Phaleria macrocarpa: testostérone et fertilité

Le phaleria macrocarpa stimulerait la synthèse de testostéroneDans les pays asiatiques, les compléments alimentaires à base d’extraits de Phaleria macrocarpa – ou sous d’autres noms : Mahkota Dewa, God’s Crown – ont déjà fait leur apparition dans les rayons des boutiques spécialisées. Mais dans nos régions occidentales, les choses sont un peu différentes. Disons qu’elles pourraient surtout l’être pour les fabricants de compléments sportifs car ces extraits végétaux pourraient s’avérer très intéressants si la recherche le confirme. Selon des chercheurs malaisiens et leur expérience réalisée sur l’animal, ils augmenteraient le taux de testostérone.

Le Phaleria macrocarpa

Le Phaleria macrocarpa est un arbre tropical qui est de plus en plus cultivé en tant que plante ornementale dans les jardins de ces pays lointains. Utilisé sous forme d’infusion, les guérisseurs de la médecine traditionnelle se servent de l’écorce, des feuilles et des fruits de l’arbre depuis des siècles afin de lutter contre diverses maladies et autres affections.

En savoir plus »
Aucun commentaire

La diosgénine, la molécule de structure stéroïdienne du Smilax et de l’Igname sauvage

La diosgénine du smilax et de l'igname sauvageIl y a vingt ou trente ans, des milliers de culturistes prenaient des extraits de plantes telles que le Smilax officinalis [salsepareille] et la Dioscorea esculenta [igname sauvage]. Ces extraits contenaient de la diosgénine, une molécule de structure stéroïde [formule structurelle présentée ci-contre]. En fin de compte, une étude japonaise sur l’animal publiée dans le Journal of Steroid Biochemistry and Molecular Biology, suggère que la diosgénine présenterait effectivement un effet anabolisant.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Une poignée de noisettes stimulerait la libération de testostérone chez les hommes qui prennent de l’âge

Les noisettes peuvent-elles stimuler la testostérone ?

Image Aly Ross – Pexels.com

En vieillissant, les hommes voient leur taux de testostérone baisser. Une étude turque sur les animaux suggère qu’une supplémentation en noisettes pourrait prévenir cette baisse. Essayons de voir ce qu’il en est des faits…

L’étude sur les noisettes et la testostérone (!?)

Des biochimistes turcs de l’Université technique de Karadeniz ont donné à un groupe de jeunes rats de laboratoire mâles et à un groupe de vieux rats une nourriture enrichie en noisettes pendant un mois. Si les rats avaient été des humains adultes, ils auraient consommé 30 grammes de noisettes par jour. Cela représente une bonne poignée d’aveline. Les jeunes et les vieux rats des groupes témoins ont été nourris avec des aliments standard sans additifs.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Étude sur l’animal, 120 mg d’extrait de clou de girofle par jour augmentent le taux de testostérone

Si vous n’en prenez pas trop, le clou de girofle – nom scientifique Syzygium aromaticum – augmenterait votre taux de testostérone. C’est du moins ce que soupçonnent des chercheurs de l’université Banaras Hindu, en Inde, après avoir démontré l’effet stimulant de la testostérone du Syzygium aromaticum sur des animaux de laboratoire. Les résultats de leur étude ont été publiés dans Andrologia. En la lisant, nous avons relevé quelques éléments qui, selon nous, pourraient intéresser nos lecteurs.

Syzygium aromaticum, nom latin du clou de girofle

Le Syzygium aromaticum contient entre autres de l’eugénol, de l’acétate d’eugényle, du carvacrol, du thymol, du cinnamaldéhyde, du chavicol, de l’acétylsalicylate, des humulènes, du déhydrodieugenol, du transconiferyl-aldéhyde, du bêta-caryophyllène et de l’alpha-copaène. On ne sait pas laquelle de ces substances est réellement responsable de l’effet stimulant sur la testostérone. Les chercheurs ont fabriqué eux-mêmes leurs extraits, et la manière dont ils ont procédé est présentée ci-dessous.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Un extrait végétal inhibe l’œstradiol via le récepteur arylhydrocarboné

Prunella vulgaris pour réduire l'oestradiol et les oestrogènesIl y a de cela quelques temps, nous vous avions parlé des extraits anti-oestrogéniques de la plante tropicale Brassaiopsis glomerulata. Il s’agit d’ailleurs d’un végétal qui a fait son chemin dans le monde des suppléments de la musculation et dans Triazole de DS Sport en particulier. Le Triazole contient également un extrait végétal du Prunella vulgaris, une plante que l’on retrouve partout en Europe. A ce sujet, c’est en 2009 que des chercheurs américains spécialisés dans le cancer ont publié une étude sur des cellules et des animaux dans laquelle ils ont étudié le fonctionnement de ces substances.

Les chercheurs, financés par le gouvernement américain pour étudier des préparations à base de plantes que de plus en plus de femmes utilisent, ont découvert lors d’un dépistage que des extraits végétaux de Prunella vulgaris présentaient un effet anti-œstrogénique. Ils ont ensuite examiné les préparations de plus près.

En savoir plus »
Aucun commentaire

La perte de poids rendrait les hommes plus masculins

Rapport entre la graisse, l'estradiol et la testostéroneLes hommes un peu trop gras seraient moins masculins. La graisse qu’ils transportent féminiserait leur équilibre hormonal en faveur de l’estradiol et réduirait leur taux de testostérone. Mais l’inverse serait également vrai: si les hommes trop gras maigrissaient, leur taux de testostérone augmenterait aussi (!).

La graisse corporelle, la testostérone et l’estradiol

Les cellules adipeuses synthétisent l’enzyme aromatase qui convertit la testostérone, l’hormone sexuelle masculine en estradiol, l’hormone sexuelle féminine. Plus les hommes sont gros, moins de testostérone et plus d’estradiol circulent dans leur corps.

Parce que l’estradiol indique au cerveau qu’il y a beaucoup d’hormones stéroïdes circulant dans le sang, le cerveau réagit à un niveau élevé d’estradiol en diminuant la quantité de LH et de FSH qu’il sécrète. LH et FSH stimulent la production de testostérone et de sperme dans les testicules. Si les taux de ces deux hormones sont moins élevés, celui de la testostérone diminue ainsi que la qualité du sperme. Certaines études suggèrent qu’il existe un lien entre le surpoids, une baisse de la fertilité et des problèmes d’ordre sexuels.

En savoir plus »
Aucun commentaire

Taux de testostérone chez l’homme après 50 ans: l’âge ne serait pas en cause…

Age et taux de testostérone chez l'hommeÀ mesure que les hommes adultes vieillissent, leur taux de testostérone baisse, des dizaines d’études scientifiques ont rendu cette conclusion. Mais selon les chercheurs de l’American Cooper Institute, la relation entre le vieillissement et la testostérone est un peu plus complexe. Les Américains ont examiné environ 3000 hommes en bonne santé âgés de 50 à 79 ans et n’ont trouvé aucune association entre l’âge et la testostérone. Mais ils ont découvert que l’IMC et la condition physique avaient un impact significatif sur la concentration de testostérone dans le sang des hommes.

L’étude sur le vieillissement et la testostérone

Les chercheurs ont mesuré les taux de testostérone des participants à l’étude le matin. Ils ont établi un classement selon un taux de testostérone inférieur à 250 nanogrammes par décilitre comme limite basse. Un niveau de 250 à 399 nanogrammes par décilitre était considéré comme normal mais bas et un niveau de plus de 400 nanogrammes par décilitre comme normal.

En savoir plus »
Aucun commentaire