L’Eldécalcitol, la vitamine D de synthèse, augmente la force musculaire

L’eldécalcitol est une version de synthèse de la vitamine D commercialisée au Japon en tant que médicament règlementé. Il augmenterait la force musculaire avec une dose journalière inférieur au microgramme. Les scientifiques japonais ont découvert cela lorsqu’ils l’ont expérimenté sur une douzaine de personnes âgées.

L’eldécalcitol

Dans la littérature scientifique plus ancienne, l’eldécalcitol est également appelé ED-71. Les premières références à cette substance dans la littérature scientifique japonaise datent des années 1980. Les biochimistes de Chugai Pharmaceutical avaient initialement développé l’eldécalcitol comme un médicament contre le cancer. Il a également été autorisé au Japon comme médicament anti-ostéoporose en 2011. Les méta-études ont démontré l’efficacité de cette forme de vitamine D contre l’ostéoporose.

 

Vitamine-D-et-eldecalcitol

Cholecalciferol-vitamine-DAu début des années 1980, les scientifiques ont découvert l’effet protecteur du calcitriol (forme active de la vitamine D) à partir d’études in vitro. Cette vitamine D protègerait contre le cancer sauf que des concentrations efficaces engendreraient des effets secondaires chez l’être humain. L’analogue synthétique de la vitamine D eldécalcitol, devenait actif à des concentrations notablement plus faibles.

L’étude scientifique

En 2016, les chercheurs japonais de l’Université d’Akita ont publié dans le Journal of Bone and Mineral Metabolism les résultats d’une étude dans laquelle 18 femmes avaient pris 0,75 microgramme d’eldécalcitol tous les jours pendant six mois. Les participants présentaient un âge moyen de 74 ans et souffraient d’ostéoporose. Ils ont également pris de l’alendronate, un médicament utilisé pour traiter l’ostéoporose. Un groupe témoin de 17 femmes a pris de l’alendronate seulement. Les chercheurs ont mesuré la force musculaire des sujets, juste avant et juste après la période de supplémentation.

Les résultats de l’expérience sur l’eldécalcitol

Le supplément en cette vitamine D de synthèse a augmenté la force des sujets.

Eldecalcitol-et-force-musculaireEldelcalcitol-et-force-musculaire

D’autres études scientifiques sur l’édelcalcitol et l’ostéoporose

En 2014, les chercheurs ont également publié les résultats d’une étude sur l’effet de la supplémentation en eldécalcitol sur les muscles de personnes âgées atteintes d’ostéoporose. Cette étude était presque identique à l’étude de 2016 mais effectuée sur un plus grand nombre de participants.

Au cours des 6 mois qu’aura duré l’expérience, la vitesse avec laquelle les participants du groupe de contrôle (Control) pouvait se lever depuis une position assise est restée constante. La vitesse des sujets du groupe de supplémentation (ED) a augmenté légèrement.

Eldecalcitol

Conclusion

“Cette étude présente plusieurs limites”, ont écrit les chercheurs dans les paragraphes de conclusion de l’article de 2016. “Tout d’abord, bien que cette étude contrôlée randomisée ait évalué strictement les effets de l’eldécalcitol sur l’équilibre et la force musculaire, elle ne comprenait qu’un petit nombre de patients. Il faudrait augmenter ce nombre et mener une étude à long terme sur l’absence d’effet préventif de l’eldécalcitol”.

“Deuxièmement, nous n’avons pas évalué l’insuffisance/carence en vitamine D en mesurant les niveaux sériques de 25-hydroxyvitamine D”.

Source de l’article: Eldecalcitol, synthetic vitamin D, boosts muscle strength

Source Ergo-log: J Bone Miner Metab (2016) 34:547-54.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Note: Cette étude aura au moins le mérite de démontrer une fois de plus que la vitamine D est indispensable aux athlètes comme aux sédentaires.

