Le gène qui fait de vous un centenaire serait plus ou moins actif selon votre régime alimentaire

Aucun commentaire

Des chercheurs espagnols spécialisés dans le domaine du vieillissement de l’Université de Valence auraient peut-être découvert un gène qui pourrait expliquer pourquoi certaines personnes dépassent l’âge de 100 ans tout en restant en bonne santé. Ce gène est appelé Bcl-xL. Il existe maintenant des douzaines d’études in vitro et animales qui suggèrent que de nombreux aliments permettraient à ce gène de s’exprimer plus fréquemment. Note: Le gène Bcl-xL fait partie de la famille des gènes anti-apoptotiques Bcl-2.

L’étude scientifique sur le “gène des centenaires”

Les chercheurs ont mesuré l’activité des gènes dans les cellules sanguines de différentes populations méditerranéennes de jeunes, de plus de 70 ans [septuagenarians] et de personnes en bonne santé de plus de 100 ans [centenarians]. En utilisant la bio-informatique, ils ont ensuite déterminé quels gènes clé pouvaient expliquer les différences.

Résultat de l’expérience sur les gènes liées au vieillissement

Les chercheurs ont découvert que le gène Bcl-xL était particulièrement important. L’activité de ce gène était plus élevée chez les centenaires que chez les plus de 70 ans dans tous les groupes étudiés – en réalité, son activité était au même niveau que pour des jeunes, voire supérieure.

gene-longevite-centenaire-Bcl-xL

Les chercheurs pensent que le gène Bcl-xL garderait les cellules des centenaires vigoureuses et pleines de vitalité. L’activité accrue expliquerait, entre autres, pourquoi les cellules tueuses du système immunitaire présentes chez les centenaires [NK] [cellules immunitaires qui neutralisent les pathogènes et les cellules cancéreuses] fonctionnent aussi bien que celles des jeunes.

gene-bcl-xl-longeviteLe niveau d’activité accru du gène Bcl-xL explique probablement aussi pourquoi les chercheurs ont trouvé moins de MDA [Le malonate-dialdéhyde, un marqueur des dommages causés par les radicaux libres] chez les centenaires que chez les septuagénaires.

Les chercheurs ont testé leur théorie sur les nématodes. Une souche de nématodes présentant une activité accrue du gène Bcl-xL [ced-9] vivait significativement plus longtemps que les nématodes dont le gène Bcl-xL s’exprimait normalement [Wild Type].

nematodes-longevitelongevite-gene-bcl-xl

Conclusion sur le gène Bcl-xL impliqué dans la longévité

“En résumé, nos résultats fournissent un aperçu intéressant de la façon dont les personnes les plus âgées de la société parviennent non seulement à une longue vie, mais aussi à vivre longuement en bonne santé”, concluent les chercheurs. “Nos données sur l’expression de l’ARNm centenaire impliquent que ces individus les plus âgés semblent conserver la capacité de réguler les gènes impliqués dans la survie cellulaire. Bcl-xL est alors identifié comme un acteur de la protection contre les dommages liés à l’âge.”

Les chercheurs supposent que le gène Bcl-xL n’est pas le seul facteur de longévité génétique d’importance. “Il reste très peu probable qu’un seul gène (ou même une famille de gènes) soit un biomarqueur universel de la longévité”, ont-ils écrit. “Nous sommes d’avis que la longévité est une question extrêmement multifactorielle: de nombreux gènes peuvent contribuer au succès du vieillissement et de la longévité en fournissant des signaux de survie cellulaire et/ou d’adaptation cellulaire.”

Un peu de spéculation sur ce gène et la nutrition

Afin de compléter les données scientifiques apportées par les Espagnols, nous ne pouvons pas nous empêcher de spéculer sur des stratégies liées à la nutrition en rapport au gène Bcl-xL qui pourraient potentiellement augmenter l’espérance de vie. Nous suggérons qu’un régime contenant des quantités relativement élevées d’isothiocyanates [retrouvés dans les brassicacées, le wasabi, la papaye et les câpres] pourrait activer les programmes de suicide des cellules cancéreuses via le gène Bcl-xL.

Peut-être est-il possible qu’un régime contenant des quantités relativement élevées de soja pourrait avoir le même effet. Il semblerait également que le soja protège les cellules du cerveau contre les effets d’un accident vasculaire cérébral via le gène Bcl-xL. Selon une étude sur l’animal réalisée en Chine en 2012, les isoflavones du soja protègerait également contre Alzheimer via le gène Bcl-xL.

D’autres micronutriments présenteraient aussi cette propriété, comme les proanthocyanidines présents dans le raisin, les baies et les végétaux ainsi que la quercétine (un flavonoïde présent dans le thé, les pommes, les oignons) et la vitamine D.

—————–
Note: Premier article particulièrement simple sur la génétique, il s’agit aussi de mon premier article traduit sur ce thème (hormis le fait que j’avais déjà évoqué la nutrigénomique auparavant). J’aurais l’occasion de revenir plus en détails sur ce thème par la suite mais peut-être pas sur Espace Corps Esprit Forme, étant donné la complexité du domaine. Comme vous le savez, mon blog n’a pas pour vocation de faire fuir le lecteur lambda mais de l’intéresser à la recherche scientifique.
Eric Mallet
————–
Références bibliographiques
  • Basu A., Haldar S., Dietary isothiocyanate mediated apoptosis of human cancer cells is associated with Bcl-xL phosphorylation, Int J Oncol. 2008 Oct;33(4):657-63.
  • Lovekamp-Swan T et al., A high soy diet reduces programmed cell death and enhances bcl-xL expression in experimental stroke, Neuroscience. 2007 Sep 7;148(3):644-52. Epub 2007 Jul 17.
  • Lovekamp-Swan T et al., A high soy diet enhances neurotropin receptor and Bcl-XL gene expression in the brains of ovariectomized female rats, Brain Res. 2007 Jul 23;1159:54-66.
  • Feng JF, Antagonizing effects of soybean isoflavones on β-amyloid peptide-induced oxidative damage in neuron mitochondria of rats, Basic Clin Pharmacol Toxicol. 2012 Oct;111(4):248-53.
  • Ray SD., A novel proanthocyanidin IH636 grape seed extract increases in vivo Bcl-XL expression and prevents acetaminophen-induced programmed and unprogrammed cell death in mouse liver, Arch Biochem Biophys. 1999 Sep 1;369(1):42-58.
  • Yonguc GN, Grape seed extract has superior beneficial effects than vitamin E on oxidative stress and apoptosis in the hippocampus of streptozotocin induced diabetic rats, Gene. 2015 Jan 25;555(2):119-26.
  • Mi Y. et al., Supplementation with quercetin attenuates 4-nitrophenol-induced testicular toxicity in adult male mice, Anat Rec (Hoboken). 2013 Oct;296(10):1650-7.
  • Zhang A., Calcitriol inhibits hepatocyte apoptosis in rat allograft by regulating apoptosis-associated genes, Int Immunopharmacol. 2007 Aug;7(8):1122-8.

A propos de l'auteur

Passionné et pratiquant depuis plus de 20 ans, j'ai toujours porté un regard curieux sur le développement de la science des ergogènes et de la nutrition sportive. Diplômé des universités Lille 3 et Paris 7, je passe actuellement ma thèse en psychologie sur la question de la sublimation par la culture physique et la musculation. Espace Corps Esprit Forme est à considérer comme un blog de vulgarisation scientifique, destiné à aider le pratiquant tout en lui donnant des informations scientifiques utiles à sa pratique des sports de force.

Faire une réponse

Votre adresse email ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont marqués d'un *

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.