Squat devant ou squat arrière ? En réalité, ça ne fait aucune différence

2 Commentaires

Pour les muscles des jambes, il n’y a aucune différence à placer la barre derrière votre cou ou de la laisser reposer à l’avant, sur vos épaules lorsque vous faites des squats. Des scientifiques du sport de l’Université de Floride l’ont découvert quand ils ont comparé les effets du squat arrière traditionnel avec ceux du squat avant [voir photos ici après].

Squat-avantDans les salles de musculation, vous entendez souvent que le squat avant impose un stress plus léger sur le bas du dos et isole bien les quadriceps, ou qu’une façon de faire cet exercice pour les quadriceps est meilleure que l’autre pour les fessiers ou les ischio-jambiers. Jusqu’à présent, cependant, les études ne sont pas concluantes. Avant d’enterrer un autre épisode de la science des amateurs pour de bon (la fameuse Broscience), les chercheurs ont décidé d’examiner une dernière fois les différences entre les deux exercices.

Une expérience qui analyse le squat avant contre la position classique

Les chercheurs ont demandé à 9 hommes et 6 femmes, qui tous avaient fait un entraînement de résistance pendant au moins un an, d’effectuer un squat ordinaire une fois et la même chose pour le squat avant. Des électrodes étaient attachées aux muscles des sujets de sorte que les chercheurs ont pu mesurer à quel degré les muscles avaient travaillés. Ils n’ont trouvé aucune différence entre l’arrière et le squat avant.

Squat-avant-ou-arriere-quelles-differences

BF = biceps femoris [muscle extérieur des quadriceps]; RF = rector femoris [gros muscle placé à l’avant de vos cuisses]; ST = semitendinosus [muscle placé à l’intérieur de la cuisse]; VL = vastus lateralis; VM = vastus medialis, E = erector spinae

Les chercheurs ont également utilisé des caméras pour enregistrer la pression totale placée sur les articulations au moment des exercices. Les résultats ont montré que le squat avant avait causé 18% de pression en moins sur l’articulation du genou par rapport à la version classique avec la barre en arrière, placée sur les trapèzes.

squatDonc, pour les athlètes ayant des problèmes darticulations du genou le squat avant serait plus favorable que le squat arrière. A l’opposé de la position avant, la même chose est valable pour les athlètes qui souffrent d’une réduction de la flexibilité des articulations de l’épaule et de la difficulté à tenir la barre tout en faisant cet exercice de cuisses. Mais si vous n’avez pas ces problèmes, il n’y aurait aucune raison de choisir une variante par rapport à l’autre. L’effet produit serait le même.

————————

NdT: Encore un mythe qui tombe, selon cette expérience en salle, il n’y aura pas d’avantages à travailler avec une barre sur les épaules par rapport à la position classique de l’exercice !

Source de l’article: Back squat or front squat ?

Source Ergo-log: J Strength Cond Res. 2009 Jan; 23(1): 284-92.

Traduction Eric Mallet pour Espace Corps Esprit Forme

Pensez à vous inscrire à la newsletter afin de vous tenir au courant de la mise en ligne des prochains articles !

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant depuis plus de 20 ans, j'ai toujours porté un regard curieux sur le développement de la science des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je passe actuellement ma thèse en psychologie sur la question de la sublimation par la culture physique et la musculation. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider le pratiquant tout en lui donnant des informations scientifiques utiles à sa pratique des sports de force.

2 Commentaires

  1. WEILL -  26 août 2015 - 19 h 01 min

    Regard simplifier de l’anatomie et de la biomécanique ! Faire référence à une recherche faite sur 15 personnes est fantaisiste et non professionnel ! Dans votre raisonnement ne faisons que du développe couché, des rowings, des développé militaire, des curl biceps, des extensions triceps, squat et soulevé de terre et le reste est inutile !!!
    La biomécanique est l’étude de l’anatomie en mouvement, avec ses contraintes d’axe et de charges. L’angulation du tronc sur les cuisses n’est pas du tout la même d’un squat frontale par rapport à un squat derrière nuque.

    http://wforfitness.fr/
    • Eric -  30 août 2015 - 13 h 19 min

      Bonjour,

      Si j’écrivais comme vous le faites, j’aurais également oublié la moindre formule de politesse en début de phrase (peut-être aussi l’orthographe). Je peux tout à fait comprendre que l’on ne soit pas d’accord avec une étude mais je n’accepte pas ce genre de réaction épidermique basée sur le simple fait d’être persuadé que la science se résume à ce que l’on prend pour certain et pour acquis. Contrairement à ce que vous pensez, la recherche scientifique se base sur la recherche des faits afin d’en établir des conclusions. Ces mêmes conclusions pouvant être remises en causes par d’autres études, peut-être plus approfondies ou pas, en fonction de ce que l’on essaie de prouver. En l’espèce, nous pouvons parfaitement admettre qu’une étude basée sur 15 personnes soit valable pour ce genre d’exercices. D’autres études viendront peut-être infirmer ou confirmer les résultats de celle-ci. Avec un peu plus de sérieux, vous auriez pu mentionner que l’étude en question ne fait pas référence à une ou des physiologies particulières (remarque que j’ai d’ailleurs confirmée d’autre part, avec des gens ouverts à la discussion). Et vous n’allez pas non plus m’apprendre ce qu’est la biomécanique; nous éviterons ainsi le ridicule.

      Comme vous, j’ai tendance à me méfier des études réalisées sur un panel restreint de sujets. Cependant, en ce qui concerne un exercice déterminé, ce genre d’étude peut parfaitement se révéler significative. D’autres études iront certainement plus loin. En outre, vous parlez de mon raisonnement mais vous ne le connaissez pas et vous ne me connaissez pas non plus. Des phrases toutes faites ne nous amènent d’ailleurs à rien de sérieux sur ce plan, contrairement à ce que vous pensez. Effectivement, la musculation repose en partie sur les exercices que vous énoncez mais aussi bien d’autres. Figurez-vous qu’il existent de très bons sites qui vous permettront d’augmenter vos connaissances sur ce sujet.

      Cependant, si vous aviez fait l’effort de lire les 285 articles qui sont actuellement en ligne (et mes traductions des articles SupVersity sur les entraînements de musculation concernant chaque groupe musculaire) vous auriez pu vous rendre compte du travail qui a été fait dans le but d’offrir de l’information sérieuse aux pratiquants. Je vous invite d’ailleurs à les lire si vous lisez l’anglais. Ces articles sont également rédigés par un scientifique confirmé et particulièrement prolifique, tant en quantité, qu’en qualité des données scientifiques présentées.

      Toujours est-il que votre commentaire ne repose pas sur le discernement et n’ouvre que très peu à la discussion. C ‘est regrettable. Je ne vois pas en quoi une étude universitaire réalisée dans de bonnes conditions n’aurait rien de professionnel. J’ai d’ailleurs tendance à penser que la science nous apprend d’abord à faire preuve d’humilité devant l’inconnu et à ce qui se présente à nos yeux, première qualité développée par des scientifiques dignes de ce nom.

      Cordialement,
      Eric Mallet

      https://www.espacecorps-espritforme.fr/

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.