Eric Mallet

Références bibliographiques

  • Iwamoto J, Eldecalcitol improves chair-rising time in postmenopausal osteoporotic women treated with bisphosphonates, Ther Clin Risk Manag. 2014 Jan 16;10:51-9.
  • Zhixing Xu, Changchun Fan, Xuechun Zhao, Hairong Tao, Treatment of osteoporosis with eldecalcitol, a new vitamin D analog: a comprehensive review and meta-analysis of randomized clinical trials, 28 January 2016 Volume 2016:10.
  • Nishii Y, History of the development of new vitamin D analogs: studies on 22-oxacalcitriol (OCT) and 2beta-(3-hydroxypropoxy)calcitriol (ED-71), Steroids. 2001 Mar-May;66(3-5):137-46.

 

 

En savoir plus »
Aucun commentaire

2 semaines de vitamine D : Plus mince, moins de fatigue, tension artérielle et cortisol diminués

vitamine-d

L’impact de la vitamine D sur la santé ne peut pas être négligé

Donnez à un groupe de personnes en bonne santé 50 microgrammes de vitamine D3 tous les jours pendant deux semaines et leur endurance pourrait augmenter de manière significative. Ils sentiront moins la fatigue lors de l’exercice tout en couvrant plus de distance. Leur pression artérielle diminuera, tout comme la concentration de cortisol de leur organisme. Des chercheurs écossais de l’Université Queen Margaret l’ont relaté dans Therapeutic Advances in Endocrinology and Metabolism en août 2016.

L’étude clinique sur la vitamine D

Les chercheurs ont donné à 9 personnes en bonne santé 2000 unités de vitamine D3 (ou 50 microgrammes) tous les jours pendant 14 jours. Six personnes ont reçu un placebo. Les chercheurs ont fait différents tests avec les participants avant et après la période de deux semaines où ils ont pris de la vitamine D3.

Les résultats de l’étude

Avant et après la période d’administration de la vitamine D, les scientifiques ont demandé aux participants de pédaler sur un cycle avec vélomètre pendant 20 minutes. Après la période de supplémentation, les participants qui avaient pris du cholécalciférol (vitamine D3) avaient couverts une plus grande distance que les participants du groupe placebo.

Endurance-sur-cycle-avec-ou-sans-vitamine-D

Après la supplémentation, les participants qui avaient pris de la vitamine D se sentaient moins fatigués juste après leur séance de cycle que les participants du groupe placebo.

La supplémentation en cholécalciférol a abaissé la pression artérielle systolique et diastolique lorsque les participants étaient au repos [premier tableau ci-dessous] et pendant la séance de cycle [deuxième tableau].

Vitamine-D-exercice-et-fatigue vitamine-D-exercice-et-fatigue

Sur le tableau ci dessous, vous remarquerez que la supplémentation en vitamine D a réduit la concentration de cortisol dans les urines.

Vitamine-D-et-exerciceVitamine-D-et-cortisolLe tableau ci-dessus montre comment la vitamine D a réduit le taux de cortisol sur cortisone dans l’urine des participants.

Le mécanisme

«La vitamine D exerce des effets antihypertenseurs par l’inhibition du système rénine-angiotensine-aldostérone (RAS) et nous savons que l’association entre les niveaux de vitamine D et l’activité rénine a été établie en 1986» écrivent les chercheurs. [Ann Intern Med. 1986 Nov;105(5):649-54.] “Le RAS est un régulateur vital de la pression artérielle par l’activité de la rénine, dans laquelle la rénine clive l’angiotensine I à l’angiotensine II et une fois liée au récepteur, exerce des effets régulateurs sur la pression sanguine. La stimulation inappropriée du système RAS entraîne une hypertension, suggérant que l’inhibition du RAS par le cholécalciférol pourrait réduire la tension artérielle.”

«Le cortisol urinaire et la réduction du taux de cortisol/cortisone suggèrent une diminution des niveaux d’hormones de stress, qui peut être due à la réduction de l’activité des 11-bêta-HSD1 (l’enzyme responsable de l’activation de la cortisone en sa forme active, le cortisol).”

