Le Dioscorea esculenta pourrait-il augmenter la concentration de DHT dans la masse musculaire ?

Aucun commentaire
La diosgénine de l'igname sauvage et du smilax

La disogénine, molécule supposément active de l’igname sauvage…

Certains compléments alimentaires censés accélérer la croissance musculaire contiennent des extraits d’igname. Les ignames sont des tubercules semblables à des pommes de terre de la famille Dioscorea. Ils contiennent de la diosgénine, une molécule dont la structure moléculaire ressemble à celle d’un stéroïde. Ces extraits végétaux pourraient protéger contre le diabète de type 2 en augmentant la concentration de DHT dans les cellules musculaires*. Du moins, c’est ce que suggère une étude animale japonaise effectuée en 2017. Comme vous le savez peut-être, si vous augmentez la concentration de DHT, les cellules musculaires vont croitre également…

L’étude sur le Dioscorea esculenta

igname sauvage source de diosgénine

L’igname sauvage – image Huynh Phong Pexels.com

Le fait que l’exercice intensif puisse contribuer à réduire la dépression était déjà connu à la fin des années quatre-vingt-dix. La plupart des recherches ont porté sur des personnes souffrant de dépression qui ont commencé à courir et qui ont montré une nette amélioration après quelques semaines. Bien que les études n’aient pas démontré que cela guérissait la dépression, elles ont montré que les personnes dont le fonctionnement était altéré par une dépression modérée pouvaient réduire leurs symptômes et reprendre le travail.

Les chercheurs, qui sont affiliés à l’université Ritsumeikan, ont mené leurs expériences sur des rats OLETF. Il s’agit d’un type de rat de laboratoire qui développe spontanément un diabète de type 2.

Pendant les 8 semaines qu’a duré l’expérience, les chercheurs n’ont rien fait du tout avec le premier groupe de rats. Il s’agit du groupe de contrôle. [Le deuxième groupe de rats a couru sur un tapis roulant 5 jours par semaine]. Un deuxième groupe de rats a couru sur un tapis roulant 5 jours par semaine [Ex]. Un troisième groupe de rats a reçu de la nourriture dans laquelle les chercheurs avaient ajouté une poudre d’igname concentrée. Si les rats avaient été des humains adultes, ils auraient reçu 40 à 60 grammes de poudre d’igname par jour [Dio].

Un quatrième groupe d’animaux a reçu du dutastéride en plus de la poudre d’igname. Le dutastéride est un stéroïde qui bloque la biosynthèse de la DHT dans le corps. Des études antérieures avaient déjà montré que la DHT joue un rôle dans les effets de l’igname sur la santé.

Le Dioscorea esculenta

Les chercheurs ont utilisé une poudre d’igname provenant de la société japonaise de biotechnologie Takara Healthcare. Takara a développé des applications pour les compléments et les aliments fonctionnels à base de Dioscorea esculenta, riche en diosgénine, au cours de la première décennie de ce siècle.

Le Dioscorea esculenta est une variété que l’on trouve également à l’état sauvage et qui est cultivée dans des pays tels que le Japon. Il contient 200 fois plus de diosgénine que les autres variétés d’igname. Soit dit en passant, Takara Healthcare n’a pas sponsorisé l’étude. Les chercheurs ont été financés par le gouvernement japonais.

Résultats de l’étude

La supplémentation en Dioscorea esculenta a imité les effets de l’entraînement physique. Les rats ayant consommé la poudre d’igname présentaient au moins des muscles gastrocnémiens et soléaires plus grands par la suite, et des réserves de graisse plus petites que les rats du groupe témoin. Le dutastéride a annulé tous ces effets.

Dioscorea (igname sauvage) et taux de sucre sanguin

Le Dioscorea esculenta a également abaissé le niveau de glucose, et cet effet était absent chez les rats ayant reçu du dutastéride. D’une manière que nous ne pouvons pas expliquer, le Dioscorea esculenta a augmenté la concentration de DHT dans le sang, ainsi que dans les muscles des rats. Et, comme on pouvait s’y attendre, le dutastéride a inversé cet effet.

La diosgénine stimulerait la DHEA et la DHT

Conclusion

« Le traitement par Dioscorea esculenta a amélioré la stéroïdogenèse dans les muscles et a augmenté le métabolisme de la DHEA en DHT », écrivent les chercheurs. « Par conséquent, cette plante et les substances qu’elle contient, en particulier la diosgénine, pourraient s’avérer précieuses pour le développement de nouveaux traitements contre l’obésité et le diabète de type 2. » Le Dioscorea esculenta aurait-il également des effets remarquables dans les études humaines ?

Note EM: La question reste posée (et un autre article suivra) mais en attendant d’en savoir plus, merci de vous inscrire à la newsletter. Ainsi, vous serez averti de la mise en ligne des nouveaux articles tout en améliorant la visibilité du blog.

*: Une relation a clairement été établie entre le taux de DHT et le risque de diabète.

Source de l’article: Dioscorea esculenta increases the concentration of DHT in muscles

Source Ergo-log: FASEB J. 2017 Feb;31(2):793-801.

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant de la musculation depuis près de 28 ans, je me suis toujours intéressé au développement des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je travaille actuellement sur la rédaction de plusieurs ouvrages dont la sublimation par la culture physique et la musculation sur le plan psychanalytique. Consultant dans le domaine des compléments alimentaires, j'accompagne les entreprises dans le développement de leur stratégie de vente et de communication en matière de nutrition sportive. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider les athlètes tout en leurs donnant des informations scientifiques utiles à leur pratique des sports de force.

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.