Étude sur l’animal, 120 mg d’extrait de clou de girofle par jour augmentent le taux de testostérone

Si vous n’en prenez pas trop, le clou de girofle – nom scientifique Syzygium aromaticum – augmenterait votre taux de testostérone. C’est du moins ce que soupçonnent des chercheurs de l’université Banaras Hindu, en Inde, après avoir démontré l’effet stimulant de la testostérone du Syzygium aromaticum sur des animaux de laboratoire. Les résultats de leur étude ont été publiés dans Andrologia. En la lisant, nous avons relevé quelques éléments qui, selon nous, pourraient intéresser nos lecteurs.

Syzygium aromaticum, nom latin du clou de girofle

Le Syzygium aromaticum contient entre autres de l’eugénol, de l’acétate d’eugényle, du carvacrol, du thymol, du cinnamaldéhyde, du chavicol, de l’acétylsalicylate, des humulènes, du déhydrodieugenol, du transconiferyl-aldéhyde, du bêta-caryophyllène et de l’alpha-copaène. On ne sait pas laquelle de ces substances est réellement responsable de l’effet stimulant sur la testostérone. Les chercheurs ont fabriqué eux-mêmes leurs extraits, et la manière dont ils ont procédé est présentée ci-dessous.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Un extrait végétal inhibe l’œstradiol via le récepteur arylhydrocarboné

prunella-vulgarisIl y a de cela quelques temps, nous vous avions parlé des extraits anti-oestrogéniques de la plante tropicale Brassaiopsis glomerulata. Il s’agit d’ailleurs d’un végétal qui a fait son chemin dans le monde des suppléments de la musculation et dans Triazole de DS Sport en particulier. Le Triazole contient également un extrait végétal du Prunella vulgaris, une plante que l’on retrouve partout en Europe. A ce sujet, c’est en 2009 que des chercheurs américains spécialisés dans le cancer ont publié une étude sur des cellules et des animaux dans laquelle ils ont étudié le fonctionnement de ces substances.

Les chercheurs, financés par le gouvernement américain pour étudier des préparations à base de plantes que de plus en plus de femmes utilisent, ont découvert lors d’un dépistage que des extraits végétaux de Prunella vulgaris présentaient un effet anti-œstrogénique. Ils ont ensuite examiné les préparations de plus près.

En savoir plus »
Aucun commentaire

La perte de poids rendrait les hommes plus masculins

graisse-estradiol-testosteroneLes hommes un peu trop gras seraient moins masculins. La graisse qu’ils transportent féminiserait leur équilibre hormonal en faveur de l’estradiol et réduirait leur taux de testostérone. Mais l’inverse serait également vrai: si les hommes trop gras maigrissaient, leur taux de testostérone augmenterait aussi (!).

La graisse corporelle, la testostérone et l’estradiol

Les cellules adipeuses synthétisent l’enzyme aromatase qui convertit la testostérone, l’hormone sexuelle masculine en estradiol, l’hormone sexuelle féminine. Plus les hommes sont gros, moins de testostérone et plus d’estradiol circulent dans leur corps.

Parce que l’estradiol indique au cerveau qu’il y a beaucoup d’hormones stéroïdes circulant dans le sang, le cerveau réagit à un niveau élevé d’estradiol en diminuant la quantité de LH et de FSH qu’il sécrète. LH et FSH stimulent la production de testostérone et de sperme dans les testicules. Si les taux de ces deux hormones sont moins élevés, celui de la testostérone diminue ainsi que la qualité du sperme. Certaines études suggèrent qu’il existe un lien entre le surpoids, une baisse de la fertilité et des problèmes d’ordre sexuels.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Taux de testostérone chez l’homme après 50 ans: l’âge ne serait pas en cause…

age-taux-de-testosteroneÀ mesure que les hommes adultes vieillissent, leur taux de testostérone baisse, des dizaines d’études scientifiques ont rendu cette conclusion. Mais selon les chercheurs de l’American Cooper Institute, la relation entre le vieillissement et la testostérone est un peu plus complexe. Les Américains ont examiné environ 3000 hommes en bonne santé âgés de 50 à 79 ans et n’ont trouvé aucune association entre l’âge et la testostérone. Mais ils ont découvert que l’IMC et la condition physique avaient un impact significatif sur la concentration de testostérone dans le sang des hommes.

L’étude sur le vieillissement et la testostérone

Les chercheurs ont mesuré les taux de testostérone des participants à l’étude le matin. Ils ont établi un classement selon un taux de testostérone inférieur à 250 nanogrammes par décilitre comme limite basse. Un niveau de 250 à 399 nanogrammes par décilitre était considéré comme normal mais bas et un niveau de plus de 400 nanogrammes par décilitre comme normal.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Stratégie pour la longévité: Gardez un taux de DHEA, testostérone et IGF 1 élevé

dheaLes plus de 65 ans cherchant à optimiser leurs chances de survie devraient maintenir des concentrations de DHEA, de testostérone et d’IGF-1 élevé dans leur organisme. Ceci est d’ailleurs suggéré par une étude épidémiologique que les chercheurs italiens de l’Université de Parme ont publié en 2007 dans les Archives of Internal Medicine.

L’étude scientifique sur les taux d’hormones endogènes

Les chercheurs ont suivi 410 hommes âgé de 65 à 92 ans pendant 6 ans. Juste avant le début de l’étude scientifique, ils ont mesuré la concentration de DHEA-S, de la testostérone biodisponible et de l’IGF 1 présent dans le sang des sujets de l’expérience.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Plus de sommeil et vous pourriez doubler votre taux de testostérone

sommeil-testosterone

Le sommeil est indissociable de votre santé !

Les hommes vieillissants peuvent parfois doubler leurs niveaux de testostérone en profitant de plus de sommeil, selon une étude humaine que Plamen Penev de l’Université de Chicago a publiée dans Sleep Medicine Reviews.

Un manque de sommeil et…

Pratiquement chacun de nous souffrons probablement d’un sommeil trop court, principalement parce que nous sommes accaparés chaque jour par la technologie. Celle-ci nous permet de générer de la lumière la nuit. Elle nous offre des divertissements et des informations 24 heures sur 24 grâce aux médias électroniques et nous permet de nous contacter à volonté. Chaque soir, lorsque notre corps nous dit qu’il est temps de dormir, il nous arrive aussi de faire mille autres choses à la place.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Solidité osseuse, ostéocalcine et synthèse de la testostérone

osteocalcine

L’ostéocalcine

Un pourcentage de graisse corporelle faible, des os solides et des niveaux élevés de testostérone pourraient être liés, selon des endocrinologues de l’Université de Rome qui ont étudié 86 hommes en surpoids. Leur article paru dans l’International Journal of Endocrinology confirme une théorie de plus en plus en vogue et qui dit que l’état du squelette détermine en partie la quantité de testostérone circulant dans l’organisme des hommes (et probablement aussi des femmes).

Ostéocalcine et testostérone

Il y a quelques années de cela, des endocrinologues à l’Université de Columbia aux Etats-Unis ont avancé la théorie selon laquelle l’ostéocalcine [structure spatiale indiqué ci-dessus], hormone impliquée dans la croissance osseuse, améliorerait la synthèse des hormones anabolisantes comme la testostérone. Les chercheurs ont pu montrer dans des études animales que l’ostéocalcine opérait un contrôle des testicules, et non seulement qu’elle était en partie responsable de la détermination de la quantité de testostérone synthétisée par les animaux de laboratoire mais qu’elle contribuait également à déterminer la fertilité des animaux.

En savoir plus »
Aucun commentaire