Source de l’article: Two weeks of extra vitamin D: Fitter, less quickly tired, lower blood pressure and less cortisol

Source Ergo-log: Ther Adv Endocrinol Metab. 2016 Aug;7(4):153-65.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

Références bibliographiques

  • Resnick LM, Müller FB, Laragh JH, Calcium-regulating hormones in essential hypertension. Relation to plasma renin activity and sodium metabolism, Ann Intern Med. 1986 Nov;105(5):649-54.
  • Resnick LM, Calciotropic hormones in human and experimental hypertension, Am J Hypertens. 1990 Aug; 3(8 Pt 2):171S-178S.
  • Franca Gois PH, Wolley M, Ranganathan D, Seguro AC, Vitamin D Deficiency in Chronic Kidney Disease: Recent Evidence and Controversies, Int J Environ Res Public Health. 2018 Aug 17; 15(8). Epub 2018 Aug 17.

 

En savoir plus »
Aucun commentaire

Des muscles forts, un système immunitaire fort

Au plus vous prenez de l’âge, au mois les fonctions de votre système immunitaire seront performantes. Dès lors, il décline un peu plus chaque année. À un certain point, il devient si faible qu’un simple rhume pourrait signifier la fin du voyage. En 1999, des chercheurs de l’Université de Bologne en Italie ont publié une étude épidémiologique qui suggère que vous pourriez stopper le déclin du système immunitaire en faisant de la musculation et en prenant un supplément de vitamine D.

L’étude scientifique sur le système immunitaire et la musculation

Les chercheurs ont prélevé des échantillons de sang sur 62 hommes et femmes âgés entre 90 et 106 ans. Ils ont placé des cellules cancéreuses dans leur sang et ensuite, ils ont mesuré le temps qui fut nécessaire aux cellules immunitaires pour les éliminer.

Résultats de l’expérience

Au plus les participants de l’étude étaient âgés, au moins ils avaient de cellules immunitaires dans le sang [lymphocytes CD16]. Mais, au plus les participants avaient de masse musculaire dans les bras, au plus ils avaient de cellules immunitaires. Les muscles, à ce qu’il semblerait, pourrait contrecarrer l’effet négatif que le vieillissement a sur le système immunitaire.

muscles-forts-systeme-immunitaire-fort

Cercles noirs, ligne continue: Relation entre la masse musculaire et les cellules immunitaires. Cercles blancs, pointillés: relation entre l’âge et les cellules immunitaires.

muscles-forts-systeme-immunitaire-fort

Un autre facteur prépondérant a été celui de la vitamine D. Au plus de vitamine D il y avait dans le sang des participants, au plus il y avait de cellules immunitaires. C’est ce que les chercheurs ont constaté. Le tableau ci-dessus le montre.

Bien que plus de masse musculaire signifierait plus de cellules immunitaires, la masse musculaire n’a pas influencé l’efficacité des cellules immunitaires a tuer les cellules cancéreuses [E/T100]. Les chercheurs ont en réalité observé une relation avec la vitamine D: au plus le niveau de la vitamine D était élevé, au plus les cellules immunitaires étaient capables de tuer les cellules cancéreuses.

muscles-forts-systeme-immunitaire-efficace

Mécanisme et explications sur le rapport système immunitaire et exercice

Des recherches récentes ont montré que l’irisine, une hormone produite par les muscles, offre une protection contre le cancer, et que les hommes et les femmes en bonne santé mais extrêmement vieux ont inhabituellement de grandes quantités d’irisine dans le sang. Dans ces conditions, nous sommes prêts à parier que la masse musculaire aide à maintenir un bon système immunitaire.

Entraînements de force = longévité (?)

Source de l’article: Strong muscles, strong immune system

Source Ergo-log: Clin Exp Immunol. 1999 Apr;116(1):19-27.

Traduction Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire

Plus de vitamine D, plus de masse musculaire

Si vous avez une quantité optimale de vitamine D dans le sang alors que peu de gens en ont réellement assez vous pourriez avoir plus de masse musculaire que si votre taux de vitamine D est trop faible. Les nutritionnistes de l’Université Mahidol en Thaïlande en sont arrivés à cette conclusion à partir d’une étude épidémiologique de faible ampleur qu’ils ont réalisé avec 163 hommes et femmes en surpoids, mais en bonne santé.

