La curcumine, un végétal “brûle graisse” inattendu…

Aucun commentaire

La Curcumine, le composant qui donne la couleur jaune [structure ci-dessous] du curcuma – ou Curcuma longa en latin se révèle être encore plus intéressant pour les athlètes que nous avons pu le penser, selon une étude animale effectuée par les gérontologues de l’Université et école de médecine Tufts à Boston. La curcumine inhiberait la croissance des tissus adipeux et stimulerait la combustion des graisses.

La curcumine est un anti-catabolique

structure de la curcumine

Curcumine

Dans les cellules musculaires, elle inhibe le facteur protéique de transcription NFkB, un régulateur moléculaire. En faisant cela, la curcumine inhibe le protéasome et les protéines calpaïnes, deux processus utilisés par les cellules musculaires pour décomposer les protéines. Des doses élevées de cette molécule empêcheraient des rats de cataboliser leurs muscles s’ils ont subi un empoisonnement grave du sang. Et, comme nous l’espérons, le même mécanisme pourrait aider les athlètes à réduire la décomposition catabolique des muscles avec l’entraînement de musculation.

A vrai dire, il ne s’agit de nouvelles très fraîches sur cet extrait du curcuma pour les lecteurs de ce magazine Web. Cependant, les chercheurs de l’Université Tufts de Boston ont publié un article dans le Journal of Nutrition décrivant une étude au cours de laquelle ils ont donné à des souris un régime alimentaire riche en matières grasses pendant une période de douze semaines. Un groupe de souris a reçu une alimentation supplémentée avec un demi-gramme par kilo de curcumine. Comme vous pouvez le voir dans la figure ci-dessous, la curcumine réduit le gain de poids.

Régime alimentaire avec ou sans curcumine

Les résultats ont indiqué que la prise de curcumine n’avait pas seulement bloqué la production de graisses, comme vous pouvez le voir dans le tableau ci-dessous. La quantité d’acides gras libres, de triglycérides et de cholestérol présents dans le sang des animaux indique que la curcumine a aussi accéléré le métabolisme des graisses.

Curcumine et métabolisme des graisses

 

Le tableau ci-dessous montre ce que la curcumine fait sur la régulation des tissus adipeux au niveau cellulaire. Le régime alimentaire riche en calories conduit à une augmentation de la production de VEGF, une hormone qui ordonne aux cellules de former des vaisseaux sanguins ce qui est essentiel à la croissance des tissus. La curcumine réduit la quantité de vaisseaux qui sont produits dans les adipocytes et donc, elle inhibe la croissance des couches de graisse.

La molécule du curcuma inhibe également la production de PPAR-gamma, les récepteurs protéiques qui signalent aux cellules adipeuses la présence de matières grasses. Si les récepteurs fonctionnent moins bien, les cellules graisseuses absorbent moins de graisses.

Ensuite, la production de l’enzyme carnitine palmitoyltransférase1 (CPT-1) augmente. Cette enzyme  attache la L-Carnitine aux acides gras, de manière à ce qu’ils soient absorbés par les mitochondries, les générateurs d’énergie de nos cellules.

La curcumine agirait sur les graisses par plusieurs chemins métaboliques

 

La curcumine aide probablement les cellules à fixer d’autres groupes de phosphore sur la molécule signal AMPK. Ceci active l’AMPK, une enzyme qui recharge les molécules d’énergie épuisées AMP (Adénosine monophosphate). La cellule utilise également l’enzyme en tant que mesure de la quantité d’énergie. Si l’AMPK devient plus actif, les cellules commencent à travailler plus pour fournir plus d’énergie. De là, les cellules adipeuses déversent leur contenu dans le sang, les muscles absorbent plus de glucose et brûlent plus d’acides gras. La figure ci-dessous montre que la curcumine augmente la concentration de l’AMPK dans les tissus adipeux des souris.

La curcumine active les enzymes p-AMPK

Finalement, plus de graisses sont brûlées, avec des propriétés anti-cataboliques.

Source de l’article: Curcumin, the herbal clenbuterol

Source Ergo-log: J Nutr. 2009 Mar 18. [Epub ahead of print].

Eric Mallet

Traduction pour Espace Corps Esprit Forme

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant depuis plus de 20 ans, j'ai toujours porté un regard curieux sur le développement de la science des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je passe actuellement ma thèse en psychologie sur la question de la sublimation par la culture physique et la musculation. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider le pratiquant tout en lui donnant des informations scientifiques utiles à sa pratique des sports de force.

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. Apprenez comment les données de vos commentaires sont utilisées.