Combattre le virus du rhume avec de l’ail… Vraiment ?

Aucun commentaire

allicine-oignonSelon l’OMS, rien ne prouve que l’ail puisse combattre le coronavirus. Il n’a tout simplement jamais fait l’objet d’une étude. Mais d’où viennent ces histoires sur l’effet inhibiteur de l’ail sur les virus ? Elles seraient basées sur une étude publiée en 2001 dans Advances In Therapy. Dans cette étude, menée par le biochimiste britannique Peter Josling, un supplément contenant un composé de l’ail protégeait les gens contre le rhume.

ail-coronavirus

 

Qui est Peter Josling ?

Sans exagération, nous pouvons qualifier Peter Josling d’expert sur l’ail. Il a écrit un livre sur les effets positifs de l’ail sur la santé, The Heart of Garlic. Sur le web, vous trouverez un grand nombre de conversations et de conférences avec ce chercheur. Josling a fondé le Garlic Center dans les années 1990, à partir duquel il a mené les recherches dont nous parlons.

L’étude clinique sur l’ail de Peter Josling

Peter Josling a réalisé une expérience avec 2 groupes de 73 sujets chacun. Pendant 12 semaines, les sujets d’un groupe ont pris un placebo tous les jours, tandis que les sujets de l’autre groupe ont pris une capsule d’allicine.

L’allicine est une molécule contenant du soufre. On la retrouve également dans les oignons, les poireaux et la ciboulette à des concentrations plus faibles. Les produits de dégradation de l’allicine sont à l’origine de l’odeur typique de l’ail. L’allicine et ses métabolites seraient également responsables des effets positifs présumés de l’ail sur la santé. Le complément utilisé par Josling se nomme Allimax. Il est toujours sur le marché.

Les résultats de l’étude sur le rapport entre l’ail et les virus

Les sujets qui ont pris le supplément d’ail ont rapporté 24 cas de rhume pendant l’expérience. Dans l’autre groupe, il y en a eu 65. Dans le groupe de l’ail, les sujets ont été malades pendant 1,52 jour en moyenne lorsqu’ils ont pris froid. Dans le groupe placebo, les sujets l’ont été pendant 5,01 jours en moyenne.

ail-virus

Conclusion sur l’ail et le virus du rhume

“Cette étude est la première à utiliser un modèle en double aveugle, contrôlé par placebo, pour étudier la prévention des maladies virales avec un supplément à base d’ail”, écrit Josling.

“Les résultats ont été très favorables à la prise de ce complément comme mesure préventive, démontrant un soulagement accéléré, une réduction de la gravité des symptômes gênants tels que les éternuements, la toux et l’écoulement nasal, ainsi qu’un retour à la pleine forme. Une probabilité réduite de réinfection par d’autres souches virales a indiqué une amélioration générale du système immunitaire grâce au complément actif”.

“Les résultats suggèrent également que l’infection et la réinfection peuvent être efficacement prévenues par son utilisation quotidienne tout au long de l’année, avec un énorme potentiel d’économies pour l’industrie nationale en termes de réduction des jours de maladie. Ce produit présente clairement une excellente activité antivirale et justifie une étude plus approfondie pour déterminer la nature et la méthode de sa destruction virale”.

Oui, mais…

Tout cela semble très bien mais nous voulons quand même soulever quelques critiques. Si vous utilisez de l’allicine ou de l’ail, vous le remarquerez forcément. Par conséquent, le groupe placebo ne serait pas un vrai groupe placebo. C’est la première critique.

En outre, Peter Josling est non seulement expert dans le domaine de l’ail mais c’est aussi un entrepreneur. Selon sa page LinkedIn, Josling commercialise aussi le supplément d’ail qu’il a étudié. C’est pourquoi, aussi intéressante et prometteuse soit-elle, nous considérons cette recherche comme une étude sponsorisée. C’est la seconde critique…

peter-josling

Source de l’article: Fighting colds with garlic

Source Ergo-log: Adv Ther. 2001;18(4):189-93.

Note EM: Pour la petite histoire, si l’allicine ne présente aucun intérêt contre le virus qui nous préoccupe en ce moment, la quercétine par contre, a prouvé son utilité contre plusieurs types de virus dont le SARS-CoV (Chen 2006)* mais avec une forme particulière de quercétine, la quercétine O-glycoside, étudiée sur des rongeurs, pas des êtres humains. Il s’agit d’une molécule retrouvée dans l’Artemisia capillaris (Armoise capillaire). L’étude de Chen et de ses collègues n’est cependant qu’un préliminaire à d’autres études menant à la recherche de solutions thérapeutiques prochaines. Rien ne prouve donc a priori, que la quercétine de l’oignon rouge, de la pomme ou du thé vert puissent nous être utiles. Des chercheurs canadiens ont pourtant l’air d’y croire, espérons qu’ils obtiennent des résultats positifs. A priori, ce dérivé naturel de la quercétine a également donné des résultats contre le virus de la grippe (Merhbod et al. 2018), du virus Zika (Wong et al. 2017) et de l’Ebola (Qiu X et al. 2016). L’avenir nous dira ce qu’il en est réellement sur le plan scientifique.

Eric Mallet

* Chen et al. Binding interaction of quercetin-3-beta-galactoside and its synthetic derivatives with SARS-CoV 3CL(pro): structure-activity relationship studies reveal salient pharmacophore features. Bioorg Med Chem. 2006 Dec 15;14(24):8295-306.

Merhbod et al. Immunomodulatory properties of quercetin-3-O-α-L-rhamnopyranoside from Rapanea melanophloeos against influenza a virus. BMC Complement Altern Med. 2018 Jun 15;18(1):184.

Qiu X et al. Prophylactic Efficacy of Quercetin 3-β-O-d-Glucoside against Ebola Virus Infection. Antimicrob Agents Chemother. (2016)

Wong et al. Antiviral activity of quercetin-3-β-O-D-glucoside against Zika virus infection. Virol Sin. 2017 Dec;32(6):545-547.

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant de la musculation depuis près de 28 ans, je me suis toujours intéressé au développement des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je travaille actuellement sur la rédaction de plusieurs ouvrages dont la sublimation par la culture physique et la musculation sur le plan psychanalytique. Consultant dans le domaine des compléments alimentaires, j'accompagne les entreprises dans le développement de leur stratégie de vente et de communication en matière de nutrition sportive. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider les athlètes tout en leurs donnant des informations scientifiques utiles à leur pratique des sports de force.

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.