L’étude scientifique

Les chercheurs ont mesuré la concentration de la 25-hydroxyvitamine D dans le sang des sujets, ils ont également mesuré leur composition corporelle en utilisant une analyse d’impédance bioélectrique.

Les résultats de l’étude sur la vitamine D

Bien que la Thaïlande soit un pays tropical avec beaucoup de soleil, la plupart des participants à l’étude scientifique présentaient des niveaux relativement faibles de vitamine D dans le sang. Les chercheurs avaient prévu cela.

D’autres études épidémiologiques ont montré qu’une masse élevée de graisse est souvent accompagnée de faibles niveaux de vitamine D. Une des raisons qui expliquerait cela est que comme un corps devient plus gros, la surface de la peau augmente moins que la masse gagnée. La quantité de lumière que la peau peut absorber et avec elle la quantité de vitamine D que le corps peut synthétiser n’augmente pas autant que la prise de poids de la personne.

Et, comme on pouvait s’y attendre, les chercheurs ont constaté que les participants ayant des niveaux plus élevés de vitamine D dans leur sang étaient ceux qui avaient un plus faible pourcentage de graisse.

vitamine-D-et-indice-de-masse-corporelle

Un niveau élevé de vitamine D a également été associé avec une masse musculaire plus importante.

vitamine-D-et-masse-musculaire

Un niveau élevé de vitamine D facilite la prise de masse musculaire, comme les chercheurs le supposent. Dans des études in vitro où les chercheurs avaient exposés des cellules musculaires à de la vitamine D, les cellules produisent moins de myostatine en conséquence de l’ajout. En outre, les cellules musculaires qui retiennent trop peu de vitamine D décomposent les protéines musculaires plus rapidement.

Donc, pour autant que les chercheurs puissent s’appuyer sur leurs calculs statistiques, plus de vitamine D signifie plus de masse musculaire. Les calculs statistiques ont également montré qu’une grande masse de graisse a un effet négatif sur la masse musculaire.

Conclusion

Les résultats de cette recherche impliquent que les personnes en surpoids pourraient être en mesure d’augmenter leur masse musculaire en prenant un supplément en cholécalciférol (vitamine D3). Les chercheurs affirment également que d’autres recherches seront nécessaires même s’ils détiennent déjà des arguments probants pour affirmer leurs dires.

Source de l’article: More vitamin D, more muscle mass

Source Ergo-log: Nutrition 10.1016/j.nut.2014.11.011.

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

Références bibliographiques

  • Vimaleswaran KS, Causal relationship between obesity and vitamin D status: bi-directional Mendelian randomization analysis of multiple cohorts, PLoS Med. 2013;10(2):e1001383.
  • Garcia LA, 1,25(OH)(2)vitamin D(3) enhances myogenic differentiation by modulating the expression of key angiogenic growth factors and angiogenic inhibitors in C(2)C(12) skeletal muscle cells, J Steroid Biochem Mol Biol. 2013 Jan;133:1-11.
  • Bhat M, Vitamin D deficiency-induced muscle wasting occurs through the ubiquitin proteasome pathway and is partially corrected by calcium in male rats, Endocrinology. 2013 Nov;154(11):4018-29.
En savoir plus »
Aucun commentaire

La vitamine D est un anti-œstrogène là où c’est nécessaire

Selon une étude animale et cellulaire que les endocrinologues de l’Université Stanford ont publié dans la revue Endocrinology, la forme active de la vitamine D le calcitriol [formule développée ci-dessous] est un anti-œstrogène. L’étude est également intéressante pour les bodybuilders, car l’effet anti-œstrogénique de la vitamine D est exprimé principalement dans le tissu adipeux. De plus, la vitamine D augmenterait l’effet des anti-œstrogènes comme l’Anastrozole, le Létrozole et l’Exemestane.

