Le squat produit plus d’hormone de croissance et de testostérone que la presse à cuisses

Aucun commentaire

Le squat crée un stimulus anabolisant plus fort sur l’organisme que des séries toutes aussi lourdes sur une presse à cuisses. Des scientifiques du sport de l’Université de North Texas ont écrit sur ce sujet dans le Journal of Strength and Conditioning Research}. Les Texans ont découvert que les bodybuilders synthétisent plus d’hormone de croissance (ou somatropine) et de testostérone après une séance de squat qu’après plusieurs sets sur une presse à jambes.

Musculation avec charges libres, poids et haltères ou machines vont-ils stimuler les muscles plus fort ?

L’entraînement de la force réalisé avec des barres et des haltères donne de meilleurs résultats que l’utilisation des machines. L’entraînement avec des poids libres est donc préférable pour la coordination physique et la stimulation de plusieurs groupes musculaires par rapport à ce que produit l’entraînement avec des machines. De plus, les mouvements que vous faites avec des poids libres ont tendance à être plus naturels et seraient moins susceptibles de blessures.

Toujours est-il que l’entraînement sur des machines ou avec des poids libres produit différents effets physiologiques qui ne sont pas tous connus. C’est pourquoi les Texans ont fait une expérience avec dix athlètes masculins de la force et bien entraînés – d’une moyenne d’âge de 25 ans – qui ont entraîné leurs jambes à deux reprises: une première fois en faisant du squat et une autre fois en utilisant la presse à jambes. Pour chacun des deux entraînements, les athlètes ont fait 6 séries de 10 répétitions. Pour chaque session d’entraînement, ils ont utilisé des charges qui représentaient 80% du poids avec lequel ils pouvaient tout simplement faire une seule répétition [1RM].

Immédiatement après la session d’entraînement [IP] et 15 et 30 minutes plus tard, les chercheurs ont observé que la concentration en testostérone et en hormone de croissance dans le sang des hommes était plus élevée que la mesure précédente. Mais l’augmentation de ces deux hormones propres au renforcement musculaire était considérablement plus élevé après l’entraînement de squat qu’après celui de la presse à cuisses.

Hormone-de-croissance-et-exercices-de-cuisses-squat-presse-a-cuisses

Testosterone-presse-a-quadriceps-squat

Les athlètes ont trouvé que les deux types d’entraînement étaient tout aussi fatigants.

L’intensité de travail s’est avérée plus forte avec le squat

Lorsque les chercheurs ont calculé la quantité de force que les hommes avaient libéré au cours des deux sessions d’entraînement et ils ont découvert pourquoi les concentrations de l’hormone de croissance et de testostérone étaient plus élevés après la séance de squat. Bien que les hommes ont utilisé plus de poids sur la presse à cuisses, l’effort réalisé s’est avéré être 42% plus élevé durant la session de squat. C’est parce que les hommes ont dû travailler contre leur propre poids au cours des squats, et parce que l’amplitude de mouvements est plus importante durant un squat que lors de l’utilisation de la presse à cuisses.

Squat-presse-a-cuisse-et-testosterone

“A des intensités et des évaluations de l’effort perçues comme similaires, l’exercice de poids libre (squat) produit une réponse hormonale aiguë plus grande que pour la machine à charges guidées (Leg Press)” comme le résume les chercheurs. “Les professionnels de la force et du conditionnement physique devraient donc considérer de privilégier les exercices d’haltères par rapport aux machines à charges additionnelles afin d’induire une réponse hormonale plus aiguë car cela pourrait également entraîner des adaptations physiologiques supérieures par la suite.”

La publication est basée sur la thèse écrite par le premier auteur, Aaron Shaner “Hormonal Response to Free Weight and Machine Weight Resistance Exercise“, Université du Texas, août 2012.

Article Ergo Log: Squat produces more growth hormone and testostérone than leg press

Source de l’article: J Strength Cond Res. 2013 Nov 22.

Traduction Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant de la musculation depuis près de 28 ans, je me suis toujours intéressé au développement des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je travaille actuellement sur la rédaction de plusieurs ouvrages dont la sublimation par la culture physique et la musculation sur le plan psychanalytique. Consultant dans le domaine des compléments alimentaires, j'accompagne les entreprises dans le développement de leur stratégie de vente et de communication en matière de nutrition sportive. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider les athlètes tout en leurs donnant des informations scientifiques utiles à leur pratique des sports de force.

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.