Plus de testostérone, moins de cortisol après l’entraînement avec de la phosphatidylsérine

Aucun commentaire

La phosphatidylsérine [structure moléculaire ci-dessous à droite] pourrait améliorer la réponse hormonale de l’organisme à l’entraînement. Des hommes recevant une dose quotidienne de 600 mg pendant dix jours de suite de phosphatidylsérine ont produit plus de testostérone et moins de cortisol que les hommes qui n’en avaient pas pris, après quinze minutes d’exercice.

phosphatidylserineTelle était la conclusion à laquelle les chercheurs de l’Université du Mississippi sont arrivé après avoir effectué une expérience avec dix hommes en bonne santé. Les sujets ont dû faire du cycle stationnaire pendant quinze minutes à plusieurs reprises. Ils ont également effectué cinq «séries» de trois minutes. Chaque groupe a commencé avec un niveau d’effort modéré – environ 65% de leur VO2max – et s’est terminé avec une intensité de 85%. Les chercheurs ont mesuré les concentrations de cortisol, de testostérone, de lactate et d’hormone de croissance dans le sang des sujets avant et après l’exercice. Au cours de l’une des séances, les hommes ont pris de la phosphatidylsérine et, au cours de l’autre séance, un placebo.

La phosphatidylsérine est un phospholipide présent dans toutes les cellules

La phosphatidylsérine se trouve dans les membranes des cellules. Prise en supplément, elle pourrait améliorer la fonctionnalité des récepteurs et leur résistance au stress. On ne sait pas exactement comment cela fonctionne mais des études limitées effectuées sur l’homme ont montré que la phosphatidylsérine réduisait les concentrations de cortisol après un effort physique et une exposition au stress. C’était le raisonnement derrière la recherche dont nous parlons ici. Les chercheurs ont voulu savoir s’ils pouvaient améliorer la réponse hormonale en utilisant un supplément aussi simple. Après tout, moins de cortisol et plus de testostérone signifie plus de progression athlétique.

A priori, les chercheurs ont eu de la chance. Le supplément a réduit la production de cortisol, comme le montre les deux tableaux ci-dessous.

phosphatidylserine-cortisol

La prise du supplément aurait également augmenté la libération de testostérone.

phosphatidylserine-testosterone

 

Les scientifiques du sport utilisent souvent le rapport entre le cortisol et la testostérone comme indicateur de la facilité avec laquelle le corps peut construit du muscle. C’est pourquoi certains scientifiques du sport conseillent aux athlètes de faire de la musculation tôt en soirée. Les niveaux de testostérone peuvent être légèrement inférieurs à ceux de la journée plus tôt mais les niveaux de cortisol sont radicalement plus bas à cette heure. Les tableaux ci-dessous montrent comment le rapport cortisol-testostérone a changé à la suite de la prise du supplément. La barre noire représente le groupe qui a pris de la phosphatidylsérine.

 

testosterone-cortisol-phosphatidylserine

 

Le tableau de gauche montre l’effet sur la quantité totale de testostérone dans le sang au cours de l’expérience. La barre noire représente le groupe qui a pris de la phosphatidylsérine et la quantité totale de testostérone a augmenté de 35% dans ce groupe. Le tableau du milieu montre l’effet sur la quantité totale de cortisol, qui est inférieure de 35% dans le groupe phosphatidylsérine (35 ± 0%, p < 0.01). Le rapport entre les deux hormones se serait amélioré d’au moins 180% (184 ± 5%, p = 0.02).

Les chercheurs n’ont trouvé aucun effet sur la concentration de lactate dans le sang. Statistiquement, la phosphatidylsérine n’a eu aucun effet significatif sur les taux d’hormone de croissance. Mais en regardant la courbe, vous pourriez être excusés de penser différemment. Toujours est-il que l’on ne peut pas tout avoir.

hormone-de-croissance-phosphatidylserine

La phosphatidylsérine est présente dans la lécithine mais il faudrait prendre énormément de lécithine pour atteindre la dose utilisée par les chercheurs. Cent grammes de lécithine contiennent environ 15 milligrammes de phospholipides, dont seule une petite quantité est composée de phosphatidylsérine.

Source de l’article: More testosterone, less cortisol after training with phosphatidylserine

Source Ergo-log: J Int Soc Sports Nutr. 2008; 5: 11.

axe-hypothalamus-hypophysaireNote EM: Les rédacteurs d’Ergo-log n’ont pas proposé d’explications quant aux effets de la phosphatidylsérine. J’ai donc traduit l’explication des chercheurs depuis l’article source. Ces derniers nous donnent d’ailleurs des éléments de réponse très intéressants: “L’activation de l’axe hypothalamus-pituitaire (HPA) a été proposée comme mécanisme par lequel le PS atténue la production de cortisol. Les théories actuelles affirment que cela pourrait être effectué en modifiant éventuellement les interactions des ligands avec ses récepteurs ou les interactions avec les récepteurs du facteur de libération de la corticotrophine (CRF ou Corticotropin Releasing Factor). En diminuant le CRF, il y aurait une diminution de l’ACTH, réduisant ainsi la sécrétion de cortisol.

Eric Mallet

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant depuis plus de 20 ans, j'ai toujours porté un regard curieux sur le développement de la science des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je passe actuellement ma thèse en psychologie sur la question de la sublimation par la culture physique et la musculation. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider le pratiquant tout en lui donnant des informations scientifiques utiles à sa pratique des sports de force.

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.