Recherches sur la prévention et le traitement du cancer du sein en rapport avec la vitamine D

calcitriol-vitamine-d-active

Le calcitriol – vitamine D active

Les chercheurs voulaient savoir si des changements alimentaires pouvaient réduire le risque de cancer du sein chez les femmes et améliorer les chances de traitement chez celles qui en ont déjà un. L’estradiol permet souvent aux cellules de cancer du sein de se développer plus rapidement. Dans ce cas, les médecins traitent le cancer du sein avec des médicaments qui réduisent la concentration d’estradiol. Les chercheurs savaient déjà que la vitamine D bloquait la production du récepteur alphaestradiol et se demandaient si la vitamine D réduisait également la production d’estradiol lui-même. Cela se produirait en inhibant l’enzyme aromatase, qui convertit l’androstènedione et la testostérone en estradiol.

Pour répondre à cette question, les chercheurs ont fait des essais avec des souris femelles qui avaient reçu des implants de cellules cancéreuses humaines. Les souris ont reçu 0,1 mg par jour d’androsténedione, et 3 jours avant que les chercheurs ne les analysent, ils ont reçu une injection quotidienne de 0,75 mg de calcitriol. [Cal] Un groupe de contrôle a reçu des injections contenant des ingrédients inactifs. [Veh]. La figure ci-dessous montre que les cellules cancéreuses et les cellules graisseuses des souris {Cal} avaient produit moins d’aromatase.

aromatase-et-vitamine-D

La figure de droite montre que dans les cellules humaines, la production d’estradiol diminue à mesure que la concentration de calcitriol augmente. rapport-estradiol-vitamine-DCet effet est intéressant pour les bodybuilders. Moins d’estradiol signifie que les cellules adipeuses ne peuvent pas croître aussi facilement et qu’elles diminuent rapidement. Cela signifie également moins de risque de gynécomastie. Du moins, s’il est possible d’extrapoler les résultats de cette étude aux humains.

Les chercheurs ont également étudié l’effet conjugué sur la croissance des cellules cancéreuses des inhibiteurs de l’aromatase lorsqu’ils sont pris avec Arimidex, Exemestane et Létrozole d’une part et avec de la vitamine D d‘autre part. Les chercheurs ont fait croitre des cellules cancéreuses humaines dans des éprouvettes et ils ont ajoutés de la testostérone avec des inhibiteurs de l’aromatase et de la vitamine D. Le tableau ci-dessous montre que la vitamine D renforce l’effet d’Arimidex. Les chiffres pour l’Exémestane et le Létrozole étaient assez similaires.

La-vitamine-D-renforce-l-effet-des-anti-aromatases

Les chercheurs ont utilisé des concentrations de 0,1 et 1,0 nanomols de calcitriol. Les concentrations de calcitriol chez les humains varient entre 0,05 et 0,16 nmol parce que les occidentaux en général, ont trop peu de vitamine D dans leur sang. Cela étant, un grand nombre de bodybuilders sujets à l’utilisation de substances dopantes tireront plus d’effet des inhibiteurs de l’aromatase qu‘ils prennent en y ajoutant un supplément de vitamine D. 

Toujours est-il que l’estradiol est bon pour les os. Les femmes qui utilisent des inhibiteurs de l’aromatase ont souvent des problèmes d’ostéoporose alors que les athlètes  signalent également des problèmes osseux et articulaires s’ils prennent de fortes doses d’anti-œstrogènes. Toutefois, les chercheurs ont également découvert que la vitamine D augmentait la production de l’aromatase et d’estradiol dans les os.

Source de l’article: Vitamin D is anti-estrogenic where it’s needed

Source Ergo-log: Endocrinology. 2010 Jan; 151(1): 32-42.

NdT: Si vous n’avez pas bien saisi (c’est pas toujours clair sur Ergo-log), l’action de la vitamine D est sélective par rapport à l’œstradiol qu’elle favorise au niveau des os alors qu’elle réduit la conversion par aromatase de la testostérone à d’autres niveaux.

