-CIT]. L’ajout de L-Leucine a neutralisé l’effet positif de la L-Citrulline, comme l’ont découvert les chercheurs. Ils ne comprennent pas comment cela se produit.

Conclusion

Les chercheurs pensent que la Leucine stimule la croissance musculaire à partir du moment où l’organisme reçoit une forte quantité d’acides aminés et de nutriments pour le faire. Au cours d’une restriction calorique ou d’une période de jeûne, la L-Citrulline se présenterait encore comme un meilleur promoteur de la croissance musculaire que la L-Leucine.

Source de l’article: L-Citrulline helps you hold on to muscle mass during a weight-loss diet

Source Ergo-log: Amino Acids. 2013 Nov;45(5):1123-31.

———————-

citrulline-cycle-de-uree

Image examine.com

Note EM: J’avancerais pourtant une hypothèse avec beaucoup de prudence sur la L-Citrulline. Pensez tout simplement que cet acide aminé fait partie du cycle de l’urée (Citrulline > Arginine > Ornithine). De fait, l’arginine a prouvé sa fonction de secrétagogue de la somatropine (Hgh > IGF-1 etc.), ce qui pourrait expliquer les résultats de l’étude. L’hypothèse est crédible à partir du moment où un dérivé de l’ornithine, l’OKG, a précisément été médicalement prescrit pour lutter contre la perte des tissus musculaires. Cependant, la quantité de L-Citrulline devrait vraiment être massive pour que l’on puisse valider ce type d’hypothèse. D’autres études permettront certainement d’y voir un peu plus clair à ce sujet.

Eric Mallet

Références bibliographiques

Faure C, Morio B, Chafey P, Le Plénier S, Noirez P, Randrianarison-Huetz V, Cynober L, Aussel C, Moinard C. Citrulline enhances myofibrillar constituents expression of skeletal muscle and induces a switch in muscle energy metabolism in malnourished aged rats. Proteomics. 2013 Jul; 13(14):2191-201.
Ham DJ, Gleeson BG, Chee A, Baum DM, Caldow MK, Lynch GS, Koopman R. L-Citrulline Protects Skeletal Muscle Cells from Cachectic Stimuli through an iNOS-Dependent Mechanism. PLoS One. 2015; 10(10):e0141572.
Moinard C, Cynober L. Citrulline: a new player in the control of nitrogen homeostasis. J Nutr. 2007 Jun; 137(6 Suppl 2):1621S-1625S.

 

En savoir plus »
Aucun commentaire