Les utilisateurs de créatine ont plus de DHT dans le sang

Aucun commentaire

La créatine pourrait augmenter la masse musculaire et la force par un mécanisme supplémentaire et pas seulement en augmentant la quantité des phosphates dans les muscles. Selon les scientifiques du sport de l’Université de Stellenbosch en Afrique du Sud, la créatine augmente la présence du métabolite de la testostérone, la DHT, au sein de la masse musculaire. Les chercheurs signalent ce constat dans le Clinical Journal of Sport Medicine.

Une étude réalisée en Afrique du Sud pour tester l’influence de la créatine sur la DHT

Dans leur article, les Sud-Africains décrivent une expérience qu’ils ont réalisé avec 20 joueurs de rugby, âgés de 19 ans en moyenne. La moitié d’entre eux ont pris un placebo pendant 3 semaines. L’autre moitié aura reçu de la créatine et du glucose. La fonction du glucose était d’améliorer l’absorption de la créatine dans les cellules musculaires. Les sujets de test du groupe expérimental ont pris une dose quotidienne de 25 grammes de créatine et de 25 grammes de glucose durant la première semaine. Au cours des semaines 2 et 3, ils ont pris 5 grammes de créatine et 25 grammes de glucose par jour.

Les sujets test du groupe expérimental ont réagi à la créatine tels que des athlètes sérieux pour qui l’entraînement de force n’est pas leur première activité sportive devraient réagir. Leur masse maigre a légèrement augmenté et leur pourcentage de graisse a diminué d’un montant minuscule.

Creatine, masse corporelle, masse maigre et masse grasse

Rien de bien nouveau jusqu’ici mais quand les chercheurs ont fait une analyse de sang des niveaux d’hormones des joueurs de rugby, ils ont fait une découverte. A la fin de la première semaine pendant laquelle les joueurs de rugby avaient pris 25 grammes de créatine par jour, leur niveau de DHT avait augmenté de 56%. Durant les semaines suivantes, quand ils ont pris une dose de créatine inférieure, le niveau de DHT des sujets avait descendu mais il était resté élevé.

Créatine, testostérone et DHT

L’effet produit par la créatine a donné lieu à une augmentation importante de la DHT alors que nous aurions pu nous attendre à un effet physiologiquement insignifiant” écrivent les sud-africains. La concentration de testostérone dans le sang des sujets test est restée constante. Vous pourriez vous attendre à ce que les sujets produisent également moins d’estradiol, mais les Sud-Africains ne l’ont pas mentionné dans leur article.

L’activité enzymatique pourrait être modifiée à la hausse par un supplément de créatine

Les chercheurs pensent qu’un supplément de créatine augmente l’activité de l’enzyme 5-alpha-réductase quelque part dans le corps. Cette enzyme convertit la testostérone en DHT, mais exactement, les chercheurs ne le savent pas. Sans doute pas dans les muscles, ils en ont la certitude parce que les muscles contiennent peu d‘enzymes 5-alpharéductase.

Les chercheurs ne sont pas non plus certains de dire que les athlètes accumulent plus de fibres musculaires en conséquence des modifications métaboliques. Cela pourrait être le cas, comme ils le spéculent. Les études biochimiques réalisées sur l’affinité des récepteurs aux androgènes indiquent que la DHT est 4 fois plus puissante que la testostérone sur le plan biologique“, écrivent-ils. La prise de muscle pour les utilisateurs de créatine, si souvent rapportée par les scientifiques du sport, pourrait être  en partie due aux changements endocriniens.

Les scientifiques estiment que leur découverte est importante pour les athlètes. Ils affirment aussi que des recherches plus nombreuses doivent être faites pour savoir si la créatine augmente le risque de calvitie et d‘hypertrophie bénigne de la prostate, comme nous le savons pour la DHT.

Source de l’article: Creatine users have more DHT in their blood

Source Ergo-log: Clin J Sport Med. 2009 Sep;19(5):399-404.

——————————–

NdT: Quel que soit le métabolisme exact des enzymes précitées et de leur influence sur la DHT, il faut quand même savoir raison garder et prendre un peu de recul. D’une part parce que les doses annoncées de 25 grammes de créatine sont énormes et totalement inutiles pour les athlètes des sports de force. Une dose réduite – mais efficace – de 3 à 5 grammes par service aurait sans doute peu de chances d’entraîner une augmentation élevée de la DHT, comme discuté dans l’article. Une étude partant sur une dose classique de créatine pourrait certainement nous donner plus d’informations, notamment en recrutant des sujets test des sports de force puisque le public sportif concerne moins les athlètes d’endurance que de résistance.

Cette étude sur le rapport DHT/créatine présente une valeur indicative intéressante mais qui devra être confirmée

Cet article fait aussi la lumière sur les dangers de la vulgarisation scientifique lorsque les arguments rapportés restent partiels ou interprétés hors contexte. D’autre part, une élévation de la DHT doit être significative et répétée pour entraîner une élévation des risques d’hypertrophie de la prostate ou d’alopécie. Ces effets ne risquent donc pas d’être constatés fréquemment chez les utilisateurs de créatine. Encore une fois, ce genre d’article facilement interprétable sur des faits qui n’auront pas forcément d’application réelle pour les athlètes permet surtout aux détracteurs de l’ergogène le plus étudié du monde scientifique de dire un peu n’importe quoi et n’importe comment, au mépris de faits scientifiquement constatés et répétés des centaines de fois, un peu comme le mythe de dégradation des reins par la créatine. Même de la science, il faut savoir se méfier, surtout lorsqu’elle est détournée sciemment ou non, au profit d’un tiers qui n’aura d’autres buts que de médire gratuitement et de répandre des rumeurs sans fondements.

Évitons de faire de la science un dogme ou une religion, on est déjà assez emmerdés par ces conneries au quotidien. La science étudie les faits de manière neutre, impartiale et répétée des dizaines de fois à partir d’un échantillon significatif de sujets et non pas 20 personnes seulement. Par contre, ce qu’affirme la recherche scientifique, c’est que les athlètes n’obtiennent pas d’avantages ergogènes signifiants à prendre des doses élevées de créatine par rapport à une dose significative égale à +/- 5 grammes par jour; des articles sérieux l’on déjà confirmé à plusieurs reprises.

Traduction Ergo-log et commentaires pour Espace Corps Esprit Forme

Eric Mallet

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant depuis plus de 20 ans, j'ai toujours porté un regard curieux sur le développement de la science des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je passe actuellement ma thèse en psychologie sur la question de la sublimation par la culture physique et la musculation. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider le pratiquant tout en lui donnant des informations scientifiques utiles à sa pratique des sports de force.

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.