Eric Mallet

En savoir plus »
2 Commentaires

Étude épidémiologique: Un niveau élevé de vitamine D vous aide à vivre plus longtemps

Les personnes présentant des niveaux élevés de vitamine D dans leur sang vivent probablement plus longtemps que les personnes ayant de faibles quantités de vitamine D selon une méta-étude épidémiologique publiée dans le BMJ (British Medical Journal). Les compilateurs ont eu accès à des données sur 26018 personnes âgées entre 50 et 79 ans.

L’étude sur la vitamine D et la longévité

Les chercheurs ont rassemblé leurs données à partir de 8 études publiées antérieurement dans lesquelles les épidémiologistes européens et américains avaient suivi les participants pour une durée de 4 à 16 ans. Au début des études, les chercheurs ont mesuré la concentration de la vitamine D ou pour être plus précis: 25-hydroxy-vitamine D – dans le sang des sujets. Au cours de ces études, 6695 participants sont décédés 2624 d’une maladie cardiovasculaire et 2227 sujets du cancer.

Etude-sur-la-vitamine-D-et-la-mortalite

Les résultats

Les participants présentant un taux relativement bas de vitamine D dans le sang présentaient 1,57 fois plus de chances de mourir que ceux qui présentaient un taux sanguin relativement élevé de vitamine D.

Vitamine-D-et-risques-de-mortalite

Lorsque les chercheurs ont analysé leurs données, ils découvrirent que l’effet protecteur d’une concentration élevée de vitamine D était plus élevé chez ceux qui avaient déjà développé une maladie cardiovasculaire (premier tableau ci-dessous) que chez ceux qui n’en souffraient pas (second tableau).

Taux-de-mortalite-chez-des-sujets-qui-ont-eu-une-maladie-cardiovasculaire-et-la-vitamine-D

Taux-de-mortalite-chez-des-sujets-qui-n-ont-jamais-eu-de-maladies-cardiovasculaires-et-la-vitamine-D

Les chercheurs ont également noté le même schéma lorsqu’ils comparèrent les données concernant les survivants au cancer par rapport à ceux qui n’avaient pas eu de cancer. Un niveau élevé en vitamine D avait eu un effet protecteur dans le premier groupe (premier tableau ci-dessous) et n’en avait pas eu dans le second (tableau suivant).

Vitamine-D-et-mortalite-due-au-cancer-chez-des-individus-ayant-eu-un-cancer

Vitamine-D-et-mortalite-due-au-cancer-chez-des-individus-n-ayant-pas-eu-de-cancer

Conclusion

Une proportion importante de la population présente un taux de cholécalciférol que les médecins considèrent comme éloigné d’une quantité optimale. C’est pour cette raison que les gouvernements occidentaux recommandent à ceux qui ne se rendent pas assez souvent à l’extérieur de prendre un supplément en vitamine D.

Source de l’article: Meta-study: a high vitamin D level helps you live longer

Source Ergo-log: J Physiol Anthropol. 2014 Aug 6;33:24.

————————–

NdT: En effet, rien n’est plus simple que de prendre un complément de vitamine D, encore faut-il qu’il soit de qualité… Système immunitaire et musculaire sont en relation proche avec cette vitamine, comme la recherche l’a déjà prouvé plusieurs fois. Pour ma part, j’ai toujours trouvé que cette vitamine me permettait de conserver un bon niveau en force musculaire, par rapport au moment où je n’en prenais pas, ce qui est déjà appréciable. Méfiez-vous également des rumeurs propagées par les lobbies pharmaceutiques; les surdoses en cholécalciférol sont rares. Si c’était le cas, les expositions prolongées au soleil auraient déjà tué un nombre considérable de vacanciers. A l’opposé, c’est bien le cancer de la peau qui en est responsable.

Concernant le prochain article, nous reviendrons avec Ergo-log sur une protéine dont je vous avais déjà parlé précédemment, l’irisine. Mais d’ici là…

… n’oubliez pas de développer votre culture physique !

Eric Mallet

En savoir plus »
Aucun commentaire